Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2017

La Mosquée Malik Ibn Anas de Marseille, foyer de l’islam radical antichrétien et misogyne : « Une femme ne doit laisser apparaître que son visage et ses mains », « Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens »

La ville de Marseille accueille une des plus fortes communautés musulmane de France.

Pour favoriser la bonne intégration des Musulmans, le maire LR Jean-Claude Gaudin participe personnellement depuis plusieurs années à l'installation de réseaux islamistes, provoquant sur le long terme un changement radical de l'identité culturelle, cultuelle et sociétale de la ville.
On peut citer la Grande Mosquée Islâh de Marseille gérée par l'imam Haroun Derbal qui endoctrine depuis des années, des milliers de Musulmans au rejet de la culture occidental et chrétienne, qui constitue une "menace", un "danger", pour la communauté musulmane. On retrouve le concept idéologique de victimisation, les Musulmans sont persécutés en Occident, un milieu hostile dans lequel ils doivent survivre.

Conférence de l’Imam Haroun Derbal à la Grande Mosquée Islâh de Marseille : "la célébration des fêtes de fin d’année menace et met en danger notre Foi, notre Religion".

Parmi les centres cultuels et les Mosquées radicales de Marseille, on trouve la Mosquée et l'institut Malik Ibn Anas, administrés par l'Association Des Bleuets (ADB). Le nom de l'institut provient de l'imam Malik, un prédicateur fondamentaliste du VIIIème siècle prêchant un islam conservateur, qui a développé le malikisme, une doctrine rejetant toutes nouveautés apportées par l'Occident, ce qui préfigure déjà de la teneur de l'enseignement de cet établissement.

IKHWAN, le très bon site d'information sur la propagation du réseau des Frères Musulmans en France, a déjà relayé la dangerosité de ce lieu de culte islamique diffusant une vision fondamentaliste et antioccidentale de l'Islam.

Parmi les sommités prestigieuses des islamistes invités à la Mosquée Malik Ibn Anas de Marseille, la crème des idéologues misogynes, antioccidentaux en France, figurent entre autres, Sofiane Abou Ayoub :

Sofiane Abou Ayoub, fervent prédicateur de l'Islam wahhabite saoudien aux Émirats Arabes Unis et en Égypte, arpente également les Mosquées des banlieues françaises.
Au Centre Éducatif du Palmier à Saint-Denis (CEP dans le 93), il est accompagné du cheikh saoudien Wassiouliah Abbas, qui ne serre pas la mains des femmes, et traduit des prèches d'imams violemment antichrétiens.

Nader Abou Anas, l'imam de la Mosquée du Bourget et directeur de l'école coranique du centre D'clic de Bobigny, est également venu le jour de Noël, le 25 décembre 2015 à Marseille, endoctriner les Musulmans du centre islamique Malik Ibn Anas. Pour Nader Abou Anas, la femme doit assouvir les besoins sexuels de son mari sur demande sinon, elle sera maudite. Elle doit également lui demander la permission pour sortir de la maison.

Mohamed François, l'imam antioccidental de la Mosquée de Joué-les-Tours, interdit aux Musulmans de participer aux fêtes de Noël et de fin d'année. C'est également un invité prestigieux de la Mosquée Malik Ibn Anas venu endoctriner les Musulmans de Marseille (hard-copy).

 

Le prédicateur proche des Frères Musulmans Marwan Muhammad, porte-parole du CCIF, un organisme politique visant à détruire l'identité française et imposer l'Islam dans les sociétés occidentales, est aussi un invité très apprécié de l'Association Des Bleuets (ADB) dirigeant le centre islamique Malik Ibn Anas de Marseille le 29 mai 2016.

L'emprise de la religion sur le milieu social et sociétal est clairement affiché, Abou Ibrahim, l'imam de la Mosquée Malik Ibn Anas de Marseille, nous l'explique dans une de ses conférences tenue en 2017, extraits :

L'imam Abou Ibrahim de la Mosquée Malik Ibn Anas interdit aux Musulmanes et aux Musulmans d'épouser des non croyants.

"Pour les hommes il est interdit de se marier avec une Khafira (non croyante), sauf avec les femmes des Gens du Livre, on le verra après."

"Quand est-il de l'homme qui se marie avec la non-musulmane, autre que les Gens du Livre, les Juifs et les Chrétiens, et la musulmane qui se marie avec un non-musulman quelque soit sa confession ? Pour les hommes il est interdit de se marier avec une Khafira, sauf les femmes des Gens du Livre."
[...]
"Allah nous dit : "Ne vous mariez pas avec les polythéistes", il s'adresse ici aux hommes, tant qu'elles ne croient pas, car une esclave croyante est meilleure qu'une polythéiste, même si celle-ci vous attire. Et vous les femmes, ne vous mariez pas avec les polythéistes masculins tant qu'ils ne croient pas, car un homme croyant, un esclave croyant, sera toujours mieux qu'un polythéiste, même si ce dernier vous attire. Ce verset là nous montre une interdiction formelle de nous marier avec une femme ou vice versa autre que la musulmane. Pour l'homme il y a une exception, on y reviendra plus tard." [...] "L'interdiction engendre la non-validité de l'acte."
[...]
"L'imam Abderazak rapporte que le Prophète a écrit à des Majous (zoroastriens) pour les appeler à l'Islam. S'ils acceptent, Amdoullah (grâce à Dieu), s'ils n'acceptent pas, ils doivent payer la jizya, leur nourriture n'est pas permise, et il n'est pas permis de se marier avec leurs femmes. On parle là des moushirik (un non croyant). Sur ce point là, il n'y a pas de divergence."

Pour Abou Ibrahim, le mariage est strictement réglementé : il est interdit aux Musulmans et aux Musulmanes d'épouser des non croyants. Remarquer l'inégalité de traitement entre les hommes et les femmes : le Musulman a le droit d'épouse une femme des "Gens du Livre", c'est-à-dire une femme chrétienne ou juive. Une Musulmane n'a pas le choix, et doit obligatoirement épouser un Musulman. On remarque également que Abou Ibrahim reconnaît comme législation l'impôt que les non Musulmans, citoyens de seconde zone, devaient s'acquitter s'ils refusaient d'accepter l'Islam, en fonctionnement dans les sociétés islamiques pendant des siècles : la Jizya.

Toute manifestation de sensualité, de beauté, de charme, de séduction est strictement et formellement interdit en Islam. Autrement dit, la féminité est niée, une femme ne doit montrer que son visage et ses mains, le reste du corps doit être masqué aux hommes. Les responsables de la Mosquée Malik Ibn Anas le rappellent sur la page Facebook officielle du lieu de culte :

Les femmes musulmanes qui respectent la Parole d'Allah ne montrent que leur visage et leurs mains, d'après les responsables de la Mosquée Malik Ibn Anas de Marseille, niant leur féminité.

On retrouve par ailleurs sur la page Facebook du lieu de culte, toute la propagande habituelle visant à mépriser les communautés chrétienne et juive pour mieux asseoir la supériorité de l'Islam (hard-copy 1, hard-copy 2).

Est-ce que ces prédications et l'idéologie développées dans ce lieu de culte marseillais favorisent-elles le vivre-ensemble, la cohésion sociale entre communautés ou au contraire, tendent-elles à diviser la société sur le long terme, dans laquelle on pourrait voir émerger une nouvelle organisation parallèle où des citoyens soumis aux Musulmans devront payer des impôts, une taxe, la Jizya, et les femmes, obligées de se voiler, afin de ne montrer que "leur visage et leurs mains" ?

La chaîne Youtube "Islamineurope" avec pour compte "LeSpectreBlanc", rapportant les prêches des imams dans les Mosquées, a été bloquée sans aucune explication le 26 novembre 2017 (d'où les vidéos Youtube indisponibles, reprises progressivement vers un autre hébergeur) (hard-copy).
Il s'agit clairement d'une CENSURE POLITIQUE, contraire à la déclaration universelle des droits de l'Homme de 1948, visant à empêcher d'informer la population sur la dangerosité des prédicateurs Musulmans venant prêcher sur notre territoire :
article 19 de la DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME : "Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit."

Les commentaires sont fermés.