Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2014

Aperçu du réseau de prédicateurs islamistes, antisionistes, homophobes et misogynes de la future Grande Mosquée de Rosny-sous-Bois

Rosny-sous-Bois est une commune d'un peu plus de 40 000 habitants en bordure est de la Seine-Saint-Denis. Depuis environ trois décennies, sur toute la banlieue parisienne, la communauté musulmane s'agrandit , et se regroupe en associations afin de gérer le culte islamique dans les grandes villes. La principale structure de la commune créée en 1999 par son président Salim Amara est l'Association des Musulmans de Rosny-sous-Bois (AMR).
Au fil des années, l'association croit et s'organise, et fait valoir le droit de disposer d'un lieu de culte décent. La municipalité dirigée par le maire UMP Claude Capillon va alors faciliter les démarches de l'AMR en favorisant l'obtention d'un terrain et octroie le permis de construire d'un gigantesque complexe islamique, une Mosquée.
En 2011, l’AMR a même perçu une subvention de 15 200 euros de la municipalité, un viol caractérisé de la loi de 1905 sur le respect de la laïcité, l'état ne devant financer aucun culte avec l'argent du contribuable.
Le projet du complexe islamique prend forme.

Sur une surface de 3000 m², la Mosquée pourra accueillir 1200 Fidèles. L'édifice sera constitué :
- d'une salle de prières pour hommes
- d'une salle de prières pour femmes
- de salles de cours pour une école coranique
- de salles de conférences
- d'un centre culturel
- d'une piscine
- d'un local commercial
- d'un minaret (pour faire l'appel au muezzin, comme à Hambourg ?)
le tout, près du centre-ville de Rosny-sous-Bois, marquant profondément de son empreinte la visibilité de l'Islam. Le coût du projet est estimé à 6 millions d’euros.

 

Le projet de la Grande Mosquée de Rosny-sous-Bois et son minaret


La Grande Mosquée de Rosny-sous-Bois en cours de construction en 2013

Une des salles de prières de la Grande Mosquée de Rosny-sous-Bois


Le 13 avril 2013, la première pierre du complexe islamique est posée sur le chantier en présence du maire Claude Capillon (en cravate bleue sur la photo) et des dirigeants de l'associations AMR.

Le projet avance très vite, et dès juin 2014, la construction de l'édifice est suffisament avancée pour que la municipalité autorise les Musulmans à prier dans le lieu de Culte.

En attendant la fin des travaux, quel philosophie de vie est enseignée aux Musulmans par l'AMR dans les différentes salles de prières temporaires de Rosny-sous-Bois ? Amour de son Prochain, Respect et Tolérance ? Pour se faire une opinion, on peut se référer au réseau de relations élaboré par l'association AMR, en scrutant les différents prédicateurs invités à précher dans les locaux provisoires.

On peut noter la présence de l'islamiste Hassan Iquioussen, régulièrement invité par l'AMR (le 24 mai 2009, le 14 mai 2011 (hard-copy) ou encore le 21 juillet 2014 par exemple) pour venir endoctriner les Musulmans de Rosny-sous-Bois.

Le prédicateur antisioniste et antioccidental Hassan Iquioussen régulièrement invité par l'AMR pour donner des conférences (ici le 14 mai 2011)

Hassan Iquioussen, a par le passé tenu des propos ouvertement antisémites. Il diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine. Pour lui, les attentats du 11 septembre ne sont qu’un vaste complot orchestré par les américano-sionistes contre les Musulmans.

Sur la mixité sociale homme/femme, Hassan Iquioussen a publié une cassette audio, toujours disponible à l'achat, pour alerter les Musulmans sur "les dangers de la mixité".

Dans une conférence donnée dans la Mosquée de Savigny-le-Temple, voilà comment Hassan Iquioussen se représente la mixité homme/femme :

"La mixité, vous savez ce que c'est ? C'est des hommes et des femmes dans un lieu qui se respectent. C'est ça la mixité. Vous mélangez tout. Vous pensez à la promiscuité. C'est-à-dire on est dans une pièce, et je suis assis, et il y a une femme à ma droite et une femme à ma gauche, on est collé les uns aux autres, ça c'est pas bien ça, vous entendez ? Mais si on est dans la même pièce, les femmes sont derrière, les hommes sont devant, les hommes sont à droite, les femmes sont à gauche, c'est pas haram."
[03:15]
Extrait d'une conférence donnée par Hassan Iquioussen à la Grande Mosquée de Savigny-le-Temple (hard-copy)

Dans les lieux publics, les assemblées, les réunions, hommes et femmes ne doivent pas se retrouver ensemble, mais doivent être regroupés en blocs séparés : hommes d'un côté, femmes de l'autre.
La société préconisée par Hassan Iquioussen est contre la mixité sociale homme/femme, ce qui est bien évidemment contraire aux libertés individuelles des personnes dans les sociétés occidentales. La jeunesse musulmane de Rosny-sous-Bois est ainsi formatée aux principes islamiques du Coran et de la Sunnah.

Autre grand propagandiste des banlieues françaises, le prédicateur Hani Ramadan est également un invité de marque de l'AMR, il était en conférence sur Rosny-sous-Bois le 24 mai 2009 (avec Hassan Iquioussen (hard-copy) ) et le 31 mai 2014.

Affiche de l'invitation du prédicateur antisémite et antioccidental Hani Ramadan le 31 mai 2014 à la Grande Mosquée de Rosny-sous-Bois

Dans une conférence à Bruxelles, le prédicateur Hani Ramadan a comparé les juifs à des "serpents, une race de vipères"

Hani Ramadan, petit-fils du fondateur de l’organisation politique des Frères Musulmans Hassan Al-Bannah (et frère de Tariq Ramadan), est le directeur du centre islamique de Genève en Suisse, un prédicateur qui tient des propos à caractère antisémite, n’hésitant pas à comparer les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles devant des centaines de Musulmans.
Dans ses ouvrages et conférences, il explique que tous les Musulmans doivent être gouvernés par un Califat sous les Lois islamiques de la Charia. (conférence à la Grande Mosquée Al-imane de Lille-Sud). D’après lui, l’Occident décadent est contaminé par l’Antéchrist, le « Dadjhal », un borgne de l’oeil droit, et seul l’Islam et la Charia peuvent le guérir.

Hani Ramadan développe également auprès des Fidèles une violente propagande antisioniste contre ce qu'il appelle "l'état criminel sioniste d'Israël".

On peut rappeler par ailleurs que Hassan Iquioussen est membre de l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) et que Hani Ramadan est également proche de cette mouvance. L’organisation est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia. Son ex-président Ahmed Jaballah déclarait sans embage que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. » Le président de l’UOIF actuel, Amar Lasfar, organisateur de l’Islam dans le nord de la France avec l’appui de Martine Aubry, manifeste publiquement son soutien aux islamistes en glorifiant dans une conférence donnée au Palais de Lille le 19 août 2012, la conquête du pouvoir en Égypte par les Frères Musulmans. La confrérie des Frères Musulmans est déclarée organisation terroriste par le gouvernement égyptien actuel.

 

L'imam fondamentaliste Nader Abou Anas de la Mosquée du Bourget, est invité le 21 juin 2013 (hard-copy) et le 27 juillet 2013 par l'AMR à la Mosquée de Rosny-sous-Bois pour donner des conférences. Il développe un Islam intolérant et incompatible avec les valeurs de la république française.
Pour avoir un aperçu de l’idéologie de Nader Abou Anas, ce prédicateur enseigne au Bourget que la musique est « la voix de Satan », que les Musulmans ne doivent pas imiter les Juifs et les Chrétiens, car ils sont les « Supérieurs », ou encore que la fête de la Saint-Valentin, fête des amoureux, est interdite aux Musulmans, hommes et femmes n’ayant pas le droit de montrer publiquement qu’ils s’aiment.

L'imam fondamentaliste de la Mosquée du Bourget Nader Abou Anas, qui est contre la mixité sociale hommes/femmes, et veut interdire la musique, « la voix de Satan », est invité régulièrement par l'Association des Musulmans de Rosny-sous-Bois pour donner des conférences.

 

Hassen Bounamcha l'imam fondamentaliste de la Mosquée d'Aubervilliers, est également proche de l'AMR, et est reçu dans les locaux de la future Grande Mosquée de Rosny-sous-Bois. Dans ses conférences dispensées devant les fidèles Musulmans, Hassen Bounamcha, surnommé « l’ami Hassen », explique devant ses Fidèles à Aubervilliers, que la mixité sociale homme/femme est un vice, que la femme occidentale se comporte comme une femme sans honneur. Hassen Bounamcha tient également des propos à caractère homophobe.
Il justifie également le mariage forcé à la Mosquée de Boulogne-Billancourt.

Hassen Bounamcha, l'imam fondamentaliste de la Mosquée d'Aubervilliers invité par l'AMR à la Grande Mosquée de Rosny-sous-Bois en juillet 2014

La Mosquée de Rosny-sous-Bois est également infiltrée par une association militante politique antisioniste, l'Association des Fidéles du Masjid de Rosny-sous-Bois, qui appelle les Musulmans à boycotter les produits provenant de "l'entité sioniste", Israël (hard-copy)

L'association de Musulmans de Rosny-sous-Bois appelle les Fidèles en août 2014 à boycotter les produits provenant d'Israël. L'importation du conflit israélo-palestinien au coeur de la commune.

"Je suis heureux d’être parmi vous cet après-midi pour poser, ensemble, la première pierre de cette future mosquée. C’est grâce à notre volonté et nos efforts communs que ce projet a pu voir le jour. Certes, il a fallu un peu de temps avant d’en arriver là. Nous nous sommes souvent rencontrés, nous avons réfléchi et discuté ensemble pour aboutir à un projet qui était satisfaisant pour tous.
Il a fallu également chercher les financements, trouver le lieu, et passer par une validation au Conseil municipal. Mais à présent, les obligations administratives sont réglées et la construction va pouvoir commencer....Et je vous donne rendez-vous rapidement, je l’espère, au même endroit, pour cette fois inaugurer la nouvelle mosquée de Rosny."
Extrait du discours prononcé le 13 mai 2013, lors de la pose de la première pierre de la Mosquée, par le maire UMP Claude Capillon (hard-copy) responsable de l'enracinement de l'Islam radical fondamentaliste, intolérant, misogyne au coeur même de la commune de Rosny-sous-Bois.
Les conséquences sur le long terme seront dévastatrices : la désagrégation du tissu social par une communautarisation à outrance suivant des préceptes islamiques non compatibles avec les démocraties de type occidental, et la diffusion en masse d'une propagande antisioniste d'incitation à la haine contre Israël.

 

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 17 août 2014

12/07/2014

Hani Ramadan en conférence à la Mosquée Al-Islah de Décines : la société laïque est dominée par le lobby sioniste

Décines est une commune française de 25 800 habitants de la banlieue lyonnaise, dans le département du Rhône.

En moins de trois décennies, une forte immigration musulmane s'est implantée dans la couronne périphérique de Lyon, , des associations islamiques se sont créées pour organiser le développement du culte musulman. On peut noter celle de Vaulx-en-Velin, celle de la Grande Mosquée Lyon ou de Villeurbanne, toutes de mouvance fondamentaliste. A Décines en particulier, la principale association islamique de la ville, dénommée Al-Islah, a pu finaliser, avec l'aide de la municipalité administrée par le maire socialiste Pierre Crédoz, la réalisation d'un immense projet, l'agrandissement du centre Interculturel de Décines.
Ce complexe islamique comprendra :
- la Mosquée Rahmane

- l'Association Al-Islah
- Une école coranique (École de la réussite)
La somme nécessaire à la construction de ce gigantesque complexe islamique est de 5 millions d'euros, plus de 1,3 millions d'euros ont déjà été récoltés auprès des Fidèles. (hard-copy)


La maquette du projet du futur centre Interculturel Al Islah de Décines (hard-copy). Un vaste complexe islamique aux mains des Frères Musulmans (UOIF) qui transformera radicalement le paysage culturel, cultuel et ethnique de la ville.

Que propose l'association Al-Islah pour l'épanouissement des Fidèles Musulmans de Décines ? L'apprentissage du Respect entre communautés, du vivre-ensemble, de la Fraternité et de l'Amour entre les peuples ?

On peut se faire une idée de l'idéologie diffusée par les imams et prédicateurs du centre Interculturel de Décines en écoutant leurs enseignements, sermons et conférences. Le prédicateur Shakeel Siddiq était invité par l'association Al-Islah à Décines le 17 janvier 2014, pour conduire les Musulmans dans le droit chemin, la parole d'Allah. Shakeel Siddiq est diplômé de l’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) de Château Chinon. Sous ce titre pompeux, se cache en réalité une école coranique de l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) formant les futurs imams de France.
L’UOIF est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia. Son ex-président Ahmed Jaballah déclarait sans embage que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »
L'IESH de Château-Chinon où a été formé Shakeel Siddiq a pour principal référent en matière de législation islamique le cheikh antisémite égyptien des Frères Musulmans Youssef Al Qaradawi. (hard-copy)

Youssef Al Qaradawi appelle dans ses préches retransmis sur les télévisions du monde arabe, à l'extermination des Juifs.

Le président de l’UOIF actuel, Amar Lasfar, organisateur de l’Islam dans le nord de la France avec l’appui de Martine Aubry, manifeste publiquement son soutien aux islamistes en glorifiant dans une conférence donnée au Palais de Lille le 19 août 2012, la conquête du pouvoir en Égypte par les Frères Musulmans.

Pour ce faire une idée plus précise de l'idéologie des Frères Musulmans, quelques extraits de la conférence de Shakeel Siddiq en gras italique ci-dessous, où il incite les Fidèles à lutter contre l'"islamophobie" :


Le prédicateur de l'UOIF Shakeel Siddiq en conférence à la Mosquée de Décines le 17 janvier 2014

"Quand il y a eu ce problème du voile, et comme il existe encore de toute façon, normalement, à mon sens, on n'aurait pas dû aller vers des facilités. On devrait se mobiliser en tant que Croyant, Croyante, fermement, je suis prêt à verser mon sang, à mourir, qu'on me tire dessus, mais jamais je n'enlèverai mon voile pour ces taghut (mécréants), pour ces gens, ils veulent quoi, ils attendent quoi de moi ? Moi, je cherche à plaire à Allah ! T'es content, t'es pas content, pour moi cela ne change absolument rien !"
[26:32]
"Nous Musulmans, on veut respecter la femme, mais eux ne veulent pas la respecter, ils en ont fait un produit marketing, ils la mettent toute nue sur les photos. Nous Musulmans, on veut respecter la femme, l'honorer via le mariage, ici on fait la promotion du Zinnah (adultère). Nous Musulmans, on est contre le ribbah (l'usure), eux ils ne fonctionnent qu'avec ça ! Donc notre message pose un problème. Donc ils vont nous calomnier: "les Musulmans sont des terroristes", "on vole des pains au chocolat", on est dans l'absurde total. C'est le message d'Allah qui pose problème."
[31:45]
conférence de Shakeel Siddiq le 17 janvier 2014 à la Mosquée de Décines : "Comment être efficace face à l'islamophobie à la lumière de la Sirah du Prophète" (hard-copy)

Pour Shakeel Siddiq, les Musulmans vivent en milieu hostile en France, ils sont victimes des "islamophobes" qui les empêchent de pratiquer leur religion. Qu'est-ce qu'un islamophobe d'après Shakeel Siddiq ? On remarque que :
- être islamophobe, c'est être contre le port du voile islamique à l'école
- être islamophobe, c'est ne pas punir l'adultère (Zinnah), qui est un crime du point de vue islamique

- être islamophobe, c'est diffuser des images de "femmes nues", (il faudrait que Shakeel Siddiq nous montre où il a vu des photos de femmes nues sur les produits marketing) ou des femmes en tenue d'été.
Or, les institutions françaises ne condamnent pas ces interdits islamiques, la France est donc un pays "islamophobe". Dans le dogme musulman défendu par Shakeel Siddiq, le corps de la femme est considéré comme une vulgaire obscénité et doit être couvert. La Féminité, la Beauté, le Charme, la Séduction, la Sensualité sont strictement et formellement interdits. Les Musulmanes doivent donc porter le voile Islamique, qui couvre les cheveux, symbole de Féminité, ou mieux, un voile qui couvre les cheveux et les courbes féminines du corps (taille, hanches, fesses, nuque, décolleté, jambes), le hijab.

Pour défendre cette idéologie, et lutter contre les "islamophobes", les Musulmans doivent se battre, jusqu'à "verser leur sang", et "qu'on leur tire dessus" pour défendre le port du voile islamique sans contraintes à l'école ou sur leur lieu de travail, ce qui est évidemment en désaccord avec la Loi de mars 2004 qui interdit aux Musulmanes de porter le voile dans les écoles républicaines et laïques.

Il est intéressant de constater que Shakeel Siddiq, issu vraisemblablement d'une famille modeste d'un pays musulman, où il y a peu de libertés d'expression (dessiner le Prophète Mohamed dans un journal est passible de prison), pas de liberté de culte, où les femmes sont réduites la plupart du temps aux taches ménagères, obligées de porter le voile islamique ou le hijab dans certains pays comme le Soudan, l'Arabie Saoudite ou l'Iran, importe l'idéologie islamique antioccidentale en France, critiquant le pays qui l'a accueilli, et dans lequel il bénéficie pourtant d'une aide sociale, médicale, et d'un logement.

Autre prédicateur prestigieux proche de la mouvance des Frères Musulmans invité par l'association Al Islah de Décines, Hani Ramadan. Hani Ramadan, petit-fils du fondateur de l’organisation politique des Frères Musulmans Hassan Al-Bannah (et frère de Tariq Ramadan), est le directeur du centre islamique de Genève en Suisse, un prédicateur qui tient des propos à caractère antisémite, n’hésitant pas à comparer les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles devant des centaines de Musulmans.
Dans ses ouvrages et conférences, il explique que tous les Musulmans doivent être gouvernés par un Califat sous les Lois islamiques de la Charia. (conférence à la Grande Mosquée Al-imane de Lille-Sud). D’après lui, l’Occident décadent est contaminé par l’Antéchrist, le « Dadjhal », un borgne de l’oeil droit, et seul l’Islam et la Charia peuvent le guérir. Extrait de sa conférence donnée à la Mosquée de Décines le 11 janvier 2014, en gras italique ci-dessous :


Le prédicateur antisioniste et antisémite Hani Ramadan en conférence à la Mosquée Al Islah de Décines le 11 janvier 2014, veut faire appliquer la Charia, la Loi islamique

"On vit dans une société qui est quand même curieuse, étonnante, cette société républicaine, laïque, sécularisée, qui pense être la société des Lumières. On peut insulter le Prophète de l'Islam, l'ultime Messager de Dieu qui est la lumière envoyée à l'Humanité entière, on peut blasphémer lorsqu'il s'agit du Créateur, mais lorsque quelqu'un s'exprime contre le lobby sioniste par exemple, là tout d'un coup, la liberté d'expression a des limites.
Et on impose ces limites selon deux poids deux mesures, pour les uns on n'a pas le droit d'imposer nos restrictions, mais pour les autres, il est tout à fait possible de l'imposer parce que la société laïque est dominée aujourd'hui par ces lobbies, au niveau financier, au niveau politique, au niveau culturel et artistique, on le voit dans les informations, cela est aussi évident."
[22:56]

Hani Ramadan utilise un des principes fondamentaux d'endoctrinement au Totalitarisme : la victimisation (comme l'a exploité le nazisme (victime des juifs), ou le communisme (victime des capitalistes), etc...relire "1984" de George Orwell). Toute frustration doit être canalisée sur une cible pointée comme responsable de tous les malheurs, afin de cimenter, de souder un groupe de personnes, une communauté, contre un ennemi commun - Hani Ramadan l'a désigné formellement : le sionisme.
Pour Hani Ramadan, les lobbies sionistes dirigent la France, et les Musulmans vivant sur le territoire français en sont les principales victimes.
La communauté Musulmane doit donc se renforcer, s'organiser pour combattre cet ennemi commun.

"On doit réclamer ce qui est légitime, ce qui est en accord avec les principes de l'Islam. Donc Il faut faire une distinction dans les enseignements qui nous sont donnés entre le fait de préserver la cohérence de la communauté pour ne pas entraîner une situation qui est pire que celle que nous vivons, et le fait d'avoir des dirigeants qui servent les intérêts de nos pires ennemis dans la région parce qu'ils ont des intérêts géostratégiques et parce qu'ils cherchent à nuire aux Musulmans, à écarter l'idée que les Musulmans puissent être un jour orientés, dirigés par les principes de l'Islam et par la Charia.
C'est précisément cela, la Charia, dont la source est le Coran et la Sunnah. Et on vient de dire que la sincérité vis à vis de Dieu et de son Messager, c'est cela aussi, c'est de vouloir vivre dans une société qui depuis ses dirigeants jusqu'au commun des Croyants est orientée par les principes de l'Islam. Et il faut agir dans ce sens d'une façon ou d'une autre.
Et n'oublions pas que notre Prophète nous a dit : "Le meilleurs combat, le combat que l'on mène au service de Dieu est une parole de justice et de vérité prononcée que l'on adresse à un tyran."
[26:15]
Conférence de Hani Ramadan à la Mosquée de Décines le 11 janvier 2014 - "à la Lumière d'un Hadith du Prophète" (hard-copy)

Hani Ramadan expose clairement que l'objectif pour les Musulmans sur le long terme est d'être "dirigés par les principes de l'Islam et par la Charia", une société qui devra être soumise aux lois islamiques et non plus au système sioniste. Un système qui n'est pas régi par les principes de l'Islam est une société mécréante, et la communauté musulmane doit tout faire pour la transformer, y compris par "le combat au service de Dieu", pour imposer la Charia, incompatible avec les démocraties de type occidental.

 

Le centre Interculturel de Décines n'est pas le seul établissement d'enseignement à propager la doctrine islamique sur la ville. On peut noter que la commune possède le plus grand établissement musulman de France, le collège-lycée Al-Kindi, qui s'est imposé par les pressions et les revendications d'une partie de la communauté musulmane de la ville. Pour obtenir gain de cause, les manifestants ont terrorisé les responsables politiques en se faisant passer pour des victimes des dirigeants municipaux racistes et islamophobes.


trois cents personnes ont manifesté sous les fenêtres du rectorat en octobre 2006 à Décines pour obtenir l'ouverture du lycée-collège privé musulman Al-Kindi, avec entres autres, comme slogan : « Nous demandons la démission d'un recteur raciste et islamophobe »

Pierre Crédoz a fini par céder, et l'établissement communautaire a ouvert ses portes le 5 mars 2007. Actuellement, le groupe scolaire Al Kindi dispose de 20 classes avec un effectif de 432 élèves. Il est important de constater que le collège-lycée est sous contrôle de l'UOIF, Nazir Hakim est le président de l’association Al-Kindi et fait partie de l'équipe dirigeante de l’UOIF, (hard-copy)
Des prédicateurs proches de l'UOIF, comme Nabil Ennasri sont invités dans le collège-lycée pour endoctriner les jeunes Fidèles à l'idéologie des Frères Musulmans. Nabil Ennasri est un militant de l’Islam politique antisioniste, antioccidental et anti-France. Il maintient une page Facebook officielle (hard-copy) sur laquelle il développe sa propagande. Ses conférences devant les Fidèles Musulmans visent à les liguer contre la communauté nationale française. Pour Nabil Ennasri, les Musulmans sont en danger en France, l’État français, et ses institutions cherchent à les éliminer. Ils doivent donc réagir et ne pas se laisser faire. (écoutez sa conférence donnée à la Mosquée du Havre).
Nabil Ennasri est également un fervent détracteur de Manuel Valls qu'il considère comme un ennemi. Lors des élections législatives de 2012, Nabil Ennasri a appelé les Musulmans à "faire tomber Manuel Valls", l'"ami Éternel d'Israël"


Le militant politique antisioniste et antioccidental Nabil Ennasri en conférence au collège-lycée musulman Al-Kindi de Décines le 29 mars 2014

Les institutions islamiques sont relativement récentes, et permettent à l'Islam de s'enraciner durablement, voire définitivement, dans la commune de Décines. Quel avenir pour la jeunesse musulmane de la ville avec aux commandes les prédicateurs fondamentalistes de l'UOIF ? Seront-ils encouragés à s'intégrer dans la société, ou au contraire, à former une communauté à part, régie par ses propres règles et ses propres lois ?


Avant de démissioner de son poste en 2012, le maire socialiste Pierre Crédoz a favorisé l'implantation de l'Islam dans Décines en permettant l'agrandissement du lycée-collège Al-Kindi des Frères Musulmans (UOIF), et en créant des carrés confessionnels islamiques.
La communautarisation sur le long terme de la société décinoise par l'Islam.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 12 juillet 2014

29/06/2014

La Fraternité d’après Abdelhamid Mazzouz, imam de la Grande Mosquée Ennour de Sartrouville : les amis des Musulmans doivent être pieux et connaître « la shahada », sinon Allah transformera cette amitié en animosité le jour du Jugement Dernier

Sartrouville est une commune d'environ 52 000 habitants de la banlieue nord-ouest de Paris, dans le département des Yvelines. Certains de ses quartiers sont situés en Zone Urbaine Sensible (ZUS), un nom politiquement correct pour désigner les quartiers ayant subi ces dernières décennies une forte immigration, essentiellement musulmane d'Afrique du Nord et subsaharienne, où la police et les pompiers ne rentrent qu'avec certaines précautions en cas d'intervention pour éviter tout dérapage, comme sur le plateau de la cité des Indes, une enclave sujettes aux revendications islamiques à Sartrouville.
Dans le cadre des éléctions législatives en juin 2012, le député candidat Jacques Myard est interpellé par un Musulman : "Vous n’avez rien à faire ici, ici c’est un terre arabe, c’est une terre appartenant aux musulmans, ce n’est pas une terre française !"

La communauté musulmane de Sartrouville regroupée au sein de l’Association Culturelle des Musulmans de Sartrouville (ACMS), a officialisé la mosquée En Nour, installée depuis 2003 à l’entrée de la zone industrielle du Prunay. 1,5 millions d'euros ont été nécessaires à la réhabilitation de l'édifice. Le 15 février 2014, l’ACMS organisait une cérémonie d’inauguration, dans le lieu de culte, à l’occasion d’une journée portes ouvertes, en présence du maire UMP Pierre Fond.


La Grande Mosquée Ennour de Sartrouville, rue Jean-Pierre Timbaud


3000 fidèles célébrent l'aïd-el-fitr (fin du Ramadan) le 19 août 2012, à Sartrouville (hard-copy)


Le maire UMP Pierre Fond (à gauche) rend visite à la communauté musulmane de Sartrouville pendant la fête de l'aïd-el-fitr

 


Abdelhamid Mazzouz, est l'imam de la Mosquée Ennour de Sartrouville, il donne les sermons et oriente les fidèles vers le chemin, le Message d'Allah.


Abdelhamid Mazzouz en prière avec les fidèles Musulmans de la Grande Mosquée Ennour de Sartrouville

Quelle est l'orientation idéologique et la teneur des prédications de l'imam de Sartrouville Abdelhamid Mazzouz ?
Le prédicateur a invité le 28 mars 2014 dans sa Mosquée de Sartrouville l'imam de la Mosquée du Bourget Nader Abou Anas
(hard-copy), un fondamentaliste, développant un Islam intolérant et incompatible avec les valeurs de la république française.
Pour avoir un aperçu de l'idéologie de Nader Abou Anas, ce prédicteur enseigne au Bourget que la musique est "la voix de Satan", que les Musulmans ne doivent pas imiter les Juifs et les Chrétiens, car ils sont les "Supérieurs", ou encore que la fête de la Saint-Valentin, fête des amoureux, est interdite aux Musulmans, hommes et femmes n'ayant pas le droit de montrer publiquement qu'ils s'aiment.


L'imam fondamentaliste de la Mosquée du Bourget, Nader Abou Anas, invité par Abdelhamid Mazzouz à Sartrouville, est contre la mixité sociale hommes/femmes, et veut interdire la musique, "la voix de Satan".

Il s'agit là clairement de défendre les valeurs de l'Islam, incompatibles avec les valeurs de la République, en communautarisant les Musulmans afin de les exclure de la société française. On va constater que les messages de Abdelhamid Mazzouz ne sont guère différents de ceux de Nader Abou Anas.
Sur son site officiel, la page Facebook Al Afaq
(hard-copy) (se connecter avec un compte pour avoir accès aux informations), Abdelhamid Mazzouz décrit par exemple sa vision des arts lyriques et musicaux :


Abdelhamid Mazzouz, imam de la Mosquée de Sartrouville : "Il y a deux amours qui ne peuvent pas cohabiter dans le même coeur : l'Amour du coran et l'amour de la musique, en effet, l'un chassera l'autre." (hard-copy)

Ces prédications et conseils encouragent-ils les jeunes français Musulmans à s'adonner à l'art musical ? Faudra-t-il interdire l'art lyrique, le solfège, le piano, la guitare, le saxophone, car incompatibles avec le dogme Islamique ?
A l'école publique, quelle sera la réaction des enfants Musulmans de Sartrouville pendant les cours de musique ? Seront-ils dispensés au nom de leurs convictions religieuses ?

Abdelhamid Mazzouz a donné par ailleurs un sermon le 3 janvier 2014 devant ses Fidèles Musulmans sur la notion de Fraternité en Islam, quelques extraits en gras italique ci-dessous :
"Qui sont tes amis ? Est-ce ceux qui te tirent vers le haut ? Qui sont tes amis ? Est-ce ceux qui te rappellent Allah lorsque tu l'as oublié ? Qui sont tes amis ? Est-ce ceux qui te réveillent lorsque tu es plongé dans l'insouciance ? Qui sont tes amis ? Est-ce ceux qui te disent : "Je passe te chercher pour aller à la Mosquée", ou bien ceux qui te disent : "Tiens, prend une cigarette, y a pas de mal, je passe te chercher ce soir, il y a une soirée mortelle, t'as vu le nouveau morceau de musique ? Il est classe. Si t'as pas une copine, t'es un tordu ou t'es coincé. Si tu n'as pas un copain ma chère, tu es tordue ou tu es coincée. Qui sont réellement tes amis ?"
[10:03]
"Poses-toi la question : les amis que tu fréquentes aujourd'hui, seraient-ils capables d'être à ton chevet et de te faire répéter la shahada, qui elle, te permettra d'accéder au Paradis ? Ou bien, ils vont se mettre à pleurer sur ton sort, sans réellement savoir ce qu'ils peuvent faire pour toi ?
Voilà pourquoi toute amitié qui n'est pas motivée par l'amour d'Allah se transformera le jour du Jugement Dernier en animosité. Allah dit dans le Saint Coran : "les amis ce jour là, qui étaient amis dans ce bas monde, seront ennemis les uns des autres, exceptés les pieux", toute amitié ou compagnie, se transformera le jour de la Résurrection en animosité, sauf ceux qui s'inscrivent dans le cadre de l'amour d'Allah."
[13:13]
"Dis moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es" - sermon de Abdelhamid Mazzouz à la Mosquée de Sartrouville le 3 janvier 2014 (hard-copy)

Les Musulmans ne doivent tisser des liens d'amitié qu'avec des gens pieux qui connaissent la "shahada", premier pilier de l'Islam : autrement dit, les seuls amis que les Musulmans sont autorisés à avoir sur Terre doivent être Musulmans.
Abdelhamid Mazzouz va jusqu'à menacer indirectement les Musulmans qui s'aviseraient de prendre pour amis des non-musulmans, Allah transformera cette amitié en animosité le jour du Jugement Dernier. Ils seront condamnés pour cette infamie. Où sont les appels Fraternels, pleins de Respect et d'Amour entre communautés ? Où est la religion de "Paix et Tolérance" ?

On remarque que la notion de Fraternité en Islam professée par l'imam Abdelhamid Mazzouz n'a apparemment pas le même sens que dans les Évangiles du Nouveau Testament de la Bible :
" Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ? Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. "
La Bible - Matthieu 22:36-40


Pierre Fond, maire UMP de Sartrouville, a rappelé lors du discours d'inauguration du complexe islamique le 15 février 2014, «les efforts» effectués par la communauté musulmane pour l’édification de la Mosquée. «Nous continuerons à la soutenir».
Pierre Fond est prêt à sacrifier le vivre ensemble en société sur le long terme, au nom du communautarisme musulman intolérant enseigné par les prédicateurs de la Mosquée de Sartrouville.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 28 juin 2014

21/06/2014

Les Musulmans fréquentant la Grande Mosquée de Bayonne sont-ils des citoyens français ?

Depuis environ deux décennies, l'Islam se développe progressivement dans les régions du sud-ouest de la France. Plusieurs associations se crééent afin de structurer l'enseignement de la religion de "Paix et Tolérance", en particulier par la demande et l'obtention des différentes municipalités, de terrains pour y construire des Mosquées. On peut noter entre autres dans la région Aquitaine, l'édification de la Grande Mosquée de Libourne, celle de Bordeaux chère au maire UMP Alain Juppé, ou encore celle de Cenon, (avec son imam Mahmoud Doua), toutes diffusant un Islam rigoriste et fondamentaliste.
Les habitants du pays Basque, fiers de leur culture et de leurs traditions, ne sont pas en reste et constatent chaque jour que certains quartiers de leur patrimoine se modifient face à l'immigration au fil des années, avec le concours des responsables politiques locaux.

On peut noter que la municipalité de la ville de Bayonne dirigée à l'époque par le maire UMP Jean Grenet, a "offert" en 2007, sous les pressions et les revendications, un terrain de 2000 m² à l'Association Culturelle des Musulmans de la Côte Basque (ACMCB), la signature d'un bail emphytéothique de 10€ le m² au mépris de la Loi de 1905 de séparation de l'église et de l'état, la République ne devant favoriser aucun culte.

L'ACMCB, sous la présidence de Abderahim Wajou, a pu en 2008 démarrer le chantier de la Mosquée sur ce terrain. Le 30 août 2011, jour de la fin du ramadan, les fidèles ont prié pour la première fois dans le nouvel édifice.

La Mosquée est construite sur un terrain de 2 000 m² et dispose d’une capacité d’accueil de 300 personnes avec deux salles de prières, une école coranique avec deux salles de cours, une bibliothèque et une salle de conférence. Un minaret symbolique surmonte la Mosquée (pour un futur appel à la prière, comme à Hambourg ?). La construction de cet édifice a coûté près de 700 000 euros. Le complexe islamique a été inauguré en mars 2014.

La Mosquée de Bayonne

Le minaret de la Mosquée de Bayonne

Quel Islam est diffusé par les prédicateurs aux fidèles Musulmans de Bayonne ? Un appel à la Fraternité, un hymne à l'Amour, à la Paix, à la Tolérance ? Cele ne semble pas faire partie des priorités du dogme, sur leur site Internet officiel, les responsables de l'ACMCB gérant la Mosquée de Bayonne sont plutôt confrontés à un problème existentiel beaucoup plus préoccupant : comment concilier les lois de la charia islamique incompatibles avec les Lois de la République française ?

ci-dessous, extrait de la page du site "Respecter la loi du pays et se référer aux Coran et Sunna : comment ?" (hard-copy1) (hard-copy2)

"Respectez-vous les lois françaises ou bien les principes du Coran ?

Réponse :

Nous musulmans nous référons (tahkîm) à nos sources – Coran et Sunna – et sommes respectueux des lois du pays dans lequel nous vivons. "En tant que citoyens ou résidents étrangers d'un pays donné, les musulmans sont liés à un contrat avec ce pays. Or l'islam enseigne au musulman de respecter le contrat qu'il a conclu.
Ainsi, le Prophète avait conclu des traités internationaux, des traités qu'il avait conclus avec d'autres Etats-cités de l'Arabie d'alors : le Coran parle de "peuples avec qui vous avez conclu un traité" (Coran 4/90) ; le Prophète avait conclu un traité de dix ans avec la Mecque, en vertu duquel les musulmans de La Mecque ayant émigré à Médine seraient renvoyés à La Mecque ; il respecta les clauses du traité et fit retourner Abû Jandal, un musulman venu de la Mecque (rapporté par al-Bukhârî). Ceci concernait les traités entre nations.
Maintenant, en venant s'installer dans un pays (que ce soit définitivement en ce qui concerne les citoyens ou temporairement en ce qui concerne les résidents étrangers), les musulmans ont conclu un contrat avec les autorités du pays. Ici il ne s'agit pas d'un traité (mu'âhada) entre deux Etats mais d'un contrat (mu'âhada) entre un Etat et les personnes qui y résident. Cf. Fatâwâ mu'âssira, tome 3 pp. 642-644."

On constate d'après l'ACMCB, qu'en France, les Musulmans ne sont pas sous l'autorité de la législation française. Ils passent un "contrat" (mu'âhada), qui les engage à respecter les lois du pays d'accueil, à condition qu'elles ne s'opposent pas aux lois islamiques. Il s'agit là d'une très grave dérive communautariste, qui voit s'installer sur notre territoire un groupe d'individus, une communauté, étrangère culturellement à l'identité locale, avec une possibilité éventuelle de faire scission sur le long terme si l'incompatibilité entre les deux systèmes s'avère flagrante.

"B.1.2 : La loi du ne dit rien de quelque chose que nous considérons obligatoire : "Ainsi en est-il du caractère obligatoire des cinq prières quotidiennes. En quoi le fait de devoir respecter la loi française empêcherait-il de les accomplir ?"

-------------------------
"B.2) La loi du pays rend quelque chose obligatoire alors que nos sources nous l'interdisent formellement, ou nos sources rendent quelque chose obligatoire alors que la loi du pays nous l'interdit formellement. Ou bien nos sources ont désigné une façon précise (tarîq mu'ayyan) pour réaliser tel objectif (devenu nécessaire) alors que la loi du pays en désigne une autre :

"Dans ce cas il s'agira d'orienter les musulmans vers la solution, dans la loi du pays, qui permet de pratiquer ce que disent nos sources. Ainsi, une jeune musulmane qui porte le foulard ne peut plus le porter quand elle entre, en tant qu'élève, dans les salles de l'école publique ; il s'agira donc d'orienter cette jeune fille vers une école privée qui l'autorisera à porter ce foulard, ou à suivre des cours par correspondance.
Les musulmans devraient également créer des écoles privées, similaires à celles que les protestants, les catholiques et les juifs en ont créées."
"Quand on vit dans un pays, les lois qui déclarent quelque chose strictement obligatoire ou strictement interdit, et qui menacent le contrevenant d'emprisonnement etc. sont contraignantes ("muk'rih"). C'est pourquoi, dans le cas B.2.2 cité plus haut (c'est le seul cas où la question se pose), le musulman se conformera à ce que dit la législation du pays où il vit, considérant qu'il y a contrainte ("ik'râh") ;
[...]
"Ceci n'empêche pas qu'en tant que citoyen, en même temps qu'il se conforme en actes à une telle loi, le musulman proteste et dise qu'il considère celle-ci injuste. Ainsi le disons-nous à propos de la loi contre le port du foulard par les élèves de l'école publique."

Pour l'ACMCB, les lois de la Charia sont incompatibles avec celles de la République : une femme Musulmane doit pouvoir porter librement son hijab partout sans contraintes, y compris dans les écoles publiques. La loi contre le port du voile à l'école est injuste, les Musulmans sont donc discriminés dans un pays hostile à l'Islam.
En attendant de jouer de leur influence par des pressions, des revendications afin de pouvoir modifier ces lois républicaines "liberticides", les responsables de la Mosquée de Bayonne conseillent aux Musulmanes de s'inscrire dans les écoles privées coraniques respectant la Charia.
Ces jeunes filles Musulmanes, sous l'influence des imams, seront-elles pleinement intégrées dans la vie en société ?

Les responsables de la Mosquée de Bayonne militent contre la loi interdisant le port du voile islamique dans les écoles publiques : un bras de fer contre les institutions de l'État dont l'enjeu est l'endoctrinement des futures jeunes bayonnaises. (illustration : femmes en hijab au Pakistan)

 

Toujours sur la page traitant de la Loi de la Charia, une autre problématique soulevée par les responsables de l'ACMCB : comment doivent se comporter les Musulmans en cas de conflit armé ? (Pourquoi cette question ? La guerre revêt-elle une importance particulière dans le culte musulman ?) Extrait en gras italique ci-dessous :

"Si le pouvoir exécutif ou l'assemblée législative du pays mobilise les citoyens pour aller au combat, que faire ?"

"Imaginez que les citoyens d'un pays donné soient mobilisés pour aller combattre des habitants d'un autre pays et que cette guerre soit injuste. En vertu des limites au cas de contrainte que nous venons de voir, les musulmans ne pourront pas participer à ce combat. Mais attention, ce n'est pas le fait de voir si en face il y a des musulmans qui soit seulement à prendre en considération : des innocents sont des innocents, musulmans ou pas."

Les Musulmans ne seraient pas sous l'autorité de l'État français. Ils ne peuvent partir au combat et servir la patrie, que si cette guerre est "juste". Qu'est-ce qu'une guerre juste ? Les imams n'en donnent pas la définition, mais ils sont les seuls garants pour définir les causes justes capables de préserver l'intérêt des Musulmans.

Ces imams s'apprêtent-ils à construire un futur État dans l'État ? Pour islamiser progressivement la région, on constate que les responsable de l'ACMCB procèdent par étapes, Abderrahim Wajou et son successeur ont été en contact avec les abattoirs de la région pour que leurs responsables produisent de la viande halal, par l'abattage rituel musulman finançant la construction de Mosquées, et qui écarte la viande de porc, jugée impure.
Imposer le port du voile islamique, le hijab, convaincre les boucheries et les abattoirs de produire de la viande halal, changer progressivement le paysage culturel et ethnique des quartiers et des villes, revendiquer la supériorité des lois islamiques de la Charia sur les Lois de la République.
Tel est le programme de l'ACMCB pour communautariser sur le long terme la région basque. En misant également sur l'expansion de l'Islam par la construction d'autres Mosquées, comme celle de Portugalete dans le pays basque espagnol.

Inauguration de la nouvelle Mosquée à Portugalete en Biscaye (Espagne) : dans quelques décennies, les habitantes du Pays Basque seront-elles toutes voilées ?

"Le nombre de maghrébins a augmenté, donc automatiquement, ils étaient à l'étroit et cherchaient un lieu de culte différent. Ils m'avaient proposé quatre ou cinq projets que j'avais refusé pour des raisons urbanistiques ou de sécurité tout à fait valables, à tel point, qu'ils étaient très en colère après moi et étaient venus manifester un samedi devant la mairie de Bayonne, persuadés de l'invalidité de l'obstruction.
Or, ce n'est pas le cas, et je l'ai prouvé par la suite, puisqu'on a identifié un terrain qui appartenait à la communauté de l'agglomération que nous avons acheté et revendu à la fois aux portugais, à l'association de divulgation de la culture portugaise, et aux musulmans."

Jean Grenet, maire UMP de Bayonne jusqu'en mars 2014, cède aux pressions et revendications de l'ACMCB en participant activement à l'islamisation de sa ville

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 21 juin 2014

08/06/2014

Amar Lasfar président de l’UOIF, plus grand réseau islamiste du pays, expose à l’institut de la Grande Mosquée Al-imane de Lille sa stratégie en cinq phases pour islamiser la France

L'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) est le principal réseau de diffusion de l'Islam dans le pays. Le groupe se constitue d'un maillage de plusieurs centaines d'associations islamiques administrant des centaines de Mosquées à travers toutes les régions de France.
L’organisation est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia. Son ex-président Ahmed Jaballah déclarait sans embage que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »

Le président de l'UOIF actuel, Amar Lasfar, organisateur de l'Islam dans le nord de la France avec l'appui de Martine Aubry, manifeste publiquement son soutien aux islamistes en glorifiant dans une conférence donnée au Palais de Lille le 19 août 2012, la conquête du pouvoir en Égypte par les Frères Musulmans.

Les principaux leaders des Frères Musulmans manifestent publiquement leur hostilité contre les Juifs, que ce soit Mohamed Badie, président de la Confrérie lors de son procès en Égypte en mai 2014, ou encore Safwat Hijazi, principal meneur de la campagne électorale de Mohamed Morsi, l'ancien président égyptien.


Le président de l'UOIF et de la Ligue Islamique du Nord Amar Lasfar glorifie la conquête de l'Égypte par les Frères Musulmans devant les Fidèles au grand Palais de Lille le 19 août 2012

Amar Lasfar est le recteur de la Grande Mosquée Al-imane de Lille-sud, dans laquelle il invite les islamistes de l'Islam politique antioccidental et antisioniste Tariq Ramadan, Hani Ramadan ou Hassan Iquioussen pour y donner des conférences

Parmi les figures de l'UOIF, on peut citer le prédicateur Moncef Zenati, titulaire d'une maîtrise en sciences islamiques de l'Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) de Château-Chinon, un établissement qui sous ce titre pompeux, dissimule une école coranique formant les prédicateurs de l'UOIF.

-

Moncef Zenati s'affiche dans les rassemblements avec des conférenciers de l'Islam politique antioccidental et antisioniste, comme Tariq Ramadan, Hassan Iquioussen, Marwan Muhammad, Abdelfattah Mourou ou Hani Ramadan, lors de la 11ème Rencontre Annuelle des Musulmans du Sud à Marseille le 19 mai 2013

Le prédicateur antisioniste Moncef Zenati

Moncef Zenati commente, traduit et diffuse les textes du prédicateur fondateur des Frères Musulmans Hassan Al Bannah, et du cheikh antisémite égyptien Youssef Al Qaradawi, le mentor actuel de la confrérie des Frères Musulmans, et principal référent pour les responsables de l'IESH de Château-Chinon, en matière de législation islamique.

Youssef Al Qaradawi appelle dans ses préches retransmis sur les télévisions du monde arabe, à l'extermination des Juifs.

Moncef Zenati encourage la diffusion des textes de Hassan Al-Bannah, fondateur des Frères Musulmans, et de la propagande politique de Youssef Al Qaradawi, le mentor antisémite égyptien de la Confrérie

Moncef Zenati est par ailleurs un militant politique antisioniste et pro-palestinien, les associations islamiques proches de l'UOIF, comme "Havre de Savoir" au Havre, constituent le vecteur parfait pour relayer l'idéologie des Frères Musulmans dans les Mosquées de France.
Sur le site officiel de l'UOIF, on peut lire un article de Moncef Zenati dénonçant la politique d'Israël, "l'entité sioniste qui a volé la terre des palestiniens". Quelques extraits en gras italique ci-dessous (hard-copy 1) (hard-copy 2) :

L'UOIF, principale organisation antisioniste et pro-palestinienne de France

"Les sionistes formèrent des organisations terroristes afin de semer la terreur pour forcer les palestiniens à quitter leurs terres. Ces organisations ; les premières organisations terroristes de l’histoire moderne ; étaient extrêmement organisées et armées contrairement aux arabes qui étaient dispersés, chaque village étant préoccupé par sa propre défense. Les arabes ne possédaient que peu d’armes. La possession d’armes était formellement interdite pour les arabes. Les britanniques avait décrété que tout palestinien en possession d’une seule balle était passible de 15 ans de prison.
Les palestiniens résistèrent avec bravoure. ‘Az ad-Din al-Qassam, le responsable de Frères Musulmans en Palestine, ouvrit la voie de la résistance en 1935. Il tomba martyre le 20/11/1935. Une autre rébellion vit le jour sous la direction de cheikh Amin al-Housayni en 1936. La grande grève de 1936 qui mobilisa tous les palestiniens fut une manifestation éclatante d’une volonté de résistance unitaire. A force de massacre et de terrorisme, Israël réussit à établir son état, en massacrant sauvagement et sans pitié femmes, enfants et vieillards à Deïr Yassin et en dehors de Deir Yassïn. Le massacre de Deïr Yassin fut perpétré le 9 avril 1948 par les combattants terroristes de l’Irgoun et du Lehi.
Lorsque ces terroristes se saisissaient d’une femme palestinienne enceinte, ils pariaient sur ce qu’elle portait dans le ventre : un garçon ou une fille ? Ensuite, ils l’éventraient et sortaient le fœtus, tuant ainsi à la fois la maman et l’enfant. Begin (premier ministre d’Israël de 1977 à 1983) assuma complètement ce massacre en disant : « Sans la victoire de Deïr Yasin, Il n’y aurait pas eu d’état d’Israël ».

Le plus gros mensonge de l’histoire :
Pour justifier la création d’Israël, on se référa au propos de Herzl : « Une terre sans peuple pour un peuple sans terre ». Sauf que la Palestine n’était pas une terre sans peuple. Un peuple y habitait depuis l’antiquité. On inventa alors le plus gros mensonge de l’histoire : le droit historique des juifs à la Palestine. Les sionistes dirent : Cette terre nous appartient historiquement. C’est un mensonge. Mais apparemment, plus le mensonge est gros, plus on y croit facilement."
[...]
"L’histoire nous révèle donc que la Palestine est aux palestiniens. L’entité sioniste a volé la terre des palestiniens. Israël est et restera l’agresseur. Les palestiniens, eux, sont les ayants droit historiques de cette terre. Ils se sont faits volés leur terre et la terre de leurs ancêtres. Ils sont et resterons les victimes ; les agressés. Résister est pour eux un droit ; résister est un devoir. Une riposte est définie comme étant une réponse à une agression. Ce sont donc les palestiniens qui ripostent. On ne peut parler de riposte, de légitime défense ou de représailles pour l’agresseur. Daniel Desbiens, l’écrivain québécois dit : « Qui défonce une barrière viole sa propre liberté et ouvre la porte vers des représailles ».

On constate que dans l'article de Moncef Zenati publié par l'UOIF, que nous ne sommes plus dans la recherche spirituelle, la fraternité, la prière ou l'humilité, il s'agit là de militantisme politique pro-palestinien et antisioniste. Le prédicateur appelle les Musulmans à résister à l'agression de l'entité sioniste, Israël est considéré comme un état illégitime, et Moncef Zenati revendique là encore son soutien au groupe islamique politique des Frères Musulmans, organisation classée aujourd'hui comme terroriste par le gouvernement égyptien.

Par ailleurs, dans une conférence donnée le 12 avril 2014 à Paris, à l'initiative de l'association "Havre de Savoir", Moncef Zenati nous explique ce qu'est la Charia islamique, extraits en gras italique ci-dessous (hard-copy) :


"Au sens terminologique, la Charia correspond à l'ensemble des Lois que Dieu a prescrit à ses serviteurs à travers le Coran et la Sunnah, et à travers ce qui en découle, comme le consensus, le raisonnement par analogie, et les autres sources du droit musulman. Donc, la Charia correspond à la Loi Divine. La Charia correspond à l'ensemble des Lois, toutes les Lois, concernant tous les domaines.
Donc les Lois que Dieu a prescrit à ses serviteurs à travers le Coran et la Sunnah, ce sont des Lois prescrites directement par le Coran ou la Sunnah, ou indirectement, par les autres sources de la législation. Pour bien comprendre la Charia, il serait intéressant plus tard, d'aborder ce sujet des sources législatives de l'Islam. [...]

"Quand au Fiqh, le droit musulman, c'est une science qui a pour objet la déduction des prescriptions juridiques pratiques à partir de leurs sources de référence, le Coran et la Sunnah et les autres sources. Il y a une relation de cause à effet entre la Charia et le Fiqh. La Charia c'est la finalité, le Fiqh, c'est un moyen. L'ensemble des prescriptions extraites, forment la Charia. Le Fiqh, c'est le moyen de parvenir à la Charia."
[11:35]
"Par droit positif, on entend par là les Lois humaines, établies par les hommes en vue d'organiser leur vie et leurs rapports sociaux au niveau individuel, collectif et international. Que ce soit les Lois humaines ou les Lois divines, il y a un point commun, c'est d'organiser la vie des êtres humains dans leurs rapports sociaux au niveau individuel, collectif et international. Mais il y a aussi des points de différence. Premièrement, c'est que le droit positif est une production humaine, alors que la Charia émane d'Allah, à travers les sources du Coran et de la sunnah et des autres.
[...]
Le droit positif reflète l'imperfection de l'être humain et sa faiblesse, à partir de là, ces Lois sont sujettes au changement et à la modification. Le droit positif est imparfait, et ne pourrait atteindre la perfection, dans la mesure où la perfection ne fait pas partie des caractéristiques de son producteur. C'est pour cela qu'il ne sert à rien d'attendre la perfection de n'importe quel parti politique, ce n'est pas possible. Il ne faut pas attendre la perfection qui ne viendra pas de l'être humain, car cela ne fait pas partie de ses caractéristiques.
[...]

Alors que la Charia émane d'Allah, donc elle reflète l'omnipotence, l'omniscience de son Créateur, sa perfection, et l'omniscience d'Allah. Donc, ces Lois n'ont nullement besoin ni de changements, ni de modifications, quel que soit le changement que puisse subir l'espace, le temps, et quel que soit le développement de l'être humain."

[17:45]
"Deuxième différence, le droit positif est un ensemble de lois temporaires que le groupe élabore en vue d'organiser ses affaires pour répondre à ses besoins. [...]
Les Lois humaines sont toujours en retard par rapport au groupe. Si elles sont au niveau aujourd'hui, elles seront en retard demain.
[...]
Quand le groupe va se développer, les Lois vont changer pour s'adapter au groupe.
[...]
Le but étant de stabiliser la société, cette Loi qui était à la base interdite, commence à se répandre, cela créée une instabilité dans la société. Comment gérer cette instabilité ? On va la légaliser, quelle soit bonne ou mauvaise, pour stabiliser la société.
Alors que la grande finalité de la Charia, c'est l'organisation de la Oumma et le maintient de cet ordre. Les Lois de la législation sont éternelles, et ne changent pas en fonction du changement de la société ou du groupe. Cela implique la souplesse, les facteurs d'adaptabilité de les lois de la Charia. Il faut de facteurs pour que la Charia puisse s'adapter à n'importe quelle contexte.
Et aussi que les Lois de la Charia sont d'un tel niveau et de sublimité, qu'elles soient toujours en avance par rapport au groupe, alors que pour les Lois humaines, c'est toujours le groupe qui est en avant."

[22:00]
"Les premiers états à avoir pris cette direction, c'est-à dire le fait de diriger le peuple selon la pensée de ceux qui le dirigent, il faut que le peuple pense comme nous. D'où les slogans : "rendez-nous nos enfants." On veut éduquer les enfants selon un mode de pensée. A la base, la Loi n'entre pas dans ce genre de considérations. Mais les premiers états à avoir pris cette direction, c'était la Russie, la Turquie d'Attatürk, l'Italie fasciste et l'Allemagne nazie.
Mais après, tous les états sont partis dans le même chemin. On a un peuple pour lequel on va non seulement organiser la vie, mais aussi l'orienter vers une pensée que les détenteurs du pouvoir jugent la plus adéquate pour la société.
Alors que la Charia c'est le contraire, c'est la Charia qui va créer le groupe et l'orienter. Elle vise avant tout à la construction d'individus vertueux,pour la construction d'une société vertueuse et l'établissement d'un état exemplaire."
[27:29]
"Le terme Charia, littéralement, c'est la voie, exposer, éclaircir, c'est la voie qui mène vers la félicité, et au niveau terminologique, c'est l'ensemble des prescriptions pratiques que Allah a préscrit à ses serviteurs à travers le Coran et la Sunnah et à travers les autres sources et ainsi que l'Islam, c'est une croyance et une législation, la Charia est l'ensemble des prescriptions dans tous les domaines et non pas uniquement au code pénal."
[30:06]
Conférence du prédicateur de l'UOIF Moncef Zenati le 21 mai 2014 à Paris, dans le cadre des conférences "Havre de Savoir" (hard-copy)

Le prédicateur Moncef Zenati met en concurrence le droit positif c'est à dire les lois humaines, et la Charia (lois divines). Les lois humaines seraient inférieures car elles sont changeantes, selon le bon vouloir des hommes, alors que dans le droit musulman, "les Lois de la législation sont éternelles". Il en découle que les lois humaines seraient inférieures car elles sont en retard sur la société, "imparfaites" puisque issues de la pensée de l'homme et non de Dieu, alors que les Lois de la Charia sont d'un "tel niveau et de sublimité", qu'elles sont toujours en avance sur la société. Les lois humaines sont totalitaires, elles orientent la pensée des hommes comme dans "l'Italie fasciste et l'Allemagne nazie".

Dans la Mosquée du Havre, Moncef Zenati incite par son sermon les Musulmans à se détourner de la société civile française, constituée de lois inférieures, base du fascisme, "réflétant l'imperfection de l'être humain et sa faiblesse", et à s'orienter vers la Charia, la vraie Loi qui "mène vers la félicité", et la "construction d'une société vertueuse et l'établissement d'un état exemplaire".

Il faudrait demander à Moncef Zenati ce qu'il pense des sanctions punissant le vol et l'adultère, et si elles font partie de "la sublimité" de la Charia tant vantée par le prédicateur :
"Le voleur et la voleuse, à tous deux coupez la main, en punition de ce qu'ils se sont acquis, et comme châtiment de la part d'Allah. Allah est Puissant et Sage."
Le Coran 5:38
"La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l'exécution de la loi d'Allah - si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu'un groupe de croyants assiste à leur punition."
Le Coran 24:2

Il est important de noter que la Charia a été déclarée INCOMPATIBLE avec les exigences d'une société démocratique et laïque par un arrêté de la CEDH (Cour Européenne des Droits de l'Homme) du 13 février 2003.

Le système islamique est clairement incompatible avec les démocraties des sociétés occidentales. Y-a-t-il une idéologie de conquête véhiculée par les responsables de l'UOIF, de subversion, d'influence pour imposer les règles et principes de l'Islam ? On peut se faire une opinion par soi-même en écoutant Amar Lasfar devant des Fidèles Musulmans de Lille.


Dans une conférence à l'Institut musulman rattaché à la Grande Mosquée Al Imane de Lille, Amar Lasfar développe l'histoire de la progression de l'Islam en France (hard-copy)

"Nous les Musulmans, en matière de Foi, nous croyons qu'il y a une seule Foi, tout en admettant plusieurs Lois. Moïse était Musulman, et il avait une Loi propre à lui. Jésus était Musulman, en matière de Foi, mais il avait une Loi, parce que toute Loi est fonction de l'environnement, du contexte historique, du contexte géographique, du lieu, du temps, de l'environnement, de la mentalité qui diffèrent d'un lieu à un autre.
Par contre, la Foi ne peut pas différer. Adam qui est à l'origine Musulman et prophète, croyait et avait la même Foi que nous avons aujourd'hui. La Foi d'Adam, d'Abraham, de Noé, de Jésus, de Moïse, c'est la même Foi que nous avons aujourd'hui, c'est quoi ? l'Unicité de Dieu. L'Unicité de son Message, la vie après la mort, le Jugement dernier."
[03:03]
"1989, ça nous rappelle la première affaire du foulard. Le collège de Creil, deux marocaines et deux turques, qui un beau jour, sont allées à l'école avec leur foulard. Elles ont oublié d'enlever le foulard chez elles. Cet oubli, reflète un état d'esprit : "Je n'ai plus besoin de me cacher, je veux être moi-même à la maison et en dehors de la maison". Dehors, c'est ma maison, elles ont en quelque sorte élargi dehors, c'est ma demeure, donc je suis chez moi, même dans la rue. C'est le signe de la réussite de l'intégration.
Or, pour un certain nombre de sociologues, notamment Tribalat (Michelle) et Kepel (Gilles) et les autres, tout de suite ils ont crié : "Au secours ! c'est l'échec de l'intégration !". Du moment que cette fille a accepté d'apparaître au grand jour avec sa spécificité, et ce qui fait sa différence, "je suis chez moi, je peux me permettre des choses !".
[30:41]
"l'intégration ne concerne pas les signes religieux, et c'est très grave, c'est ce que j'appelle l'hypocrisie de la politique française. La France est restée 132 ans en Algérie, la femme algérienne de l'époque, rares sont celles qui ne portaient pas le foulard.
[...]
Les femmes s'enfermaient et ne laissaient apparaître qu'un seul oeil, et on trouvait ça normal, parce qu'on respecte leur spécificité, et pourtant, c'était des françaises, parce que l'Algérie était française.
[...].
La loi de 1905 ne s'appliquait pas en Algérie, et pourtant les savants algériens de l'époque voulaient être régi par la Loi de 1905. C'est quoi la Loi de 1905 ? La France va laisser le côté religieux aux algériens, mais non, non ! L'Islam jusqu'en 1961 était la religion d'état en Algérie, c'est-à-dire que la France appliquait la Charia en Algérie. C'est elle qui nommait les imams, c'est elle qui était responsable administratif de la religion en général. Elle a géré les affaires de la religion pendant presque un siècle et demi."
[37:15]
Pour justifier les revendications islamiques, en particulier le port du voile à l'école, Amar Lasfar explique que pendant la période coloniale en Algérie, les algériens et algériennes suivaient les traditions islamiques, intégrés dans la France laïque et républicaine, et que cela ne posait pas de problèmes.
En Algérie, la France n'a pas cherché à dénaturer et à effacer la culture et les traditions locales issues de l'Islam. Les femmes voilées sont restées voilées, les enfants algériens ont continué de manger de la viande halal dans les cantines scolaires, les hommes continuaient de prier cinq fois par jour, la polygamie était naturelle et autorisée, la juridiction islamique a constitué en partie la base de la législation en Algérie française, comme elle l'était avant que les français ne prennent possession de la Régence d'Alger en 1830 (alors sous domination turque).
La France et l'Algérie constituaient deux modes de vie, issues de deux civilisations radicalement différentes et incompatibles. Le "statut de l’indigénat" faisait une distinction nette entre les citoyens français et les sujets musulmans. Les musulmans algériens ne pouvaient être naturalisés français que s'ils en faisaient explicitement la demande, après une longue procédure administrative, la production de justificatifs, une enquête, le Musulman devait se présenter finalement devant le maire et « déclarer abandonner son statut personnel pour être régi par les lois civiles et politiques françaises ».
Une politique de naturalisation très restrictive, résultat : en cinquante ans (de 1865 à 1915), 2396 musulmans d’Algérie sont naturalisés français. Entre 1919 et 1930, 1204 musulmans sont naturalisés, pour 1547 demandes déposées. En 1962, l'année de l'indépendance, seuls quelques dix mille musulmans sont pleinement français, autant dire, une goutte d'eau.

"Il est difficile d'occuper la rue. Aujourd'hui les Musulmans dépassent de loin ça. Ils prient dans la rue. Il leur est déconseillé de prier dans la rue, mais ils n'ont pas de place dans les Mosquées, notamment en région parisienne. Au lieu de leur dire : "Pourquoi vous priez dans la rue ?", ouvrez-leur des salles de prières. Et ma lecture de ça, c'est que c'est une réussite de l'intégration.
C'est-à-dire que nous avons accepté de prier Dieu dans la rue. On va bénir la rue, on ne va pas la salir, on va bénir la rue. Qui dit prière dans la rue, je vais mettre mon visage. Ce que j'ai de précieux, je vais mettre mon nez, mon front, et je vais dire :"sub'an Allah" sur le bitume. Vous croyez que je le fais par orgueil ? Si on n'était pas des Musulmans, qui accepterait de mettre son visage par terre ? Surtout une fille ?
[...]
Donc ne lisez pas cette lecture que nous occupons la rue, nous bénissons la rue."

[47:50]
"La revendication sociale, culturelle et identitaire. Ce n'est pas la peine de nous donner des leçons dans l'identité et la citoyenneté, nous sommes des citoyens, nous assumons nos devoirs et nos prérogatives, mais comptez sur nous pour revendiquer tous nos droits rien que nos droits bien sûr, on va occuper tout l'espace que nous offre généreusement la laïcité française. La laïcité est généreuse, mais les laïcs ne le sont pas ou le sont moins."
[49:07]

Amar Lasfar explique aux Musulmans de l'institut culturel de la Grande Mosquée Al-Imane de Lille-sud, la stratégie de conquête de la France en cinq phases pour "influencer" la République. Le but non avoué étant d'atteindre le haut de la pyramide, le sommet de l'État.

"Aujourd'hui, on ne parle plus que l'on veut une place. On parle de citoyens, on parle de revendications, on parle d'interpellations, on ne parle plus de nous donner des miettes. Pour conclure et schématiser les cinq phases : la phase de l'acceptation, la phase de l'intégration, la phase de la participation et de la contribution, notamment sociale, économique et politique, la phase du rayonnement et pourquoi pas la cinquième phase, la phase de l'influence.
Nous aussi on peut influencer le déroulement de l'Histoire. Nous réduire uniquement à une masse de consommateurs, c'est une atteinte à ce que nous portons comme civilisation."
[52:28]
"Influencer en matière de civilisation. L'Occident a influencé le monde Musulman pendant des siècles et des siècles, et on n'a pas trouvé ça anormal, la démocratie on l'a prise, les droits de l'homme on a pris, mais l'Islam n'est pas uniquement des personnes ou un nombre de consommateurs. Il peut lui aussi prétendre, non pas être un donneur de leçons, mais apporter sa pierre. Il l'a fait pendant douze siècles, et la période andalouse est là pour en témoigner. Et bien nous, nous pensons que nous pouvons apporter quelque chose sur le plan civilisationnel."
[57:28]

Dans la prédication de Amar Lasfar, il y a les Musulmans et les autres. Les Musulmans doivent influencer la société et les politiques afin de pouvoir revendiquer leurs droits : port du voile islamique dans les écoles et au travail sans aucune restriction, viande halal dans les cantines, application des lois islamiques de la charia : non mixité sociale homme/femme, jours fériés musulmans, demande de salles de prières sur les lieux de travail, restriction spéciales pendant le Ramadan, construction de Mosquées sous la menace de prières de rue (les prières de rue sont une bénédiction et un signe d'intégration d'après Amar Lasfar !).

Cette conférence est à rapprocher de l'idéologie développée par Amar Lasfar dans cet autre texte :
"Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté"
Amar Lasfar cité dans « La cité mode d’emploi », Homme et migration, n° 1218, mars-avril 1999 p.55 "


Les organisateurs de l'UOIF en démonstration lors du Rassemblement Annuel des Musulmans de France (RAMF) au Bourget en avril 2014, développent une propagande politique antisioniste et pro-palestinienne : "nous sommes tous des palestiniens !" (hard-copy)

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 7 juin 2014

24/05/2014

Prosélytisme islamique et revendicatif diffusé par les responsables de la future Grande Mosquée de Béthune : « Une grosse claque pour la France ! »

La région Nord et nord-est de la France connaît, depuis plus de deux décennies, une montée en puissance du réseau islamiste de l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF). L’UOIF possède une soixante d’associations directement affiliées et plus de cent cinquante associations gérant les lieux de culte en France et est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia.
Son ex-président Ahmed Jaballah déclarait sans embage que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »

Plusieurs grandes Mosquées comme celles de Lille, Strasbourg, Mulhouse, Villeneuve d'Ascq, Mons-en-Baroeul, Haguenau, sont des structures du réseau vecteur de propagande idéologique de l'UOIF dans le nord de la France.

Pour communiquer leurs avancées sur le développement du prosélytisme islamique, les responsables de l'UOIF organisent des rencontres périodiques, on peut noter par exemple que le 31 mai 2014 aura lieu la 3ème rencontre annuelle des Musulmans du Pas-de-Calais, avec comme animateurs Amar Lasfar, actuel président de l'UOIF et soutien officiel de la confrérie des Frères Musulmans, Nabil Ennasri, président du Collectif des Musulmans de France (CMF), qui appelle les Musulmans à "faire tomber Manuel Valls", "l'ami éternel d'Israël" lors des élections, ou encore les islamistes politiques Hassan Iquioussen et Abdallah Ben Mansour, que l'on va présenter un peu plus loin dans l'article.

L'UOIF étend son réseau dans la ville de Béthune, commune française de près de 210 000 habitants située dans le département du Pas-de-Calais, en y créant l'Association des Musulmans de l'Agglomération Béthunoise (AMAB).

L'AMAB fait la promotion de la 3ème rencontre annuelle des Musulmans du Pas-de-Calais qui aura lieu le 31 mai 2014 à Liévin, un rassemblement d'islamistes de l'UOIF (hard-copy)

Les responsables de l'AMAB achètent en 2009 un terrain de 1270 m² pour un montant total de 150 000 euros, le maire socialiste Stéphane Saint-André délivre le permis de construire d'un centre cultuel et culturel musulman béthunois en 2010. Cet immense complexe islamique prévoit des salles de prière qui pourront accueillir 490 hommes et 202 femmes, deux salles d'ablutions, une école coranique avec trois salles de cours, une salle de conférence et quatre locaux commerciaux. On voit là se profiler la formation d'une future société islamique dans le quartier.

Le projet de la Grande Mosquée de Béthune et son minaret

La grande Mosquée de Béthune en cours de construction en 2013

 

C'est le maire Stéphane Saint-André (à droite sur la photo) qui inaugurera la pose de la première pierre de l'édifice le 25 juin 2011.

Pour diffuser leurs informations, en particulier les évènements et les conférences à venir dans les différentes salles de la ville de Béthune prêtées par la municipalité, les responsables de l'AMAB administrent une page Facebook officielle (hard-copy) (se connecter avec un compte Facebook pour avoir accès au contenu).

L'AMAB utilise tous les moyens de propagande à disposition pour imposer l'idéologie des Frères Musulmans. Un des combats fers de lance des islamistes, est la revendication du port du voile islamique. Le hijab qui couvre tout le corps sauf le visage, doit être porté sans contraintes par les Musulmanes en tous lieux : écoles, universités, ou au travail. Pour lutter contre les lois "discriminatoires" s'opposant au port du voile, les responsables de la future Mosquée de Béthune ont mené une campagne de mobilisation auprès des Musulmans afin qu'ils s'engagent politiquement pendant les élections municipales :

"Un droit ne s'offre pas, il se prend ! La défense de nos intérêts ne passera que par notre engagement." (hard-copy)

Le mépris des Lois et des institutions de la France peut aussi se noter dans une vidéo publiée sur la page Facebook afin de démontrer la supériorité du modèle suédois sur celui de la France. Dans les écoles suédoises, les filles sont en effet libres de porter le hijab sans contraintes.

"Grosse claque pour la France !" slogan repris par les responsables de la Mosquée de Béthune (hard-copy).

Inutile de dire que les conséquences à long terme seront absolument catastrophiques sur la vie en société dans les quartiers suédois, les Musulmans imposant progressivement les préceptes islamiques de la Charia. A Malmoë, où les suédois ont abandonné leur modèle d'intégration, certains quartiers sont totalement islamisés, les suédois de souche ont déserté ces enclaves et les pompiers n'interviennent plus sans une escorte policière.



La Suède, pays longtemps considéré comme le plus tolérant d'Europe en terme d'immigration et de multiculturalisme, paye aujourd'hui les conséquences de ses politiques laxistes.

La France, par ses Lois, ne mérite donc que mépris et déconsidération pour ne pas avoir suivi le modèle suédois, "une grosse claque". Voilà le message diffusé aux Musulmans par l'AMAB.

Pour se faire une opinion plus précise de l'idéologie de l'AMAB, on peut se référer également aux prédicateurs et imams référencés sur le site. Sur sa page Facebook, l'AMAB fait la promotion du mentor des Frères Musulmans, le cheikh antisémite égyptien Youssef Al Qaradawi (hard-copy).

Youssef Al Qaradawi, référence théologique pour les responsables de la Mosquée de Béthune, appelle devant des millions de téléspectateurs sur les chaînes des télévisions Arabes, à l'extermination des Juifs.
Il est très inquiétant de voir qu'un des principaux leaders de l'Islam politique antioccidental et antisémite ait une telle emprise sur les responsables de la Mosquée de Béthune. On est en droit de se poser la question du contenu de cours qui seront enseignés dans l'école coranique de la Mosquée. Seront-ils rédigés par leur modèle Youssef Al Qaradawi ?

On constate que des islamistes comme Hassan Iquioussen ou Abdallah Ben Mansour, membres fondateurs de la structure de l'UOIF en France, sont régulièrement invités par l'AMAB pour donner des conférences dans la ville de Béthune, en attendant de pouvoir précher dans la future Mosquée.

Hassan Iquioussen, a par le passé tenu des propos ouvertement antisémites. Il diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine. Pour lui, les attentats du 11 septembre ne sont qu’un vaste complot orchestré par les américano-sionistes contre les Musulmans.


Le prédicateur antisioniste et antioccidental Hassan Iquioussen régulièrement invité par les responsables de la Mosquée de Béthune (AMAB)

Pour se faire une idée plus précise de ses prédications, on peut écouter un extrait d'une conférence sur "La miséricorde du Prophète Mohamed", donnée le 12 octobre 2012, par Hassan Iquioussen, invité dans la ville de Béthune, en gras italique ci-dessous (hard-copy) :
"On va parler un peu d'Histoire. Il y a eu de la colonisation il fut un temps. Comment expliquer cette colonisation ? Les philosophes du XIX ème siècle, et encore ceux du début du XXème siècle ont classifié les races. La race supérieure, c'est la race blanche, l'homme aryen. Les autres viennent juste en-dessous, et en dernier échelon, ils ont mis le noir. De grands philosophes à l'origine de la civilisation occidentale moderne, des gens comme Montesquieu, comme Voltaire, ont considéré que l'autre était inférieur, parce qu'il était différent."
[06:00]
"Les fameuses guerres de religion, c'est quoi ? C'est des gens qui ont eu la grosse tête, et qui ont cru avoir le monopole de la vérité. Certains étaient bien intentionnés, et voulaient sauver les gens. Certains étaient mal intentionnés, la religion était juste un prétexte pour dominer et exploiter. Parlons de ceux qui étaient bien intentionnés, la bonne intention ne suffit pas. Tu veux mon bien, alors ne me fait pas mal, mais ils disent : "le corps c'est secondaire, je te fais du mal pour sauver ton âme. Je t'élimine, pour ton bien", c'est grave, c'est ce qui s'est passé dans l'Histoire, et c'est encore ce qui se passe aujourd'hui.
La colonisation économique, militaire, politique existe, on l'appelle le néo-colonialisme. Et la dictature intellectuelle existe aussi, c'est le conformisme. Cela s'appelle aussi l'assimilation. Tu dois être comme moi pour avoir les mêmes droits et jouir de toutes les libertés. Si tu es différent, je vais utiliser tous les moyens directs et indirects pour t'imposer ma manière de penser, de croire, et de vivre. Et c'est terrible, bon sang. Notre religion l'Islam nous a enseigné que Dieu a crée l'être humain, la diversité et la pluralité de la créature n'est pas une malédiction mais une bénédiction, c'est un signe et un miracle."
[12:32]

Devant les Musulmans de Béthune, Hassan Iquioussen, qui a la chance de vivre en France dans un pays de droits et de libertés d'expression, développe sa rhétorique habituelle, en expliquant que les Musulmans vivent dans un pays de colonisateurs racistes, chancre du néo-colonialisme. Une critique à sens unique de l'Occident, où tout est amalgamé : racisme, colonisation, assimilation, pour décrédibiliser les sociétés occidentales, et mettre en valeur la supériorité des préceptes islamiques.
La colonisation et le racisme seraient des créations des philosophes européens. Voltaire et Montesquieu sont des racistes. Comment voulez-vous que les jeunes Musulmans se rendant à l'école, puissent avoir un quelconque intérêt pour la culture française après une telle présentation ?

Hassan Iquioussen oublie volontairement d'expliquer que depuis la nuit des temps, toutes les civilisations ont été colonisatrices que ce soient les mésopotamiens, les perses, les grecs, les romains, les égyptiens, les africains, les arabes, les ottomans, les aztèques, etc...
Curieusement, l'imam passe sous silence l'esclavage de masse institué par les arabo-musulmans en Afrique dès le VII siècle lors des conquêtes islamiques meurtrières au Maghreb, en Inde, et en Afrique subsaharienne.
L'historien arabo-musulman Ibn Khaldoun au XIVème siècle écrivait déjà, deux siècles avant le début de la traite négrière transatlantique, que :
« les seuls peuples à accepter l'esclavage sont les nègres, en raison d'un degré inférieur d'humanité, leur place étant plus proche du stade animal ».

La véritable révolution, ce sont bien les occidentaux qui vont l'accomplir en abolissant ce qui était une norme dans l'histoire de toutes les sociétés humaines, l'asservissement de l'homme par l'homme, l'esclavage, grâce à un travail en profondeur sur plusieurs siècles, mené par des politiques, des écrivains, des penseurs, des ecclésastiques, des philosophes occidentaux tant critiqués et méprisés par Hassan Iquioussen.

Par ailleurs, l'assimilation, modèle fondamental issu de la culture romaine, guide de la pensée de la civilisation occidentale depuis près de 2000 ans, est perçue comme une dictature totalitaire par Hassan Iquioussen.

La propagande diffusée par le prédicateur Hassan Iquioussen montrant un Occident synonyme de mal absolu, favorise-t-elle les Musulmans de Béthune à s'intégrer dans la société occidentale ?

L'imam Hassan Iquioussen explique aux Fidèles dans cette conférence, comment il négocie le vote musulman avec les maires pour imposer ses revendications islamiques.

Les responsables de la Mosquée de Béthune publient sur leur page Facebook d'autres conférences politiques de Hassan Iquioussen données lors de son parcours dans différentes Mosquées de France. Extrait de l'une d'entre elles, où l'imam nous explique l'importance du vote musulman, en gras italique ci-dessous (hard-copy):
"Moi par contre, ce qui m'intéresse, c'est que ton nom apparaisse, car l'homme politique, il ne sait pas si tu as voté pour lui ou contre lui, le vote est anonyme. Lui, en fin de journée, il voit qu'il y a 453 musulmans qui ont voté, il ne sait pas si les Musulmans ont voté pour lui ou contre lui. Moi par contre, quand je négocie avec lui, en privé, en catimini, et qu'il s'engage, et qu'il me donne, je lui dis, "le vote musulman ne sera pas contre toi". Maintenant, peut-être que tous les Musulmans de la Mosquée, ce jour là vont voter contre lui, je ne sais pas."
Admettons que j'ai appelé pour voter pour le président actuel, Hollande. Et Hollande fait pire que Sarko. Et alors ? Où est le problème ? Tu sais que Allah me récompense parce que j'ai appelé à voter pour Hollande ? Parce que mon intention était que Hollande serait meilleur que Sarko, et c'était un message envoyé à Sarko : "tu nous as fait du mal, la dernière affaire en date, c'était l'affaire Merah, et bien tu vas le payer." Et c'est vrai. Les statistiques disent que Sarko a perdu à cause des Musulmans qui ont voté en masse contre lui pour se venger de ce qu'il a fait subir à la communauté musulmane à la fin de son mandat."
"A partir d'aujourd'hui, les prochains candidats à l'élection présidentielle n'oseront plus vomir sur les Musulmans, parce que Sarko s'est pris une claque à cause des Musulmans. Ils vont réfléchir. Rien que ça, ça nous suffit. Même si Hollande est pire, ce n'était pas mon objectif. Mon objectif était de prouver aux hommes politiques qu'on existe, et que nous sommes devenus un lobby politique, une communauté politique. Nous sommes devenus un vote communautaire."
[28:24]
"Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la loi infâme, la loi du 15 mars 2004, une loi qui interdit le port du foulard. ça fait dix ans. En dix ans on a fait quoi ? C'est toi le problème qui n'aime pas ta religion ! Si tu l'aimais, tu te bougerais pour pouvoir la pratiquer en toute dignité. Vous ne faites rien, et vous ne voulez rien faire, et quand on vous dit ce qu'il faut faire, vous dîtes non. Ce sont bien les députés qui ont voté la loi du 15 mars 2004, non ? Un député c'est quelqu'un qui représente une cirsconscription, un nombre d'habitants.
Votez ! Faites pression sur vos députés, communiquez avec vos députés, ce sont des êtres humains influençables, influencez-les pour qu'ils l'abolissent !"
"Allez voter, mes Soeurs, si vous ne portez pas le voile mettez-en un ce jour là. Et celles qui en portent un, mettez-en deux. Parce qu'ils notent. 453 femmes voilées ont voté. C'est la réalité."
[44:15]

Hassan Iquioussen nous décrit les pressions et les manipulations exercées sur les municipalités. Le vote musulman est une arme utilisée par le prédicateur pour faire pression sur les maires afin qu'ils cèdent aux revendications islamiques. Il ne précise pas lesquelles, mais on peut imaginer que cela doit concerner la cession de terrains pour construire des Mosquées, la mise en place de repas spéciaux dans les cantines scolaires, etc... Nicolas Sarkozy et François Hollande sont par ailleurs clairement désignés comme ennemis des Musulmans, car ils ne veulent pas abolir la loi "infâme" du 15 mars 2004 interdisant le port du voile islamique à l'école.

Autre invité de marque, membre fondateur de l'UOIF, Abdallah Ben Mansour, véritable militant de l'Islam politique qui explique par exemple aux Musulmans de la Mosquée des Étangs d’Aulnay-sous-Bois : « Heureusement que les Musulmans veulent appliquer la Charia ! Les Français sont en retard de quinze siècles sur l’Islam ! ». Il déclarait dans une conférence au Bourget le 31 mars 2013 que : « Les Musulmans ont construit la France et sont l’avenir de l’Humanité ». Dans cette conférence, Ben Mansour explique que les Musulmans ont tout inventé : hôpitaux, médecine, mathématiques, la SPA, calcul intégral, etc... Ils sont les êtres supérieurs, appelés à prendre le contrôle de l'Humanité dans un proche avenir, un véritable totalitarisme sous la Charia.

Abdallah Ben Mansour est également un activiste politique. Dans les Mosquées de France, il développe une propagande antisioniste pro-palestinienne.

Le 8 novembre 2013, Abdallah Ben Mansour est invité à Béthune par l'AMAB, avec pour principal auditeur venu l'écouter, le député-maire Stéphane Saint-André (hard-copy)

Un court extrait de la conférence d'Abdallah Ben Mansour à Béthune du 8 novembre 2013 :
"On se pose la question de l'identité parce que l'horizon n'est pas tout à fait clair. Si vous entendez le discours d'une partie de la droite et de l'extrême-droite, la France serait en train de perdre son âme. Parce que, ce qui est écrit derrière les lignes et que Marine Le Pen dit clairement, c'est qu'il y a une population un peu basanée, un peu louche, un peu étrangère qui est en train de se sédentariser dans ce pays.
Mais en réalité, on a inventé une France qui n'a jamais existé. On a inventé la France gauloise blonde. Les français n'ont jamais été blonds. Les français ont toujours été bruns, les vrais français, que se soit les germaniques, les vrais francs, ou les trois quarts de la France. Les blonds aux yeux verts ce sont des vikings qui venaient du nord.
Mais on a inventé dans notre Histoire, dans notre patrimoine, que se serait le prototype de la France. Donc Chirac en réalité ne serait pas français, Sarkozy encore moins. Manuel Valls, naturalisé il y a une vingtaine d'années, ne peut pas être français. On a inventé une France virtuelle, et comme on commence à découvrir la visibilité de l'Islam avec les Musulmans, qui ont toujours été présents en France, mais ils sont devenus visibles. Avec la visibilité, on a commencé à voir que ce portrait-robot ne correspond pas au portrait virtuel que nous avons."
[4:48]

La population française, depuis près de 2000 ans, et jusqu'au début des années 1960 était relativement homogène, c'est-à-dire majoritairement de type blanc caucasien avec une culture chrétienne.
Les immigrations de masse extra-européennes (arabes, berbères, asiatiques, indiens, africains sub-saharien, etc...) ayant debuté dans les années 1950 et qui se sont intensifiées suite aux lois de regroupement familial des années 1970, ont accentué la "visibilité" de ces populations, d'autant que la composante musulmane, en voulant imposer son mode de vie (voile islamique, menus spéciaux dans les écoles laïques et républicaines, salles de prières sur le lieu de travail, problème de mixité homme/femme dans les hôpitaux, etc...) a pour résultat que effectivement, "la France est en train de perdre son âme", et c'est justement ce que ne veulent pas les français.
Pour Abdallah Ben Mansour, la France a toujours été un pays multi-ethnique, qui accueille depuis toujours des Musulmans, et doit donc accepter la visibilité de l'Islam, toute formulation de critiques sur les revendications islamiques est considérée comme un discours raciste d'extrême-droite.
Sans plus aucun repère, les français doivent s'orienter vers ce qui semble être le seule salut pour l'Humanité : l'Islam. Ce qui inclus bien évidemment de se conformer à la conception d'un état islamique sous la charia comme le prédicateur le mentionne dans ses sermons (réécoutez sa conférence à la Mosquée des Étangs d'Aulnay-sous-Bois). L'Islam est là pour donner des repères. C'est la Charia, qui en donnant ces repères, doit être imposée en France sur le long terme.

Pensez-vous qu'avec l'arrivée de la future Grande Mosquée dans le paysage béthunois, les Musulmans s'intègreront dans la société civile occidentale ?
Hassan Iquioussen, Youssef Al Qaradawi ou Abdallah Ben Mansour viendront-ils éduquer les jeunes Musulmans dans les salles de cours de l'école coranique du lieu de culte ?

"J'ai entendu là une belle leçon d'optimisme, une belle philosophie de vie, et pas seulement spirituelle, si on vous écoute, ça donne effectivement beaucoup d'espoir pour faire sa vie."
[01:17:17]
"Nous avons participé à une belle cérémonie lorsque nous avons posé la première pierre de la Mosquée."
[01:19:15]
Extraits du discours de remerciement du maire de la ville de Béthune Stéphane Saint-André, à la fin de la conférence d'Abdallah Ben Mansour le 8 novembre 2013

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 24 mai 2014

06/05/2014

Conférence de l’imam de la Mosquée de Cenon Mahmoud Doua, à Nantes :« l’Islam veut réformer le Christianisme et le Judaïsme »

Cenon est une ville de 22 000 habitants dans l'agglomération bordelaise. La région Aquitaine a vu se développer ces dernières décennies une forte présence musulmane, et la création de lieux de Culte islamiques. À Cenon, les Musulmans disposent d'une Mosquée dont l'imam est le prédicateur d'origine mauritanienne Mahmoud Doua. Mahmoud Doua est un membre de l'UOIF, la branche des Frères Musulmans en France, une organisation politique classée comme terroriste par le nouveau gouvernement égyptien depuis décembre 2013.

Mahmoud Doua est membre de la Fédération Musulmane de Gironde (FMG), association de promotion de l'Islam dans la région bordelaise, dont un de ses membres influents est Tareq Oubrou. Tareq Oubrou est également membre fondateur de l'UOIF, il a participé au rassemblement annuel des Musulmans du Bourget de l'UOIF en 2013, en compagnie de prédicateurs antisémites venant du monde musulman.

La FMG est à l'origine, avec l'aide de la participation active du maire UMP Alain Juppé, du projet de construction d'un immense complexe islamique pouvant accueillir sur un terrain de 7000 m², 3500 Fidèles, la Grande Mosquée de Bordeaux.

Le projet de la Grande Mosquée de Bordeaux, à l'initiative de Alain Juppé, pourra accueillir 3500 Fidèles Musulmans

Pour réunir les fonds nécessaires afin de financer le centre culturel Musulman dont le coût est estimé à 20 millions d'euros, Mahmoud Doua compte sur l'appui de puissances étrangères, l'Azerbaïdjan et le Qatar.
Une ingérence qui aura des conséquences sur l'enseignement de l'Islam dispensé dans le lieu de Culte, qui aura peu de chance d'être compatible avec les fondements et les valeurs de la république française, vu les régimes idéologiques islamiques gouvernant ces pays.

La création d'un tel complexe islamique dénaturera l'identité culturelle de la ville, avec la création d'un environnement proche d'une société islamique, avec création de restaurants halal (boucheries, kebabs, pizzeria, etc...), la mort des commerces traditionnels dans les quartiers environnants, la transformation du paysage par les femmes voilées en hijab et l'implantation progressive de l'idéologie totalitaire des Frères Musulmans : la Charia islamique.
Face à cette réalité se profilant, des manifestations sont organisées pour empêcher la construction du lieu de Culte, comme celle du 8 février 2014, à l'initiative du Front National et de collectifs de défense de la laïcité.


Manifestation contre le projet de la Grande Mosquée de Bordeaux le 8 février 2014

De fait, Mahmoud Doua défend les principes islamiques édictés dans le Coran, en particulier le port du voile islamique qui doit êtré porté sans contraintes en tous lieux. Le 7 avril 2010, dans un débat télévisé "face aux français" et contre Marine Le Pen, Mahmoud Doua sous-entend qu'il s'est battu contre la loi qui interdit le port du voile islamique à l'école.

l'imam de la Mosquée de Cenon Mahmoud Doua, opposé à l'interdiction du port du voile islamique dans les écoles, et de la Burqa dans l'espace public.

Il est également opposé à la loi qui interdit la Burqua et le niqab (voile couvrant l'intégralité du corps y compris le visage) dans la rue, dans l'émission "c'est dans l'air" de Yves Calvi avec Caroline Fourest, il explique :
"Sur le plan des libertés individuelles, pas sur les interprétations religieuses, je respecterai et défendrai ces femmes au nom d'un principe essentiel de notre république qui est la liberté individuelle."
[01:25]

Par ailleurs, dans l'émission de France 2 "Face aux français" du 2 mars 2011, Mahmoud Doua nie l’existence de persécutions antichrétiennes en Orient.
"Je ne peux pas laisser passer certaines informations, parce que vraiment, c'est de la désinformation. Parler de la répression de minorités chrétiennes en Orient, c'est de la désinformation. Je vais vous dire une chose : la presse vient de révéler que les manifestants en Égypte demandent le procès du ministre de l'Intérieur, parce que c'est lui qui est l'auteur des attentats à Alexandrie."
"Arrêtez de parler de la répression des minorités chrétiennes en Orient, parce qu'elle a été entretenue par les pouvoirs en place pour semer la division confessionnelle."

Mahmoud Doua dispense ses enseignements dans les Mosquées de France, affiche de promotion où il donne une conférence à Rouen le 21 novembre 2009 pour l'association islamique l'Union des Musulmans de Rouen (UMR), des islamistes fondamentalistes

Mahmoud Doua est par ailleurs régulièrement invité par les associations islamiques de France pour y précher la "Bonne Parole". Dans une conférence donnée à Nantes dans le cadre des "vendredis du savoir", une association affiliée à l'UOIF, l'imam revient sur la persécution des Chrétiens d'Orient :
"Le statut du non-musulman, les détracteurs de l'Islam les appelle le "dhimmi", un citoyen de seconde zone. Alors que ce n'est pas vrai. Il est sous la protection de Dieu et de son Prophète, parce qu'il est minoritaire. Et l'Islam tient à respecter sa culture et sa religion, de la protéger. Le Prophète dit que celui qui ne respecte pas les droits des dhimmis, il serait son avocat le Jour du Jugement dernier. Les Chrétiens et les Juifs opprimés par leur spécificité religieuse ?
On me dit que j'ai nié le massacre des Chrétiens en Orient dans une émission. Ce n'est pas ce que j'ai dit. J'ai dit que c'est de la propagande et de la désinformation le fait de parler de Chrétiens d'Orient opprimés. Je n'ai pas dit qu'ils ne sont pas opprimés, cela n'a jamais été au nom de l'Islam, même si les gens le font au nom de l'Islam, ce sont des gouvernements en place, surtout en Égypte, aujourd'hui, dans le procès du ministre de l'Intérieur l'a reconnu : les attentats d'Alexandrie ont été commis par les services de renseignements égyptiens pour provoquer les tensions intercommunautaires entre les Coptes et les Musulmans.

Relisez l'Histoire, comment les Chrétiens vivaient en paix, protégés dans leurs pratiques religieuses. Les minorités chrétiennes que l'on retrouve aujourd'hui en Orient, on ne les retrouve pas en Occident. Le seul endroit où on parle encore la langue de Jésus, l'araméen, c'est dans le monde Musulman, en Syrie. Qu'on arrête de dire que les Chrétiens sont opprimés dans le monde Musulman !"
[18:30]
Conférence de Mahmoud Doua pour l'association islamique nantaise les "vendredis du savoir" (hard-copy)

Pour Mahmoud Doua, l'Islam a été un havre de paix pour les minorités religieuses tout au cours de l'Histoire et ne pourrait donc pas être à l'origine de l'oppression qu subissent les Chrétiens d'Orient actuellement.
Pour justifier son argumentaire, le prédicateur explique que les seules minorités qui parlent encore la langue de Jésus, l'araméen, vivent dans le monde Musulman et pas dans le monde occidental.
Mahmoud Doua oublie de préciser que ces minorités chrétiennes originaires de Syrie, d'Irak, de Turquie, etc... étaient implémentées dans ces régions bien avant l'arrivée de l'Islam et de ses conquérants, et n'ont jamais vécues en Occident. Elles vivent sur leur terre originelle, il est donc normal qu'on ne les trouve pas en Europe.
Faux argument pour masquer la vérité sur l'Islam, car ce que ne dit pas Mahmoud Doua, c'est que ce qui était majorité s'est transformé en minorité, vaincues par les conquérants Musulmans, les minorités Chrétiennes ont vécu sous la Charia, avec un statut spécialement crée pour eux, le statut de "dhimmi" ayant pour base législative un verset du Coran :
"Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humiliés."
Le Coran 9:29

Les Chrétiens et les Juifs devaient signer un traité de reddition, la "capitation après s'être humiliés". La formulation la plus célèbre de ce traité est le pacte du Calife Ommar, promulgué au VIIIème siècle qui régit législativement le statut de dhimmi, signé de manière unilatérale et sans compromis entre les conquérants Musulmans et les minorités vaincues.

Parmi les mesures humiliantes auxquelles devaient se soumettre les dhimmis en terre d'Islam spécifiées dans le pacte d'Ommar, on peut noter :
- Nous ne construirons plus dans nos villes et dans leurs environs, ni couvents, ni églises, ni cellules de moines, ni ermitages. Nous ne réparerons point, ni de jour ni de nuit, ceux de ces édifices qui tomberaient en ruine, ou qui seraient situés dans les quartiers musulmans.
- Nous tiendrons nos portes grandes ouvertes aux passants et aux voyageurs. Nous donnerons l'hospitalité à tous les Musulmans qui passeront chez nous et les hébergerons durant trois jours.
- Nous serons pleins de respect envers les Musulmans. Nous nous lèverons de nos sièges lorsqu'ils voudront s'asseoir.
- Nous ne chercherons point à leur ressembler, sous le rapport des vêtements, par la calotte, le turban ou les chaussures, ou par la manière de peigner nos cheveux.
- Nous ne ferons point usage de leur parler; nous ne prendrons pas leurs noms.
- Nous ne monterons point sur des selles.
- Nous ne ceindrons pas l'épée. Nous ne détiendrons aucune espèce d'arme et n'en porterons point sur nous.
- Nous ne ferons point graver nos cachets en caractères arabes. - Nous ne vendrons point de boissons fermentées.
- Nous nous tondrons le devant de la tête.
- Nous nous habillerons toujours de la même manière, en quelque endroit que nous soyons; nous nous serrerons la taille avec une ceinture spéciale.
- Nous ne ferons point paraître nos croix et nos livres sur les chemins fréquentés par les Musulmans et dans leurs marchés.
- Nous ne sonnerons la cloche dans nos églises que très doucement.
- Nous n'y élèverons pas la voix en présence des Musulmans.
- Nous ne ferons pas les processions publiques du dimanche des Rameaux et de Pâques.
- Nous n'élèverons pas la voix en accompagnant nos morts.
- Nous ne prierons pas à voix haute sur les chemins fréquentés par les Musulmans et dans leurs marchés.
- Nous n'enterrerons point nos morts dans le voisinage des Musulmans.

etc...

On voit que le prix de la "protection" des minorités religieuses, encensée par Mahmoud Doua, coûte assez cher et restreint sensiblement leurs libertés individuelles. Ces mesures ont généré tout au long de l'Histoire, persécutions, humiliations par la soumission sous plusieurs formes.
La plus répandue, l'esclavage. Ceux qui refusaient de se soumettre ou de se convertir étaient exécutés ou réduits en esclavage. Quantités d'ouvrages d'historiens relatent la traite esclavagiste par les arabo-musulmans et les ottomans. On pourra se référer entre autres, aux ouvrages "Esclaves Chrétiens, maîtres Musulmans" de Robert Davis, "le génocide voilé" de Tidiane N'Diaye, ou encore "Captifs en Barbarie : L'histoire extrordinaire des esclaves européens en terre d'Islam" de Gilles Milton.

Les califats ottomans, tout aussi fanatisés par l'Islam que les dynasties Arabes, ont instauré pendant plusieurs siècles en plus du statut de dhimmi, le "devshirmé" : tous les ans, dans l'empire ottoman, les familles chrétiennes sont rassemblées sur la place des villages, et des enfants chrétiens sont retirés à leur parents pour former le principal corps de troupe de l'armée de fantassins, les Janissaires.
Élevés, fanatisés à l'aide du Coran et rompus aux techniques de combat, ils deviennent de véritables machines de guerre incorporés dans le Jihad islamique, oubliant toutes leurs références chrétiennes.
Pendant le siège de Malte en 1565, les ottomans qui tentèrent durant plusieurs mois de s'emparer de l'île, présentaient en première ligne pour donner l'assaut aux fortifications, des milliers de Janissaires.

Enfants-esclaves Chrétiens enlevés à leur famille puis formés à l'aide du Coran afin d'intégrer le corps d'élite de l'armée ottomane pour le Jihad islamique : les Janissaires (illustration : troupes janissaires du XVIIème siècle)

On peut se référer au livre de Bat Ye'or "Les chrétientés d'Orient : entre Jihad et dhimmitude", qui regroupe quantités de témoignages historiques, de lettres, de documents provenant de voyageurs, de prêtres, de califes, d'historiens Arabes, Chrétiens, Juifs ou Musulmans, ou d'ambassadeurs en terre d'Islam rendant compte de la difficulté de la vie des Juifs et des Chrétiens sous le statut de dhimmi sur des périodes couvrant plusieurs siècles.
Pour simple exemple, parmi des centaines de reproductions de documents reportés en annexe de l'ouvrage de Bat Ye'or, on peut noter un extrait d'une lettre, issue de documents de la diplomatie britannique, du colonel Hugh Rose adressée à l'ambassadeur Stratford Canning à Constantinople, rendant compte d'insurrections survenues à Alep (Syrie) en 1850 :
"La nuit ayant laissé le champ libre aux insurgés, pour commettre toutes sortes d'atrocités dans le quartier chrétien, Karim Pasha, fit le matin, ce qu'il appela une "manifestation militaire", c'est-à-dire qu'il fit défiler ses troupes et ses canons au son de la fanfare autour du quartier, où en plein jour les émeutiers brûlaient et pillaient les Églises, assassinaient les gens du clergé et les laïques, violaient les femmes chrétiennes en présence de leurs parents les plus proches et les plus chers."
Diplomatie britannique - FO 78/836 (n°47)

Les diplomates britanniques - l'officier Hugh Rose (à gauche) correspondant en Syrie, et l'ambassadeur Stratford Canning (à droite) à Constantinople capitale de l'empire ottoman, témoins historiques de l'oppression des minorités chrétiennes en Orient au XIXème Siècle

Mahmoud Doua déploie sa propagande devant son public de fidèles Musulmans en masquant la vérité sur ces persécutions, par la théorie du complot : il accuse le régime égyptien de Moubarak d'avoir fomenté les attentats contre les Coptes d'Égypte dans une église d'Alexandrie ayant fait 21 morts le premier janvier 2011 pour créer des tensions et provoquer la guerre. Même si peut-être, le gouvernement n'est pas entièrement innocent sur cet acte terroriste, cela reste évidemment à prouver, il n'en reste pas moins que Mahmoud Doua utilise ce fait pour masquer la réalité des persécutions des Coptes dans tout le pays.
Les Coptes d'Égypte ont toujours été la proie de discriminations, de persécutions, que se soit sous l'ère Moubarak ou sur des périodes antérieures. Ils sont réduits en esclavage ou au statut de dhimmi pendant des siècles par les Musulmans, jusqu'à l'arrivée de Napoléon qui par sa campagne impérialiste en Égypte de 1798-1801, abolira ce statut infamant de sous-citoyen, et promulguera même un général Copte à la tête des armées égyptiennes, Al-Jawhari, ce qui ne s'était jusqu'alors jamais produit sous domination musulmane.

"J’ai reçu, Citoyen, la lettre que m’a écrite la nation copte. Je me ferai toujours un plaisir de la protéger. Désormais elle ne sera plus avilie, et, lorsque les circonstances le permettront, ce que je prévois ne pas être éloigné, je lui accorderai le droit d’exercer son culte publiquement, comme il est d’usage en Europe, en suivant chacun sa croyance.
Je punirai sévèrement les villages qui, dans les différentes révoltes, ont assassiné des Coptes. Dès aujourd’hui vous pourrez leur annoncer que je leur permets de porter des armes, de monter sur des mules ou des chevaux, de porter des turbans et de s’habiller à la manière qui peut leur convenir."

extrait de la lettre de Napoléon (illustration de droite) adressée au premier Intendant général Copte Mu’allem Jirjis Al-Jawhari (illustration de gauche), le 7 décembre 1798, abolissant le statut de dhimmi en Égypte

Malgré l'abolition de ce satut, les Coptes en tant que minorités n'ont pu conserver une égalité de droits avec les Musulmans, tant que l'Égypte est restée sous l'influence occidentale. Après le départ des français, puis des anglais en 1952, les coptes sont de nouveau régulièrement victimes de brimades et de discriminations. On ne peut, dans cet article, énumérer tous les actes anti-coptes, juste quelques faits.

On peut noter l'interdiction de l'élevage de porcs dans tout le pays depuis mai 2009 sous prétexte de contamination par la grippe porcine (qui n'affecte l'homme que dans des cas très rares), un prétexte fallacieux, la réalité est que les cheptels de porcs, animaux jugés impurs par les instances musulmanes, ne doivent plus être élevés en terre d'Islam.
Les Coptes, véritables natifs d'Égypte et descendants de la civilisation des Pharaons ("copte" veut dire "égyptien") n'ont plus le droit d'élever de porcs dans leur propre pays, soumis aux préceptes de la Charia.

Funérailles de Mary Sameh George, jeune fille Copte de 25 ans poignardée à seize reprise et étranglée à mort le 29 mars 2014 par un Musulman lors d'une manifestation de la confrérie des Frères Musulmans.

Le 18 janvier 2013, le village Copte d'el-Marashda est attaqué par un millier de Musulmans pro-Morsi

Pendant l'été 2013, avec la confrérie des Frères Musulmans au pouvoir, on dénote plus d'une soixantaine d'églises brûlées ou vandalisées par les Musulmans sur le territoire égyptien.

à Alexandrie :
- L’église d’Abouna Maximos | Tentative d’attaque (Jet de pierres)
- L’église de St Georges | Bakos | Tentative d’attaque (Jet de pierres)

à Arish :
- L’église Saint Georges | Brulée

à Assiut :
- Monastère du bon berger | Religieuses attaquées

- L’église de l’Archange Michel | Encerclée
- L’église St Georges | Brûlée
- L’église Al-Eslah | Brûlée
- L’église Adventiste | Le pasteur et sa femme ont été kidnappés, mais ont réussi à s’échapper

- L’église Sainte Thérèse | Brûlée

- L’église des Apôtres | Brûlée

- L’église de la Sainte Renaissance | Brûlée

- L’église de Saint Jean | Brûlée

- Le diocèse Copte Orthodoxe | Abu Tig | Assiégé

- Le diocèse de Saint Jean | Qusiya | Attaqué (pierres)

- Maisons de coptes dans la rue Kolta | Attaquées

- Boutique de ventes de Bibles et de livres liturgiques, rue Al Gomoherya | Brûlée

 

L'église Saint-Moïse à Minya incendiée par les Musulmans pro-Morsi

L'Église Al-Anba Mousa de Minya après son incendie en août 2013

à Beni Suef :
- La basilique Sainte Fatima | Heliopolis | Tentatives d’attaque

- L’église de la Vierge Marie | Hakim Village | Brûlée

à Fayoum :
- L’église Sainte Demiana | Pillée et brûlée
- L’église Evangélique | al-Zorby Village | Pillée et détruite
- L’église Franciscaine | Brûlée
- Deux boutiques de ventes de Bibles | Brûlée

à Gharbiya :
- Le Diocese de St Paul | Brûlée

à Giza :
- L’évechée d’Atfeeh | Pillée

- L’église de l’Archange Michel | Kerdasa | Brûlée

- L’église de la Vierge Marie | Assiégée

à Minya :
- L’église de Delga | Attaquée
- L’église des Pères Jésuites | Abu Hilal

- L’église Saint Marc | Abu Hilal

Les restes calcinés du couvent Saint-Joseph à Minya


L’Église El Amir Tadros (St Theodore) brûlée à Minya

- L’église Evangelique
- L’église Anba Moussa al-Aswad

- L’église Apostolique

- L’église du Salut des Ames | Brûlée

- L’église Saint Jean | Brûlée
- L’école Copte Secondaire pour garçons | Brûlée

- Le refuge des soldats du Christ |

- Le Diocese de Mallawi | Tentatives d’attaques (coups de feu, molotovs, et jets de pierres)

à Qena :
- L’église Saint Marie | Tentative de brûlée l’église

à Sohag :
- Eglise Saint Georges – brûlée

- Eglise Sainte Demiana – attaquée puis brûlée
- Eglise Sainte Vierge Marie – brûlée

- Eglise Saint Marc et le Centre communautaire lui appartenant – brûlés

- Eglise Anba Abraham – détruite puis brûlée

à Suez :
- L’église anglicane des Saints Sauveurs

- L’école fransiscane et l’école fransiscane - brûlées

- L’hôpital et le monastère du Saint Pasteur – brûlés

- L’église du Bon Pasteur – jets de cocktails molotovs
- L’église grecque orthodoxe – brûlée

- Les institutions chrétiennes – toutes incendiées
- Maison du prêtre Abouna Angelos (Prêtre de l’église de la Sainte Vierge et d’Anba Abraham) – incendiée

- Propriétés et maisons de coptes – brûlées

- 18 maisons coptes – brûlées
- Le siège de l’association copte YMCA – brûlée

- Bureau de la fondation évangélique & Oum El Nour – brûlées

à Louxor :
- Boutiques appartenant à des coptes | Brûlées
- Pharmacies appartenant à des coptes | Brûlées

- Hôtels appartenant à des coptes | Attaquées et pillées

Les persécutions ne se résument pas à la seule Égypte évidemment, les minorités chrétiennes (les minorités juives, ont quant à elles, pratiquement disparu) sont victimes de discriminations dans tout le monde Musulman.

En Indonésie, "Jésus est un porc ! L'islam vaincra." Ces graffitis s'étalent sur les murs des maisons, les carcasses calcinées des églises de Ternate. Cette petite île du nord des Moluques, qui abritait il y a quelques mois chrétiens et musulmans, est désormais « blanche », c'est-à-dire musulmane. Le cinéma, les bars, karaokés et discothèques ont été brûlés ou ont fermé. On ne circule plus à l'heure de la prière. Il ne reste pas une église debout.

En Indonésie, mille enfants catholiques de Timor Est, enlevés à leur famille en 1999, sont retenus par la force en Indonésie, convertis à l’islam, instruits dans des collèges islamiques et nationalisés.

À Homs en Syrie le 7 avril 2014, le prêtre jésuite Frans Van Der Lugt abattu dans son monastère, les Chrétiens ont évacué la ville, de 60 000 avant la guerre, ils ne sont plus qu'une trentaine.

persécutions des Chrétiens au Maroc, pays où il est interdit de faire du prosélytisme chrétien, toute tentative de convertir un Musulman au Christianisme est passible de prison. Les Chrétiens sont continuellement discriminés dans la société marocaine.

Le 25 mai 2009 en Algérie, six jeunes algériens convertis au Christianisme sont condamnés à deux ans de prison ferme pour exercice illégal d'un culte non musulman, dont Habiba Kouider, qui "corrompait les âmes musulmanes" en ayant commis le crime de posséder quelques Bibles dans son sac.
La répression de la minorité chrétienne est constante en Algérie.

persécutions des Chrétiens dans la bande de Gaza : Rami Ayyad, Chrétien palestinien torturé et assassiné à Gaza, sa librairie chrétienne dynamitée

persécutions des Chrétiens du Kosovo, aujourd’hui minoritaires et parqués dans des enclaves de la région qui constituait historiquement le berceau de leur culture serbe chrétienne orthodoxe, par les Musulmans Albanais et avec la complicité des instances internationales.

persécutions des Chrétiens en Syrie, édifiant et monstrueux.

en mars 2013, les habitants du village chrétien d'Al-Duvair en Syrie sont entièrement massacrés, dont femmes et enfants, par les rebelles syriens de l'Armée Syrienne Libre (ASL) ayant prêtés allégeance à Al-Qaïda.

Les Chrétiens sont de nouveau soumis à la législation du statut de dhimmi (voir le pacte d'ommar ci-dessus) dans une partie de l'Irak et de la Syrie, dans une région où s'est instaurée un nouveau Califat crée par des factions musulmanes (État Islamique en Iraq et au Levant : ISIS). Les Chrétiens doivent s'acquitter d'un impôt (Jizya) s'ils veulent rester en vie.

chaque année, en moyenne mille jeunes filles chrétiennes et hindoues mariées de force et converties à l'Islam au Pakistan.


en mars 2013, des Musulmans ont incendié plus de cent maisons chrétiennes dans l'est du Pakistan

Ce n'est là qu'un aperçu des persécutions subies par ces minorités dans les différents pays africains, du moyen-orient et asiatiques (Soudan, Nigéria, Mali, Arabie Saoudite, Qatar, Indonésie, etc..).

 

Mahmoud Doua, imam de la Mosquée de Cenon :"J'ai dit que c'est de la propagande et de la désinformation le fait de parler de Chrétiens d'Orient opprimés....Qu'on arrête de dire que les Chrétiens sont opprimés dans le monde Musulman !"

En diffusant dans les média que l'Islam est "Paix et Tolérance", l'objectif de Mahmoud Doua est de ne pas éveiller les consciences et laisser le totalitarisme islamique inoculer lentement la civilisation occidentale pour l'islamiser. Le prédicateur nous montre la vision globalisante de l'Islam dans la suite de sa conférence donnée à Nantes :


"L'Islam veut réformer le Christianisme et le Judaïsme, et quand vous lisez les message antérieurs, il n'y a pas de ruptures d'intégration de ce patrimoine religieux dans le Coran, donc une reconnaissance de la Thorah et de l'Évangile au singulier [Note] l'Islam ne reconnaît pas le Nouveau Testament comme texte religieux, mais uniquement l'Évangile au singulier, un texte qui se serait perdu et intégré de manière déformée dans le Nouveau Testament par des falsificateurs]
[21:09]

"L'Islam est une réforme du Christianisme et du Judaïsme, c'est comme ça qu'il faut le présenter. Comment expliquez-vous le nombre de Chrétiens et de Juifs qui se convertissent à l'Islam ?"
[40:45]

"Le péché originel est un dogme fondamental du Christianisme. La notion de péché originel n'existe pas chez les Musulmans. Il y a la Croyance naturelle, il y a la bonté originelle tout simplement.
Quand on dit ça à une mentalité chrétienne, ils sont subjugués à ce que nous sommes nés Croyants. Une fois, j'ai reçu dans ma permanence une convertie. Pourquoi ? Parce qu'il y avait un prêtre qui a refusé de baptiser son fils qui était en train de mourir. Quand elle a su que dans l'Islam, il n'y a pas de Baptême, et que les portes de la miséricorde sont ouvertes à tous, et que l'homme est naturellement croyant, c'est quand même une approche tout à fait originelle pour les Chrétiens."

[46:34]

"Le récit de Adam et Ève : dans le récit biblique, c'est Ève qui a commis la faute, et qui a poussé Adam après. Mais dans une société qui a combattu pour l'égalité entre l'homme et la femme, c'est une approche misogyne, sexiste du récit d'Adam.
Dans le Coran, on ne dit pas ça. Adam et Ève ont commis une faute tous les deux, tous les deux sont responsables. Parce que quand on dit que c'est Ève, c'est un peu la tentation féminine, la femme tentatrice dans la mentalité occidentale. Malheureusement, nous dans l'Islam, nous gardons encore ce mythe chrétien sans le savoir."
[47:35]
Conférence de Mahmoud Doua pour l'association islamique nantaise les "vendredis du savoir" (hard-copy)

Mahmoud Doua nous décrit le totalitarisme islamique : chaque être humain naît Croyant Musulman, c'est sa nature propre, il n'a pas le choix, il doit donc reconnaître l'Islam comme seule Religion et se soumettre à ses principes. Le Judaïsme et le Christianisme ne sont que des sous-produits falsifiés de l'Islam. Le Prophète Mohamed est venu réformer le Christianisme, doctrine "misogyne et sexiste", qui doit s'effacer devant la grandeur des enseignements de la vraie religion, l'Islam.
L'exégèse de la Bible de Mahmoud Doua pour décrédibiliser le Christianisme devant ses Fidèles est discutable. Ève a été trompée par le serpent pour mordre dans le fruit défendu, elle a ensuite détourné Adam, mais Adam qui connaissait l'interdiction, n'a rien fait pour l'en dissuader, et a commis le péché : il est donc tout aussi responsable. D'ailleurs, Dieu punit à la fois Adam et Ève.
Mahmoud Doua veut faire croire que le Christianisme et la pensée occidentale sont à l'origine du mythe de "la femme tentatrice". Il devrait se plonger dans le Coran et en particulier sur la sourate IV dédiée aux femmes (An-Nisa), où le Prophète Mohamed enseigne aux hommes comment ils doivent traiter leurs femmes, quelques extraits :

« Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs bien. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand ! »
Le Coran – An-Nisa (les femmes) 4:34

« Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou des esclaves que vous possédez. »
Le Coran – An-Nisa (les femmes) 4:3

« Voici ce qu’Allah vous enjoint au sujet de vos enfants : au fils, une part équivalente à celle de deux filles. »
Le Coran – An-Nisa (les femmes) 4:11

« Et quiconque parmi vous n’a pas les moyens pour épouser des femmes libres (non esclaves) croyantes, eh bien (il peut épouser) une femme parmi celles de vos esclaves croyantes. »
Le Coran – An-Nisa (les femmes) 4:25

"Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu'elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu'elles ne montrent leurs atours qu'à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs soeurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu'elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes."
Le Coran – An-Nur (la lumière) 24:31

Dans le Coran, les femmes sont asservies à l'homme.
Elles lui doivent obéissance, sinon, il est permis de les frapper.
Un homme peut épouser jusqu'à quatre femmes, voire également ses esclaves (vous avez bien lu !).
La femme vaut la moitié d'un homme dans le cadre de l'héritage.

Il est intéressant de constater comment Mahmoud Doua applique une technique de renversement de situation : C'est l'Occident Chrétien, où les femmes sont libres de diriger des pays, de vivre leur célibat, de s'habiller légèrement, qui serait sexiste et misogyne, et c'est l'Islam qui cache ses femmes derrière un voile, un hijab ou une burqa, sous tutorat du mari ou de la famille dans la plupart des pays Musulmans, qui serait Terre de liberté féminine !

Pour résumer la pensée de l'imam Mahmoud Doua, l'Occident Chrétien "misogyne et sexiste" doit suivre l'Islam, modèle parfait de libération de la femme.

Les habitants de la ville de Bordeaux suivront-ils cette voie, dans l'édification d'une société islamique, lorsque la Grande Mosquée sera construite ?

 

"Le Califat est une obligation, tant que les Musulmans ne sont pas réunis autour du Califat, ils sont des pécheurs, sauf ceux qui oeuvrent pour instaurer ce Califat"
"La vraie politique du Musulman c’est de pratiquer son Islam, de le manifester, la politique des Musulmans c’est pas la politique des autres, la politique des autres est construite sur le mensonge."
Sermon de Tareq Oubrou devant les Fidèles Musulmans dans les années 1990

L'islamiste proche des Frères Musulmans Tareq Oubrou décoré de la Légion d'Honneur par le maire UMP Alain Juppé le 6 février 2014

"Votre personnalité cher Tareq Oubrou est d'une grande richesse, vos talents sont multiples, imam, théologien, intellectuel, homme de tribune, acteur associatif, tellement impliqué dans la vie de notre cité, à la fois pasteur, docteur, citoyen."
[01:20]
Discours du maire UMP de Bordeaux Alain Juppé, pendant la remise de la Légion d'Honneur à Tareq Oubrou, grand imam de Bordeaux, le 6 février 2014

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 6 mai 2014