Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2014

D’après Abderahim Braihim, imam de la future Grande Mosquée de Sevran : « sans les Musulmans, l’Occident serait toujours resté à un stade sous-développé »

Sevran est une commune française de 50 000 habitants située dans le nord-est du département de la Seine-Saint-Denis (93), en banlieue parisienne.

La ville connaît une forte population d'origine immigrée extra-européenne, et beaucoup de pauvreté avec plus de 40% de chômage chez les jeunes, à tel point que le maire EELV Stéphane Gatignon a entamé une grève de la faim en novembre 2012 afin de demander un coup de pouce budgétaire pour financer la politique de la ville.

La communauté musulmane s'est fortement développée à Sevran sur les trois dernières décennies. Pour pouvoir être intégrée et se sentir dignement "comme chez soi", la municipalité de Sevran a octroyé, le 27 août 2009, un permis de construire à la principale structure islamique de la ville, l'Association Cultuelle et Culturelle Musulmane Sevranaise (ACCMS), pour élever un lieu de culte. Il ne s'agira là pas simplement d'une salle de prière, mais d'un immense complexe islamique constitué de salles de conférence, d'une bibliothèque, d'un pôle commercial, d'un restaurant, d'une librairie, qui pourra accueillir 2 600 hommes et 1 600 femmes. Les prédicateurs pourront diffuser l'enseignement des sciences islamiques (charia). Le coût total du projet est estimé à 5 millions d'euros.

Le projet de la Grande Mosquée de Sevran

Demande de Dons pour initier le projet de la Mosquée de Sevran


Musulmans en prière à la Mosquée temporaire de Sevran (gymnase Maurice Baquet) et prières de rue

Le projet est actuellement gelé, des fouilles archéologiques sont en cours sur le site, Sevran est une ville avec un riche passé historique, la cité existe depuis plus de 1200 ans. En attendant d'occuper un lieu de culte décent, la municipalité de Stéphane Gatignon a mis à disposition de l'ACCMS un gymnase (Maurice Baquet) faisant office de Mosquée temporaire. L'imam de la Mosquée est le cheikh Abderahim Braihim, qui ne parle pas un mot de français, et diffuse tous ses prêches en arabe. Ses prédications sont traduites par un Fidèle, et sont intégralement disponibles gratuitement en ligne sur la chaîne Youtube de la Mosquée de Sevran (hard-copy).


Abderahim Braihim
, imam de la future Grande Mosquée de Sevran, un prédicateur anti-occidental, qui donne toutes ses conférences en arabe

le traducteur des prêches de l'imam de la Mosquée de Sevran

Que prêche Abderahim Braihim aux Musulmans sevranais ? Un court extrait d'une de ses conférences en gras italique ci-dessous, (traduite par un Fidèle en français) :

"Une chercheuse allemande (Sigrid Hunke) née en 1913, a écrit un livre, que le Cheikh nous recommande de lire, "le soleil d'Allah illumine l'occident", cette chercheuse, doctoresse, qui a étudié l'Islam, qui est partie vivre au Maroc pendant la seconde guerre mondiale, que dit-elle dans son livre ? La première des choses, c'est qu'elle remercie les Musulmans, alors qu'elle n'est pas Musulmane, elle dit que sans les Musulmans, l'Occident serait toujours resté à un stade sous-développé.
Vous savez au moyen-âge les occidentaux étaient sous-développés, les pays d'Europe étaient dans une situation de sous-développés, alors que les Musulmans et les pays Musulmans étaient dans une situation avancée et développée. Elle dit que grâce aux Musulmans et grâce à l'Islam, les mathématiques, la médecine, l'astronomie, les différentes sciences ont été avancées et ont permis que les occidentaux puissent les étudier, grâce à ces Musulmans."
[06:35]
sermon de l'imam Abderahim Braihim le 16 mai 2014 à la Mosquée de Sevran - "nulle contrainte en religion !" (hard-copy)

L'imam Abderahim Braihim brandit le livre de propagande pro-islamiste écrit en 1960 par Sigrid Hunke "Le soleil d'Allah brille sur l'Occident", une nationaliste allemande néopaganiste et anti-chrétienne, inscrite au parti nazi le 1er mai 1937.


Le livre de Sigrid Hunke sert de propagande anti-occidentale pour l'imam de la Mosquée de Sevran

Dans son livre, Sigrid Hunke vise à démontrer que l'Occident n'aurait jamais atteint son niveau de civilisation actuel sans l'Islam, en s'appuyant sur des allégations fausses ou déformées. Les occidentaux seraient donc redevables d'une dette envers les Musulmans, puisque sans eux, la civilisation Occidentale n'existerait pas. Abderahim Braihim reprend cette thèse, mais oublie, comme Sigrid Hunke, de préciser certains détails :
- que les conquêtes musulmanes se sont effectuées sur le terreau de civilisations millénaires : (perses, assyriens, chaldéens, égyptiens, byzantins, etc...), avec un socle, une culture, des connaissances que les arabo-musulmans ont exploité. Ils n'en sont pas les inventeurs. Les historiens ont démontré par ailleurs que les grands auteurs grecs, médecins, mathématiciens, philosophes, ont été traduits à partir du syriaque ou directement du grec vers l'arabe par des Chrétiens syriaques et nestoriens, et non par des Musulmans.
On peut par exemple citer les Chrétiens arabes Théodore Abu Qurra, Yuhanna ibn Masawayd (Jean Mesué), Théophile d'Edesse, Yahya ibn al-batriq,... et sûrement le plus célèbre d'entre eux, Husayn Ibn Ishaq, qui a traduit, avec son équipe, plus d'une centaine d'ouvrages, dont une partie des oeuvres de grands médecins de l'Antiquité, comme Galien et Hippocrate.

Il faut également noter que les Occidentaux n'ont jamais rompu leurs liens culturels avec les Chrétiens d'Orient et ont entretenu avec eux, tout au long des siècles, des échanges, des connaissances, en particulier avec les byzantins de Constantinople, le "Vatican de l'Orient" avant qu'il ne soit conquis par les Musulmans en 1453.

- Des intellectuels occidentaux, comme Jacques de Venise ou Burgundio de Pise, ont par ailleurs traduits des ouvrages directement du grec vers le latin sans passer par l'arabe dès le XIIème siècle. Jacques de Venise et son équipe de traducteurs ont ainsi traduit, entre autres, "la Physique", "Métaphysique", "petits traités d'histoire naturelle" d'Aristote, sans avoir recours à l'Islam ou à la langue arabe.

- Pour justifier la soi-disant légendaire tolérance de l'Islam, "religion de Paix", on ne cesse de citer la grandeur de penseurs Musulmans tels qu'Averroès qui auraient "illuminé" l'Occident. Averroès était un juriste espagnol musulman, et dans ses textes publiés, un défenseur de la charia et du Jihad offensif (guerre sainte), ce n'est donc pas l'esprit tolérant d'un véritable humaniste comme on veut bien le laisser entendre. Ses commentaires sur la philosophie d'Aristote n'ont été diffusés qu'en Occident au Moyen-âge et pas dans les territoires islamiques.
L'introduction de la pensée hellénistique (falsafa) dans le monde musulman fut considérée comme une hérésie et condamnée, les textes d'Averroès furent brûlés, tout ce qui nous reste de lui a été sauvegardé par les dhimmis, et le juriste a dû se réfugier au Maghreb pour échapper à la décapitation.
En Occident, c'est Thomas d'Aquin qui a réfuté les thèses d'Averroès en publiant une des oeuvres magistrales de la pensée occidentale : "De l'unité de l'intellect contre Averroès". Thomas d'Aquin, contrairement à Averroès défend que l'homme dispose d'un libre-arbitre, rétablissant ainsi la pensée d'Aristote.

"Contre Averroès", le livre du théologien Chrétien Thomas d'Aquin qui réfute les thèses d'Averroès

- Le concept même d'état moderne occidental repose sur les idées de l'héritage politique gréco-romain. Un livre aussi célèbre que "La politique" d'Aristote, qui décrit la notion de citoyen, de constitution, d'état de droit, n'a même pas été traduit en arabe, car incompatible avec les lois de la Charia islamique.
L'Islam a progressivement rejeté l'héritage grec, que les arabo-musulmans avaient pourtant pu redécouvrir lors de leurs conquêtes militaires.
On voit là que l'Occident, même s'il a pu bénéficié de l'apport d'ouvrages traduits du grec vers l'arabe, n'a jamais été influencé par l'Islam, et même qu'il n'a absolument rien de commun à cette doctrine, étant totalement étranger aux préceptes du dogme islamique. Pour plus de détails sur le sujet, lire par exemple le remarquable ouvrage "Aristote au mont Saint-Michel" de Sylvain Gouguenheim, très sourcé.

L'imam Abderahim Braihim utilise une propagande mensongère contre la civilisation occidentale, dans le but de renforcer l'identité islamique, la communauté musulmane valable et saine, afin de souder la oumma et de rejeter tout ce qui n'est pas islamique.

Autre prédication de l'imam dans la même optique, quelques extraits ci-dessous :

"Chaque bébé qui sort du ventre de sa mère naît en tant que Musulman, naît en tant que soumis à Allah, naît sous la sainte nature de l'Islam. En effet, il y a un hadith qui dit : "chaque enfant naît sous la sainte nature de l'Islam, ensuite, ses parents vont le judaïser, ou bien le christianiser, ou bien le rendre mal." Qu'est-ce qu ça veut dire ? ça veut dire qu'un bébé qui sort du ventre de sa mère, il est soumis à Allah, il est soumis à Dieu et ensuite, son environnement, ses parents, son contexte, les gens autour de lui, vont l'influencer dans sa croyance à Dieu, à tel point qu'il va l'influencer, ou même qu'il va renier les bienfaits d'Allah sur lui, il va oublier qu'il a un seigneur unique qui veille sur lui à chaque moment. Mais à la base, il est Musulman, il est soumis à Allah."
[05:10]
sermon de l'imam Abderahim Braihim à la Mosquée de Sevran le 3 janvier 2014 (traduit pas un fidèle) (hard-copy)

L'imam révèle ici l'aspect totalitaire de l'Islam. Chaque être humain sur Terre naît Musulman ! Ce n'est que par la suite qu'il est perverti et se détourne du droit chemin en étant "judaïsé" ou "christianisé". Les Chrétiens, les Juifs, les Boudhistes, les athées, etc...sont des Musulmans qui se sont égarés, ils peuvent donc de fait être considérés comme inférieurs puisqu'ils ont délaissé la Vérité, la saine religion. Ce type de sermon incite-t-il au respect entre communautés ?

On continue dans la même veine, la diffusion de propagande de décrédibilisation de l'Occident par rapport à l'Orient, autre conférence de l'imam :

"Il y a en Europe quelques siècles auparavant, il y avait un séminaire à Rome, en Italie. Et dans ce séminaire, les gens venus de l'Europe entière se sont réunis pour se poser une question : "savoir si la femme était considérée comme un être humain, ou bien si elle avait une âme". A la fin de ce séminaire, ils ont conclu que la femme n'était pas un être humain, elle était plutôt un Diable, c'était quelqu'un qui n'avait pas d'âme. Alors que l'Islam, il y a 1400 ans, a considéré la femme. Il lui a donné les droits à la propriété, l'Islam a donné les droits d'être propriétaire de ses biens, le droit de dépenser, il lui a donné le droit de faire du commerce aussi. Il lui a donné le droit de faire serment d'allégeance à son gouverneur, le droit de choisir, de voter."
[02:50]
"En Europe, on vante souvent les droit de la femme, le droit des personnes. Mais ces droits ne sont arrivés que très tardivement. Par exemple, le droit de vote, ce n'est qu'en 1945, ou bien après pour certains pays, alors que en Islam, la femme devait faire allégeance à la personne qui gouverne, elle devait le choisir et le reconnaître en tant que gouverneur."
[08:35]
Sermon de l'imam "La libération de la femme" (traduit en français par un Fidèle de la Mosquée) (hard-copy)

L'imam opppose l'Occident tyranique oppresseur des femmes, à l'Islam, la religion de Paix, libératrice de la cause féminine. La femme en Occident, ne serait pas considérée comme un être humain, mais comme une créature du Diable, alors qu'en Islam, elle est magnifiée. Si c'était le cas, pourquoi des milliers d'Églises et de Basiliques en France et en Europe portent-elles des nom de femmes ? (Notre-Dame de Paris, églises sainte-Geneviève, sainte-Blandine, sainte-Thérèse, basilique sainte-Clotilde, cathédrale sainte-Cécile,...)

La cathédrale sainte-Cécile d'Albi, serait-elle une oeuvre du Diable, d'après l'imam de la Mosquée de Sevran ?

Dans les pays musulmans...combien de Mosquées portent-elles le nom de femmes ? En France, les femmes ont eu le droit de vote en 1945. Mais qu'en est-il dans les pays musulmans ? De quand datent les démocraties et le droit de vote ? Qui l'a introduit en supprimant les califats et la Charia ? Depuis quand les Musulmanes peuvent-elles choisir leur gouverneur ?
Avant les colonisations occidentales, les califats et leurs dynasties se sont succédés de manière héréditaire sous la charia, il n'y avait pas de multipartisme, pas de droit de vote, avant que l'Occident n'introduise le concept de démocratie dans ces pays. Quant aux droits des femmes, dans combien de pays musulmans les femmes ont-elles été aux commandes du pouvoir, comme en Europe, Blanche de Castille, Aliénor d'Aquitaine, Marie de Médicis ou Catherine de Médicis ?

La future Grande Mosquée, qui sera pilotée par un prédicateur anti-occidental, sera-t-elle un lieu de rencontres qui aidera la communauté musulmane sevranaise à s'intégrer dans la société civile ?

"Avoir des lieux de culte normaux où chacun peut vivre normalement sa religion, c'est la condition si l'on veut empêcher l'islam des caves ou des appartements, propice aux dérives"
Le maire EELV Stéphane Gatignon autorise le projet de la construction de la Grande Mosquée de Sevran, et la diffusion de prédications anti-occidentales par son imam Abderhaim Braihim

"Depuis le 20 mars (2011), les règlements de comptes armés entre gangs de trafiquants de drogue pour récupérer les points de vente dans les halls d'immeubles se sont intensifiés. On a déjà l'hélicoptère, la police, et ça ne suffit pas. Dès qu'il y a moins de pression, ça tire à nouveau. Il faut des forces d'interposition, des casques bleus, comme ceux qu'on envoie à l'étranger pour empêcher les belligérants de s'entre-tuer"
Le maire EELV Stéphane Gatignon constate l'échec de sa politique de la ville en réclamant la venue de "casques bleus", résultat de la libanisation progressive de quartiers de la cité par la communautarisation.

article publié le 20 septembre 2014 sur http://islamineurope.unblog.fr/

06/09/2014

Mohamed Bajrafil, imam de la Mosquée d’Ivry-sur-Seine, développe une propagande anti-occidentale et donne une « leçon d’Humanité à la France » : « Des Tariq Ramadan ? Il en faudrait 36 000 ! »

Ivry-sur-Seine est une ville de près de 60 000 habitants de la banlieue sud de Paris dans le département du Val-de-Marne (94). L'importante communauté musulmane installée dans la ville s'agrandit au fil des années et ne veut plus se contenter d'un gymnase servant de Mosquée temporaire, rue Jean-Jacques-Rousseau. Les associations islamiques réclament depuis plusieurs années, un lieu de culte décent.


Mosquée d'Ivry-sur-Seine, en attendant la construction d'un futur complexe islamique


prière de rue islamique pendant la fête de l'aïd à Ivry-sur-Seine, organisée par le Collectif Annour

Le 20 juin 2013, pour satisfaire ces revendications, la municipalité dirigée par le maire communiste Pierre Gosnat a renouvelé un protocole avec l’Association du Collectif Annour, prévoyant la réalisation d’un centre cultuel et culturel musulman sur la commune. Le 11 juillet 2014, le maire et les élus sont invités par l'association Annour pour peaufiner le projet du futur grand complexe islamique, tout ceci au détriment et au mépris de la Loi de 1905 sur la séparation du Culte et de l'État, l'argent des contribuables ne devant financer aucun culte.


Le maire communiste Pierre Gosnat et des élus de la ville invités dans la Mosquée temporaire par l'imam Mohamed Bajrafil le 11 juillet 2014, pour discuter du projet de construction de la future grande Mosquée d'Ivry-sur-Seine. Et la laïcité dans tout ça ?

L'imam de la Mosquée d'Ivry-sur-Seine est un comorien, Mohamed Bajrafil. Son blog officiel (hard-copy) sur Internet regroupe plusieurs dizaines d'enregistrements vidéos de ses conférences données dans la Mosquée, (un gymnase temporaire réaménagé), devant ses fidèles, que l'on peut consulter gratuitement en ligne, ainsi que sur son compte Youtube. (hard-copy).



L'imam de la Mosquée d'Ivry-sur-Seine, Mohamed Bajrafil

Quelle doctrine est enseignée aux Musulmans d'Ivry-sur-Seine par cet imam, sous la bienveillance de la municipalité de Pierre Gosnat ?

Il est tout d'abord inquiétant de constater que Mohamed Bajrafil a participé au Rassemblement Annuel des Musulmans de France (RAMF) tenu au Bourget du 18 au 21 avril 2014, il a donné une conférence le 19 avril 2014 pendant ce meeting. Le RAMF est organisé par l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF). L’organisation est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia.


En avril 2014, Mohamed Bajrafil a participé aux RAMF de l'UOIF au Bourget, un rassemblement d'islamistes militants qui soutiennent l'organisation politique des Frères Musulmans pro-Morsi, classée comme terroriste en décembre 2013 par les dirigeants égyptiens actuels.

Pour se faire une idée des influences idéologiques dispensées lors de ce rassemblement, on pouvait noter comme principaux intervenants en plus de Mohamed Bajrafil (hard-copy) :

- Tariq Ramadan (qui explique dans ses livres vouloir construire un état dirigé par un imam sous la charia)
- Hani Ramadan, frère de Tariq Ramadan, qui enseigne que l’Occident est décadent, contaminé par le « Dajjal », un borgne de l’oeil droit, que seule la charia, la loi islamique peut encore sauver
. Il a tenu des propos à caractère antisémite, n’hésitant pas à comparer les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles devant des centaines de Musulmans.
- Tareq Oubrou, qui déclarait dans les années 1990 vouloir construire un Califat pour tous les musulmans.
- Nabil Ennasri qui appelle, lors des élections, les Musulmans « à faire tomber Manuel Valls », l’ami « Éternel d’Israël »
- Amar Lasfar, président de l'UOIF, qui glorifie la conquête du monde arabe par l'organisation politique des Frères Musulmans. - Ahmed Jaballah, ex-président de l'UOIF, a déclaré que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »
- le prédicateur antisioniste Abdallah Benmansour, membre fondateur de l'UOIF, explique à la Mosquée d’Aulnay-sous-Bois que la Charia est la seule Loi valable pour l’Humanité, et que les français sont en retard de quinze siècles sur l’Islam.
- Hassan Safoui, prédicateur militant dans les Mosquées contre la Loi interdisant le port du voile islamique à l'école.
- Moncef Zenati, un prédicateur antisioniste virulent de l'UOIF.


Importation du conflit israélo-palestinien pendant le RAMF en avril 2014 au Bourget : des milliers de militants crient : "Nous sommes tous des palestiniens !"

Mohamed Bajrafil est-il pour autant un adepte de l'idéologie des Frères Musulmans ? On constate que l'imam n'hésite pas à inviter des conférenciers de l'Islam politique fondamentaliste dans sa Mosquée à Ivry-sur-Seine.

Abdallah Benmansour, un des membres fondateurs de l'UOIF qui voit dans les Musulmans l'avenir de l'Humanité sous la Charia, et déjà présenté ci-dessus, était invité le 5 juillet 2014 pour donner une conférence à la Mosquée d'Ivry-sur-Seine (hard-copy).



le prédicateur Mohamed Ahsaini, pour qui une femme non voilée est une hérésie, a donné une conférence en juillet 2014 à la Mosquée d'Ivry-sur-Seine

Le prédicateur Mohamed Ahsaini est également un invité régulier à la Mosquée d'Ivry-sur-Seine (hard-copy). C'est un fondamentaliste qui considère que le voile islamique est une obligation pour les femmes, d'après lui, dans un sermon donné à la Grande Mosquée de Savigny-le-Temple, «une fille de sept ans qui commence à s’intéresser à ses cheveux, ça amène à l’échec scolaire, et à la perturbation psychologique.»

 
Nabil Ennasri, déjà présenté plus haut dans l'article, un militant politique antisioniste et antioccidental, est également dans les petits papiers de Mohamed Bajrafil. Il fut invité à la Mosquée d'Ivry-sur-Seine en juillet 2014 (hard-copy)

 

On va constater que la vision de l'Islam dispensée par Mohamed Bajrafil suit le fil conducteur de ces prédicateurs. Elle est essentiellement antioccidentale et anti-américaine Court extrait de ses conférences données à la Mosquée d'Ivry-sur-Seine, consultables gratuitement en ligne.

"Le dhimmi, c'est le non-musulman, le chrétien ou le juif qui vit dans une population à majorité musulmane. Celui-ci bénéficie d'un statut particulier qu'on appelle le dhimmisme. On fait un pacte de non-agression dans ce qu'on appelle aujourd'hui la concitoyenneté.
Parmi les français, il y en a qui sont musulmans, et d'autres qui ne le sont pas. Si la composante de la population française était à majorité musulmane, et c'est ce que ne comprennent pas les gens, il aurait fallu que nous nous occupions autant de nous même que de ceux qui ne sont pas musulmans."

[0:40]
Conférence de Mohamed Bajrafil, L'État musulman (hard-copy)

"La première constitution de l'Histoire de l'Humanité, ce ne sont ni les romains, ni les grecs, ni les persans qui l'ont établie, c'est le Prophète Mohamed qui l'a écrit, qui l'a demandé."
[16:49]
Conférence de Mohamed Bajrafil, "jihad, jizya et patrie : une résistance intellectuelle"

Mohamed Bajrafil développe une vision idéologique totalitaire, et nous montre que l'Islam n'est pas simplement une religion dans le sens spirituel du terme, qui ne concerneraient que la communauté musulmane. Les populations non-musulmanes sont englobées dans le système islamique en tant que sous-citoyen (le dhimmi) soumis par une loi islamique, qui serait d'après l'imam, "la première constitution jamais écrite dans l'Histoire de l'Humanité" (sic).
Plus grave, Bajrafil nous explique que si un jour la population française devient majoritairement musulmane....les décisions devront se faire par des dirigeants musulmans, ce seraient eux qui deviendraient responsables en "s'occupant" des non-musulmans. Le retour du statut de dhimmi !
Pour comprendre ce qu'est ce fameux "pacte de non-agression", évoqué par Mohamed Bajrafil, voyons en résumé le traité établi par le Calife Omar au VIII siècle pour "protéger" les non-musulmans, qui a servi de base de juridiction islamique jusqu'au XIXème siècle pour régir la vie des dhimmis dans le monde musulman :

- Nous ne construirons plus dans nos villes et dans leurs environs, ni couvents, ni églises, ni cellules de moines, ni ermitages. Nous ne réparerons point, ni de jour ni de nuit, ceux de ces édifices qui tomberaient en ruine, ou qui seraient situés dans les quartiers musulmans.

- Nous tiendrons nos portes grandes ouvertes aux passants et aux voyageurs. Nous donnerons l'hospitalité à tous les Musulmans qui passeront chez nous et les hébergerons durant trois jours.

- Nous ne cacherons rien aux Musulmans qui soit de nature à leur nuire.

- Nous n'enseignerons pas le Coran à nos enfants.

- Nous ne manifesterons pas publiquement notre culte et ne le prêcherons pas. Nous n'empêcherons aucun de nos parents d'embrasser l'Islam, si telle est sa volonté.

- Nous serons pleins de respect envers les Musulmans. Nous nous lèverons de nos sièges lorsqu'ils voudront s'asseoir.

- Nous ne chercherons point à leur ressembler, sous le rapport des vêtements, par la calotte, le turban ou les chaussures, ou par la manière de peigner nos cheveux.

- Nous ne monterons point sur des selles.

- Nous ne ceindrons pas l'épée. Nous ne détiendrons aucune espèce d'arme et n'en porterons point sur nous.

- Nous ne vendrons point de boissons fermentées.

- Nous nous tondrons le devant de la tête.

- Nous nous habillerons toujours de la même manière, en quelque endroit que nous soyons; nous nous serrerons la taille avec une ceinture spéciale.

- Nous ne ferons point paraître nos croix et nos livres sur les chemins fréquentés par les Musulmans et dans leurs marchés. Nous ne sonnerons la cloche dans nos églises que très doucement. Nous n'y élèverons pas la voix en présence des Musulmans. Nous ne ferons pas les processions publiques du dimanche des Rameaux et de Pâques. Nous n'élèverons pas la voix en accompagnant nos morts. Nous ne prierons pas à voix haute sur les chemins fréquentés par les Musulmans et dans leurs marchés. Nous n'enterrerons point nos morts dans le voisinage des Musulmans.

- Nous n'aurons point de vue sur les maisons des Musulmans.

- .........

Ces contraintes sont basées sur la sourate 9:29 du Coran :
"Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humilies."
Est-ce que les règles énoncées dans ce pacte de "non-agression" vous semblent respectueuses des droits des non-musulmans (dhimmi), comme le suggère Mohamed Bajrafil ?

Cette "constitution" élaborée par le Prophète Mohamed, qui met sous protectorat musulman les minorités religieuses, gère également les comportements en société des individus, des familles, au détriment de leur vie privée. Tout doit être sous contrôle. Extrait d'une des conférences dans laquelle Mohamed Bajrafil donne une "leçon d'Humanité à la France" sur les punitions à infliger en cas d'adultère.

"Il faut que cela soit au nom de l'État. Exactement comme aux États-Unis aujourd'hui, il y a des états qui appliquent la peine de mort. Mais ce n'est pas l'individu qui a le droit de se faire justice. Si vous expliquiez tout ça aux gens, même l'histoire du moratoire, on n'en parlerait même pas.
Du temps du Prophète, quatre personnes ont vu une personne faire l'acte adultérin. Il a rappelé les quatre. Il en a appelé un, deux, trois, qui ont dit qu'ils ont vu, le quatrième a dit qu'il n'était pas sûr. Il les a pris les quatre : BOUM, BOUM, BOUM, BOUM, ils se sont fait flagellés, pourquoi ? Parce que vous n'êtes pas sûr, et que vous avez porté atteinte à l'honneur d'un homme et d'une femme, donc c'est vous qui méritez d'être punis, pas lui."

[13:02]
Mohamed Bajrafil - "Leçon d'Humanité à la France" (hard-copy) et sur Youtube

On pourrait croire que Mohamed Bajrafil est un Musulman progressiste, mais à aucun moment par exemple, il ne remet en cause les punitions pour acte d'adultère préché par le Prophète Mohamed dans la Charia islamique. Si quatre témoins se présentent et prouvent l'acte d'adultère, le couple accusé sera flagellé en public, sinon, ce seront les calomniateurs qui seront flagellés s'ils ne peuvent apporter les preuves de l'acte. Est-ce que cet enseignement de la Charia est adapté à nos sociétés occidentales ?

"Les dégats qu'Israël a fait en un mois, ne représentent même pas 1% des dégats que commettent les cinémas américains dans la tête de nos enfants."
[0:00]
Conférence de Mohamed Bajrafil à la Mosquée d'Ivry-sur-Seine (hard-copy)

Mohamed Bajrafil est par ailleurs un militant politique antioccidental et anti-américain. Pour faire la promotion de l'Islam, Bajrafil critique le monde occidental, diabolise en permanence l'État français, l'occident et le gouvernement américain. L'Occident est sans cesse décrédibilisé, mis en opposition avec les soient disantes valeurs saines de l'Islam, la religion d'Amour, de Paix et de Tolérance.

Exemple, parmi une de ses nombreuses conférences traitant le sujet, "Leçon d’Humanité à la France", quelques extraits en gras italique ci-dessous : "On nous parle de choc des civilisations, mais qui a cherché qui ? Nous on s'est opposé à qui ? Si vous comptez la première et la deuxième guerre mondiale, en nombre de victimes, je suis certain que depuis que l'Humanité existe, il n'y a pas eu autant de morts, en deux guerres. Et ça a eu lieu où ça ? L'Islam a appelé à faire quoi dans cette histoire ? L'Islam était où ? Sachez le dire aux gens. Aujourd'hui l'Islam est montré du doigt partout.
Même dans la campagne présidentielle, ça pose problème. Mais l'Islam n'a jamais appelé à tuer personne ! Bande d'idiots, lisez l'Histoire ! Si Hitler était Musulman, je vous aurai donné raison !
Même le président sortant Sarkozy l'a dit : "Hitler n'était pas Musulman", sauf que je ne sais pas ce qui s'est passé par la suite pour qu'il réintroduise l'Islam dans la cabane présidentielle, alors qu'il a avoué qu'Hitler n'était pas Musulman, il n'était pas Arabe, il était d'ici, aryen, comme nous ! Enfin, on se comprend. "
[...]
"Quand l'Islam était en Espagne, est-ce que les vieilles églises ont été détruites ? Elles sont là ! Si l'Islam était une force d'occupation, aucune de ses Églises ne serait debout. Quand l'Islam est parti, toutes les Mosquées ont été transformées. Qui a des leçons d'Humanité à donner à l'autre ?"
[02:13]
"Nous musulmans, nous n'avons à recevoir de leçons de quelque religion que se soit par rapport à ces choses là. Les croisades, qui est parti chercher qui ? C'est l'Islam qui est venu, qui a massacré ? Absolument pas !"
[03:17]
"Le Frère Tariq Ramadan, il est devenu porte-drapeau, mais il faudrait qu'il y en ait 36 000, pour faire savoir ce qu'est l'Islam, parce qu'il ne peut pas tout faire tout seul !"
[14:55]
Conférence de Mohamed Bajrafil à la Mosquée d'Ivry-sur-Seine - "Leçon d’Humanité à la France"

L'imam d'Ivry ne fait que taper sur l'Occident, mais jamais sur les atrocités perpétrées par les Musulmans au nom de l'Islam au cours de l'Histoire. Il évoque les Croisades, Hitler, mais jamais les jihad islamiques.
Mohamed Bajrafil manipule les Musulmans d'Ivry-sur-Seine en passant sous silence les dizaines de millions de morts perpétrés au cours des siècles suite aux persécutions et jihad islamiques pour imposer la Charia dans de vastes parties du monde.
Si l'Islam est si pacifique et tolérant envers les minorités religieuses comme veut nous le faire croire Bajrafil, alors pourquoi la Grande Mosquée de Cordoue a-t-elle été construite en détruisant la Basilique et le monastère de Saint-Vincent, et pourquoi toutes les autres Églises de la cité furent détruites ? Où est la tolérance en Islam, censée préserver les lieux de culte chrétiens comme l'affirme Bajrafil ?
L'Empire chrétien byzantin a été totalement démantelé par les ottomans lors des conquêtes islamiques, faisant des centaines de milliers de morts, et les milliers d'Églises ont toutes été transformées en Mosquées (à quelques exceptions près), dont la célèbre Basilique Sainte-Sophie de Constantinople (Istanbul), transformée en Mosquée au XVème siècle, puis devenue musée depuis 1934 sous Attatürk.
L'anéantissant d'un patrimoine chrétien d'une valeur inestimable, la population turque vivant aujourd'hui sur les vestiges de l'Empire byzantin, est à 99% musulmane. Tout cela est passé sous silence par Mohamed Bajrafil.

Le but étant bien évidemment de magnifier l'Islam et de montrer un Occident décadent aux valeurs malsaines dont les dirigeants ne cessent de persécuter les Musulmans. Mohamed Bajrafil va même jusqu'à encourager les Fidèles d'Ivry-sur-Seine à suivre le prédicateur Tariq Ramadan, proche de la mouvance des Frères Musulmans, qui appelle officiellement au boycott d'Israël et à la construction d'un état islamique sous la charia.

Toujours dans la même optique, en opposant l'Islam glorieux et l'Occident oppresseur, Mohamed Bajrafil nous décrit ce qu'est le féminisme islamique, et nous explique comment la femme est glorifiée dans l'Islam, et maltraitée en Occident. Un court extrait de sa conférence "Le féminisme islamique" en gras italique ci-dessous :
"L'Islam est le féminisme par excellence, au sens noble du terme. Quand il(le Prophète Mohamed) est venu et qu'il a trouvé qu'on enterrait vivante la femme, il a dit : "Les Croyants et les Croyantes sont les surveillants les uns des autres." ça, c'est le féminisme. Et ce n'est pas les avis de Caroline Fourest ou je ne sais qui à gauche ou à droite. Le féminisme, c'était une révolution.
Mais aujourd'hui, on tape sur quelqu'un de faible, car tout ce qui touche l'Islam vend, surtout quand on dénigre l'Islam.
Est-ce que ces imbéciles-là lisent l'Histoire de l'Islam, l'Histoire des Arabes ?
Jusqu'au début du siècle dernier en France, la femme donnait une dot à son mari. Dans la civilisation occidentale pendant très longtemps, la femme était la propriété de son mari. Ils nous prennent pour des imbéciles, où ils croient qu'on ne lit pas l'Histoire ?
Et il y quatorze siècles, un homme, avec une religion venant d'Allah est venu dire : "non, elle a droit à l'héritage."
[0:00]
"Revenons au comportement du Prophète. Les savants de l'Islam disent que le quart du droit musulman vient d'Aïsha (une des femmes du Prophète). Donnez-moi le nom d'une femme au XXIème siècle en France, je vous mets au défi de me trouver une femme qui a autant inspiré une juridiction que Aïsha en Islam. Allez, amenez-la moi, je vous attends !
Le quart du droit musulman vient de Aïsha, le quart de l'Islam vient d'une femme. Donnez-moi le nom d'une femme dans le monde qui a autant inspiré une juridiction que Aïsha en Islam, Caroline Fourest et compagnie, venez ! Allez trouvez-la moi !
[...]
Alors qu'en France, qu'une femme soit premier ministre, c'est une galère. [...] Et on vient nous dire que l'Islam a volé les droits à la femme ?
"

[2:59]
Conférence de Mohamed Bajrafil à la Mosquée d'Ivry-sur-Seine - "le féminisme islamique", et sur Youtube (hard-copy)

Pour les gens qui connaissent l'Islam, les propos de Bajrafil sont presque risibles. Le Prophète Mohamed, guide de tous les Musulmans, serait l'inventeur du féminisme moderne, le Libérateur de la femme ! Pour réhausser le statut de la femme en Islam, Mohamed Bajrafil manipule les musulmans et leur fait avaler des couleuvres. Aïsha, une des femmes du Prophète, (épousée à 6 ans et consommée à 9 ans d'après les hadiths authentiques de Boukhari, pédophilie vous avez dit ?) a inspiré la juridiction islamique, ce qui démontrerait l'avancée du monde islamique en matière de droits des femmes, et qui n'aurait d'après Bajrafil aucun équivalent dans la civilisation occidentale, les femmes étant considérées comme des arrierées en occident, des propriétés de leur mari.

Mohamed Bajrafil n'a jamais lu de biographie du Prophète ? Aurait-il oublié les hadiths authentiques de Boukhari, Muslim, Abou Da'woud ? Combien de femmes avait le Prophète ? On lui connaît au moins neuf femmes en même temps. Combien d'esclaves sexuelles possédait-il dans son harem, gagnées comme prises de guerre ? Mohamed Bajrafil n'at-il pas consulté, SUR LE PROPRE SITE OFFICIEL DE LA MOSQUÉE D'IVRY-SUR-SEINE, les livres de la Sunnah du Prophète Mohamed (hard-copy) ? N'a-t-il pas lu "les Jardins des vertueux", un livre référence écrit par des auteurs "reconnus pour leurs sciences et leurs bonnes croyances", disponible gratuitement et intégralement en ligne sur le site de la Mosquée d'Ivry-sur-Seine pour parfaire la connaissance de l'Islam ?

"Les jardins des vertueux", livre référence pour les Musulmans après le Coran, est un véritable manifeste antichrétien, antisémite et misogyne, appelant à la gloire au combat contre les Infidèles (jihad islamique)

On peut lui rafraichir la mémoire et lui rappeler quelques passages de ce livre concernant "la juridiction féminine" :

281. Selon Abou Hourayra, le Messager de Dieu a dit : « Lorsque le mari invite sa femme à partager sa couche, qu’elle s’y refuse et qu’il passe la nuit mécontent d’elle, les anges ne cessent de la maudire jusqu’au matin". [Bukhari et Muslim] p84

282. Toujours selon Abou Hourayra, le Messager de Dieu a dit : « Il n’est pas permis à l’épouse de jeûner en présence de son mari sans son consentement, ni de faire entrer dans sa demeure qui que ce soit sans son autorisation. » [Bukhari et Muslim] p464

284. Selon Abu Talq Ibn Ali, le Messager de Dieu a dit : « Quand l’homme appelle son épouse pour satisfaire son désir, elle doit y répondre même si elle est en train de cuire son pain ». (Tirmidhi et Nasâ-i) p84

285. Selon Abou Hourayra, le Prophète a dit : « Si je devais ordonner à quelqu’un de se prosterner devant son semblable, j’ordonnerais sûrement à la femme de se prosterner devant son mari ». (Tirmidhi) p84

989.Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu a dit: «II est interdit à toute femme qui croit en Dieu et au jour dernier de faire un voyage d'un jour et d'une nuit sauf si elle est accompagnée d'un parent n'ayant pas le droit de l'épouser (père, frère, fils etc...)». (Unanimement reconnu authentique) p272

990. Ibn "Abbàs (das) rapporte qu'il a entendu le Prophète dire: «Surtout qu'un homme ne reste pas en tête à tête avec une femme sauf si elle est accompagnée d'un parent n'ayant pas le droit de l'épouser. De même que la femme n'a pas le droit de voyager sans être accompagnée de ce parent». Quelqu'un dit: «O Messager de Dieu ! Ma femme est sortie en pèlerinage et je viens d'être enrôlé pour telle campagne militaire». Il lui dit: «Va plutôt faire le pèlerinage avec ta femme». (Unanimement reconnu authentique) p272

"Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu'ils font de leurs bien. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l'absence de leurs époux, avec la protection d'Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d'elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand !"
Le Coran - les femmes 4:34

"Voici ce qu'Allah vous enjoint au sujet de vos enfants : au fils, une part équivalente à celle de deux filles."
Le Coran - les femmes 4:34

Où est la défense de la femme par le "beau modèle", le Prophète de l'Islam ? Pensez-vous que cet ouvrage, disponible en ligne sur le site de la Mosquée d'Ivry-sur-Seine afin d'endoctriner les Musulmans, peut servir de modèle au "féminisme islamique" ? Comment pensez-vous que se comporte un pieux Musulman envers sa(ses) femme(s), après avoir ingurgité ce livre ? Quel est le statut des femmes musulmanes dans les 57 pays officiellement musulmans (membres de l'OCI), ont-elles la liberté d'épouser des non-musulmans ? D'hériter l'équivalent de ce qu'hérite un homme ?

Il faudrait que Mohamed Bajrafil nous montre également dans quel califat islamique les femmes ont eu autant de pouvoir que les reines de France, comme Aliénor d'Aquitaine, Blanche de Castille, Marie de Médicis, Catherine de Médicis qui ont gouverné des États, ou Jeanne d'Arc qui a commandé l'armée de France contre les anglais à la fin du Moyen-âge.

Pour satisfaire la communauté musulmane et récupérer des voix électorales, le maire communiste d'Ivry-sur-Seine Pierre Gosnat est prêt à céder aux revendications des islamistes fondamentalistes diffusant les préceptes de la Charia (juridiction incompatible avec une démocratie) et la haine de l'Occident, détruisant sur le long terme, le tissu social et structurel de la ville.
Le maire va jusqu'à soutenir le terroriste palestinien Marwan Barghouti en 2009, un des leaders des Brigades des martyrs d'Al-Aqsa, organisation ayant commis des attentats contre des civils israéliens.
Pierre Gosnat a nommé le terroriste "citoyen d'Honneur" de la ville, et demande sa libération (il est actuellement détenu en Israël), comme le réclament les associations islamistes de banlieues.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 6 septembre 2014

17/08/2014

Aperçu du réseau de prédicateurs islamistes, antisionistes, homophobes et misogynes de la future Grande Mosquée de Rosny-sous-Bois

Rosny-sous-Bois est une commune d'un peu plus de 40 000 habitants en bordure est de la Seine-Saint-Denis. Depuis environ trois décennies, sur toute la banlieue parisienne, la communauté musulmane s'agrandit , et se regroupe en associations afin de gérer le culte islamique dans les grandes villes. La principale structure de la commune créée en 1999 par son président Salim Amara est l'Association des Musulmans de Rosny-sous-Bois (AMR).
Au fil des années, l'association croit et s'organise, et fait valoir le droit de disposer d'un lieu de culte décent. La municipalité dirigée par le maire UMP Claude Capillon va alors faciliter les démarches de l'AMR en favorisant l'obtention d'un terrain et octroie le permis de construire d'un gigantesque complexe islamique, une Mosquée.
En 2011, l’AMR a même perçu une subvention de 15 200 euros de la municipalité, un viol caractérisé de la loi de 1905 sur le respect de la laïcité, l'état ne devant financer aucun culte avec l'argent du contribuable.
Le projet du complexe islamique prend forme.

Sur une surface de 3000 m², la Mosquée pourra accueillir 1200 Fidèles. L'édifice sera constitué :
- d'une salle de prières pour hommes
- d'une salle de prières pour femmes
- de salles de cours pour une école coranique
- de salles de conférences
- d'un centre culturel
- d'une piscine
- d'un local commercial
- d'un minaret (pour faire l'appel au muezzin, comme à Hambourg ?)
le tout, près du centre-ville de Rosny-sous-Bois, marquant profondément de son empreinte la visibilité de l'Islam. Le coût du projet est estimé à 6 millions d’euros.

 

Le projet de la Grande Mosquée de Rosny-sous-Bois et son minaret


La Grande Mosquée de Rosny-sous-Bois en cours de construction en 2013

Une des salles de prières de la Grande Mosquée de Rosny-sous-Bois


Le 13 avril 2013, la première pierre du complexe islamique est posée sur le chantier en présence du maire Claude Capillon (en cravate bleue sur la photo) et des dirigeants de l'associations AMR.

Le projet avance très vite, et dès juin 2014, la construction de l'édifice est suffisament avancée pour que la municipalité autorise les Musulmans à prier dans le lieu de Culte.

En attendant la fin des travaux, quel philosophie de vie est enseignée aux Musulmans par l'AMR dans les différentes salles de prières temporaires de Rosny-sous-Bois ? Amour de son Prochain, Respect et Tolérance ? Pour se faire une opinion, on peut se référer au réseau de relations élaboré par l'association AMR, en scrutant les différents prédicateurs invités à précher dans les locaux provisoires.

On peut noter la présence de l'islamiste Hassan Iquioussen, régulièrement invité par l'AMR (le 24 mai 2009, le 14 mai 2011 (hard-copy) ou encore le 21 juillet 2014 par exemple) pour venir endoctriner les Musulmans de Rosny-sous-Bois.

Le prédicateur antisioniste et antioccidental Hassan Iquioussen régulièrement invité par l'AMR pour donner des conférences (ici le 14 mai 2011)

Hassan Iquioussen, a par le passé tenu des propos ouvertement antisémites. Il diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine. Pour lui, les attentats du 11 septembre ne sont qu’un vaste complot orchestré par les américano-sionistes contre les Musulmans.

Sur la mixité sociale homme/femme, Hassan Iquioussen a publié une cassette audio, toujours disponible à l'achat, pour alerter les Musulmans sur "les dangers de la mixité".

Dans une conférence donnée dans la Mosquée de Savigny-le-Temple, voilà comment Hassan Iquioussen se représente la mixité homme/femme :

"La mixité, vous savez ce que c'est ? C'est des hommes et des femmes dans un lieu qui se respectent. C'est ça la mixité. Vous mélangez tout. Vous pensez à la promiscuité. C'est-à-dire on est dans une pièce, et je suis assis, et il y a une femme à ma droite et une femme à ma gauche, on est collé les uns aux autres, ça c'est pas bien ça, vous entendez ? Mais si on est dans la même pièce, les femmes sont derrière, les hommes sont devant, les hommes sont à droite, les femmes sont à gauche, c'est pas haram."
[03:15]
Extrait d'une conférence donnée par Hassan Iquioussen à la Grande Mosquée de Savigny-le-Temple (hard-copy)

Dans les lieux publics, les assemblées, les réunions, hommes et femmes ne doivent pas se retrouver ensemble, mais doivent être regroupés en blocs séparés : hommes d'un côté, femmes de l'autre.
La société préconisée par Hassan Iquioussen est contre la mixité sociale homme/femme, ce qui est bien évidemment contraire aux libertés individuelles des personnes dans les sociétés occidentales. La jeunesse musulmane de Rosny-sous-Bois est ainsi formatée aux principes islamiques du Coran et de la Sunnah.

Autre grand propagandiste des banlieues françaises, le prédicateur Hani Ramadan est également un invité de marque de l'AMR, il était en conférence sur Rosny-sous-Bois le 24 mai 2009 (avec Hassan Iquioussen (hard-copy) ) et le 31 mai 2014.

Affiche de l'invitation du prédicateur antisémite et antioccidental Hani Ramadan le 31 mai 2014 à la Grande Mosquée de Rosny-sous-Bois

Dans une conférence à Bruxelles, le prédicateur Hani Ramadan a comparé les juifs à des "serpents, une race de vipères"

Hani Ramadan, petit-fils du fondateur de l’organisation politique des Frères Musulmans Hassan Al-Bannah (et frère de Tariq Ramadan), est le directeur du centre islamique de Genève en Suisse, un prédicateur qui tient des propos à caractère antisémite, n’hésitant pas à comparer les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles devant des centaines de Musulmans.
Dans ses ouvrages et conférences, il explique que tous les Musulmans doivent être gouvernés par un Califat sous les Lois islamiques de la Charia. (conférence à la Grande Mosquée Al-imane de Lille-Sud). D’après lui, l’Occident décadent est contaminé par l’Antéchrist, le « Dadjhal », un borgne de l’oeil droit, et seul l’Islam et la Charia peuvent le guérir.

Hani Ramadan développe également auprès des Fidèles une violente propagande antisioniste contre ce qu'il appelle "l'état criminel sioniste d'Israël".

On peut rappeler par ailleurs que Hassan Iquioussen est membre de l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) et que Hani Ramadan est également proche de cette mouvance. L’organisation est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia. Son ex-président Ahmed Jaballah déclarait sans embage que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. » Le président de l’UOIF actuel, Amar Lasfar, organisateur de l’Islam dans le nord de la France avec l’appui de Martine Aubry, manifeste publiquement son soutien aux islamistes en glorifiant dans une conférence donnée au Palais de Lille le 19 août 2012, la conquête du pouvoir en Égypte par les Frères Musulmans. La confrérie des Frères Musulmans est déclarée organisation terroriste par le gouvernement égyptien actuel.

 

L'imam fondamentaliste Nader Abou Anas de la Mosquée du Bourget, est invité le 21 juin 2013 (hard-copy) et le 27 juillet 2013 par l'AMR à la Mosquée de Rosny-sous-Bois pour donner des conférences. Il développe un Islam intolérant et incompatible avec les valeurs de la république française.
Pour avoir un aperçu de l’idéologie de Nader Abou Anas, ce prédicateur enseigne au Bourget que la musique est « la voix de Satan », que les Musulmans ne doivent pas imiter les Juifs et les Chrétiens, car ils sont les « Supérieurs », ou encore que la fête de la Saint-Valentin, fête des amoureux, est interdite aux Musulmans, hommes et femmes n’ayant pas le droit de montrer publiquement qu’ils s’aiment.

L'imam fondamentaliste de la Mosquée du Bourget Nader Abou Anas, qui est contre la mixité sociale hommes/femmes, et veut interdire la musique, « la voix de Satan », est invité régulièrement par l'Association des Musulmans de Rosny-sous-Bois pour donner des conférences.

 

Hassen Bounamcha l'imam fondamentaliste de la Mosquée d'Aubervilliers, est également proche de l'AMR, et est reçu dans les locaux de la future Grande Mosquée de Rosny-sous-Bois. Dans ses conférences dispensées devant les fidèles Musulmans, Hassen Bounamcha, surnommé « l’ami Hassen », explique devant ses Fidèles à Aubervilliers, que la mixité sociale homme/femme est un vice, que la femme occidentale se comporte comme une femme sans honneur. Hassen Bounamcha tient également des propos à caractère homophobe.
Il justifie également le mariage forcé à la Mosquée de Boulogne-Billancourt.

Hassen Bounamcha, l'imam fondamentaliste de la Mosquée d'Aubervilliers invité par l'AMR à la Grande Mosquée de Rosny-sous-Bois en juillet 2014

La Mosquée de Rosny-sous-Bois est également infiltrée par une association militante politique antisioniste, l'Association des Fidéles du Masjid de Rosny-sous-Bois, qui appelle les Musulmans à boycotter les produits provenant de "l'entité sioniste", Israël (hard-copy)

L'association de Musulmans de Rosny-sous-Bois appelle les Fidèles en août 2014 à boycotter les produits provenant d'Israël. L'importation du conflit israélo-palestinien au coeur de la commune.

"Je suis heureux d’être parmi vous cet après-midi pour poser, ensemble, la première pierre de cette future mosquée. C’est grâce à notre volonté et nos efforts communs que ce projet a pu voir le jour. Certes, il a fallu un peu de temps avant d’en arriver là. Nous nous sommes souvent rencontrés, nous avons réfléchi et discuté ensemble pour aboutir à un projet qui était satisfaisant pour tous.
Il a fallu également chercher les financements, trouver le lieu, et passer par une validation au Conseil municipal. Mais à présent, les obligations administratives sont réglées et la construction va pouvoir commencer....Et je vous donne rendez-vous rapidement, je l’espère, au même endroit, pour cette fois inaugurer la nouvelle mosquée de Rosny."
Extrait du discours prononcé le 13 mai 2013, lors de la pose de la première pierre de la Mosquée, par le maire UMP Claude Capillon (hard-copy) responsable de l'enracinement de l'Islam radical fondamentaliste, intolérant, misogyne au coeur même de la commune de Rosny-sous-Bois.
Les conséquences sur le long terme seront dévastatrices : la désagrégation du tissu social par une communautarisation à outrance suivant des préceptes islamiques non compatibles avec les démocraties de type occidental, et la diffusion en masse d'une propagande antisioniste d'incitation à la haine contre Israël.

 

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 17 août 2014

12/07/2014

Hani Ramadan en conférence à la Mosquée Al-Islah de Décines : la société laïque est dominée par le lobby sioniste

Décines est une commune française de 25 800 habitants de la banlieue lyonnaise, dans le département du Rhône.

En moins de trois décennies, une forte immigration musulmane s'est implantée dans la couronne périphérique de Lyon, , des associations islamiques se sont créées pour organiser le développement du culte musulman. On peut noter celle de Vaulx-en-Velin, celle de la Grande Mosquée Lyon ou de Villeurbanne, toutes de mouvance fondamentaliste. A Décines en particulier, la principale association islamique de la ville, dénommée Al-Islah, a pu finaliser, avec l'aide de la municipalité administrée par le maire socialiste Pierre Crédoz, la réalisation d'un immense projet, l'agrandissement du centre Interculturel de Décines.
Ce complexe islamique comprendra :
- la Mosquée Rahmane

- l'Association Al-Islah
- Une école coranique (École de la réussite)
La somme nécessaire à la construction de ce gigantesque complexe islamique est de 5 millions d'euros, plus de 1,3 millions d'euros ont déjà été récoltés auprès des Fidèles. (hard-copy)


La maquette du projet du futur centre Interculturel Al Islah de Décines (hard-copy). Un vaste complexe islamique aux mains des Frères Musulmans (UOIF) qui transformera radicalement le paysage culturel, cultuel et ethnique de la ville.

Que propose l'association Al-Islah pour l'épanouissement des Fidèles Musulmans de Décines ? L'apprentissage du Respect entre communautés, du vivre-ensemble, de la Fraternité et de l'Amour entre les peuples ?

On peut se faire une idée de l'idéologie diffusée par les imams et prédicateurs du centre Interculturel de Décines en écoutant leurs enseignements, sermons et conférences. Le prédicateur Shakeel Siddiq était invité par l'association Al-Islah à Décines le 17 janvier 2014, pour conduire les Musulmans dans le droit chemin, la parole d'Allah. Shakeel Siddiq est diplômé de l’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) de Château Chinon. Sous ce titre pompeux, se cache en réalité une école coranique de l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) formant les futurs imams de France.
L’UOIF est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia. Son ex-président Ahmed Jaballah déclarait sans embage que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »
L'IESH de Château-Chinon où a été formé Shakeel Siddiq a pour principal référent en matière de législation islamique le cheikh antisémite égyptien des Frères Musulmans Youssef Al Qaradawi. (hard-copy)

Youssef Al Qaradawi appelle dans ses préches retransmis sur les télévisions du monde arabe, à l'extermination des Juifs.

Le président de l’UOIF actuel, Amar Lasfar, organisateur de l’Islam dans le nord de la France avec l’appui de Martine Aubry, manifeste publiquement son soutien aux islamistes en glorifiant dans une conférence donnée au Palais de Lille le 19 août 2012, la conquête du pouvoir en Égypte par les Frères Musulmans.

Pour ce faire une idée plus précise de l'idéologie des Frères Musulmans, quelques extraits de la conférence de Shakeel Siddiq en gras italique ci-dessous, où il incite les Fidèles à lutter contre l'"islamophobie" :


Le prédicateur de l'UOIF Shakeel Siddiq en conférence à la Mosquée de Décines le 17 janvier 2014

"Quand il y a eu ce problème du voile, et comme il existe encore de toute façon, normalement, à mon sens, on n'aurait pas dû aller vers des facilités. On devrait se mobiliser en tant que Croyant, Croyante, fermement, je suis prêt à verser mon sang, à mourir, qu'on me tire dessus, mais jamais je n'enlèverai mon voile pour ces taghut (mécréants), pour ces gens, ils veulent quoi, ils attendent quoi de moi ? Moi, je cherche à plaire à Allah ! T'es content, t'es pas content, pour moi cela ne change absolument rien !"
[26:32]
"Nous Musulmans, on veut respecter la femme, mais eux ne veulent pas la respecter, ils en ont fait un produit marketing, ils la mettent toute nue sur les photos. Nous Musulmans, on veut respecter la femme, l'honorer via le mariage, ici on fait la promotion du Zinnah (adultère). Nous Musulmans, on est contre le ribbah (l'usure), eux ils ne fonctionnent qu'avec ça ! Donc notre message pose un problème. Donc ils vont nous calomnier: "les Musulmans sont des terroristes", "on vole des pains au chocolat", on est dans l'absurde total. C'est le message d'Allah qui pose problème."
[31:45]
conférence de Shakeel Siddiq le 17 janvier 2014 à la Mosquée de Décines : "Comment être efficace face à l'islamophobie à la lumière de la Sirah du Prophète" (hard-copy)

Pour Shakeel Siddiq, les Musulmans vivent en milieu hostile en France, ils sont victimes des "islamophobes" qui les empêchent de pratiquer leur religion. Qu'est-ce qu'un islamophobe d'après Shakeel Siddiq ? On remarque que :
- être islamophobe, c'est être contre le port du voile islamique à l'école
- être islamophobe, c'est ne pas punir l'adultère (Zinnah), qui est un crime du point de vue islamique

- être islamophobe, c'est diffuser des images de "femmes nues", (il faudrait que Shakeel Siddiq nous montre où il a vu des photos de femmes nues sur les produits marketing) ou des femmes en tenue d'été.
Or, les institutions françaises ne condamnent pas ces interdits islamiques, la France est donc un pays "islamophobe". Dans le dogme musulman défendu par Shakeel Siddiq, le corps de la femme est considéré comme une vulgaire obscénité et doit être couvert. La Féminité, la Beauté, le Charme, la Séduction, la Sensualité sont strictement et formellement interdits. Les Musulmanes doivent donc porter le voile Islamique, qui couvre les cheveux, symbole de Féminité, ou mieux, un voile qui couvre les cheveux et les courbes féminines du corps (taille, hanches, fesses, nuque, décolleté, jambes), le hijab.

Pour défendre cette idéologie, et lutter contre les "islamophobes", les Musulmans doivent se battre, jusqu'à "verser leur sang", et "qu'on leur tire dessus" pour défendre le port du voile islamique sans contraintes à l'école ou sur leur lieu de travail, ce qui est évidemment en désaccord avec la Loi de mars 2004 qui interdit aux Musulmanes de porter le voile dans les écoles républicaines et laïques.

Il est intéressant de constater que Shakeel Siddiq, issu vraisemblablement d'une famille modeste d'un pays musulman, où il y a peu de libertés d'expression (dessiner le Prophète Mohamed dans un journal est passible de prison), pas de liberté de culte, où les femmes sont réduites la plupart du temps aux taches ménagères, obligées de porter le voile islamique ou le hijab dans certains pays comme le Soudan, l'Arabie Saoudite ou l'Iran, importe l'idéologie islamique antioccidentale en France, critiquant le pays qui l'a accueilli, et dans lequel il bénéficie pourtant d'une aide sociale, médicale, et d'un logement.

Autre prédicateur prestigieux proche de la mouvance des Frères Musulmans invité par l'association Al Islah de Décines, Hani Ramadan. Hani Ramadan, petit-fils du fondateur de l’organisation politique des Frères Musulmans Hassan Al-Bannah (et frère de Tariq Ramadan), est le directeur du centre islamique de Genève en Suisse, un prédicateur qui tient des propos à caractère antisémite, n’hésitant pas à comparer les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles devant des centaines de Musulmans.
Dans ses ouvrages et conférences, il explique que tous les Musulmans doivent être gouvernés par un Califat sous les Lois islamiques de la Charia. (conférence à la Grande Mosquée Al-imane de Lille-Sud). D’après lui, l’Occident décadent est contaminé par l’Antéchrist, le « Dadjhal », un borgne de l’oeil droit, et seul l’Islam et la Charia peuvent le guérir. Extrait de sa conférence donnée à la Mosquée de Décines le 11 janvier 2014, en gras italique ci-dessous :


Le prédicateur antisioniste et antisémite Hani Ramadan en conférence à la Mosquée Al Islah de Décines le 11 janvier 2014, veut faire appliquer la Charia, la Loi islamique

"On vit dans une société qui est quand même curieuse, étonnante, cette société républicaine, laïque, sécularisée, qui pense être la société des Lumières. On peut insulter le Prophète de l'Islam, l'ultime Messager de Dieu qui est la lumière envoyée à l'Humanité entière, on peut blasphémer lorsqu'il s'agit du Créateur, mais lorsque quelqu'un s'exprime contre le lobby sioniste par exemple, là tout d'un coup, la liberté d'expression a des limites.
Et on impose ces limites selon deux poids deux mesures, pour les uns on n'a pas le droit d'imposer nos restrictions, mais pour les autres, il est tout à fait possible de l'imposer parce que la société laïque est dominée aujourd'hui par ces lobbies, au niveau financier, au niveau politique, au niveau culturel et artistique, on le voit dans les informations, cela est aussi évident."
[22:56]

Hani Ramadan utilise un des principes fondamentaux d'endoctrinement au Totalitarisme : la victimisation (comme l'a exploité le nazisme (victime des juifs), ou le communisme (victime des capitalistes), etc...relire "1984" de George Orwell). Toute frustration doit être canalisée sur une cible pointée comme responsable de tous les malheurs, afin de cimenter, de souder un groupe de personnes, une communauté, contre un ennemi commun - Hani Ramadan l'a désigné formellement : le sionisme.
Pour Hani Ramadan, les lobbies sionistes dirigent la France, et les Musulmans vivant sur le territoire français en sont les principales victimes.
La communauté Musulmane doit donc se renforcer, s'organiser pour combattre cet ennemi commun.

"On doit réclamer ce qui est légitime, ce qui est en accord avec les principes de l'Islam. Donc Il faut faire une distinction dans les enseignements qui nous sont donnés entre le fait de préserver la cohérence de la communauté pour ne pas entraîner une situation qui est pire que celle que nous vivons, et le fait d'avoir des dirigeants qui servent les intérêts de nos pires ennemis dans la région parce qu'ils ont des intérêts géostratégiques et parce qu'ils cherchent à nuire aux Musulmans, à écarter l'idée que les Musulmans puissent être un jour orientés, dirigés par les principes de l'Islam et par la Charia.
C'est précisément cela, la Charia, dont la source est le Coran et la Sunnah. Et on vient de dire que la sincérité vis à vis de Dieu et de son Messager, c'est cela aussi, c'est de vouloir vivre dans une société qui depuis ses dirigeants jusqu'au commun des Croyants est orientée par les principes de l'Islam. Et il faut agir dans ce sens d'une façon ou d'une autre.
Et n'oublions pas que notre Prophète nous a dit : "Le meilleurs combat, le combat que l'on mène au service de Dieu est une parole de justice et de vérité prononcée que l'on adresse à un tyran."
[26:15]
Conférence de Hani Ramadan à la Mosquée de Décines le 11 janvier 2014 - "à la Lumière d'un Hadith du Prophète" (hard-copy)

Hani Ramadan expose clairement que l'objectif pour les Musulmans sur le long terme est d'être "dirigés par les principes de l'Islam et par la Charia", une société qui devra être soumise aux lois islamiques et non plus au système sioniste. Un système qui n'est pas régi par les principes de l'Islam est une société mécréante, et la communauté musulmane doit tout faire pour la transformer, y compris par "le combat au service de Dieu", pour imposer la Charia, incompatible avec les démocraties de type occidental.

 

Le centre Interculturel de Décines n'est pas le seul établissement d'enseignement à propager la doctrine islamique sur la ville. On peut noter que la commune possède le plus grand établissement musulman de France, le collège-lycée Al-Kindi, qui s'est imposé par les pressions et les revendications d'une partie de la communauté musulmane de la ville. Pour obtenir gain de cause, les manifestants ont terrorisé les responsables politiques en se faisant passer pour des victimes des dirigeants municipaux racistes et islamophobes.


trois cents personnes ont manifesté sous les fenêtres du rectorat en octobre 2006 à Décines pour obtenir l'ouverture du lycée-collège privé musulman Al-Kindi, avec entres autres, comme slogan : « Nous demandons la démission d'un recteur raciste et islamophobe »

Pierre Crédoz a fini par céder, et l'établissement communautaire a ouvert ses portes le 5 mars 2007. Actuellement, le groupe scolaire Al Kindi dispose de 20 classes avec un effectif de 432 élèves. Il est important de constater que le collège-lycée est sous contrôle de l'UOIF, Nazir Hakim est le président de l’association Al-Kindi et fait partie de l'équipe dirigeante de l’UOIF, (hard-copy)
Des prédicateurs proches de l'UOIF, comme Nabil Ennasri sont invités dans le collège-lycée pour endoctriner les jeunes Fidèles à l'idéologie des Frères Musulmans. Nabil Ennasri est un militant de l’Islam politique antisioniste, antioccidental et anti-France. Il maintient une page Facebook officielle (hard-copy) sur laquelle il développe sa propagande. Ses conférences devant les Fidèles Musulmans visent à les liguer contre la communauté nationale française. Pour Nabil Ennasri, les Musulmans sont en danger en France, l’État français, et ses institutions cherchent à les éliminer. Ils doivent donc réagir et ne pas se laisser faire. (écoutez sa conférence donnée à la Mosquée du Havre).
Nabil Ennasri est également un fervent détracteur de Manuel Valls qu'il considère comme un ennemi. Lors des élections législatives de 2012, Nabil Ennasri a appelé les Musulmans à "faire tomber Manuel Valls", l'"ami Éternel d'Israël"


Le militant politique antisioniste et antioccidental Nabil Ennasri en conférence au collège-lycée musulman Al-Kindi de Décines le 29 mars 2014

Les institutions islamiques sont relativement récentes, et permettent à l'Islam de s'enraciner durablement, voire définitivement, dans la commune de Décines. Quel avenir pour la jeunesse musulmane de la ville avec aux commandes les prédicateurs fondamentalistes de l'UOIF ? Seront-ils encouragés à s'intégrer dans la société, ou au contraire, à former une communauté à part, régie par ses propres règles et ses propres lois ?


Avant de démissioner de son poste en 2012, le maire socialiste Pierre Crédoz a favorisé l'implantation de l'Islam dans Décines en permettant l'agrandissement du lycée-collège Al-Kindi des Frères Musulmans (UOIF), et en créant des carrés confessionnels islamiques.
La communautarisation sur le long terme de la société décinoise par l'Islam.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 12 juillet 2014

29/06/2014

La Fraternité d’après Abdelhamid Mazzouz, imam de la Grande Mosquée Ennour de Sartrouville : les amis des Musulmans doivent être pieux et connaître « la shahada », sinon Allah transformera cette amitié en animosité le jour du Jugement Dernier

Sartrouville est une commune d'environ 52 000 habitants de la banlieue nord-ouest de Paris, dans le département des Yvelines. Certains de ses quartiers sont situés en Zone Urbaine Sensible (ZUS), un nom politiquement correct pour désigner les quartiers ayant subi ces dernières décennies une forte immigration, essentiellement musulmane d'Afrique du Nord et subsaharienne, où la police et les pompiers ne rentrent qu'avec certaines précautions en cas d'intervention pour éviter tout dérapage, comme sur le plateau de la cité des Indes, une enclave sujettes aux revendications islamiques à Sartrouville.
Dans le cadre des éléctions législatives en juin 2012, le député candidat Jacques Myard est interpellé par un Musulman : "Vous n’avez rien à faire ici, ici c’est un terre arabe, c’est une terre appartenant aux musulmans, ce n’est pas une terre française !"

La communauté musulmane de Sartrouville regroupée au sein de l’Association Culturelle des Musulmans de Sartrouville (ACMS), a officialisé la mosquée En Nour, installée depuis 2003 à l’entrée de la zone industrielle du Prunay. 1,5 millions d'euros ont été nécessaires à la réhabilitation de l'édifice. Le 15 février 2014, l’ACMS organisait une cérémonie d’inauguration, dans le lieu de culte, à l’occasion d’une journée portes ouvertes, en présence du maire UMP Pierre Fond.


La Grande Mosquée Ennour de Sartrouville, rue Jean-Pierre Timbaud


3000 fidèles célébrent l'aïd-el-fitr (fin du Ramadan) le 19 août 2012, à Sartrouville (hard-copy)


Le maire UMP Pierre Fond (à gauche) rend visite à la communauté musulmane de Sartrouville pendant la fête de l'aïd-el-fitr

 


Abdelhamid Mazzouz, est l'imam de la Mosquée Ennour de Sartrouville, il donne les sermons et oriente les fidèles vers le chemin, le Message d'Allah.


Abdelhamid Mazzouz en prière avec les fidèles Musulmans de la Grande Mosquée Ennour de Sartrouville

Quelle est l'orientation idéologique et la teneur des prédications de l'imam de Sartrouville Abdelhamid Mazzouz ?
Le prédicateur a invité le 28 mars 2014 dans sa Mosquée de Sartrouville l'imam de la Mosquée du Bourget Nader Abou Anas
(hard-copy), un fondamentaliste, développant un Islam intolérant et incompatible avec les valeurs de la république française.
Pour avoir un aperçu de l'idéologie de Nader Abou Anas, ce prédicteur enseigne au Bourget que la musique est "la voix de Satan", que les Musulmans ne doivent pas imiter les Juifs et les Chrétiens, car ils sont les "Supérieurs", ou encore que la fête de la Saint-Valentin, fête des amoureux, est interdite aux Musulmans, hommes et femmes n'ayant pas le droit de montrer publiquement qu'ils s'aiment.


L'imam fondamentaliste de la Mosquée du Bourget, Nader Abou Anas, invité par Abdelhamid Mazzouz à Sartrouville, est contre la mixité sociale hommes/femmes, et veut interdire la musique, "la voix de Satan".

Il s'agit là clairement de défendre les valeurs de l'Islam, incompatibles avec les valeurs de la République, en communautarisant les Musulmans afin de les exclure de la société française. On va constater que les messages de Abdelhamid Mazzouz ne sont guère différents de ceux de Nader Abou Anas.
Sur son site officiel, la page Facebook Al Afaq
(hard-copy) (se connecter avec un compte pour avoir accès aux informations), Abdelhamid Mazzouz décrit par exemple sa vision des arts lyriques et musicaux :


Abdelhamid Mazzouz, imam de la Mosquée de Sartrouville : "Il y a deux amours qui ne peuvent pas cohabiter dans le même coeur : l'Amour du coran et l'amour de la musique, en effet, l'un chassera l'autre." (hard-copy)

Ces prédications et conseils encouragent-ils les jeunes français Musulmans à s'adonner à l'art musical ? Faudra-t-il interdire l'art lyrique, le solfège, le piano, la guitare, le saxophone, car incompatibles avec le dogme Islamique ?
A l'école publique, quelle sera la réaction des enfants Musulmans de Sartrouville pendant les cours de musique ? Seront-ils dispensés au nom de leurs convictions religieuses ?

Abdelhamid Mazzouz a donné par ailleurs un sermon le 3 janvier 2014 devant ses Fidèles Musulmans sur la notion de Fraternité en Islam, quelques extraits en gras italique ci-dessous :
"Qui sont tes amis ? Est-ce ceux qui te tirent vers le haut ? Qui sont tes amis ? Est-ce ceux qui te rappellent Allah lorsque tu l'as oublié ? Qui sont tes amis ? Est-ce ceux qui te réveillent lorsque tu es plongé dans l'insouciance ? Qui sont tes amis ? Est-ce ceux qui te disent : "Je passe te chercher pour aller à la Mosquée", ou bien ceux qui te disent : "Tiens, prend une cigarette, y a pas de mal, je passe te chercher ce soir, il y a une soirée mortelle, t'as vu le nouveau morceau de musique ? Il est classe. Si t'as pas une copine, t'es un tordu ou t'es coincé. Si tu n'as pas un copain ma chère, tu es tordue ou tu es coincée. Qui sont réellement tes amis ?"
[10:03]
"Poses-toi la question : les amis que tu fréquentes aujourd'hui, seraient-ils capables d'être à ton chevet et de te faire répéter la shahada, qui elle, te permettra d'accéder au Paradis ? Ou bien, ils vont se mettre à pleurer sur ton sort, sans réellement savoir ce qu'ils peuvent faire pour toi ?
Voilà pourquoi toute amitié qui n'est pas motivée par l'amour d'Allah se transformera le jour du Jugement Dernier en animosité. Allah dit dans le Saint Coran : "les amis ce jour là, qui étaient amis dans ce bas monde, seront ennemis les uns des autres, exceptés les pieux", toute amitié ou compagnie, se transformera le jour de la Résurrection en animosité, sauf ceux qui s'inscrivent dans le cadre de l'amour d'Allah."
[13:13]
"Dis moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es" - sermon de Abdelhamid Mazzouz à la Mosquée de Sartrouville le 3 janvier 2014 (hard-copy)

Les Musulmans ne doivent tisser des liens d'amitié qu'avec des gens pieux qui connaissent la "shahada", premier pilier de l'Islam : autrement dit, les seuls amis que les Musulmans sont autorisés à avoir sur Terre doivent être Musulmans.
Abdelhamid Mazzouz va jusqu'à menacer indirectement les Musulmans qui s'aviseraient de prendre pour amis des non-musulmans, Allah transformera cette amitié en animosité le jour du Jugement Dernier. Ils seront condamnés pour cette infamie. Où sont les appels Fraternels, pleins de Respect et d'Amour entre communautés ? Où est la religion de "Paix et Tolérance" ?

On remarque que la notion de Fraternité en Islam professée par l'imam Abdelhamid Mazzouz n'a apparemment pas le même sens que dans les Évangiles du Nouveau Testament de la Bible :
" Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ? Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. "
La Bible - Matthieu 22:36-40


Pierre Fond, maire UMP de Sartrouville, a rappelé lors du discours d'inauguration du complexe islamique le 15 février 2014, «les efforts» effectués par la communauté musulmane pour l’édification de la Mosquée. «Nous continuerons à la soutenir».
Pierre Fond est prêt à sacrifier le vivre ensemble en société sur le long terme, au nom du communautarisme musulman intolérant enseigné par les prédicateurs de la Mosquée de Sartrouville.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 28 juin 2014

21/06/2014

Les Musulmans fréquentant la Grande Mosquée de Bayonne sont-ils des citoyens français ?

Depuis environ deux décennies, l'Islam se développe progressivement dans les régions du sud-ouest de la France. Plusieurs associations se crééent afin de structurer l'enseignement de la religion de "Paix et Tolérance", en particulier par la demande et l'obtention des différentes municipalités, de terrains pour y construire des Mosquées. On peut noter entre autres dans la région Aquitaine, l'édification de la Grande Mosquée de Libourne, celle de Bordeaux chère au maire UMP Alain Juppé, ou encore celle de Cenon, (avec son imam Mahmoud Doua), toutes diffusant un Islam rigoriste et fondamentaliste.
Les habitants du pays Basque, fiers de leur culture et de leurs traditions, ne sont pas en reste et constatent chaque jour que certains quartiers de leur patrimoine se modifient face à l'immigration au fil des années, avec le concours des responsables politiques locaux.

On peut noter que la municipalité de la ville de Bayonne dirigée à l'époque par le maire UMP Jean Grenet, a "offert" en 2007, sous les pressions et les revendications, un terrain de 2000 m² à l'Association Culturelle des Musulmans de la Côte Basque (ACMCB), la signature d'un bail emphytéothique de 10€ le m² au mépris de la Loi de 1905 de séparation de l'église et de l'état, la République ne devant favoriser aucun culte.

L'ACMCB, sous la présidence de Abderahim Wajou, a pu en 2008 démarrer le chantier de la Mosquée sur ce terrain. Le 30 août 2011, jour de la fin du ramadan, les fidèles ont prié pour la première fois dans le nouvel édifice.

La Mosquée est construite sur un terrain de 2 000 m² et dispose d’une capacité d’accueil de 300 personnes avec deux salles de prières, une école coranique avec deux salles de cours, une bibliothèque et une salle de conférence. Un minaret symbolique surmonte la Mosquée (pour un futur appel à la prière, comme à Hambourg ?). La construction de cet édifice a coûté près de 700 000 euros. Le complexe islamique a été inauguré en mars 2014.

La Mosquée de Bayonne

Le minaret de la Mosquée de Bayonne

Quel Islam est diffusé par les prédicateurs aux fidèles Musulmans de Bayonne ? Un appel à la Fraternité, un hymne à l'Amour, à la Paix, à la Tolérance ? Cele ne semble pas faire partie des priorités du dogme, sur leur site Internet officiel, les responsables de l'ACMCB gérant la Mosquée de Bayonne sont plutôt confrontés à un problème existentiel beaucoup plus préoccupant : comment concilier les lois de la charia islamique incompatibles avec les Lois de la République française ?

ci-dessous, extrait de la page du site "Respecter la loi du pays et se référer aux Coran et Sunna : comment ?" (hard-copy1) (hard-copy2)

"Respectez-vous les lois françaises ou bien les principes du Coran ?

Réponse :

Nous musulmans nous référons (tahkîm) à nos sources – Coran et Sunna – et sommes respectueux des lois du pays dans lequel nous vivons. "En tant que citoyens ou résidents étrangers d'un pays donné, les musulmans sont liés à un contrat avec ce pays. Or l'islam enseigne au musulman de respecter le contrat qu'il a conclu.
Ainsi, le Prophète avait conclu des traités internationaux, des traités qu'il avait conclus avec d'autres Etats-cités de l'Arabie d'alors : le Coran parle de "peuples avec qui vous avez conclu un traité" (Coran 4/90) ; le Prophète avait conclu un traité de dix ans avec la Mecque, en vertu duquel les musulmans de La Mecque ayant émigré à Médine seraient renvoyés à La Mecque ; il respecta les clauses du traité et fit retourner Abû Jandal, un musulman venu de la Mecque (rapporté par al-Bukhârî). Ceci concernait les traités entre nations.
Maintenant, en venant s'installer dans un pays (que ce soit définitivement en ce qui concerne les citoyens ou temporairement en ce qui concerne les résidents étrangers), les musulmans ont conclu un contrat avec les autorités du pays. Ici il ne s'agit pas d'un traité (mu'âhada) entre deux Etats mais d'un contrat (mu'âhada) entre un Etat et les personnes qui y résident. Cf. Fatâwâ mu'âssira, tome 3 pp. 642-644."

On constate d'après l'ACMCB, qu'en France, les Musulmans ne sont pas sous l'autorité de la législation française. Ils passent un "contrat" (mu'âhada), qui les engage à respecter les lois du pays d'accueil, à condition qu'elles ne s'opposent pas aux lois islamiques. Il s'agit là d'une très grave dérive communautariste, qui voit s'installer sur notre territoire un groupe d'individus, une communauté, étrangère culturellement à l'identité locale, avec une possibilité éventuelle de faire scission sur le long terme si l'incompatibilité entre les deux systèmes s'avère flagrante.

"B.1.2 : La loi du ne dit rien de quelque chose que nous considérons obligatoire : "Ainsi en est-il du caractère obligatoire des cinq prières quotidiennes. En quoi le fait de devoir respecter la loi française empêcherait-il de les accomplir ?"

-------------------------
"B.2) La loi du pays rend quelque chose obligatoire alors que nos sources nous l'interdisent formellement, ou nos sources rendent quelque chose obligatoire alors que la loi du pays nous l'interdit formellement. Ou bien nos sources ont désigné une façon précise (tarîq mu'ayyan) pour réaliser tel objectif (devenu nécessaire) alors que la loi du pays en désigne une autre :

"Dans ce cas il s'agira d'orienter les musulmans vers la solution, dans la loi du pays, qui permet de pratiquer ce que disent nos sources. Ainsi, une jeune musulmane qui porte le foulard ne peut plus le porter quand elle entre, en tant qu'élève, dans les salles de l'école publique ; il s'agira donc d'orienter cette jeune fille vers une école privée qui l'autorisera à porter ce foulard, ou à suivre des cours par correspondance.
Les musulmans devraient également créer des écoles privées, similaires à celles que les protestants, les catholiques et les juifs en ont créées."
"Quand on vit dans un pays, les lois qui déclarent quelque chose strictement obligatoire ou strictement interdit, et qui menacent le contrevenant d'emprisonnement etc. sont contraignantes ("muk'rih"). C'est pourquoi, dans le cas B.2.2 cité plus haut (c'est le seul cas où la question se pose), le musulman se conformera à ce que dit la législation du pays où il vit, considérant qu'il y a contrainte ("ik'râh") ;
[...]
"Ceci n'empêche pas qu'en tant que citoyen, en même temps qu'il se conforme en actes à une telle loi, le musulman proteste et dise qu'il considère celle-ci injuste. Ainsi le disons-nous à propos de la loi contre le port du foulard par les élèves de l'école publique."

Pour l'ACMCB, les lois de la Charia sont incompatibles avec celles de la République : une femme Musulmane doit pouvoir porter librement son hijab partout sans contraintes, y compris dans les écoles publiques. La loi contre le port du voile à l'école est injuste, les Musulmans sont donc discriminés dans un pays hostile à l'Islam.
En attendant de jouer de leur influence par des pressions, des revendications afin de pouvoir modifier ces lois républicaines "liberticides", les responsables de la Mosquée de Bayonne conseillent aux Musulmanes de s'inscrire dans les écoles privées coraniques respectant la Charia.
Ces jeunes filles Musulmanes, sous l'influence des imams, seront-elles pleinement intégrées dans la vie en société ?

Les responsables de la Mosquée de Bayonne militent contre la loi interdisant le port du voile islamique dans les écoles publiques : un bras de fer contre les institutions de l'État dont l'enjeu est l'endoctrinement des futures jeunes bayonnaises. (illustration : femmes en hijab au Pakistan)

 

Toujours sur la page traitant de la Loi de la Charia, une autre problématique soulevée par les responsables de l'ACMCB : comment doivent se comporter les Musulmans en cas de conflit armé ? (Pourquoi cette question ? La guerre revêt-elle une importance particulière dans le culte musulman ?) Extrait en gras italique ci-dessous :

"Si le pouvoir exécutif ou l'assemblée législative du pays mobilise les citoyens pour aller au combat, que faire ?"

"Imaginez que les citoyens d'un pays donné soient mobilisés pour aller combattre des habitants d'un autre pays et que cette guerre soit injuste. En vertu des limites au cas de contrainte que nous venons de voir, les musulmans ne pourront pas participer à ce combat. Mais attention, ce n'est pas le fait de voir si en face il y a des musulmans qui soit seulement à prendre en considération : des innocents sont des innocents, musulmans ou pas."

Les Musulmans ne seraient pas sous l'autorité de l'État français. Ils ne peuvent partir au combat et servir la patrie, que si cette guerre est "juste". Qu'est-ce qu'une guerre juste ? Les imams n'en donnent pas la définition, mais ils sont les seuls garants pour définir les causes justes capables de préserver l'intérêt des Musulmans.

Ces imams s'apprêtent-ils à construire un futur État dans l'État ? Pour islamiser progressivement la région, on constate que les responsable de l'ACMCB procèdent par étapes, Abderrahim Wajou et son successeur ont été en contact avec les abattoirs de la région pour que leurs responsables produisent de la viande halal, par l'abattage rituel musulman finançant la construction de Mosquées, et qui écarte la viande de porc, jugée impure.
Imposer le port du voile islamique, le hijab, convaincre les boucheries et les abattoirs de produire de la viande halal, changer progressivement le paysage culturel et ethnique des quartiers et des villes, revendiquer la supériorité des lois islamiques de la Charia sur les Lois de la République.
Tel est le programme de l'ACMCB pour communautariser sur le long terme la région basque. En misant également sur l'expansion de l'Islam par la construction d'autres Mosquées, comme celle de Portugalete dans le pays basque espagnol.

Inauguration de la nouvelle Mosquée à Portugalete en Biscaye (Espagne) : dans quelques décennies, les habitantes du Pays Basque seront-elles toutes voilées ?

"Le nombre de maghrébins a augmenté, donc automatiquement, ils étaient à l'étroit et cherchaient un lieu de culte différent. Ils m'avaient proposé quatre ou cinq projets que j'avais refusé pour des raisons urbanistiques ou de sécurité tout à fait valables, à tel point, qu'ils étaient très en colère après moi et étaient venus manifester un samedi devant la mairie de Bayonne, persuadés de l'invalidité de l'obstruction.
Or, ce n'est pas le cas, et je l'ai prouvé par la suite, puisqu'on a identifié un terrain qui appartenait à la communauté de l'agglomération que nous avons acheté et revendu à la fois aux portugais, à l'association de divulgation de la culture portugaise, et aux musulmans."

Jean Grenet, maire UMP de Bayonne jusqu'en mars 2014, cède aux pressions et revendications de l'ACMCB en participant activement à l'islamisation de sa ville

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 21 juin 2014

08/06/2014

Amar Lasfar président de l’UOIF, plus grand réseau islamiste du pays, expose à l’institut de la Grande Mosquée Al-imane de Lille sa stratégie en cinq phases pour islamiser la France

L'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) est le principal réseau de diffusion de l'Islam dans le pays. Le groupe se constitue d'un maillage de plusieurs centaines d'associations islamiques administrant des centaines de Mosquées à travers toutes les régions de France.
L’organisation est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia. Son ex-président Ahmed Jaballah déclarait sans embage que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »

Le président de l'UOIF actuel, Amar Lasfar, organisateur de l'Islam dans le nord de la France avec l'appui de Martine Aubry, manifeste publiquement son soutien aux islamistes en glorifiant dans une conférence donnée au Palais de Lille le 19 août 2012, la conquête du pouvoir en Égypte par les Frères Musulmans.

Les principaux leaders des Frères Musulmans manifestent publiquement leur hostilité contre les Juifs, que ce soit Mohamed Badie, président de la Confrérie lors de son procès en Égypte en mai 2014, ou encore Safwat Hijazi, principal meneur de la campagne électorale de Mohamed Morsi, l'ancien président égyptien.


Le président de l'UOIF et de la Ligue Islamique du Nord Amar Lasfar glorifie la conquête de l'Égypte par les Frères Musulmans devant les Fidèles au grand Palais de Lille le 19 août 2012

Amar Lasfar est le recteur de la Grande Mosquée Al-imane de Lille-sud, dans laquelle il invite les islamistes de l'Islam politique antioccidental et antisioniste Tariq Ramadan, Hani Ramadan ou Hassan Iquioussen pour y donner des conférences

Parmi les figures de l'UOIF, on peut citer le prédicateur Moncef Zenati, titulaire d'une maîtrise en sciences islamiques de l'Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) de Château-Chinon, un établissement qui sous ce titre pompeux, dissimule une école coranique formant les prédicateurs de l'UOIF.

-

Moncef Zenati s'affiche dans les rassemblements avec des conférenciers de l'Islam politique antioccidental et antisioniste, comme Tariq Ramadan, Hassan Iquioussen, Marwan Muhammad, Abdelfattah Mourou ou Hani Ramadan, lors de la 11ème Rencontre Annuelle des Musulmans du Sud à Marseille le 19 mai 2013

Le prédicateur antisioniste Moncef Zenati

Moncef Zenati commente, traduit et diffuse les textes du prédicateur fondateur des Frères Musulmans Hassan Al Bannah, et du cheikh antisémite égyptien Youssef Al Qaradawi, le mentor actuel de la confrérie des Frères Musulmans, et principal référent pour les responsables de l'IESH de Château-Chinon, en matière de législation islamique.

Youssef Al Qaradawi appelle dans ses préches retransmis sur les télévisions du monde arabe, à l'extermination des Juifs.

Moncef Zenati encourage la diffusion des textes de Hassan Al-Bannah, fondateur des Frères Musulmans, et de la propagande politique de Youssef Al Qaradawi, le mentor antisémite égyptien de la Confrérie

Moncef Zenati est par ailleurs un militant politique antisioniste et pro-palestinien, les associations islamiques proches de l'UOIF, comme "Havre de Savoir" au Havre, constituent le vecteur parfait pour relayer l'idéologie des Frères Musulmans dans les Mosquées de France.
Sur le site officiel de l'UOIF, on peut lire un article de Moncef Zenati dénonçant la politique d'Israël, "l'entité sioniste qui a volé la terre des palestiniens". Quelques extraits en gras italique ci-dessous (hard-copy 1) (hard-copy 2) :

L'UOIF, principale organisation antisioniste et pro-palestinienne de France

"Les sionistes formèrent des organisations terroristes afin de semer la terreur pour forcer les palestiniens à quitter leurs terres. Ces organisations ; les premières organisations terroristes de l’histoire moderne ; étaient extrêmement organisées et armées contrairement aux arabes qui étaient dispersés, chaque village étant préoccupé par sa propre défense. Les arabes ne possédaient que peu d’armes. La possession d’armes était formellement interdite pour les arabes. Les britanniques avait décrété que tout palestinien en possession d’une seule balle était passible de 15 ans de prison.
Les palestiniens résistèrent avec bravoure. ‘Az ad-Din al-Qassam, le responsable de Frères Musulmans en Palestine, ouvrit la voie de la résistance en 1935. Il tomba martyre le 20/11/1935. Une autre rébellion vit le jour sous la direction de cheikh Amin al-Housayni en 1936. La grande grève de 1936 qui mobilisa tous les palestiniens fut une manifestation éclatante d’une volonté de résistance unitaire. A force de massacre et de terrorisme, Israël réussit à établir son état, en massacrant sauvagement et sans pitié femmes, enfants et vieillards à Deïr Yassin et en dehors de Deir Yassïn. Le massacre de Deïr Yassin fut perpétré le 9 avril 1948 par les combattants terroristes de l’Irgoun et du Lehi.
Lorsque ces terroristes se saisissaient d’une femme palestinienne enceinte, ils pariaient sur ce qu’elle portait dans le ventre : un garçon ou une fille ? Ensuite, ils l’éventraient et sortaient le fœtus, tuant ainsi à la fois la maman et l’enfant. Begin (premier ministre d’Israël de 1977 à 1983) assuma complètement ce massacre en disant : « Sans la victoire de Deïr Yasin, Il n’y aurait pas eu d’état d’Israël ».

Le plus gros mensonge de l’histoire :
Pour justifier la création d’Israël, on se référa au propos de Herzl : « Une terre sans peuple pour un peuple sans terre ». Sauf que la Palestine n’était pas une terre sans peuple. Un peuple y habitait depuis l’antiquité. On inventa alors le plus gros mensonge de l’histoire : le droit historique des juifs à la Palestine. Les sionistes dirent : Cette terre nous appartient historiquement. C’est un mensonge. Mais apparemment, plus le mensonge est gros, plus on y croit facilement."
[...]
"L’histoire nous révèle donc que la Palestine est aux palestiniens. L’entité sioniste a volé la terre des palestiniens. Israël est et restera l’agresseur. Les palestiniens, eux, sont les ayants droit historiques de cette terre. Ils se sont faits volés leur terre et la terre de leurs ancêtres. Ils sont et resterons les victimes ; les agressés. Résister est pour eux un droit ; résister est un devoir. Une riposte est définie comme étant une réponse à une agression. Ce sont donc les palestiniens qui ripostent. On ne peut parler de riposte, de légitime défense ou de représailles pour l’agresseur. Daniel Desbiens, l’écrivain québécois dit : « Qui défonce une barrière viole sa propre liberté et ouvre la porte vers des représailles ».

On constate que dans l'article de Moncef Zenati publié par l'UOIF, que nous ne sommes plus dans la recherche spirituelle, la fraternité, la prière ou l'humilité, il s'agit là de militantisme politique pro-palestinien et antisioniste. Le prédicateur appelle les Musulmans à résister à l'agression de l'entité sioniste, Israël est considéré comme un état illégitime, et Moncef Zenati revendique là encore son soutien au groupe islamique politique des Frères Musulmans, organisation classée aujourd'hui comme terroriste par le gouvernement égyptien.

Par ailleurs, dans une conférence donnée le 12 avril 2014 à Paris, à l'initiative de l'association "Havre de Savoir", Moncef Zenati nous explique ce qu'est la Charia islamique, extraits en gras italique ci-dessous (hard-copy) :


"Au sens terminologique, la Charia correspond à l'ensemble des Lois que Dieu a prescrit à ses serviteurs à travers le Coran et la Sunnah, et à travers ce qui en découle, comme le consensus, le raisonnement par analogie, et les autres sources du droit musulman. Donc, la Charia correspond à la Loi Divine. La Charia correspond à l'ensemble des Lois, toutes les Lois, concernant tous les domaines.
Donc les Lois que Dieu a prescrit à ses serviteurs à travers le Coran et la Sunnah, ce sont des Lois prescrites directement par le Coran ou la Sunnah, ou indirectement, par les autres sources de la législation. Pour bien comprendre la Charia, il serait intéressant plus tard, d'aborder ce sujet des sources législatives de l'Islam. [...]

"Quand au Fiqh, le droit musulman, c'est une science qui a pour objet la déduction des prescriptions juridiques pratiques à partir de leurs sources de référence, le Coran et la Sunnah et les autres sources. Il y a une relation de cause à effet entre la Charia et le Fiqh. La Charia c'est la finalité, le Fiqh, c'est un moyen. L'ensemble des prescriptions extraites, forment la Charia. Le Fiqh, c'est le moyen de parvenir à la Charia."
[11:35]
"Par droit positif, on entend par là les Lois humaines, établies par les hommes en vue d'organiser leur vie et leurs rapports sociaux au niveau individuel, collectif et international. Que ce soit les Lois humaines ou les Lois divines, il y a un point commun, c'est d'organiser la vie des êtres humains dans leurs rapports sociaux au niveau individuel, collectif et international. Mais il y a aussi des points de différence. Premièrement, c'est que le droit positif est une production humaine, alors que la Charia émane d'Allah, à travers les sources du Coran et de la sunnah et des autres.
[...]
Le droit positif reflète l'imperfection de l'être humain et sa faiblesse, à partir de là, ces Lois sont sujettes au changement et à la modification. Le droit positif est imparfait, et ne pourrait atteindre la perfection, dans la mesure où la perfection ne fait pas partie des caractéristiques de son producteur. C'est pour cela qu'il ne sert à rien d'attendre la perfection de n'importe quel parti politique, ce n'est pas possible. Il ne faut pas attendre la perfection qui ne viendra pas de l'être humain, car cela ne fait pas partie de ses caractéristiques.
[...]

Alors que la Charia émane d'Allah, donc elle reflète l'omnipotence, l'omniscience de son Créateur, sa perfection, et l'omniscience d'Allah. Donc, ces Lois n'ont nullement besoin ni de changements, ni de modifications, quel que soit le changement que puisse subir l'espace, le temps, et quel que soit le développement de l'être humain."

[17:45]
"Deuxième différence, le droit positif est un ensemble de lois temporaires que le groupe élabore en vue d'organiser ses affaires pour répondre à ses besoins. [...]
Les Lois humaines sont toujours en retard par rapport au groupe. Si elles sont au niveau aujourd'hui, elles seront en retard demain.
[...]
Quand le groupe va se développer, les Lois vont changer pour s'adapter au groupe.
[...]
Le but étant de stabiliser la société, cette Loi qui était à la base interdite, commence à se répandre, cela créée une instabilité dans la société. Comment gérer cette instabilité ? On va la légaliser, quelle soit bonne ou mauvaise, pour stabiliser la société.
Alors que la grande finalité de la Charia, c'est l'organisation de la Oumma et le maintient de cet ordre. Les Lois de la législation sont éternelles, et ne changent pas en fonction du changement de la société ou du groupe. Cela implique la souplesse, les facteurs d'adaptabilité de les lois de la Charia. Il faut de facteurs pour que la Charia puisse s'adapter à n'importe quelle contexte.
Et aussi que les Lois de la Charia sont d'un tel niveau et de sublimité, qu'elles soient toujours en avance par rapport au groupe, alors que pour les Lois humaines, c'est toujours le groupe qui est en avant."

[22:00]
"Les premiers états à avoir pris cette direction, c'est-à dire le fait de diriger le peuple selon la pensée de ceux qui le dirigent, il faut que le peuple pense comme nous. D'où les slogans : "rendez-nous nos enfants." On veut éduquer les enfants selon un mode de pensée. A la base, la Loi n'entre pas dans ce genre de considérations. Mais les premiers états à avoir pris cette direction, c'était la Russie, la Turquie d'Attatürk, l'Italie fasciste et l'Allemagne nazie.
Mais après, tous les états sont partis dans le même chemin. On a un peuple pour lequel on va non seulement organiser la vie, mais aussi l'orienter vers une pensée que les détenteurs du pouvoir jugent la plus adéquate pour la société.
Alors que la Charia c'est le contraire, c'est la Charia qui va créer le groupe et l'orienter. Elle vise avant tout à la construction d'individus vertueux,pour la construction d'une société vertueuse et l'établissement d'un état exemplaire."
[27:29]
"Le terme Charia, littéralement, c'est la voie, exposer, éclaircir, c'est la voie qui mène vers la félicité, et au niveau terminologique, c'est l'ensemble des prescriptions pratiques que Allah a préscrit à ses serviteurs à travers le Coran et la Sunnah et à travers les autres sources et ainsi que l'Islam, c'est une croyance et une législation, la Charia est l'ensemble des prescriptions dans tous les domaines et non pas uniquement au code pénal."
[30:06]
Conférence du prédicateur de l'UOIF Moncef Zenati le 21 mai 2014 à Paris, dans le cadre des conférences "Havre de Savoir" (hard-copy)

Le prédicateur Moncef Zenati met en concurrence le droit positif c'est à dire les lois humaines, et la Charia (lois divines). Les lois humaines seraient inférieures car elles sont changeantes, selon le bon vouloir des hommes, alors que dans le droit musulman, "les Lois de la législation sont éternelles". Il en découle que les lois humaines seraient inférieures car elles sont en retard sur la société, "imparfaites" puisque issues de la pensée de l'homme et non de Dieu, alors que les Lois de la Charia sont d'un "tel niveau et de sublimité", qu'elles sont toujours en avance sur la société. Les lois humaines sont totalitaires, elles orientent la pensée des hommes comme dans "l'Italie fasciste et l'Allemagne nazie".

Dans la Mosquée du Havre, Moncef Zenati incite par son sermon les Musulmans à se détourner de la société civile française, constituée de lois inférieures, base du fascisme, "réflétant l'imperfection de l'être humain et sa faiblesse", et à s'orienter vers la Charia, la vraie Loi qui "mène vers la félicité", et la "construction d'une société vertueuse et l'établissement d'un état exemplaire".

Il faudrait demander à Moncef Zenati ce qu'il pense des sanctions punissant le vol et l'adultère, et si elles font partie de "la sublimité" de la Charia tant vantée par le prédicateur :
"Le voleur et la voleuse, à tous deux coupez la main, en punition de ce qu'ils se sont acquis, et comme châtiment de la part d'Allah. Allah est Puissant et Sage."
Le Coran 5:38
"La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l'exécution de la loi d'Allah - si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu'un groupe de croyants assiste à leur punition."
Le Coran 24:2

Il est important de noter que la Charia a été déclarée INCOMPATIBLE avec les exigences d'une société démocratique et laïque par un arrêté de la CEDH (Cour Européenne des Droits de l'Homme) du 13 février 2003.

Le système islamique est clairement incompatible avec les démocraties des sociétés occidentales. Y-a-t-il une idéologie de conquête véhiculée par les responsables de l'UOIF, de subversion, d'influence pour imposer les règles et principes de l'Islam ? On peut se faire une opinion par soi-même en écoutant Amar Lasfar devant des Fidèles Musulmans de Lille.


Dans une conférence à l'Institut musulman rattaché à la Grande Mosquée Al Imane de Lille, Amar Lasfar développe l'histoire de la progression de l'Islam en France (hard-copy)

"Nous les Musulmans, en matière de Foi, nous croyons qu'il y a une seule Foi, tout en admettant plusieurs Lois. Moïse était Musulman, et il avait une Loi propre à lui. Jésus était Musulman, en matière de Foi, mais il avait une Loi, parce que toute Loi est fonction de l'environnement, du contexte historique, du contexte géographique, du lieu, du temps, de l'environnement, de la mentalité qui diffèrent d'un lieu à un autre.
Par contre, la Foi ne peut pas différer. Adam qui est à l'origine Musulman et prophète, croyait et avait la même Foi que nous avons aujourd'hui. La Foi d'Adam, d'Abraham, de Noé, de Jésus, de Moïse, c'est la même Foi que nous avons aujourd'hui, c'est quoi ? l'Unicité de Dieu. L'Unicité de son Message, la vie après la mort, le Jugement dernier."
[03:03]
"1989, ça nous rappelle la première affaire du foulard. Le collège de Creil, deux marocaines et deux turques, qui un beau jour, sont allées à l'école avec leur foulard. Elles ont oublié d'enlever le foulard chez elles. Cet oubli, reflète un état d'esprit : "Je n'ai plus besoin de me cacher, je veux être moi-même à la maison et en dehors de la maison". Dehors, c'est ma maison, elles ont en quelque sorte élargi dehors, c'est ma demeure, donc je suis chez moi, même dans la rue. C'est le signe de la réussite de l'intégration.
Or, pour un certain nombre de sociologues, notamment Tribalat (Michelle) et Kepel (Gilles) et les autres, tout de suite ils ont crié : "Au secours ! c'est l'échec de l'intégration !". Du moment que cette fille a accepté d'apparaître au grand jour avec sa spécificité, et ce qui fait sa différence, "je suis chez moi, je peux me permettre des choses !".
[30:41]
"l'intégration ne concerne pas les signes religieux, et c'est très grave, c'est ce que j'appelle l'hypocrisie de la politique française. La France est restée 132 ans en Algérie, la femme algérienne de l'époque, rares sont celles qui ne portaient pas le foulard.
[...]
Les femmes s'enfermaient et ne laissaient apparaître qu'un seul oeil, et on trouvait ça normal, parce qu'on respecte leur spécificité, et pourtant, c'était des françaises, parce que l'Algérie était française.
[...].
La loi de 1905 ne s'appliquait pas en Algérie, et pourtant les savants algériens de l'époque voulaient être régi par la Loi de 1905. C'est quoi la Loi de 1905 ? La France va laisser le côté religieux aux algériens, mais non, non ! L'Islam jusqu'en 1961 était la religion d'état en Algérie, c'est-à-dire que la France appliquait la Charia en Algérie. C'est elle qui nommait les imams, c'est elle qui était responsable administratif de la religion en général. Elle a géré les affaires de la religion pendant presque un siècle et demi."
[37:15]
Pour justifier les revendications islamiques, en particulier le port du voile à l'école, Amar Lasfar explique que pendant la période coloniale en Algérie, les algériens et algériennes suivaient les traditions islamiques, intégrés dans la France laïque et républicaine, et que cela ne posait pas de problèmes.
En Algérie, la France n'a pas cherché à dénaturer et à effacer la culture et les traditions locales issues de l'Islam. Les femmes voilées sont restées voilées, les enfants algériens ont continué de manger de la viande halal dans les cantines scolaires, les hommes continuaient de prier cinq fois par jour, la polygamie était naturelle et autorisée, la juridiction islamique a constitué en partie la base de la législation en Algérie française, comme elle l'était avant que les français ne prennent possession de la Régence d'Alger en 1830 (alors sous domination turque).
La France et l'Algérie constituaient deux modes de vie, issues de deux civilisations radicalement différentes et incompatibles. Le "statut de l’indigénat" faisait une distinction nette entre les citoyens français et les sujets musulmans. Les musulmans algériens ne pouvaient être naturalisés français que s'ils en faisaient explicitement la demande, après une longue procédure administrative, la production de justificatifs, une enquête, le Musulman devait se présenter finalement devant le maire et « déclarer abandonner son statut personnel pour être régi par les lois civiles et politiques françaises ».
Une politique de naturalisation très restrictive, résultat : en cinquante ans (de 1865 à 1915), 2396 musulmans d’Algérie sont naturalisés français. Entre 1919 et 1930, 1204 musulmans sont naturalisés, pour 1547 demandes déposées. En 1962, l'année de l'indépendance, seuls quelques dix mille musulmans sont pleinement français, autant dire, une goutte d'eau.

"Il est difficile d'occuper la rue. Aujourd'hui les Musulmans dépassent de loin ça. Ils prient dans la rue. Il leur est déconseillé de prier dans la rue, mais ils n'ont pas de place dans les Mosquées, notamment en région parisienne. Au lieu de leur dire : "Pourquoi vous priez dans la rue ?", ouvrez-leur des salles de prières. Et ma lecture de ça, c'est que c'est une réussite de l'intégration.
C'est-à-dire que nous avons accepté de prier Dieu dans la rue. On va bénir la rue, on ne va pas la salir, on va bénir la rue. Qui dit prière dans la rue, je vais mettre mon visage. Ce que j'ai de précieux, je vais mettre mon nez, mon front, et je vais dire :"sub'an Allah" sur le bitume. Vous croyez que je le fais par orgueil ? Si on n'était pas des Musulmans, qui accepterait de mettre son visage par terre ? Surtout une fille ?
[...]
Donc ne lisez pas cette lecture que nous occupons la rue, nous bénissons la rue."

[47:50]
"La revendication sociale, culturelle et identitaire. Ce n'est pas la peine de nous donner des leçons dans l'identité et la citoyenneté, nous sommes des citoyens, nous assumons nos devoirs et nos prérogatives, mais comptez sur nous pour revendiquer tous nos droits rien que nos droits bien sûr, on va occuper tout l'espace que nous offre généreusement la laïcité française. La laïcité est généreuse, mais les laïcs ne le sont pas ou le sont moins."
[49:07]

Amar Lasfar explique aux Musulmans de l'institut culturel de la Grande Mosquée Al-Imane de Lille-sud, la stratégie de conquête de la France en cinq phases pour "influencer" la République. Le but non avoué étant d'atteindre le haut de la pyramide, le sommet de l'État.

"Aujourd'hui, on ne parle plus que l'on veut une place. On parle de citoyens, on parle de revendications, on parle d'interpellations, on ne parle plus de nous donner des miettes. Pour conclure et schématiser les cinq phases : la phase de l'acceptation, la phase de l'intégration, la phase de la participation et de la contribution, notamment sociale, économique et politique, la phase du rayonnement et pourquoi pas la cinquième phase, la phase de l'influence.
Nous aussi on peut influencer le déroulement de l'Histoire. Nous réduire uniquement à une masse de consommateurs, c'est une atteinte à ce que nous portons comme civilisation."
[52:28]
"Influencer en matière de civilisation. L'Occident a influencé le monde Musulman pendant des siècles et des siècles, et on n'a pas trouvé ça anormal, la démocratie on l'a prise, les droits de l'homme on a pris, mais l'Islam n'est pas uniquement des personnes ou un nombre de consommateurs. Il peut lui aussi prétendre, non pas être un donneur de leçons, mais apporter sa pierre. Il l'a fait pendant douze siècles, et la période andalouse est là pour en témoigner. Et bien nous, nous pensons que nous pouvons apporter quelque chose sur le plan civilisationnel."
[57:28]

Dans la prédication de Amar Lasfar, il y a les Musulmans et les autres. Les Musulmans doivent influencer la société et les politiques afin de pouvoir revendiquer leurs droits : port du voile islamique dans les écoles et au travail sans aucune restriction, viande halal dans les cantines, application des lois islamiques de la charia : non mixité sociale homme/femme, jours fériés musulmans, demande de salles de prières sur les lieux de travail, restriction spéciales pendant le Ramadan, construction de Mosquées sous la menace de prières de rue (les prières de rue sont une bénédiction et un signe d'intégration d'après Amar Lasfar !).

Cette conférence est à rapprocher de l'idéologie développée par Amar Lasfar dans cet autre texte :
"Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté"
Amar Lasfar cité dans « La cité mode d’emploi », Homme et migration, n° 1218, mars-avril 1999 p.55 "


Les organisateurs de l'UOIF en démonstration lors du Rassemblement Annuel des Musulmans de France (RAMF) au Bourget en avril 2014, développent une propagande politique antisioniste et pro-palestinienne : "nous sommes tous des palestiniens !" (hard-copy)

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 7 juin 2014