Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2017

La Grande Mosquée de Saint-Ouen, nouveau bastion de l’organisation politique misogyne, antioccidentale et antisémite des Frères Musulmans (UOIF) érigé avec la collaboration du maire UDI William Delannoy

La Seine-Saint-Denis est le département français le plus avancé en terme de processus d'islamisation, les Mosquées s'érigent comme des baïonnettes, transformant progressivement le paysage culturel et cultuel en territoires islamiques. On peut constater la multiplication de femmes voilées, hommes en Qami, de centaines de restaurants islamiques (kebab, pizzeria, boucheries), banissant la viande de porc et tout ce qui est non halal (impur/illicite), avec pour conséquences à terme l'érosion de la population de souche de la banlieue parisienne vers les banlieues lointaines ou la province.

On peut par exemple brièvement noter que Stains accueille par exemple l'assocation de l'Islam radical chatibi, géré par le prédicateur antioccidental et antisioniste Nabil Ennasri. La Courneuve en Seine-Saint-Denis, héberge le siège des Frères Musulmans (UOIF), l'organisation politique antioccidentale la plus influente de l'Islam radical en France.

L'assocation de la Mosquée Saint-Ouen fait partie du réseau islamiste des Frères Musulmans (UOIF). Des prédicateurs formés à l'Institut Européen des Sciences Humaines (IESH), viennent régulièrement endoctriner les Musulmans de la commune. L'IESH sous ce titre pompeux, n’est en fait rien d’autre q’une immense Madrassah, une école Coranique enseignant le Droit islamique, la Jurisprudence du Droit (fiqh), des Fatwas, la finance Islamique, un Système pénal et juridique concurrent de la Constitution Républicaine.
On peut remarquer que l’islamiste radical Youssouf Al-Qaradawi fait parti du « Conseil Scientifique » de l’IESH (hard-copy), on peut par exemple le voir ici lors de l’inauguration de la mise en place du 3ème cycle de l’IESH. Ce Cheikh fait autorité dans le Monde Musulman, il est consultant religieux sur la chaîne Qatari Al-Jazira. Il dirige également en Europe le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (CEFR). Dans ses discours et ses ouvrages, le Cheikh Youssuf Al-Qaradawi diffuse son programme Totalitaire : la mise en place de la Charia, la conquête de Jérusalem et de Rome.
Dans son ouvrage "Le licite et l’illicte en Islam" , il explique que tous les homosexuels doivent être exterminés (pendus ou jetés du haut d’un mur), il milite également pour un antisémitisme ultraviolent (extermination des Juifs, voir vidéo plus bas dans l'article).


L'UOIF a suffisamment d'influence pour attirer et obtenir sur la ville de Saint-Ouen les faveurs de l'électorat de la communauté musulmane en pleine expansion. Le 28 juin 2013, l'ex-maire communiste Jacqueline Rouillon participe à la pose de la première pierre de la future Grande Mosquée de Saint-Ouen, marquant l'implantation de l'Islam radical des Frères Musulmans (UOIF) dans la ville.

L'édifice de 2000 m² est principalement constitué de deux grandes salles,  560 m² pour la salle de prière des hommes et 298 m² pour celle des femmes. L’espace cultuel permettra d’accueillir plus de 1700 fidèles, la Mosquée est doté d'un dôme et d'un minaret. Il sera alors impossible pour les habitants d'ignorer l'emprise de l'Islam sur la ville de Saint-Ouen.         

     

Projet de la Grande Mosquée de Saint-Ouen


salle de prière hommes de la Grande Mosquée de Saint-Ouen en cours de travaux

-                                                                    
La Grande Mosquée de Saint-Ouen en 2017, presque finalisée

                 

Le 24 juin 2016, Ahmed Jaballah, ex-président de l'UOIF, la branche politique antioccidentale et antisioniste des Frères Musulmans en France, donnait une conférence à la Grande Mosquée de Saint-Ouen


Ahmed Jaballah, président de l’UOIF (à droite), et le prédicateur antisémite égyptien Youssef Al-Qaradawi (au centre) à l’IESH de Paris (Saint-Denis) en 2007


Le prédicateur des Frères Musulmans Youssef Al-Qaradawi en démonstration devant des millions de Fidèles Musulmans sur les chaînes télévisées de pays arabes : haine de l'Occident, diatribes antichrétiennes, antiaméricaines et antisémites.

  

Les responsables de la Grande Mosquée de Saint-Ouen font la promotion sur leur page Facebook de l'Association France Plurielle (AFP), organisme de l'Islam radical, vecteur de l'idéologie de fondamentalistes complotistes antisionistes et antioccidentaux tels Nabil Ennasri ou encore Mohamed Bajrafil (hard-copy).

Parmi les intervenants, il est inquiétant de constater que Hassan El Houari, prédicateur diplômé de l'école coranique des Frères Musulmans de Saint-Denis (IESH), vient précher à la Mosquée de Saint-Ouen.

                    

Hassan El Houari, prédicateur à la Mosquée de Goussainville et invité à la Grande Mosquée de Saint-Ouen, fait la promotion de l'État Islamique et défend la constitution coranique, la loi du Talion, les communautarismes, une "nation musulmane" sous laquelle Chrétiens et Juifs seraient censés vivre sous la protection des Musulmans.

Hassan El Houari est un grand défenseur des lois islamiques de la charia, en particulier la loi du Talion, totalement incompatible avec les lois de la république. Il diffuse et demande aux Fidèles Musulmans de suivre les commandements coraniques, et explique comment se faire justice soi-même. Extraits d'une de ses conférences :

"Si vous punissez quelqu'un qui vous a puni, il ne faut pas commettre un excès, punissez selon la punition qu'on vous a fait. Punissez selon le tort qu'on vous a fait. Il vous a insulté, insultez-le, entre parenthèse, il vous a tapé, tapez-le, Punissez selon le tort qu'il vous a fait."
[19:08]
Conférence de Hassan El Houari, "L'Islam condamne le terrorisme" donnée le 9 janvier 2015 (hard-copy)

"Ceux qui ont été averti de la vérité, qui ont l'occasion de connaître cette vérité, qui leur a été exposée, mais ils détournent le dos, ceux là sont parmi les mécréants."
[13:13]
"Allah a dit : "ton Seigneur ne fait pas périr des cités avant d'avoir envoyé dans leur métropole un messager." Ça veut dire que tant que un messager n'a pas été envoyé das les métropoles, ils ne connaissent pas, ils ne sont pas des mécréants."

"Ceux qui mécroient sont ceux qui empêchent de cheminer vers Dieu."
[29:50]
Conférence de Hassan El Houari le 11 novembre 2016, "Dieu n'aime pas les infidèles" à la Mosquée de Goussainville (hard-copy)

Hassan El Houari sous-entend que si on expose l'Islam a une personne, et que cette personne rejette la doctrine coranique, elle est mécréante et il serait autorisé à la faire périr, comme le faisait le Prophète Mohamed.

Hassan El Houari est un promoteur du jihad islamique, qui serait d'après lui non offensif, le guerre sainte ne serait qu'une guerre défensive ! Voici comment, devant ses fidèles musulmans de la Mosquée de Goussainville où il prèche d'habitude, il exprime sa vision du Jihad :

"Allah a dit : "Certes, Allah aime ceux qui combattent dans son chemin en rang, comme un édifice, une construction solide. Allah aime ceux qui ont réalisé cette image." "Chaque mot a un sens dans ce verset. Allah aime ceux qui combattent dans son chemin en rangs solides.
Ceux qui combattent, ce n'est pas ceux qui assassinent, dans la langue arabe j'ai bien fait la différence, comme les arabes et les savants l'ont fait. Assassiner c'est tuer. Ici, Allah n'a pas dit "tuer", il a dit "combattre", ça veut dire quoi ? Combattre quelqu'un, ça veut dire qu'il est bien prêt à combattre, mais pas à assassiner gratuitement. Combattre, ça veut dire défendre. Défendre sa dignité, défendre sa religion, et ainsi de suite. Dans cette image ceux qui combattent leurs ennemis, doivent être comme cela : une construction solide, en rang, droit, qu'on ne peut pas traverser."
[11:58]
Conférence de Hassan El Houari le 11 novembre 2016, "Le rang serré" à la Mosquée de Goussainville (hard-copy)

Hassan El Houari use également de la fibre victimaire, en critiquant les média, les politiques, l'éducation nationale, tous considérés comme ligués contre l'Islam et les Musulmans, et fait la leçon aux Français, afin de souder la communauté musulmane contre les institutions de l'État. Les attentats se produisant sur le territoire ne serviraient qu'à stigmatiser les Musulmans, Hassan El Houari refusant de voir que le terrorisme islamique est à la racine des textes coraniques :

"J'adresse la paroles à ces Français, politiciens et les média, si votre mémoire est courte, lisez l'Histoire qui n'est pas loin de nous. Qui sommes-nous, les Musulmans ? C'est quoi l'origine des Musulmans en France, on est descendu du ciel ? On est sorti de la terre !? Il faut que vous sachiez mes chers Français, mes chers concitoyens, que nous, on est fiers d'être Musulmans, on est fiers d'être là en France parce que nous sommes des petits-fils de milliers de Musulmans qui sont venus dans la grande guerre de 1914-18 pour vous libérer, pour libérer votre grand-père et votre grand-mère, et votre territoire qui est le nôtre aujourd'hui.
Et les tombes, et les cimetières de nos grand-pères dont on est fiers aujourd'hui, elles sont là comme témoin, et la Mosquée construite au milieu de Paris, n'a pas été construite gratuitement, c'est un symbole de reconnaissance de l'effort des Musulmans qui ont libéré la France."
[...]
"Si vous pouvez reprocher quelque chose, vous devez le reprocher à l'éducation nationale, vous devez le reprocher aux média, à ceux qui ne tendent pas la main aux théologiens et aux savants pour dire : "nous voici, en est là pour vous aidez, pour parler du vrai Islam."
[09:51]
Conférence de Hassan El Houari sur "les attentats du 13 novembre" le 20 novembre 2015

"Le Prophète a rédigé la constitution de la nation musulmane, qui signifie l'organisation, la stratégie."
[...]
"Si on ne se soumet pas tous à une constitution liée au livre de Dieu selon la tradition prophétique, chacun invente des stratégies, des théologies par lui même, on ne va jamais survivre. Cette communauté ne sera jamais détruite jusqu'à la fin des temps, seulement, quand elle est faible, quand elle est divisée, dégradée, il faut que les membres de cette communauté reviennent à la lumière du Prophète."
[06:17]
"Le Prophète a rédigé la première constitution, cette première constitution est partagée en deux, elle contient environ 51 chapitres. 25 chapitres permettent de régler les relations entre les Musulmans, en gros c'est la fraternité, et d'autres citoyens qui ne sont pas Musulmans.
Il y a d'autres citoyens qui ne sont pas Musulmans. Le Prophète a considéré, les Juifs et les Chrétiens, il a considéré tous ceux qui vivaient en paix avec cela, des citoyens de cette nouvelle nation, ils devaient tous se réunir, s'aider entre eux. Les juifs ont le droit de pratiquer leur religion librement, les Chrétiens ont le droit de pratiquer leur religion librement, mais tout le monde entre dans la citoyenneté."
"Quand il y a un conflit entre deux Juifs, ils jugent entre eux, selon la Torah, pas selon le Coran, ils ont droit de pratiquer leur religion, parce que ce sont des citoyens tant qu'ils acceptent de vivre au sein de la nation musulmane."
[30:20]
Conférence de Hassan El Houari sur "Les fondements de l'état islamique à Médine" (hard-copy)

Hassan El Houari explique aux Musulmans quelle est la finalité de la communauté des Croyants, la Oumma sur Terre : vivre dans un État Islamique, régi par une législation coranique, qui admet des principes communautaristes, incompatible avec les législations de la communauté nationale française, qui ne peut à terme, que conduire à des dissensions, des conflits.

Hassan El Houari reçoit le prédicateur antichrétien et antisémite Hani Ramadan à la Mosquée de Goussainville le 29 mars 2014 (lien). Un membre éminent lié au réseau islamiste des Frères Musulmans (UOIF).

Hani Ramadan, petit-fils du fondateur de l’organisation politique des Frères Musulmans Hassan Al-Bannah (et frère de Tariq Ramadan), est le directeur du centre islamique de Genève en Suisse, un prédicateur qui tient des propos à caractère antisémite, n’hésitant pas à comparer les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles devant des centaines de Musulmans.

Dans ses ouvrages et conférences, Hani Ramadan explique que tous les Musulmans doivent être gouvernés par un Califat sous les Lois islamiques de la Charia. (conférence à la Grande Mosquée Al-imane de Lille-Sud dont le recteur n’est autre que Amar Lasfar). D’après lui, l’Occident décadent est contaminé par l’Antéchrist, le « Dadjhal », un borgne de l’oeil droit, et seul l’Islam et la Charia peuvent le guérir. Hani Ramadan soutient également le Hamas, la branche armée des Frères Musulmans, qui dans sa charte prévoit l’éradication des Juifs.

Autre invité de marque par l'association de la Grande Mosquée de Saint-Ouen, le prédicateur Ounis Guergah.


Le militant politique Ounis Guergah des Frères Musulmans, directeur d'études à l'IESH de Saint-Denis (UOIF), est également membre du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (CEFR), une institution qui donne des avis juridiques (fatwas) en fonction de la jurisprudence islamique et de la charia, en Europe !

Le CEFR admet donc l'existence d'une autre base de la juridiction que le droit français, ce qui ne peut que générer conflits, et création sur le long terme d'une société parallèle sur le territoire. Rappelons que la charia est un corpus dogmatique islamique incompatible avec une démocratie de type occidental d’après un arrêté de la Cour Européenne des Droit de l’Homme (CEDH) du 13 février 2003.

    
Le prédicateur islamiste Ounis Guergah, invité de la Grande Mosquée de Saint-Ouen, figure sur une affiche de promotion d'une conférence donnée à la Grande Mosquée de Saint-Chamond au côté du prédicateur antisémite Youssef Al-Qaradawi, mentor des Frères Musulmans.

  

"La précédente majorité avait signé la promesse de vente, l'ancienne Mosquée a été détruite et comme il n'est pas question que les musulmans prient dehors, j'ai décidé de leur prêter ce terrain, où étaient entreposés des gravats."
Allocution de William Delannoy, maire UDI de Saint-Ouen, qui a attribué un terrain gratuitement pour la Mosquée provisoire en attendant la finalisation des travaux de l'immense Mosquée cathédrale Essalam, qui enracinera définitivement l'Islam politique radical des Frères Musulmans au coeur de la commune.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 20 mars 2017

16/01/2017

Sermon du cheikh Bourchachene Abdessamad, imam antichrétien de la Mosquée de Fumel : « Dans la religion chrétienne et juive, la femme on la considère comme un être qui comporte le mal pur »

Fumel est une petite commune de 5 000 habitants du sud-ouest de la France, maillon du réseau islamiste aquitain regroupant plusieurs lieux de culte musulman, entre autres sur les villes de Bordeaux, Périgueux, Pessac, Agen, Libourne. L'association musulmane locale a reçu l'appui du maire LR (UMP) de la ville Jean-Louis Costes pour la construction d'une Mosquée.
Le lieu de Culte a été inauguré en juin 2005, par l'Association des Musulmans Fumélois, en présence du consul du Maroc à Bordeaux et du maire de Fumel.
Le bâtiment de 600 m2 compte une entrée, une pièce pour faire le thé, une grande salle de cours coranique, un logement pour héberger un imam si nécessaire et deux salles de culte : une pour les hommes et une pour les femmes, équipée d'un système vidéo pour la retransmission des prêches que donne l'imam dans la salle principale (hard-copy).

Fidèles Musulmans de la Mosquée de Fumel en prière

Pour montrer la bienveillance du projet, Abdelkrim Jarjini, le responsable de l'association islamique de Fumel utilise les moyens classiques habituels pour infiltrer les quartiers et obtenir la complaisance des élus : montrer patte blanche en organisant une journée portes ouvertes afin de faire connaître aux habitants quelque peu inquiets et réticents face à l'implantation d'un culte islamique au coeur de leur quartier, les bienfaits de la religion de "Paix et Tolérance", en associant également à cette journée une aide humanitaire aux Restos du Coeur.


Abdelkrim Jarjini (au centre), accueillait le sous-préfet et député-maire Jean-Louis Costes (à gauche), Daniel Borie, conseiller départemental (à droite), lors de la journée portes ouvertes de la Mosquée de Fumel le 9 avril 2016

Une fois les "Mécréants" partis, l'envers du décor est plus sombre, les prédications édulcorées de Bourchachene Abdessamad, l'imam de la Mosquée de Fumel devant les habitants de la ville prennent une autre tournure lorsqu'ils sont tenus devant les Fidèles Musulmans de la Mosquée.

Étude de quelques extraits de sermons donnés par l'imam, qui permettent d'analyser l'idéologie enseignée à la communauté musulmane de Fumel, même si la majeure partie des prèches du prédicateur est donnée en langue arabe :

Le prédicateur Musulman antichrétien Bourchachene Abdessamad, imam de la Mosquée de Fumel

"Et le combat, c'est parmi le Jihad dans l'Islam. Le combat, c'est parmi des milliers de choses dans l'Islam. Pourquoi on est juste figé sur ce point, et on délaisse beaucoup de chemins de bien ?"
[33:04]
Sermon du cheikh Abdessamad à la Mosquée de Fumel le 4 mars 2016, sur "l'universalité de l'Islam" (hard-copy)

Le prédicateur admet également que le jihad islamique, combat armé contre les infidèles, est une des prescriptons parmi d'autres du dogme islamique, même s'il ne l'encourage pas. Il est donc parfaitement possible de justifier la lutte armée contre les ennemis de l'Islam.

Le cheikh Abdessamad est viscéralement antichrétien, extraits d'un de ses sermons :

"Imaginez ceux qui ont dit que Allah c'est le Messie, ceux qui ont dit que Allah c'est le troisième des trois, ceux qui croient à la Trinité.
[...]
Est-ce qu'ils ne vont pas se repentir auprès d'Allah, et implorer son Pardon ?"
Sermon du cheikh Abdessamad à la Mosquée de Fumel le 27 mai 2016, sur "les piliers du repentir" (hard-copy)

"La femme dans d'autres religions, comme la religion chrétienne et juive, la femme on la considère comme un être qui comporte le mal. Le mal pur, c'est la femme, dans leur idéologie, dans leur vision. Parce que c'est elle la cause de la chasse ou de la sortie de Adam du Paradis. Leur religion, leur histoire, c'est que Sheïtan a pénétré dans awa (leur Esprit) et que c'est lui qui à travers l'awa qui a fait en sorte que Adam a mangé de l'arbre.
Ils considèrent depuis le Moyen-âge jusqu'au XIXème siècle, ils étaient en divergence par rapport à la femme, est-ce que c'est un être comme les autres, ou est-ce que c'est un être qui n'a la constitution, qui n'est pas fait comme les êtres humains."
[07:03]
Sermon du cheikh Abdessamad à la Mosquée de Fumel le 18 mars 2016, sur "la femme dans Islam" (hard-copy)

Le cheikh Abdessamad décrédibilise et méprise le Christianisme et les Chrétiens devant les Musulmans de Fumel, semant ainsi la division entre les communautés. Les Chrétiens, qui croient au Dieu Trinitaire, Père, Fils et Saint-Esprit, doivent se repentir s'ils veulent être pardonnés. Est-ce là un message de respect des religions, du vivre-ensemble et de tolérance ?

D'après l'imam, la femme dans le Christianisme serait source du mal. L'imam avance des allégations mensongères sur la condition de la femme dans le Christianisme : elle ne serait pas considérée comme un être humain, mais comme une créature du Diable, le "mal pur". Si c’était le cas, pourquoi des milliers d’Églises et de Basiliques érigées en France et en Europe depuis des siècles portent-elles des nom de femmes ? (Notre-Dame de Paris, Églises sainte-Marie, sainte-Geneviève, sainte-Blandine, sainte-Thérèse, Basilique sainte-Clotilde, cathédrale sainte-Cécile, ...).
Dans l'Europe chrétienne avant la vague anticléricale lancée par la révolution française, si les femmes étaient considérées comme le "mal pur" comme le prétend le cheikh Abdessamad, comment se fait-il qu'elles aient été autorisées à gouverner des pays chrétiens, à l'image d'Aliénor d’Aquitaine, de Blanche de Castille, d'Elisabeth 1er, de Catherine de Médicis, de Marie de Médicis, de Marie Thérèse d'Autriche ou encore de Catherine II de Russie ?
Par comparaison, dans combien de califats islamiques les femmes ont-elles été aux commandes du pouvoir ?

La Basilique Sainte-Thérèse de Lisieux aurait-elle été érigée pour vouer un culte au "mal pur", d'après l'imam Abdessamad de la Mosquée de Fumel ?

Rappelons au passage la condition féminine dans l'Islam, exprimée dans la sourate du Coran an-nisa (les femmes), distribuée en millions d'exemplaires dans toutes grandes surfaces commerciales et librairies françaises :
"Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu'ils font de leurs bien. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l'absence de leurs époux, avec la protection d'Allah.
Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d'elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand !"
Le Coran - An-nisa (les femmes) 4:34

Le cheikh oublie par ailleurs dans son sermon de rapporter que dans la sunnah (faits et gestes rapportés du Prophète Mohamed), le Messager d'Allah, pendant son voyage nocturne miraculeux, a visité l'Enfer, et a constaté que la majorité de ses habitants sont des femmes, prouvant ainsi qu'elles sont sources de perversion dans la Foi musulmane. C'est pour cela qu'elles doivent se couvrir d'un voile, afin de ne pas inciter l'homme à la débauche :

"L'imam Al-Bukhari (1/583) a dit : « [...] Usamah rapporte du Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- qu'il a dit : « Je me suis posté à la porte du Paradis et j'ai vu que la majorité de ceux qui y entraient étaient des pauvres. Quant aux personnes opulentes, elles furent empêchées d'entre [et devaient attendre que tous les pauvres s'y introduisent].
Lorsque les gens de l'enfer furent jetés dans le feu, je vis que la majorité d'entre eux étaient des femmes. » Rapporté aussi par Muslim (4/2236)"

Le réseau islamiste se tisse lentement avec les Mosquées de la région. Il est inquiétant de constater que l'imam radical de la Mosquée de Pessac, Mohamed Barry (à gauche), pour qui le voile islamique est obligatoire, est venu précher dans la Mosquée de Fumel du cheikh Bourchachene Abdessamad (à droite) le 3 décembre 2016 (hard-copy)

La graine de la radicalisation islamique antichrétienne et antioccidentale de la population musulmane est maintenant plantée dans la petite commune de Fumel, avec la collaboration pleine et entière du maire LR (UMP) Jean-Louis Costes.

article paru sur http://islamineurope.unblog.fr le 16 janvier 2017

28/09/2016

La Mosquée Omar, temple de l’Islam radical à Paris, reçoit le prédicateur antioccidental, antisémite et misogyne Hassan Iquioussen

Nicolas Sarkozy a structuré et enraciné l'Islam radical antioccidental, antisioniste et misogyne sur le territoire français, en créant en 2003 le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), incluant et organisant ses branches les plus extrêmistes sur tout le territoire français telles les salafistes, le mouvement Tabligh ainsi que l'UOIF.
L’UOIF est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia.
Son ex-président Ahmed Jaballah déclarait sans embage que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »

Le président de l’UOIF actuel, Amar Lasfar, organisateur de l’Islam dans le nord de la France avec l’appui de Martine Aubry, manifeste publiquement son soutien aux islamistes en glorifiant dans une conférence donnée au Palais de Lille le 19 août 2012, la conquête du pouvoir en Égypte par les Frères Musulmans.

Nicolas Sarkozy invité au congrès annuel de l'organisation politique antioccidentale, antisioniste et misogyne de l'UOIF, le 20 avril 2003 au Bourget (au second plan sur la photo, Abdallah BenMansour, le prédicateur antisioniste et antioccidental qui veut faire appliquer la charia).

En tant que Ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy a oeuvré pour faire gagner en respectabilité l'organisation politique des Frères Musulmans, lui donnant une légitimité officielle auprès du public.
L'UOIF a eu, grâce à ce blanc-seing offert par le Ministre, toutes les facilités pour tisser son réseau sur les plus grandes villes de France, et endoctriner des centaines de milliers de Musulmans au fondamentalisme islamique en quelques années.

Paris n'échappe pas au reseau, la grande Mosquée Addawa dans le XIXème arrondissement abrite des prédicateurs fondamentalistes antioccidentaux et misogynes qui radicalisent les Musulmans parisiens. Parmi les Mosquées du mouvement Tabligh sur Paris, la plus remarquable et controversée est la Mosquée Omar dans le XIème arrondissement, rue Jean-Pierre Timbaud, toujours en activité.

Façade de l'entrée de la Mosquée Omar, rue Jean-Pierre Timbaud dans le XIème arrondissement de Paris

Prière de rue islamique devant la Mosquée Omar

Mohamed Hammami, l'imam de la Mosquée Omar et son fils avaient défrayé la chronique il y a quelques années.
La rencontre avec des journalistes de Canal+ venus faire un reportage sur une école coranique gérée par l'imam en Seine-et-Marne, s'était mal terminée : les journalistés avaient été tabassés, lynchés, les blessures infligées à l'un d'eux ayant même nécessité plusieurs semaines d'hospitalisation.


L'imam de la Mosquée Omar, Mohamed Hammami et son fils tabassent et lynchent trois journalistes de Canal+ venus faire un reportage sur une école coranique le 11 mars 2004 dans le village de Grisy-Suisnes (Seine-et-Marne).

La mosquée Omar est par ailleurs une filière de recrutement et d’envoi de jihadistes au Moyen-Orient.

Riadh Hennouni, 27 ans, barbe longue et cheveux bouclés, apparaît comme l’un des plus engagés dans la cause du jihad armé. C’est lui qui aurait entretenu des liens à son retour en 2010, via une messagerie commune avec Moez Garsallaoui, connu des services de renseignements pour avoir été un important recruteur d’Al-Qaida en Europe, avant d’être tué par un tir de drone américain en 2012 dans le nord du Pakistan.

Monahem Goujih, 34 ans, arrêté en Bulgarie en novembre 2011, sur qui il a été retrouvé, caché dans sa montre, une micro-carte informatique contenant des plans et des documents faisant état de l’arsenal du parfait terroriste.

Cette présence islamiste dans le quartier parisien s'est traduite par plusieurs incidents, ainsi, en janvier 2010, des hommes ont tenté d'immoler par le feu la comédienne Rayhana alors qu'elle se rendait à la Maison des Métallos. Le journaliste Mohamed Sifaoui a, quant à lui, été attaqué à deux reprises dans le quartier et estime que « la rue Jean-Pierre-Timbaud est un territoire qui n'appartient plus à la République ».

Après une longue procédure judiciaire, Mohamed Hammami a finalement été expulsé de France le 31 octobre 2012 vers la Tunisie. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls considère que les faits reprochés à Mohamed Hammami sont «particulièrement graves»:
«Il a tenu des propos ouvertement hostiles envers les valeurs de la République. Il a valorisé le Jihad violent, proféré des propos antisémites et justifié le recours à la violence et aux châtiments corporels contre les femmes», précise son communiqué.

Est-ce que pour autant les esprits se sont apaisés, et que la Mosquée Omar est devenue un havre de tranquilité, d'humilité, de prière, où on étudie la Religion de "Paix et Tolérance" ? Il n'en est rien, si on constate que le 23 septembre 2016, le prédicateur Hassan Iquioussen fut invité pour donner une conférence dans la Mosquée Omar.


Hassan Iquioussen, a par le passé tenu des propos ouvertement antisémites. Il diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine. Il refuse la mixité sociale homme/femme, et nie le génocide arménien.

Le prédicateur antioccidental, antisémite et misogyne Hassan Iquioussen en conférence à la Mosquée Omar le 23 septembre 2016 (hard-copy)

L'imam de la mosquée Omar, Abdelkader Achour, a reçu le prédicateur de l'Islam politique antisémite, antioccidental et misogyne Hassan Iquioussen, le 23 septembre 2016

Anne Hidalgo reçoit le prédicateur antioccidental et antisémite égyptien Ahmed Al Tayeb à la mairie de Paris, le 24 mai 2016, pour apaiser les tensions et préparer "l'Islam de France"

Le maire de Paris Anne Hidalgo n'a pris aucune mesure contre les prédicateurs radicaux de la Mosquée Omar sévissant dans le XIème arrondissement, tel Hassan Iquioussen, ni contre ceux de la Grande Mosquée Addawa et ses prédicateurs fondamentalistes antioccidentaux et misogynes du XIXème arrondissement.
Ces islamistes menacent la cohésion sociale des parisiens sur le long terme, dans leur idéologie naît le germe du fondamentalisme favorisant l'émergence du terrorisme islamique.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 28 septembre 2016

26/08/2016

Le Cheikh Mohamed Beggas, imam de la Grande Mosquée de Persan, enseigne à ses fidèles Musulmans comment bien frapper sa femme

Les lieux de culte de l'Islam radical sunnite sont déjà bien implantés dans le département du Val d'Oise, modifiant progressivement le paysage cultuel et ethnique de la banlieue nord de Paris (on peut le constater par exemple à Cergy, Pontoise, Sannois, Montigny-les-Cormeilles ou Argenteuil). La Grande Mosquée Al Ikhlas de la ville de Persan représente un des bastions typique d'endoctrinement de la population musulmane aux préceptes fondamentalistes de l'Islam.

Tenu par les « Algériens », le centre cultuel islamique de Persan compte environ 7 à 800 fidèles, et a couté 1 million d’euros.
La construction est réalisée sur une surface de 950 m² dont un bâtiment administratif existant et comporte une salle de prière homme au RDC, dune capacité de 627 fidèles, d'une salle de prière pour les femmes en mezzanine, à l’étage d'une capacité de 218 fidèles, ainsi que trois classes coraniques pour apprendre aux enfants les préceptes de l'Islam. Un dôme recouvre le lieu de culte.

Façade d'entrée de la Grande Mosquée al Ikhlas de Persan

Salle de prière hommes de la Grande Mosquée de Persan

La Mosquée fonctionne bien entendu avec l'accord des autorités locales, Le préfet du Val d'Oise et l'ex-maire DVD Arnaud Bazin ont participé le 7 août 2013 à la fête de l'aïd-moubarak dans le lieu de culte.

Qu'enseigne-t-on à la Mosquée de Persan aux Fidèles de la Mosquée ?

Le site officiel de la Mosquée de Persan détaille la vie du Prophète Mohamed, guide parfait de tous les Musulmans. Un article sur la mythique bataille de Badr qui a conduit a affermir par la ruse et la guerre, la puissance des Musulmans guidés par le Prophète Mohamed (hard-copy). Court extrait de l'article :
"La caravane transportait d’énormes richesses appartenant aux gens de La Mecque. Elle comportait mille chameaux, chargés de biens dont la valeur s’estimait à 50 000 dinars au moins. Seuls 40 hommes environ l’escortaient. En conséquence, c’étaient là pour les musulmans la grande occasion de porter aux gens de la Mecque un dur coup économique. A cette fin, le Messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) s’adressant aux musulmans déclara : « Voici la caravane de Koraich transportant leurs biens. Allez vers elle! Allah vous aidera peut-être à la capturer.»
[...]
"Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) donna enfin à son armée l’ordre de contre-attaquer disant :
« Chargez ! »
Il les exhorta à la lutte en ces termes :
« Par celui dont l’âme de Muhammad est entre les mains ! Allah fera accéder au paradis quiconque d’entre vous aura combattu, aujourd’hui, dans la patience et l’endurance, chargeant et sans s’enfuir, jusqu’au moment où on le tue. » À cet égard, il dit aussi, incitant ses hommes au combat : «Debout ! Obtenez un paradis aussi large que les cieux et la terre ! »
[...]
"Après avoir redressé les rangs, Le Messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) ordonna à son armée de ne commencer à se battre que sur son ordre. Ensuite, il donna à ses hommes des directives particulières relatives aux arts martiaux disant : « S’ils se dirigent vers vous en masse, utilisez vos flèches et à égard, veillez à les économiser. Ne dégainez vos épées que lorsqu’ils vous auront enveloppés. »
[...]
"Les signes d’échec et de désordre se multiplièrent dans les rangs adverses, car les polythéistes n’arrêtaient de s’écrouler et de s’effondrer face, à la violence des attaques lancées par les musulmans. La bataille touchait à sa fin. Les polythéistes, commençaient à se sauver en catastrophe suivie par les musulmans qui leur montaient au dos, les constituaient prisonniers ou les tuaient jusqu’à ce que prît forme la déroute."

L'article "la bataille de Badr" montre un Prophète chef de guerre, agressif, menant ses troupes au combat, pilleur de caravanes pour amasser son butin (lire également la sourate "al anfal" (le butin) du Coran pour plus de détails).
Le récit de la bataille de Badr montrant la puissance militaire de l'Islam et de son Prophète, est enseignée dans toutes les Mosquées de l'Islam sunnite de France, puisqu'elle fait partie de la sunna (voie du Prophète).
Est-ce que cette image du "beau modèle" jihadiste, incite les Musulmans au calme, à la paix, à la sérénité ? On est là bien loin de l'image christique du Jésus de la Bible, sans armées, demandant à ses apôtres de transmettre la Parole d'Humilité, de Pardon, et Amour.

La Mosquée de Persan nous décrit dans le récit de la bataillle de Badr, un Prophète Mohamed agressif, chef de guerre, pilleur de caravanes et prônant le Jihad islamique, la guerre sainte armée contre les Mécréants (polythéistes). De quoi aviver de nouvelles professions ?

Le Jésus miséricordieux, préchant la Parole de Dieu d'Humilité, d'Amour et de Paix dans la Bible, est catégoriquement nié par les écrits coraniques décrivant un Jésus (Issa) anti-Chrétien, donc sans aucune notion de rachat des péchés, ni de rédemption.

L'article mis en ligne sur la vie du Christ sur le site de la Mosquée de Persan, decrit un Jésus (Issa pour les Musulmans) anti-chrétien, la négation des textes sacrés de la Bible, de la Trinité et de la Crucifixion du Christ, bref, un rejet et un mépris explicite total du Christianisme et de la vie de Jésus pleine de miséricorde.
Le périple de Jésus dans la Bible, sa Parole, ses commandements, sont en opposition stricte à la doctrine du Prophète Mohamed fondée sur la puissance militaire, le pouvoir et l'argent. C'est la raison pour laquelle le Jésus de la Bible est tant décrié dans le Coran par les Musulmans.

Extraits de l'article sur la vie du Jésus Musulman, Issa, sur le site de la Mosquée de Persan (hard-copy) :
"Allâh a dit : {Le Messie Jésus, fils de Marie, n’est qu’un Messager d’Allah, Sa parole qu’Il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui. Croyez donc en Allâh et en Ses rs. Et ne dites pas « Trois ». Cessez ! Ce sera meilleur pour vous. Allâh n’est qu’un Allâh unique. Il est trop glorieux pour avoir un enfant. Jamais le Messie ne trouve indigne d’être un serviteur d’Allah, ni les anges rapprochés [de Lui].} (4/171-172)"

"Allâh a dit : {Certes sont mécréants ceux qui disent : « Allah, c’est le Messie, fils de Marie ! » – Dis : « Qui donc détient quelque chose d’Allâh (pour L’empêcher), s’Il voulait faire périr le Messie, fils de Marie, ainsi que sa mère et tous ceux qui sont sur la terre ?… A Allâh seul appartient la royauté des cieux et de la terre et de ce qui se trouve entre les deux ». Il crée ce qu’Il veut. Et Allâh est Omnipotent.} (5/17)"

"Allâh a dit : {Ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent : « En vérité, Allâh c’est le Messie, fils de Marie. » Alors que le Messie a dit : « Ô enfants d’Israël, adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur ». Quiconque associe à Allâh (d’autres divinités) Allâh lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs !} (5/72)"

"Allâh a dit : {et à cause leur parole : « Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le Messager d’Allah »… Or, ils ne l’ont ni tué ni crucifié; mais ce n’était qu’un faux semblant !"

Ne dites pas "trois" cessez ! La Trinité, le credo des Chrétiens est catégoriquement nié, les mécréants qui disent cela, ou que Jésus a été crucifié, Allah leur interdit le Paradis, et leur refuge sera le Feu de l'Enfer. Voilà le destin funeste des Chrétiens prédit par l'Islam !

On peut par ailleurs constater que les prédicateurs invités à la Mosquée de Persan ont des liens avec des mouvements fondamentalistes de l'Islam politique antioccidental.


Hassan Younès, l'imam radical de la Mosquée de Beauvais liée à la confrérie des Frères Musulmans (UOIF), une organisation politique antioccidentale et antisioniste, a donné un sermon à la Mosquée de Persan le 11 juin 2016 (hard-copy)

Autre invité de marque de la Mosquée de Persan en juin 2016, le cheikh Dhaou Meskine. Ce prédicateur a déja fait l’objet de procédures judiciaires en 2006, soupçonné de malversations auprès de puissances étrangères et financement du terrorisme en tant que secrétaire du Conseil des Imams de France, dont le trésorier n’est autre que Abdelhakim Sefrioui, que nos lecteurs assidus connaissent déjà, puisque ce dernier est un des leaders militants du Collectif Cheikh Yassine, association politique soutenant l’organisation terroriste du Hamas.

Dhaou Meskine est un militant de la politique de victimisation. Les Musulmans seraient persécutés en France par un état raciste, et il est de leur devoir de se souder pour affronter cet ennemi commun. Court extrait de son intervention à la Mosquée de Persan en juin 2016 sur la chaîne Youtube de la Mosquée de Persan (hard-copy)


Le prédicateur radical Dhaou Meskine explique aux Musulmans que leur communauté est victime de persécution et de racisme en France

"Tant que la Oumma n'aura pas su donner de la valeur à ses imams et de ses dirigeants comment doivent être ces imams, comme c'est le cas dans les autres religions, juives, catholiques, même bouddhiste, Tant que les Musulmans gardent cette exception pour les pousser derrière et les expulser en deux minutes Comment se fait-il que imam, c'est le seul métier où l'on peut être expulsé ?
C'est le seul métier qui n'a pas de droits sociaux, c'est le seul métier qui n'a pas de syndicats pour les protéger, c'est le seul métier qu'on peut éliminer en deux minutes après une vie de quinze ou vingt ans dans un quartier dans lequel ont grandi ses enfants, dans lequel son épouse est près de ses proches, il sera obligé de couper toutes ces relations là, pour recommencer sa vie à zéro dans d'autres quartiers, dont sa famille n'est pas adaptée. Comment ne pas donner cette sécurité aux imams ?
C'est simple : quand l'oumma saura donner de l'importance à ses imams pour diriger dans le domaine religieux, c'est une oumma qui pourra lever la tête, tant que la oumma n'arrivera pas à donner cette importance à ses imams, elle ne lèvera jamais la tête. C'est l'un des problèmes de notre communauté musulmane ici, dans ce pays, et dans d'autres pays, il faut le dire avec franchise, avec fraternité, ce n'est pas une critique, ce n'est pas une attaque, mais la description de la solution sans laquelle on ne peut aller très loin."
[40:36]
"Les uns et les autres s'iquiètent quand ils voient le racisme galoper surtout quand il arrive dans quelques média, et dans la bouche d'hommes politiques qui ont échoué à trouver un programme économique ou politique honorable pour ce pays, il leur reste pour avoir des voix, à insulter les Musulmans, ils ne sont pas en harmonie avec les valeurs de la république, telles que la fraternité, la liberté et l'égalité.
Nous sommes plus proche des valeurs de la République que ces gens dans les média qui sont en train de propager la haine contre les gens. Nous sommes plus proche des valeurs de la République que ces gens qui prônent le racisme."
[49:13]

L'imam Dhaou Meskine ne condamne jamais les imams radicaux. Pour lui, tout imam expulsé ou sous contrôle judiciaire est une victime du racisme du gouvernement français, indépendamment de ce qu'il peut précher à ses Fidèles (incitation au jihad, discours misogynes, antisémites, antichrétiens, etc...). La oumma (communauté des Croyants) ne doit pas se laisser faire face à l'injustice et doit réagir, "lever la tête". Dhaou Meskine exhorte implicitement les Musulmans à se révolter contre les institutions politiques françaises.

L'imam de la Mosquée de Persan Mohamed Beggas, est aussi un fervent prédicateur, voici son explication de la sourate la plus célèbre du Coran, "al fatiha" (l'ouverture), devant ses Fidèles Musulmans, un extrait (hard-copy) :

"La sourate de al fatiha finit par quoi ? "ceux qui ont encouru ta colère", ce sont les fils d'Israël, les Juifs, la sourate de la vache (Al Baqarah) décrit ce qu'ils ont fait, et pourquoi Allah est en colère contre eux. Pourquoi Allah est-il en colère contre les Juifs ? Ce n'est pas dans la sourate Al fatiha, mais dans la sourate Al Baqarah (la vache). Et les Égarés, c'est qui ? Les Chrétiens. C'est dans la sourate Al Imran, elle parle des Chrétiens et de ce qu'ils ont fait."
[45:14]

Récitée cinq fois par jour dans leurs prières quotidiennes, la sourate "al Fatiha" exhorte les Musulmans à ne pas suivre "ceux contre qui Allah est en colère" (les Juifs), et les Égarés (les Chrétiens), d'après Mohamed Beggas. Un bel exemple de fraternité entre communautés religieuses ?

Autre sourate du Coran Al Baqarah (écoutez la partie 2) commentée par le cheikh Mohamed Beggas (hard-copy):
"Ils (les Juifs, fils d'Israël) ont demandé à Allah un jour où on ne travaille pas, un jour où on s'occupe que de l'adoration, ils ont demandé le samedi, mais ils dormaient, en ne faisant pas d'adoration, c'est le repos. Comme c'est interdit de travailler le samedi, Allah leur a imposé une épreuve, chasser le poisson. Ils jettent le filet le vendredi, et le tirent le dimanche, on n'a pas travaillé le samedi. Leur travail c'est quoi ? Voir les ordres, voir les versets, ce qu'il y a dans la thorah, leur religion est un arbre avec beaucoup de branches dans lequel lorsqu'ils ne trouvent pas leur intérêt, ils sautent sur une autre branche, puis sur une autre, et encore sur une autre.
C'est le travail de qui ça ? C'est le travail des singes. C'est pour ça que Allah les a transformés en singes, et les vieux, en cochons."
[17:47]

Le cheikh Mohamed Beggas se livre ici à une critique violente du shabbat des Juifs, le samedi étant un jour de repos qui ne servirait qu'à dormir sans adorer Dieu, une trahison de la Thorah et de la Parole d'Allah, et justifie dans l'inconscient collectif des Musulmans, que les Juifs soient transformés en singes et en porcs. Un mépris explicite du Shabbat et de la communauté juive.

Mohamed Beggas explique également à partir du Coran quelles sont les relations que les hommes doivent entretenir avec leurs femmes, la meilleure des façons de plaire à Allah (an Nisan écoutez la partie 2) (hard-copy):

L'imam de la Mosquée de Persan Mohamed Beggas enseigne à ses Fidèles comment frapper sa femme si elle désobéit.

"Lorsque la femme prétend être au-dessus de l'homme, que c'est elle qui doit décider, c'est plus que de la désobéissance, ou bien le fait de refuser des rapport sexuels avec l'homme. Il demande, elle dit non. Dans ce cas là, que fait l'homme ? La fornication à l'extérieur ? Non. Allah nous donne la procédure à faire. Il y a des femmes qui peuvent comprendre, même quand elles sont en colère, juste avec la parole. Allah dit : "exhortez-les".
La deuxième solution, éloignez-vous d'elles dans leurs lits, c'est la deuxième étape. La femme qui aime son mari, va revenir, mais dans le cas où même ça, ça ne marche pas, frappez-les.
Comment frapper, et pourquoi frapper ? Imaginez-vous un homme qui entende que sa femme elle a un copain ? Frapper lui permet d'absorber la colère. Est-ce que c'est un mal ? C'est un bien. Quelq'un qui n'est pas musulman va se permettre de tuer sa femme parce qu'elle l'a trahi. Comment tu frappes, avec un tuyau de gaz ? Avec les gifles ? c'est haram (interdit). On n'a pas le droit en Islam de frapper un âne au niveau de la tête, alors la femme non plus. Comment frapper la femme ?
La majorité des savants disent avec le siwak (branche d'un arbre) qui a 20 cm, et qui est tout fin, c'est ça frapper la femme. La raison n'est pas pour faire du mal, c'est ce qu'on doit comprendre, c'est pour montrer que je suis en colère contre toi, c'est la seule raison, et pour absorber la colère en même temps."
[14:00]

L'Islam est totalitaire, puisque tout est légiféré, y compris les rapports dans le couple. L'homme domine la femme, elle doit lui être soumise et lui obéir, avoir des rapports sexuels sur demande, et en cas de désobéissance, l'homme a autorisation de la frapper, en évitant toutefois le visage (comme l'âne, on ne frappe pas la femme au visage !), et en utilisant une branche de siwak de 20 cm. Mais si on n'a pas de branche de siwak sous la main, comment punir la femme ? Que faut-il utiliser ? Un fouet ? une ceinture ?
L'imam Mohamed Beggas importe en Occident les principes des rapports dominant/dominé existant dans les familles patriarcales des sociétés du monde islamique, incompatibles avec le modèle issu des sociétés chrétiennes et le principe de complicité dans la vie de couple, tel que formulé dans la Bible : "l'homme laissera son père et sa mère, et se joindra à sa femme, et les deux ne seront qu'une seule chair." (Matthieu 19:5).

Les féministes, toujours promptes à réagir dès qu'il s'agit d'intégrisme catholique, restent cependant totalement muettes vis à vis de ces prédicateurs qui sont pourtant légions dans les Mosquées de France (consulter l'intégralité du site "Islam mine l'Europe") obligeant la femme à porter le voile islamique, car pure et chaste en se différenciant ainsi des mécréantes, et important les lois religieuses de la Charia, incompatibles avec le mode de vie occidental.

Le préfet du Val d'Oise Jean-Luc Névache (photo du haut) et l'ex-maire DVD Arnaud Bazin (photo du milieu) entourant l'imam fondamentaliste misogyne Mohamed Beggas, au cours de la fête de l'aïd-moubarak à la Mosquée de Persan le 7 août 2013.
Les autorités locales ont délibérément laissé s'installer sur Persan des prédicateurs de l'Islam radical communautariste, endoctrinant les Musulmans au fondamentalisme islamique antioccidental, antichrétien et misogyne, condamnant le vivre-ensemble sur le long terme.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 26 août 2016

17/06/2016

Le prédicateur Noureddine Aoussat propage sa doctrine antisioniste et anti-occidentale dans les Mosquées de France : « Le mal est fait au nom d’une idéologie colonialiste, raciste et athéiste qu’on appelle le sionisme »

Pour islamiser la France, c'est-à-dire organiser à grande échelle la soumission des populations aux préceptes de la charia islamique, des prédicateurs charismatiques arpentent depuis environ trois décennies l'hexagone, on peut citer Tariq Ramadan, Rachid Houdeyfa, Abdallah Ben Mansour, Nader Abou Anas, et des centaines d'autres dont les conférences ont déjà été largement analysées sur "Islam mine l'Europe".

Il ne s'agit pas pour ces précheurs de décréter le jihad islamique, combat armé contre les Infidèles car la Oumma (communauté des Croyants) est encore minoritaire sur le sol français, mais de gagner la bataille idéologique par la massification du nombre sur le long terme grâce au jeu d'un triple cocktail détonnant : immigration massive, naissances, conversions à l'Islam. Dans les Mosquées et les sites internet administrés par des associations islamiques, l'Occident est décrit comme un monde pervers et débauché, justifiant ainsi le rejet du Christianisme et du Judaïsme, considérées comme de fausses religions de perdition.
La nécessité de militer pour le port voile islamique, de s'assurer et de surveiller le bon respect du jeûne du Ramadan, de favoriser la non mixité sociale homme/femme, et d'imposer les lois islamiques, tout ceci en complète contradiction avec le Christianisme existant en Europe depuis 2000 ans, où les relations sociales ne sont pas basées sur les lois de pureté et d'impureté, mais sur la justice et l'injustice.

On va s'attacher à étudier plus particulièrement l'idéologie véhiculée par le prédicateur algérien Noureddine Aoussat, très actif dans les grandes Mosquées de France et les associations islamiques radicales.

Noureddine Aoussat fait partie d'un réseau fondamentaliste islamique émaillant toute la France, il donne des conférences dans les Mosquées de Lunel, Villeneuve-la-Garenne, Montpellier, Strasbourg, Béziers... toutes connues pour développer une idéologie islamique radicale et antioccidentale (lien 1, lien 2, lien 3, lien 4, lien 5).


Le prédicateur algérien Noureddine Aoussat (à droite) en compagnie de l'imam radical de la Mosquée de Joué-les-Tours, Mohamed François (hard-copy) qui interdit par exemple aux Musulmans de célébrer les fêtes de fin d'année, et demande aux Musulmans de ne pas se mêler aux Mécréants.

Noureddine Aoussat fut également invité à la Mosquée Aïcha de Montpellier le 18 décembre 2015 par l'imam Mohamed Khattabi qui considère Ben Laden comme un héros.
Mohamed Khattabi est un prédicateur influent militant depuis plusieurs année sur Montpellier, où il endoctrine la communauté musulmane à une idéologie antioccidentale dans le but d'imposer la charia, il lutte également contre la laïcité, "on ne peut pas être Musulman et laïque" d'après lui.

Noureddine Aoussat soutient Rachid Abou Houdeyfa, l'imam de la Mosquée de Brest, un prédicateur misogyne et antioccidental (hard-copy)
Dans une conférence, Rachid Houdeyfa a déclaré qu'une femme sans hijab n'a pas de pudeur et donc pas d'honneur
:
« Le hijab c’est la pudeur de la femme, et sans pudeur, la femme n’a pas d’honneur, et si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les hommes abusent de cette femme là, la néglige, et l’utilisent comme un objet, ne lui donnent aucune importance, et ne la veulent pas pour sa religion, pour sa bonne moralité, mais simplement pour son corps, pour son visage qui attire. Malheureusement, elle a oublié que Allah parle de visages qui iront dans le feu de l’Enfer. »



Rachid Houdeyfa interdit aux enfants d'écouter de la musique, sinon ils se transformeront en singes et en porcs.

Le 13 juin 2016, Noureddine Aoussat prend la défense du prédicateur misogyne, antioccidental et antisémite Hani Ramadan (hard-copy), qui compare les Juifs à "des serpents, une race de vipères", Aoussat traite de "Kouffars", ceux qui mettent en cause cet islamiste.
Hani Ramadan, petit-fils du fondateur de l’organisation politique des Frères Musulmans Hassan Al-Bannah (et frère de Tariq Ramadan), est le directeur du centre islamique de Genève en Suisse, un prédicateur qui tient des propos à caractère antisémite, n’hésitant pas à comparer les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles devant des centaines de Musulmans. Le 26 octobre 2009, à la Mosquée de Mulhouse, il déclarait que « La Trinité est rejetée, balayée dans l’Islam, je sais que celui qui professe la Trinité, son coeur ne peut pas être pur ».
Les Chrétiens ne peuvent donc pas avoir le coeur pur d’après Hani Ramadan. Ils seraient donc naturellement méchants et haineux ? Dans ses ouvrages et conférences, il explique que tous les Musulmans doivent être gouvernés par un Califat sous les Lois islamiques de la Charia. (conférence à la Grande Mosquée Al-imane de Lille-Sud dont le recteur n’est autre que Amar Lasfar).
D’après lui, l’Occident décadent est contaminé par l’Antéchrist, le « Dadjhal », un borgne de l’oeil droit, et seul l’Islam et la Charia peuvent le guérir. Hani Ramadan soutient également le Hamas, la branche armée des Frères Musulmans, qui dans sa charte prévoit l’éradication des Juifs.

Noureddine Aoussat donne une conférence à la Mosquée de Corbeil-Essonnes, avec l'imam de la Mosquée d'Aubervilliers, Hassen Bounamcha (au centre) le 20 mai 2016 (hard-copy).
Dans ses conférences, Hassen Bounamcha explique devant ses Fidèles à Aubervilliers, que la mixité sociale homme/femme est un vice, que la femme occidentale se comporte comme une femme sans honneur. Hassen Bounamcha tient également des propos à caractère homophobe. Il justifie également le mariage forcé à la Mosquée de Boulogne-Billancourt.

Pour se faire une idée plus claire de l'état d'esprit de Noureddine Aoussat, écoutons une de ses prédications, donnée à la Mosquée Aïcha de Montpellier le 18 décembre 2015 :



"C'est Allah qui a envoyé son Messager, avec la religion de la vérité, afin qu'elle triomphe, qu'elle prenne le dessus sur tout, même si les polythéistes et les Mécréants voudraient autre chose, voudraient l'arrêter, ils ne pourront pas le faire."
[44:34]
"Des Mosquées sont perquisitionnées en France, ça ne me regarde pas ! Des Mosquées sont fermées en France, ça ne me regarde pas ! Des imams sont assignés à résidence, ça ne me regarde pas ! Ce n'est pas moi. Alors toi t'es qui alors, t'es qui ? T'es qui !? Va ailleurs ! Va ailleurs ! Parce qu'ici, il n'y a qu'un seul corps, quand dans ce corps là, il y a une partie qui souffre, c'est tout le corps qui souffre.
Vous croyez que je pourrai faire ce sermon, si j'avais une rage de dents ? Vous croyez que je pourrai faire ce discours, si j'avais une sinusite, un mal de tête ? Je ne peux pas parler en souffrant ! Quand il y a une partie du corps qui souffre, c'est tout le corps qui souffre. Nos Mosquées ne peuvent pas souffrir et nous être dans la quiétude et la sérénité, non, on doit souffrir ! Nos imams souffrent, on ne doit pas rester dans la sérenité et la tranquillité.

Il y a eu des attouchements sur des filles, des femmes, pendant les perquisitions, il y a eu des insultes, il y a eu des brimades, une femme toute seule qui se trouve dans un foyer, la police arrive, c'était chez l'asssociation Beytouna, dans la région parisienne dans le 93, on l'insulte, on la menace, on l'injurie, on lui dit des paroles blessantes. On souffre de cela, on ne l'accepte pas ! On ne l'accepte pas ! On ne saurait l'accepter, sinon, on n'a qu'à aller ailleurs choisir une autre religion, mais tant que je suis Musulman, la souffrance du Musulman est aussi ma souffrance !"

[45:30]
sermon de Noureddine Aoussat à la Mosquée Aïcha de Montpellier le 18 décembre 2015 (hard-copy)

Noureddine Aoussat considère que l'Islam doit prendre le "dessus sur tout", contre les polythéistes et les Mécréants. Belle preuve de fraternité et d'amitié entre les peuples ! Noureddine Aoussat demande aux Musulmans de manifester leur solidarité vis à vis des responsables d'associations de l'Islam radial qui ont été perquisitionnées par la police dans le cadre des attentats terroristes ayant eu lieu à Paris le 13 novembre 2015.
Ces associations sont soupçonnées de faire de l'incitation à la haine et au meurtre, en préparant des combattants au Jihad islamique.
Ces précheurs de haine sont transformés par Noureddine Aoussat en martyrs Musulmans qu'il faudrait défendre, car c'est l'ensemble de la communauté musulmane qui serait ainsi visée, blessée, humiliée par la police française. Noureddine Aoussat instaure ainsi un sentiment de rejet de la communauté française, en radicalisant la Oumma contre l'État Français et sa police qui saliraient les Musulmans.
Le prédicateur ne fait donc aucune différence entre islamistes radicaux, jihadistes, ce sont tous des Musulmans qui doivent être protégés et soutenus par la Oumma, la communauté des Croyants.

Sur sa page Facebook officielle, Noureddine Aoussat va jusqu'à attaquer directement l'état français, qu'il accuse de martyriser les Musulmans en utilisant le terme "Jihad" à tort (hard-copy).

"En France, ce mot est mal traduit. Le djihad est l'effort que l'on doit faire contre soi, contre ses penchants, pour plaire à Allah. C'est aussi l'effort pour la piété, le pèlerinage, le respect filial. Les poseurs de bombes sont des terroristes et pas des djihadistes. Le terrorisme n'est pas un acte héroïque." Le conférencier s'en est alors pris à tous ceux du gouvernement"qui le savent mais qui n'en parlent pas".
Conférence de Noureddine Aoussat à la Mosquée ar-Rhama de Béziers le 22 février 2015

"j'avais osé écrire en toute conscience : " par acte de résistance à cette guerre sémantique (menée contre les musulmans en France notamment), et en signe de ma dénonciation des amalgames, je dis : je suis djihadiste" Mon post prémonitoire ne fait que se confirmer aujourd'hui au-delà de ce que je pouvais appréhender et redouter il y a de cela quatorze mois. Pour ceux qui auraient besoin de plus d'explication, et en deux mots : Accepte-tu en tant que musulman, musulmane qu'on pervertisse un terme et concept central de ta religion ? : En l'occurrence le terme DJIHAD ? Alors, si tu n'es pas content indigne-toi !"
Noureddine Aoussat sur sa page Facebook le 24 février 2015

"- 1ère : L'intitulé lui-même porte à confusion et ne manque pas de nourrir les amalgames les plus abjects. Tant et si bien, qu'il suffit de supprimer le suffixe "isme" pour se retrouver au cœur de l'islamophobie.
- 2ème : La planche visible sur le site du ministère de l'intérieur, intitulée : " Les premiers signes qui peuvent alerter" est d'un bricolage, d'une légèreté pour un sujet si grave, et d'un amalgame tout simplement scandaleux et dangereux.
- 3ème : En somme "on chercherait à promouvoir ce "djihadisme" au lieu de le combattre qu'on ne s'y prendrait pas autrement"
Noureddine Aoussat sur sa page Facebook le 29 janvier 2015

Noureddine Aoussat nie le concept de Jihad comme guerre sainte, invoquée pourtant par le Prophète Mohamed pour fortifier sa puissance militaire.
Le Prophète Mohamed, guide de tous les Musulmans, a mené personnellement son armée dans plus d'une vingtaine de batailles pour asseoir son pouvoir politique.
Le terme jihad est clairement évoqué et défini dans les textes sacrés de l'Islam, en particulier dans la sounnah du Prophète Mohamed.
On peut se référer par exemple au sahih Boukhari tome 4 p80-262, ouvrage dans lequel, sur près de deux cents pages, sont édictées les règles de combat contre les infidèles, la gestion des otages, l'échanges de prisonniers, quand combattre, comment tendre des pièges, comment partager le butin récolté après les pillages, etc...
Le sahih Boukhari est consultable dans toutes les Mosquées de l'Islam sunnite de France, il est une référence pour les combattants de Daesh (en particulier, Boukhari est souvent cité dans leur périodique "Dar-al-Islam"), afin de devenir de parfaits Musulmans.


Court extrait de la table des matières du tome 4 du sahih Boukhari sur les règles de la guerre sainte contre les Infidèles, les Chrétiens, les Juifs, les païens. Un des ouvrages les plus diffusés de l'Islam sunnite après le Coran dans les Mosquées de France et auprès des combattants du Jihad islamique.

Noureddine Aoussat veut donc ainsi faire croire que l'Islam n'a rien à voir avec les attentats terroristes et la guerre sainte, déculpabiliser le dogme islamique de toute responsabilité dans les attaques, alors qu'il en est l'essence même.

Noureddine Aoussat développe par ailleurs dans ses conférences et ses messages, une propagande politique antifrançaise et antisioniste, dans le but de radicaliser la communauté musulmane. Quelques exemples que l'on peut trouver sur son compte Facebook officiel (hard-copy) :

" Quand vous avez une force d'occupation, en l'occurrence Israël, qui au nom d'une idéologie qu'on appelle le sionisme, massacre un peuple, chasse de leur territoire une autre partie, installe des colonies et saccage même les cultures et déracine des oliviers centenaires, comment faut-il qualifier cela ?
Eh ben tout simplement que si on n'est pas antisionistes, c'est qu'on pense que ceci est fait au nom d'une origine, en l'occurrence le sémitisme, ce qui est faut !
Ou encore que tous ce MAL fait aux palestiniens est fait au nom d'une religion, en l'occurrence le judaïsme, ce qui est archi faux. En fait tout simplement parce que ce MAL est fait au nom d'une idéologie colonialiste, raciste et athéiste qu'on appelle le sionisme.
Voilà pourquoi de facto les anti antisionistes sont les vrais antisémites..."

Commentant la mort du caricaturiste Siné, Noureddine Aoussat révèle à nouveau son obsession antisioniste :
"Personnellement, je n'aimais guère sa vulgarité, qui m'irritait. Cependant, il méritait bien le respect car il n'a ni courbé l’échine ni abdiqué sa liberté d'expression devant les lobbys sionistes et leurs chiens de gardes."

Noureddine Aoussat accuse la France de "ruiner ses valeurs et son honneur" en ne réagissant pas face aux massacres perpétrés par les jihadistes (photo du village chrétien Al-Duvair en Syrie dont la population a été massacrée par les rebelles jihadistes).

Pourquoi l'État Français permet-il à Noureddine Aoussat de précher dans les Mosquées ? Pour quelle raison ce réseau islamique politique misogyne, antioccidental et antisioniste, qui tisse sa toile sur tout le territoire, n'est-il pas démantelé ?

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 16 juin 2016

26/03/2016

La Mosquée de Liévin, centre de diffusion de propagande islamiste misogyne, antioccidentale et antisioniste au coeur du Pas-de-Calais

Depuis un peu plus d'une vingtaine d'années, les prédicateurs des réseaux islamistes qui se sont implantés dans le nord de la France militent pour la destruction de l'identité française, en imposant progressivement l'application des lois de la Charia islamique (rejet de l'Occident, non mixité sociale homme/femme, adoption de l'abattage rituel halal finançant les Mosquées, menus spéciaux sans viande pour les Musulmans dans les cantines scolaires, tentatives d'interdiction de l'alcool et du porc et de la juridiction islamique, soumission des femmes,...).
L'implantation de l'idéologie islamique antioccidentale favorise l'enracinement local de filiales terroristes et jihadistes, entre la France et la Belgique.
Parmi ces réseaux islamistes, on peut citer :

- l'Union des Associations Musulmanes du Pas-de-Calais (UAM62), organisation déjà analysée par "Islam mine l'Europe" pour son radicalisme religieux diffusé dans plusieurs Mosquées de France (Béthune, Méricourt, Raismes, Lille,...).
- la Ligue islamique du nord dirigée par Amar Lasfar, le président de l'UOIF, longtemps soutenu par Martine Aubry.
- L’UOIF, qui gère maintenant plus de 250 associations islamiques en France, et est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir politique islamiste totalitaire, la Charia. Son ex-président Ahmed Jaballah déclarait sans embage que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »
L'organisation des Frères Musulmans est classée comme terroriste par l'Égypte et l'Arabie Saoudite.


Le président de l’UOIF actuel, Amar Lasfar, organisateur de l’Islam dans le nord de la France avec l’appui de Martine Aubry, manifeste publiquement son soutien aux islamistes en glorifiant dans une conférence donnée au Palais de Lille le 19 août 2012, la conquête du pouvoir en Égypte par les Frères Musulmans.


Dans une conférence à Lille, Amar Lasfar explique son plan en cinq phases pour islamiser la France, et la nécessité des prières de rue islamiques pour conquérir le territoire.

Pierre de Saintignon (à gauche), le maire socialiste de Lille Martine Aubry (à droite) et le représentant de l'organisation terroriste des Frères Musulmans en France, Amar Lasfar (au centre) lors de la fête de l'aïd-el-Kébir en 2007. Après l'avoir aidé à structurer et à enraciner les réseaux de l'Islam radical dans le nord de la France, Martine Aubry a pris ses distances avec Amar Lasfar.

On peut citer l'autre principale organisation islamiste de la région Nord, l'Union des Citoyens Musulmans du Pas-de-Calais (UCM62), dont la Mosquée de Liévin est membre associatif.

La communauté musulmane de Liévin dans le Pas-de-Calais est en pleine croissance, l'organisation islamiste qui gère le lieu de Culte a même obtenu le 11 juillet 2011 du maire socialiste Jean-Pierre Kucheida, un permis de construire une nouvelle grande Mosquée afin d'endoctriner les Musulmans à la "Religion de Paix et Tolérance".

Les responsables de la Mosquée de Liévin appellent les Fidèles à participer financièrement à la construction du nouveau complexe islamique

Le projet du futur complexe islamique de Liévin, dont le permis de construire a été octroyé par le maire socialiste Jean-Pierre Kucheida.

La Mosquée de Liévin en cours de construction en 2014

Fidèles de la Mosquée de Liévin, en attendant la construction du nouveau lieu de Culte flambant neuf

Sur la page Facebook officielle de la Mosquée de Liévin, les responsables de l'association islamique soutiennent l'ex-président déchu égyptien des Frères Musulmans Mohamed Morsi, qui voulait instaurer le califat islamique sous la Charia, avec le hashtag #NousSommesTousMorsi (hard-copy).

Les responsables de la Mosquée de Liévin encouragent les Fidèles à aller écouter le prédicateur antisémite proche des Frères Musulmans Hani Ramadan à la Mosquée de Raismes (hard-copy).
Hani Ramadan, petit-fils du fondateur de l’organisation politique des Frères Musulmans Hassan Al-Bannah (et frère de Tariq Ramadan), est le directeur du centre islamique de Genève en Suisse, un prédicateur qui tient des propos à caractère antisémite, n’hésitant pas à comparer les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles devant des centaines de Musulmans. Dans ses ouvrages et conférences, il explique que tous les Musulmans doivent être gouvernés par un Califat sous les Lois islamiques de la Charia. (conférence à la Grande Mosquée Al-imane de Lille-Sud).
D’après lui, l’Occident décadent est contaminé par l’Antéchrist, le « Dadjhal », un borgne de l’oeil droit, et seul l’Islam et la Charia peuvent le guérir.
Dans une conférence donnée à la Mosquée d’Avignon le 9 octobre 2011, Hani Ramadan interdit aux femmes de voyager seules.

Hani Ramadan développe également auprès des Fidèles une violente propagande antisioniste contre ce qu’il appelle « l’état criminel sioniste d’Israël ».

 

Il est inquiétant de constater qu'il n'y a absolument aucun contrôle sur les instances dirigeantes de la Mosquée de Liévin qui sont en relation directe avec des réseaux islamistes politiques antioccidentaux comme l'UAM62 et l'UCM62.

Le prédicateur misogyne, antisioniste et antioccidental Hassan Iquioussen, invité par les responsables de la Mosquée de Liévin et par l'UAM62 le 13 décembre 2013 pour une conférence intitulée : "Les fondements juridiques de l'engagement politique". Parle-t-on là encore de religion ?
Hassan Iquioussen, a par le passé tenu des propos ouvertement antisémites. Il diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine.
Il refuse la mixité sociale homme/femme, et nie le génocide arménien.

 

L'UCM62 a organisé le 31 mai 2014 à Liévin le 3ème Rassemblement des Musulmans du Pas-de-Calais (RAM62) avec comme principaux invités les islamistes radicaux Hassan Iquioussen, Abdallah Benmansour, Nabil Ennasri ou encore Amar Lasfar.

La 4ème rencontre annuelle des Musulmans du Pas-de-Calais (RAM62) le 13 juin 2015, en partenariat avec la municipalité de Lens, rassemblait les islamistes du CCIF (avec son président Samy Debah), le prédicateur antioccidental Hassan Iquioussen, l'organisation politique BarakaCity (hard-copy), et la communauté musulmane de la Mosquée de Liévin.
BarakaCity est connu des services de renseignements français pour son militantisme politique lié à l'Islam radical sous couvert d'aide humanitaire. Ses comptes bancaires à la Société Générale et au CIC ont été clôturés. BarakaCity milite en faveur de l'organisation politique des Frères Musulmans.

Idriss Sihamedi (à droite), le président de BarakaCity au RAMF de l'UOIF en 2013 au Bourget. Sur la photo, il est en compagnie de l'imam Mehdi Kabir (à gauche), un prédicateur qui arpente les plus grandes mosquées de France, et qui considère que le voile islamique est une obligation pour la femme, qu'une femme qui se parfume est une "fornicatrice", que "les mangeurs de porc se comportent comme des porc", des "gens qui ne se soucient pas de voir leur femme dénudée et embrassée par les autres hommes. Les gens, qui lorsqu'ils sortent des toilettes, ils ne se lavent pas les mains. Les gens qui n'ont pas de pudeur vis à vis d'Allah. Les gens qui embrassent leur femme devant tout le monde sans aucune pudeur et sans aucune honte. Pourquoi ? Car ils consomment de la viande de porc."

"Religion de Paix et Tolérance" vous avez dit ?

Le militant politique Omar Dourmane qui lutte contre la laïcité et le sionisme, et proche des Frères Musulmans, invité le 13 juin 2015 à Lens par l'UCM62 (hard-copy) :

 

Le maire socialiste Laurent Duporge n'a pris aucune mesure contre les prédicateurs misogynes, antioccidentaux et antisionistes de l'Islam radical venant endoctriner des centaines de Musulmans à la Mosquée de Liévin. Il autorise également les réseaux d'extrême-droite islamiques tels que l'UAM62 à organiser des meetings dans la commune, condamnant la cohésion sociale sur le long terme, et provoquant la destruction de la société culturelle, cultuelle et ethnique française, de l'intérieur.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 26 mars 2016

14/03/2016

Les Mosquées des villes de Troyes et de La Chapelle-Saint-Luc, centres d'endoctrinement à l'Islam Radical, avec le prédicateur antioccidental Hassan Iquioussen : les "islamistes intégristes fondamentalistes" ont sécurisé la Turquie

"Islam mine l'Europe" avait déjà révélé en 2014, le développement de l'Islam Radical dans la ville de Troyes (département de l'Aube) en analysant la teneur des prédications et l'idéologie des imams de la Mosquée du quartier des Chartreux. Le député-maire LR François Baroin accueille dans sa ville de Troyes des prédicateurs mysogines, antioccidentaux et intolérants, qui rejettent ouvertement toute forme d’intégration dans la société occidentale et endoctrinent des centaines de Musulmans troyens à l’Islam fondamentaliste.

Il est inquiétant de constater la mansuétude et la complicité de ces élus locaux envers les grandes instances de l'Islam Radical dans le but d'acheter la paix sociale et de se rallier un électorat communautaire.

La principale association islamique sur Troyes est l'Association de Rassemblement des Musulmans de l'Agglomération Troyenne (ARMAT), présidée par Rachid Zejli.

L'association dispose d'une page Facebook officielle pour communiquer les évènements du lieu de culte, elle administre la Mosquée Al Ghazali, située 6 rue du Pont, (accessible également par la rue des Bas-Trévois). Le fondamentalisme islamique est en pleine croissance dans la ville de Troyes. Le projet d'agrandissement de la Mosquée Al Ghazali est en cours, il est possible aux Fidèles de faire des Dons pour aider au démarrage du projet.
Le complexe pharaonique s'étendra sur une superficie de 2868 m² en bâtit, plus un parking, constitué sur 1150 m² de bâtiment en construction neuve, de 1718 m² en bâtiment réhabilité, qui abriteront une école coranique, la Mosquée Al Ghazali, un centre d'activité et un centre commercial.


Le projet d'agrandissement de la Mosquée fondamentaliste Al Ghazali de Troyes et son minaret. L'islamisation de Troyes est en cours.

Les jeunes Musulmans (16 à 24 ans) de la Mosquée Al Ghazali de Troyes endoctrinés aux principes de l'Islam fondamentaliste sunnite : la charia par les hadiths, la jurisprudence islamique (fiqh)

Pour le démarrage du projet du complexe islamique Al Ghazali, les Fidèles sont invités à participer financièrement.

La Mosquée Al Ghazali a fait polémique après les attentats du 13 novembre 2015 au Bataclan, suite à un reportage de l'émission "Complément d'enquête" diffusé par France Télévision.
Son imam, Abdelilah Ziyad, guide spirituel présumé d’Omar Ismaïl Mostefaï l’un des kamikazes du 13 novembre 2015 du Bataclan, a été condamné à 8 ans de prison en 1997 pour avoir commandité les attentats de l'hôtel Atlas Asni à Marrakech le 24 août 1994 (2 touristes espagnols abattus et une française blessée) : d'après le reportage de France télévision, Abdelilah Ziyad préchait incognito dans la Mosquée de Troyes depuis deux ans !

Le terroriste Abdelilah Ziyad, condamné en 1997 à huit ans de prison en tant que commanditaire des attentats du 24 août 1994 à Marrakech, préchait à la Mosquée Al Ghazali de Troyes depuis deux ans !

C'est dans cette même Mosquée que François Baroin (à gauche) est venu se gaver de baklavas lors de la rupture du jeûne du Ramadan en compagnie de Rachid Zejli (à droite), pour déclamer sa flamme au "vivre-ensemble" et à la tolérance islamique en juillet 2013 !

L'ARMAT est également une association militante politique pro-palestinienne et anti-israélienne, sur le site Facebook, ses responsables exhortent les Musulmans à manifester pour la Palestine et contre l'État d'Israël (hard-copy).

Importation du conflit israélo-palestinien à Troyes par l'ARMAT, dirigée par Rachid Zejli



"ALLAH OUAKBAR !!" "Israël assassin", "Israël terroriste !" "Israël raciste !", "média français, montrez la vérité !". non, il ne s'agit pas de militants manifestant dans la bande de Gaza, mais bien d'islamistes haineux dans la ville de Troyes administrée par la municipalité de François Baroin en janvier 2009.


"Israël assassin !" "Palestine vaincra, liberté Palestine !" "Israël terroriste !".
Importation du conflit israélo-palestinien dans la ville de Troyes, à l'instigation de l'association de la Mosquée Al Ghazali le 15 juillet 2014. Le but étant de souder la communauté musulmane contre l'ennemi commun : Israël.

Autre que le terroriste Abdelilah Ziyad, l'ARMAT invite dans la Mosquée Al Ghazali pour endoctriner ses Fidèles, le prédicateur de l'Islam politique antisioniste, négationniste, misogyne et antioccidental Hassan Iquioussen.


Hassan Iquioussen, a par le passé tenu des propos ouvertement antisémites. Il diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine.
Il refuse la mixité sociale homme/femme, et nie le génocide arménien.

Le prédicateur de l'Islam politique antisioniste, misogyne et antioccidental Hassan Iquioussen, reçu à la Mosquée Al Ghazali de Troyes le 22 mai 2015

Ahmed Miktar, le prédicateur de l'UOIF et imam de la Mosquée de Villeneuve d'Ascq, qui veut instaurer la charia islamique et pour qui une femme qui montre son nombril est "une perverse", invité à la Mosquée Al Ghazali de Troyes le 24 janvier 2015

Rachid Zejli, président de l'ARMAT, reçoit dans la Mosquée Al-Ghazali qu'il administre, le terroriste Abdelilah Ziyad, les islamistes Hassan Iquioussen et Ahmed Miktar.
Suite à l'affaire révélée par le reportage "Complément d'enquête", il a donné sa démission en décembre 2015 de la présidence du Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM) de l'Aube.

 

François Baroin, également président de l'Association des Maires de France (AMF) a publié un rapport VADE MECUM dans lequel il est expliqué que les crèches de Noël dans les mairies sont incompatibles avec la laïcité, mais qu'il est obligatoire de prêter une salle municipale à une association fondamentaliste islamique antioccidentale si elle en fait la demande, comme celle des Musulmans de Mantes Sud (AMMS) citée en exemple (page 16-18 du document), sous peine de sanctions judiciaires !

"On a les moyens juridiques parfaitement pour accompagner les représentants Musulmans qui veulent pratiquer à ciel ouvert et non plus dans les caves comme par le passé."
[...]
"On peut proposer des baux emphytéotiques, on peut proposer un accompagnement de financement dans les associations culturelles, il y a des moyens qui ne sont pas des contournements, mais qui sont des moyens d'accompagnements intelligents pour permettre à une religion de pratiquer son culte, c'est aussi ça, l'esprit de la loi de 1905."
François Baroin sur BFM TV le 28 janvier 2015

"Ces gars de Daesh, qui sont des fous furieux, qui n'ont rien à voir avec l'Islam, c'est des types qui prennent de la coke, qui sont avinés toute la journée, ils ont une organisation militaire, ce sont des dingues, ce ne sont pas des fous de Dieu, ils n'ont pas de Dieu, ils n'ont qu'une logique, c'est de tuer ce qui de près ou de loin leur apparaît comme quelque chose qui ne correspond pas à leur identité, à leur ADN."
François Baroin sur Europe 1, le 15 novembre 2015

Pour François Baroin, l'État Islamique (Daesh) n'a rien à voir avec l'Islam. Les messages de haine diffusés par les responsables de la Mosquée des Chartreux à Troyes ne semblent pas l'inquiéter, pas plus que la venue du terroriste Abdelilah Ziyad, ni du prédicateur antioccidental Hassan Iquioussen à la Mosquée Al Ghazali de Troyes dans laquelle François Baroin est venu "accompagner les représentants Musulmans" et rompre le jeûne du Ramadan.
Probablement que là aussi, ça n'a rien à voir avec l'Islam, ce ne sont là que des prédicateurs "avinés", "sous l'emprise de la coke" !

 

Au nord-ouest de la banlieue troyenne on trouve la Mosquée de l'Union de la Communauté Musulmane de l'Aube (UCMA), implantée dans la petite ville de La Chapelle-Saint-Luc. L'association possède un site officiel pour communiquer les différents évènements ayant lieu dans le lieu de Culte.


Prière à la Mosquée de La Chapelle-Saint-Luc dans la banlieue de Troyes. On remarque que toutes les femmes sont en hijab, séparées des hommes, et le drapeau palestinien, revendication incessante du combat mené par les militants de l'Islam politique antisioniste.


Projet de construction du nouveau centre socio-culturel islamique de La Chapelle-Saint-Luc soutenu par le maire socialiste Olivier Girardin : comprenant une école primaire coranique, un collège et un lycée pour fonder une communauté et une société musulmane entièrement tournée vers la Oumma et pilotée par l'organisation politique antioccidentale des Frères Musulmans. Les travaux sont en cours.

L'UCMA est un bastion de l'Islam Radical de l'organisation politique des Frères Musulmans (UOIF).

Aperçu de l'idéologie misogyne, antioccidentale et antisioniste enseignée par vidéo-conférence à la Mosquée de La Chapelle-Saint-Luc avec, respectivement de haut en bas, Tariq Ramadan, Hani Ramadan et Abdallah Benmansour (hard-copy) sur les liens suivants, (lien 1), (lien 2) (lien 3).

L’UOIF possède une soixante d’associations directement affiliées et plus de cent cinquante associations gérant les lieux de culte en France et est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia. Ahmed Jaballah déclarait sans embage que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »


Le président de l'Union de la Communauté Musulmane de l'Aube (UCMA), Mohamed Benkaddour, invite des prédicateurs qui endoctrinent des centaines de Fidèles à l'Islam politique des Frères Musulmans

On retrouve Hassan Iquioussen, invité régulièrement par l'UCMA à la Mosquée de la Chapelle-Saint-Luc, par exemple le 19 juin 2009 et le 5 juillet 2015. Extrait de son sermon donné le 5 juillet 2015 (hard-copy)


"Istanbul qui était la pire des villes sur Terre, t'avais pas intérêt à sortir après 16h de l'après-midi, et quand elle est tombée entre les mains d'un parti qui s'appelle l'AKP, dirigé à l'époque par un homme qui s'appelle Recyp Tayep Erdogan, l'actuel président de la Turquie, avant il était maire d'Istanbul: quand il a pris la ville d'Istanbul en main, c'était la deuxième ville la plus pourrie sur Terre. Tout était à refaire. En même pas en l'espace de quatre ans, Istanbul est devenue une des plus grandes capitales au monde, où il y a le plus de sécurité et d'infrastructures, il y a 27 millions d'habitants.
Plusieurs fois, elle a gagné le prix de la meilleure ville sur Terre organisée grâce aux islamistes intégristes fondamentalistes du parti de la Justice et du Développement de Recyp Tayep Erdogan, le fils spirituel de Necmettin Erbakan."
[19:51]
Extrait de la conférence de Hassan Iquioussen, invité par l'UCMA à la Mosquée de La Chapelle-Saint-Luc, le 5 juillet 2015 (hard-copy)

Hassan Iquioussen défend becs et ongles le projet politique du dirigeant turc Recep Tayep Erdogan, proche des Frères Musulmans, le chef glorieux d'un parti "islamiste intégriste fondamentaliste", ainsi que son père fondateur spirituel, l'islamiste Necmettin Erbakan, qui déclarait en 1989 dans la ville néerlandaise d'Arnhem, que « Les Européens sont malades… Nous leur donnerons les médicaments. L’Europe entière deviendra islamique. Nous conquerrons Rome. »

Les associations UCMA et ARMAT continuent de propager leur doctrine fondamentaliste au coeur de la ville de Troyes et de sa banlieue, condamnant la cohésion sociale et le "vivre-ensemble" sur le long terme, avec la complicité des élus locaux, comme François Baroin ou le maire socialiste de La Chapelle-Saint-Luc, Olivier Girardin (photo) qui défilait avec les intégristes Musulmans pro-palestiniens en janvier 2009.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 15 mars 2016