Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2017

Le prédicateur proche des Frères Musulmans Abdelhamid Youyou : « l’antisémitisme est né de la rencontre entre Chrétiens et Juifs »

Avec l'afflux de l'immigration massive arabo-musulmane de ces quarante dernières années, l'idéologie islamique de l'organisation politique antioccidentale et antisioniste des Frères Musulmans (UOIF) s'est enracinée dans plusieurs régions de France. Pour avoir la paix sociale et bénéficier du vote musulman, des élus locaux ont pactisé avec ces islamistes. La région lilloise, la Seine-Saint-Denis, la Provence Alpes Côtes d'Azur sont particulièrement touchées.



En Seine-Saint-Denis, le maire communiste de La Courneuve Gilles Poux (au centre) a collaboré à l'implantation des Frères Musulmans (UOIF) dans la ville, devenue un véritable fief de cette organisation politique antioccidentale en France.



Didier Paillard, maire communiste de Saint-Denis, en réunion de travail avec le dirigeant de la confrérie des Frères Musulmans Ahmed Jaballah le 24 juin 2011. Le maire a collaboré activement à l'implantation des islamistes dans la ville des rois de France.

Il est tout à fait intéressant de constater que ces milliers de prédicateurs Musulmans venus trouver refuge en France, fuyant la misère de pays sous doctrine autoritaire, qui se sont vus octroyés tous les droits, la liberté de pratiquer leur culte, la construction de plusieurs centaines de Mosquées cathédrales en moins de quarante ans sous la bienveillance, souvent le financement et les applaudissements des élus locaux, ministres, maires, sénateurs et députés, utilisent cette liberté d'expression pour critiquer et vilipender l'Occident qui les a accueilli !

Le maire socialiste de Lille Martine Aubry (à droite) a oeuvré personnellement à l'installation de l'idéologie islamique misogyne, antioccidentale et antisémite des Frères Musulmans sur la région lilloise. Au centre, Amar Lasfar, le dirigeant de la branche des Frères Musulmans en France, à gauche l'adjoint au maire Pierre de Saintignon.

-                                           

Le prédicateur Abdelhamid Youyou (photo du haut), qui officie dans les plus grandes Mosquées sous influence de l'UOIF (Grande Mosquée de Strasbourg, Grande Mosquée de Lille, Mosquées radicales de Bruxelles, etc...) est un des meilleurs représentants de la doctrine des Frères musulmans en Europe, à l'instar de Tariq Ramadan, Marwan Muhammad, Nabil Ennasri, Ahmed Miktar, Tareq Oubrou, Abdallah Ben Mansour, Abdallah Dliouah, Ahmed Jaballah entre autres.

Abdelhamid Youyou participe régulièrement au Rassemblement Annuel des Musulmans du Nord de la France (RAMN) au grand Palais de Lille (affiches de 2016 et 2017), réunissant plusieurs islamistes politiques antioccidentaux et antisionistes proche des Frères Musulmans.

Avec parmi les invités, le prédicateur antioccidental et antifrançais Nabil Ennasri, l'imam misogyne et antisémite Rateb Al Nabulsi (qui a finalement été déprogrammé en 2016 face à la pression des associations). Ou encore le porte-parole du Collectif Contre l'Islamophobie en France (CCIF), Marwan Muhammad, qui veut transformer la France en un pays musulman, pour cela, il encourage le communautarisme, et milite pour la construction des écoles musulmanes, afin de forger une société parallèle en conflit avec la société civile française et occidentale.

« Qui a le droit de nous dire si c’est réaliste ou pas ? Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays Musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’Islam. Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu’est l’Identité Française. »
Le porte-parole du CCIF Marwan Muhammad à la Mosquée d'Orly

Pour comprendre plus précisément la doctrine des Frères Musulmans, quelques extraits ci-dessous d'une conférence donnnée par Abdelhamid Youyou pour la Ligue de l'Entraide Musulmane sur le média alternatif islamique Médiane TV le 13 juillet 2010.


"L'islamophobie c'est une maladie. D'où le mot phobie dans le concept, dans la notion de l'islamophobie. Une phobie, c'est quand ça dépasse la limite, quand ça dépasse le juste milieu des choses, ne serait-ce que de 1%. On est tous malades quelque part comme disaient certains psychanalystes. On est tous malades, d'accord, mais quelle différence entre nous qui sommes là, et ceux qui sont dans un asile psychiatrique ? La différence, c'est que eux, ils ont quelques degrés de plus que nous par rapport à cette façon de voir les choses.
Ça veut dire que l'on est tous plus ou moins prédisposés à le devenir, si jamais on ne fait pas attention, si jamais on n'avait pas cette relation avec Allah, si jamais on ne fait pas attention à tout ce qui est interdit, qu'il ne faut pas toucher, qu'il ne faut pas consommer ou autre. Dans ce cas on est tous prédisposés à l'être. C'est dans le Coran."
[12:54]
Abdelhamid Youyou, conférence sur "les moments fondateurs de l'Islamophobie" pour la Ligue d'Entraide Islamique le 13 juillet 2010

Sans précisez le fond de sa pensée, le prédicateur explique aux Musulmans que le meilleur moyen de ne pas sombrer dans la folie, la maladie de l'islamophobie, c'est de respecter les commandements d'Allah et ses interdits. Autrement dit, est intrinsèquement islamophobe celui qui n'est pas Musulman !
En vérité, cette affirmation constitue un moyen simple d'interdire toute critique de l'Islam sous peine d'être traité de malade mental, et d'imposer ainsi progressivement dans les institutions laïques et républicaines les préceptes de la charia coranique : voile islamique, menu sans porc ou sans viande dans les cantines scolaires, non mixité sociale homme/femmes, etc..

"À partir de la philosophie et de la société grecque on parle de racisme. Le racisme c'est une critique de la race, quand une race critique une autre race, quand une race se considère supérieure, ou voit avec dénigrement une autre race qu'il considère inférieure. Vous lisez Aristote, vous verrez que dans son texte il pensait que les libres citoyens athéniens étaient seuls à se considérer comme hommes libres. Toutes les autres contrées, tous les autres pays, tous les autres peuples pour l'esprit et la raison athénienne grecque, pensaient que c'étaient des barbares. Les races sont donc un terme dont on retrouve les traces chez Aristote, et ainsi de suite.

L'antisémitisme c'est le moment de rencontre entre Chrétiens et Juifs, est né l'antisémitisme. C'était plus Chrétien qu'autre chose. Ce n'était ni grec, ni philosophique, ni autre. Ce n'est pas une question de civilisation, ce n'est pas une question de race. Donc l'antisémitisme, c'est que vous êtes sémites, vous avez une religion sémite, nous on est européens, on est aryen, donc le problème se pose à ce niveau là.
L'islamophobie vient en troisième lieu. Cela concerne l'Islam, le racisme concerne la race, relatif à la race, l'antisémitisme, parce que les Juifs étaient sémites et les Chrétiens ne l'étaient pas, surtout les Chrétiens européens. Parce qu'on ne parlait pas d'antisémitisme des Chrétiens d'Orient. Ce sont tous des sémites, dans ce sens là.
On a commencé à parler d'antisémitisme qu'au moment où les Juifs ont été persécutés au deuxième, troisième, quatrième siècle, jusqu'au Moyen-âge, et même jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, avant que les Juifs ne soient déclarés citoyens par Bonaparte en 1807. On parle aujourd'hui d'islamophobie comme un terme que l'on a forgé pour déterminer exactement de quoi il s'agit. Le racisme, on n'a pas cru que c'était une maladie, parce que on essayé de le justifier philosophiquement, je citais Aristote tout à l'heure.
L'antisémitisme, ce n'est pas une question de race, mais qui est en relation avec la religion sémite qui nous vient d'un autre monde, qui nous vient de l'Orient. Et nous, Chrétiens occidentaux, on pense que notre religion n'est pas sémite, donc cette guerre antisémite. L'islamophobie aujourd'hui concerne l'Islam, cela concerne la religion en tant que tel. Cela ne concerne ni la race, ni l'origine sémite, il n'empêche que l'islamophobie est aussi une forme de racisme, aussi une forme d'antisémitisme, il ne faut pas oublier ça."
[18:05]

"Pourquoi les Musulmans sont toujours enfermés dans une salle d'attente ? On attend quoi ? Qu'on nous massacre ? Au sens large du terme. Qu'on nous massacre au sens de purification ethnique ou autre, mais qu'on nous massacre et qu'on nous matraque tout le temps, et qu'on nous tape sur l'esprit tout le temps : une fois le voile partiel, une fois le voile intégral, une fois je ne sais pas quoi, une fois telle ou telle bavure, une fois tel ou tel assassinat, non, il faut agir dans le bon sens, il faut donner l'exemple de cette action, qui serait en principe différente des actions que l'on voit, et dont on est victime aujourd'hui."
[27:47]

Les discours sont rodés afin de développer et affermir la communauté islamique en Europe par le dénigrement de la civilisation occidentale européenne. L'Occident serait à l'origine de tous les maux sur Terre : racisme, antisémitisme, islamophobie, intolérance.
Les Musulmans vivraient donc en Europe en terrain hostile, dans une société perverse et malsaine qu'il est impératif de transformer et d'islamiser pour la rendre compatible aux principes coraniques du Prophète Mohamed. Ne pas rester inactif, car l'islamophobie serait une forme d'antisémitisme, les Musulmans se doivent de réagir, et ne pas "attendre qu'on les massacre", afin d'éviter une purification ethnique.

Abdelhamid Youyou prétend que le racisme serait né avec Aristote, donc avec la civilisation hellénistique, racine de l'Occident.

-                                                      

                                                                                                                   

Contrairement à ce que prétend Abdelhamid Youyou, le racisme existe depuis que l'Homme existe, et est souvent en connexion avec l'esclavage, la domination d'un peuple sur un autre, comme dans toute civilisation. On retrouvait déjà en Afrique, dans l'Égypte ancienne, des noirs africains capturés servant comme esclaves, bien avant l'époque d'Aristote.

D'après Abdelhamid Youyou, l'antisémitisme serait apparu avec le Christianisme, le "moment de rencontre entre Chrétiens et Juifs". Ce qui est absolument faux, puisque l'antisémitisme est présent dans les récits bibliques bien avant la naissance du Christianisme, comme la persécution et la déportation des Juifs d'Israël vers Babylone.
Le livre d'Esther de la Bible (Ancien Testament), raconte par ailleurs la tentative d'éradication des Juifs par le grand vizir Haman en Perse, où il n'y avait pas de Chrétiens à l'époque.
Les Romains ont persécuté les Juifs, jusqu'à détruire leur Temple de Jérusalem en 70.
Mettre l'antisémitisme sur le dos du Christianisme, même si par périodes les Juifs ont souffert de persécution, est une manière de culpabiliser et de décrédibiliser l'Occident par rapport à la civilisation islamique, qui serait un modèle de tolérance. Jésus ne dit-il pas dans la Bible :
"Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs."Jean 4:22 ?

 

Jacopo Amigoni peint au XVIIIème siècle un épisode de la Bible de l'Ancien Testament, "l'évanouissement d'Esther".
La reine Esther s'évanouit au moment où elle rentre dans le palais pour prévenir le roi Assuréus du plan d'extermination des Juifs élaboré par le grand vizir Haman. Elle finira par sauver le peuple Juif. Cet épisode est à l'origine de la fête de Pourim dans la communauté juive.

Par ailleurs, Abdelhamid Youyou qui explique que l'antisémitisme serait une idéologie chrétienne, ignore superbement les pogroms et persécutions des Juifs dans le monde musulman pendant des siècles, et oublie sciemment de citer les versets du Coran et de la Sunnah du Prophète Mohamed, distribués en millions d'exemplaires dans les grandes surfaces des enseignes de France (FNAC et autres) et dans les Mosquées, incitant à la haine du Juif.

                                     

L'Islam est une idéologie profondément antisémite et antichrétienne. Les Juifs et les Chrétiens, citoyens de seconde zone dans le monde musulman pendant des siècles, devaient s'acquitter d'une taxe, la jizîa et s'humilier en la payant (ils recevaient une gifle ou une tape sur la tête au moment de payer la taxe).

"Tu trouveras certainement que les Juifs et les associateurs sont les ennemis les plus acharnés des croyants."
Le Coran 5:82

Selon Abou Hourayra, le Prophète Mohamed a dit :
« L'Heure ne viendra pas tant que les musulmans n'auront pas combattu les juifs qui n'auront d'autre recours que de se cacher derrière les pierres et les arbres qui diront : “ Musulman ! Voici un juif qui se trouve derrière moi, viens donc le tuer ! ”, à l'exception d'un arbre appelé gharqad et qui est un des arbres des juifs. »
[Bukhari et Muslim] cité dans "Les jardins des vertueux" par l'imam an-Nawawi p500

«La main de Dieu est entravée», disent les juifs. Entravées soient leurs propres mains, et maudits soient-ils eux-mêmes pour ce blasphème !"
Le Coran 5:64

"Que Dieu maudisse les Juifs; ils ont fait des tombes de leurs prophètes des lieux de prière».
[Bukhari et Muslim] cité dans "Les jardins des vertueux" par l'imam an-Nawawi p391


Le prédicateur Safwat Hijazi, qui se dit "fier d'être antisémite" sur les chaînes de télévision égyptienne, était un invité de prestige dans les Mosquées proches de l'UOIF avant son arrestation en 2013 par le nouveau gouvernement égyptien. Abdelhamid Youyou occulte totalement l'antisémitisme diffusé par la propagande des Frères Musulmans. D'après lui, seuls les Chrétiens seraient antisémites !

Quel effet cette idéologie véhiculée par Abdelhamid Youyou et ses associés a-t-elle sur l'endoctrinement de masse de milliers de Musulmans sur le territoire français ? Ne risque-t-elle pas d'engendrer des conflits futurs, du ressentiment, contre les occidentaux qui "chercheraient à les massacrer" ? Où est le message de fraternité, de paix et de tolérance ?

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr/ le 26 septembre 2017

06/09/2017

La nouvelle Grande Mosquée Ar-Rahma de Strasbourg dans le quartier Hautepierre accueille l’imam Nader Abou Anas, qui veut soumettre les femmes à l’esclavage sexuel sous l’autorité des hommes

La ville de Strasbourg est devenue en quelques décennies un bastion central du radicalisme islamique dans l'est de la France. L'ancien premier ministre Manuel Valls avait déjà inauguré en grande pompe il y a quelques années, en compagnie du maire socialiste de la ville Roland Ries, la Grande Mosquée de Strasbourg, un centre d'endoctrinement de l'Islam politique antioccidental et antisioniste lié à l'organisation politique des Frères Musulmans.

D'autres salles de prière et Mosquées ont depuis été érigées à Strasbourg, en particulier la projet de la Grande Mosquée du quartier de Hautepierre, avec l'appui des élus politiques de la ville, permettant la mise en place progressive d'une société islamique dans la ville. La surface totale de ce lieu de culte est d'environ 2000 m², repartie entre la Mosquée revêtue d'un dôme, le centre culturel et le parking.
Le noyau central, composé d’une salle de prière pouvant accueillir jusqu’à 1 000 personnes, se répartit sur une surface de 1500 m², avec deux mezzanines pour les femmes. La seconde tranche qui n’est pas encore réalisé, comprendra un restaurant, des salles de cours pour le soutien scolaire et deux logements pour le concierge et l’imam et s’étendra sur 500 m². Un véritable lieu d'enracinement de l'endoctrinement de masse des Fidèles Musulmans pour imposer à la société occidentale sur le long terme, les lois islamiques.

                                               

Pose de la première pierre de la Mosquée Ar-Rahma de Strasbourg le 14 juin 2013 en présence de Olivier Bitz (casque blanc au centre) et Serge Oehler, adjoints au maire socialiste Roland Ries, le conseiller régional François Loos et Abdelhafid Akhmim (3ème en partant de la droite), président de l'Association de la Réforme Sociale de Hautepierre (ARSH).

Après quatre années de travaux, la Mosquée est inaugurée le 19 mai 2017, en présence du maire socialiste Roland Ries.

Le maire socialiste Roland Ries est depuis de nombreuses années, un des principaux promoteurs de l'Islam fondamentaliste antioccidental sur Strasbourg.

Musulmans en prière dans la Grande Mosquée Ar-Rahma du quartier de Hautepierre à Strasbourg

                                   

La Grande Mosquée Ar-Rahma et son dôme dans le quartier Hautepierre, encore une nouvelle base de l'enracinement de l'Islam politique antioccidental sur Strasbourg

Les responsables de la Mosquée Hautepierre agissent en partenariat avec l'organisation politique des Frères Musulmans, l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF). Le 12 mai 2017, ils recevaient Ahmed Jaballah, l'ex président de l'UOIF, ainsi que le prédicateur Ounis Guergah.

L’UOIF possède plus d’une soixantaine d’associations directement affiliées et plus de cent cinquante associations gérant les lieux de culte en France et est proche idéologiquement des Frères Musulmansmouvement islamiste international visant à la mise en place d’un califat mondial, l’instauration d’un pouvoir politique islamiste totalitaire, la Charia. L'ex président de l’UOIF, Ahmed Jaballah, déclarait il y a quelques temps : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »

Le militant Ounis Guergah des Frères Musulmans, directeur d’études à l’IESH de Saint-Denis (UOIF), est également membre du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (CEFR), une institution dirigée par le prédicateur antioccidental et antisémite Youssef Al Qaradawi, qui donne des avis juridiques (fatwas) en fonction de la jurisprudence islamique et de la charia, en Europe !

Les responsables de la Mosquée Hautepierre manifestent également sur leur page Facebook officielle leur sympathie auprès du dirigeant turc Tayyep Recep Erdogan (hard-copy).

 

Le dirigeant turc Tayyep Recep Erdogan est un soutien officiel de la confrérie des Frères Musulmans, ici avec l'ex président déchu égyptien des Frères Musulmans Mohamed Morsi Erdogan, soutien officiel des Frères Musulmans, dont les principaux  conseillers, tels Youssef Al Qaradawi, Mohamed Morsi, Safwat Hizaji, Rateb el Nabulsi entre autres appellent publiquement, devant des millions de téléspectateurs sur les chaines de télévision arabes, à la haine des juifs. L'idéologie des Frères Musulmans semble donc avoir pignon sur rue à la Mosquée Hautepierre de Strasbourg.

 

Par ailleurs, les 11 et 12 août 2017, les responsables de la Mosquée Ar-Rahma de Strasbourg ont invité le prédicateur fondamentaliste Nader Abou Anas.

 

Le prédicateur antioccidental Nader Abou Anas, le 12 août 2017 à la Mosquée Hautepierre de Strasbourg

Imam de la Mosquée du Bourget, Nader Abou Anas dirige également l'institut coranique "D'clic" situé à Bobigny, une école enseignant les principes fondamentaux de l'Islam : interdiction d'écouter de la musique considérée comme la "voix de Satan", soumission des femmes à l'autorité masculine, interdiction d'imiter les Juifs et les Chrétiens.

Nader Abou Anas s'associe également avec des islamistes, tels le prédicateur antisémite Éric Younous et le fondamentaliste Mehdi Kabir, qui méprise les occidentaux : "les mangeurs de porc sont des gens sales", dans le cadre du "salon musulman du Val d'Oise" à Pontoise les 12 et 13 septembre 2015.


Pour Nader Abou Anas, imam de la Mosquée du Bourget et invité à la Mosquée Hautepierre de Strasbourg, la femme doit assouvir les besoins sexuels de son mari sur demande sinon, elle sera maudite. Elle doit également lui demander la permission pour sortir de la maison.

Il est inquiétant de constater qu'un tel imam, rejetant les valeurs et traditions occidentales les plus élémentaires, soit habilité à délivrer des prêches dans une immense Mosquée cathédrale officiellement adoubée par les instances politiques de la république française.

Existe-t-il un contrôle des prédicateurs venant dicter leurs sermons dans cette Mosquée, est-on est droit de s'inquiéter quant à la venue prochaine d'autres imams fondamentalistes et la main mise sur l'Islam politique dans ce lieu de culte ?

                                                  

"Aujourd'hui, nous marquons le départ d'un nouveau projet avec ce lieu, une vraie Mosquée pour la réforme sociale de Hautepierre."
[05:56]
La sénatrice LR Fabienne Keller annonce une "réforme sociale" islamique pour les habitants strasbourgeois, lors de la cérémonie de pose de la première pierre de la Mosquée Ar-Rahma de Strasbourg le 14 juin 2013.
Nader Abou Anas reviendra-t-il endoctriner les Musulmans strasbourgeois, afin de rappeler à Fabienne Keller de ne pas sortir de la maison sans l'autorisation de son mari ?

articlé publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 5 septembre 2017

30/07/2017

Avancement du projet de la future grande Mosquée Aïcha de Montpellier, pilotée par le prédicateur misogyne, antichrétien et antioccidental Mohamed Khattabi

La ville de Montpellier est devenue en quelques décennies un temple de l'Islam radical du sud de la France, la ville est connue pour recevoir des prédicateurs fondamentalistes qui endoctrinent plusieurs milliers de Musulmans au rejet de l'Occident, à la haine du Juif.

On peut citer la Mosquée de l'Union des Musulmans de l'Hérault (UMH), dans le quartier des Cévennes, filiale de l'organisation politique des Frères Musulmans qui reçoit des prédicateurs antioccidentaux et antisémites, tels Hassan Iquioussen et Hani Ramadan ou encore Abdallah Ben Mansour, un des fondateurs de l’UOIF et défenseur de la Charia.


Les Musulmans maintiennent la pression sur la société occidentale en montrant leur visibilité par des prières de rue à Montpellier, ici, le 25 novembre 2016, devant la Mosquée de l'UMH.

Le 17 avril 2016, l'UOIF organise au parc des expositions de Montpellier, avec le support des instances de la Mosquée de l'UMH, sa 4ème Rencontre Annuelle des Musulmans du Languedoc-Roussillon (RAMLR) avec comme tête d'affiche les prédicateurs fondamentalistes antioccidentaux Hassan Iquioussen, Hani Ramadan, Abdallah Ben Mansour et Tareq Oubrou.

Hani Ramadan, petit-fils du fondateur de l’organisation politique des Frères Musulmans Hassan Al-Bannah (et frère de Tariq Ramadan), est le directeur du centre islamique de Genève en Suisse, un prédicateur qui tient des propos à caractère antisémite, n’hésitant pas à comparer les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles devant des centaines de Musulmans. Le 26 octobre 2009, à la Mosquée de Mulhouse, il déclarait que « La Trinité est rejetée, balayée dans l’Islam, je sais que celui qui professe la Trinité, son coeur ne peut pas être pur ». 
Les Chrétiens ne peuvent donc pas avoir le coeur pur d’après Hani Ramadan. Ils seraient donc naturellement méchants et haineux ? Dans ses ouvrages et conférences, il explique que tous les Musulmans doivent être gouvernés par un Califat sous les Lois islamiques de la Charia. (conférence à la Grande Mosquée Al-imane de Lille-Sud dont le recteur n’est autre que Amar Lasfar).
D’après lui, l’Occident décadent est contaminé par l’Antéchrist, le « Dadjhal », un borgne de l’oeil droit, et seul l’Islam et la Charia peuvent le guérir. Hani Ramadan soutient également le Hamas, la branche armée des Frères Musulmans, qui dans sa charte prévoit l’éradication des Juifs.


Le prédicateur antisémite Hani Ramadan est un invité de prestige de la Mosquée de l'UMH sur Montpellier

-

Conférences du prédicateur antioccidental et antisémite Hani Ramadan à la Mosquée de l'Union des Musulmans de l'Hérault (UMH) le 25 avril 2015 et le 6 février 2016.


Le prédicateur proche des Frères Musulmans Hassan Iquioussen, a par le passé tenu des propos ouvertement antisémitesIl diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine. 
il refuse la mixité sociale homme/femme, et nie le génocide arménien, Hassan Iquioussen est une référence théologique pour les responsables de la Mosquée UMH de Montpellier.

Inauguration de la Mosquée l'Union des Musulmans de l'Hérault (UMH) le 15 décembre 2013, en présence de l'ex-maire socialiste de la ville de Montpellier Hélène Mandroux. Les élites politiques socialistes ont sciemment contribué à enraciner l'Islam radical misogyne, antioccidental, antichrétien et antisémite au coeur même de la ville de Montpellier.

La Mosquée historique de la ville, la Mosquée Averroès (située quartier de la Paillade), est dirigée par l'imam Farid Darrouf, un modéré, mais dont les contacts interrogent sur la véritable sincérité de ce prédicateur.

-                         

Musulmans écoutant le sermon de l'imam à la Grande Mosquée de la Paillade de Montpellier

Farid Darrouf (à droite), imam de la Mosquée de la Paillade, et qui officie également sur les villes de Mulhouse et Strasbourg en tant qu'imam, a donné une conférence avec le prédicateur politique antioccidental et antisioniste Nabil Ennasri (à gauche), devant les Musulmans de Mulhouse le 22 avril 2016

Lors des élections législatives de 2012, Nabil Ennasri a appelé les Musulmans à « faire tomber Manuel Valls », l’« ami Éternel d’Israël ». Il développe également une propagande politique antioccidentale, et antifrançaise. Sur sa page Facebook, Nabil Ennasri admire et soutient Mohamed Morsi, l’ex-président égyptien des Frères Musulmans, qui voulait faire appliquer la Charia islamique, et qui tient des propos antisémites (hard-copy). Que fait Farid Darrouf avec Nabil Ennasri, comment se connaissent-ils ?

 

Le prédicateur vedette de la ville de Montpellier, l'imam controversé Mohamed Khattabi, est également une figure incontournable du l'idéologie islamique sur la ville depuis plus d'une dizaine d'années. Mohamed Khattabi est connu pour ses préches intégristes antioccidentaux, antiaméricains et antidémocratiques, seule la charia, la loi islamique doit régir la vie des Musulmans. Il exhorte la population musulmane de Montpellier à revendiquer, manifester publiquement pour faire pression sur la municipalité de Montpellier afin d’obtenir des lieux de Culte.

Pour Mohamed Khattabi, il est dangereux pour un homme d’être seul dans une voiture avec une femme. C’est risqué pour sa foi et sa piété. Il est également interdit de représenter des êtres vivants.

Il considère également que Oussama Ben Laden, responsable des attentats du 11 septembre 2001, est un bienfaiteur. L’Imam ne déclare aucune condamnation à son égard, et éprouve même de la sympathie pour lui, Oussama Ben Laden serait même perçu d’après lui par les Musulmans comme un héros à l’image de Che Guevara, Lénine ou (Mao Tsé Tong !), des défenseurs « qui prônent des valeurs de justice et d’équité ».

Le prédicateur misogyne, antichrétien et antioccidental Mohamed Khattabi, fait toujours partie des instances islamiques de la ville de Montpellier, il est imam de la Mosquée Aïcha

D'abord imam de la Mosquée Averroes à la Paillade, ses prèches controversées, les manifestations et prières de rue organisées pour inciter les Musulmans à se rebeller contre l'autorité, ont attiré l'attention des services de renseignements.


Prière de rue islamique organisée par Mohamed Khattabi à Montpellier pour réclamer la construction d'une Mosquée en 2008. La provocation fait partie intégrante de la doctrine de l'imam.

Il est dessaisi de la Mosquée de la Paillade pour prédications trop radicales, mais continue de prêcher dans les Mosquées de la ville. Il est assigné pendant un certain temps à résidence en novembre 2015 par le ministère de l'Intérieur.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Mohamed Khattabi officie toujours en tant qu'imam à Montpellier, il récolte des fonds pour planifier l'agrandissement de la Mosquée dont il a actuellement la charge, le projet Aïcha (hard-copy).

Mohamed Khattabi continue d'endoctriner des milliers de Musulmans à son idéologie islamique misogyne, antioccidentale et antichrétienne en toute impunité. L'imam a déjà justifié la pédophilie, pour imiter le Prophète Mohamed.


"On a attribué à Allah la pire des choses : on a dit qu'il a un enfant. C'est la pire des choses. Et donc, quand un Musulman fête Noël, ou quand un Musulman achète le sapin, et qui me dit "je fais plaisir aux enfants', je dis attends, fais plaisir aux enfants quand il s'agit du sacrifice du mouton, on doit faire, on ne doit pas faire, il y a les amandes, il y a ceci, il y a cela, "ah le sapin, il n y'a pas d'amandes, c'est vrai". Vous comprenez ? Réfléchis : faire plaisir, faire quel plaisir ? A travers la religion, blasphémer ? La diffamation sur un Prophète ? Dire qu'Allah a enfanté ? Quel plaisir fait-on ?
Il faut au contraire saisir l'occasion et parler à nos enfants, à la jeunesse : "Attention ! Allah n'a pas d'enfant, n'a pas été enfanté, il n'a pas d'enfants, point à la ligne." Et ce qu'ils disent sur Issa (Jésus) c'est faux. Issa, c'est la parole d'Allah, ainsi soit-il !
Deuxième chose : le verset 25 de la sourate Maryam. On fête Noël quand ? La veille du 25. Lisez le verset 25 de la sourate Maryam, lisez-le. Allah dit à Maryam : "secoue le dattier, il te donnera des dattes fraîches." Issa est né la saison des dattes. Et la saison des dattes, c'est fin été, début automne, août, septembre, octobre.
Les gens qui connaissent les dattes, connaissent la récolte. Jamais Issa n'est né sous la neige, ou sous un sapin, il est né sous un dattier. Voilà pour éclaircir les Musulmans sur ça.
Le nouvel an, c'est quoi ? Le soleil, il a un cycle. Les païens arrivaient autrefois, ils croyaient que le soleil c'était une divinité, et ils demandaient au soleil de faire que l'année à venir soit mieux que l'année passée. Et donc, quand on présente les voeux, on joue le jeu : "Bonne année !" c'est quoi ? C'est comme faisaient les païens, parce que eux ils souhaitaient une bonne année, mais ils demandaient ça à qui ? Au Dieu soleil ! Ils adoraient le soleil. Ils croyaient en la divinité du soleil."
 [18:20]
"On accueille le nouvel an avec l'alcool, avec le crime, avec les meurtres, avec le viol, avec la fornication ? Où va la communauté humaine ? Il est où l'Islam, on va où là ? Est-ce que c'est ça la communauté qu'Allah a doté d'intelligence ?" 
[27:50]
"Fêter Issa et Mohamed n'est que mensonge" - Prêche du vendredi 2 janvier 2015 (hard-copy)

Un prêche classique de Mohamed Khattabi pour montrer la fausseté de la religion chrétienne : Noël, le nouvel an, ne sont pas des fêtes chrétiennes et n'ont rien à voir avec Jésus, ni avec le Christianisme. Il s'agit de beuveries, propices au viol, au crime, à la débauche et au vice. Les Musulmans sont bien entendu invités à ne pas participer à ces sauteries. A noter que nulle part dans la Bible, il n'est mentionné que Jésus est né sous un dattier.
Il s'agit d'allégations provenant du Coran, rédigé plus de 8 siècles après les textes des Évangiles relatant la naissance du Christ.
Il s'agit là de promouvoir une société islamique sur le territoire français, non polluée par les moeurs décadentes et perverses de la civilisation occidentale. La communauté musulmane, la meilleure des communautés, comme le dit le Coran, étant la seule capable de guider l'Humanité vers le droit chemin.

Mohamed Khattabi n'hésite pas à faire venir à Montpellier le prédicateur politique antioccidental et antisioniste Noureddine Aoussat, qui incite depuis des années les Musulmans à combattre la loi sur l'interdiction du port du voile islamique à l'école dans les plus grandes Mosquées de France.

 


Le prédicateur politique antioccidental Noureddine Aoussat (à droite), proche de Mohamed Khattabi, est invité régulièrement à la Mosquée Aïcha. (à gauche, Abdellatif Lemsibak)

"Il n'y a rien de contraire à l'Islam dans les lois françaises, excepté une seule loi, c'est la loi du 15 mars 2004.
[...]
C'était la loi d'interdiction du port du voile à l'école, au lycée. Je parle au lycée, pas au collège, car au collège les filles n'ont pas atteint l'âge de la puberté. Au lycée, elles sont des adultes. Je ris, mais je dois pleurer plutôt, on nous poursuit, rien que l'année dernière, à plusieurs reprises ils nous ont lâché le ballon d'essai pour l'interdiction de ce voile à l'Université. A l'Université ! Tout ça à cause d'une seule chose : parce que l'on ne nous prend pas au sérieux. Nous ne sommes pas pris au sérieux. Nous sommes quantité négligeable.
Vous savez le hadith authentique que tout le monde doit connaître du Prophète dit : "Peu s'en faut que les gens affamés s'appellent les uns les autres, s'ameutent les uns les autres pour se rassembler et vous manger et vous dévorer. Comme les gens affamés s'appellent autour d'un plat". Donc nous, on sera le gibier, on va former le mets qui va être mangé, pourquoi ? Parce que l'on sera très peu, peu nombreux ce jour là ? C'est pour cette raison que les gens vont se permettre de se rassembler et de s'appeler les uns les autres autour de nous ? Il a dit non ! "Bien au contraire, vous serez nombreux. Vous serez ce jour là comme l'écume que porte un torrent, comme les vagues sur la plage qui vont et qui viennent. Vous êtes nombreux, mais vous ne pesez rien. Voilà ce que dit le Prophète, vous êtes porté par l'écume.
[...]
Vous serez léger, volatile, comme l'écume, vous aurez la maladie du coeur, vos adversaires n'auront plus peur de vous, ne vous respectent plus, n'ont aucun égard", et c'est le cas.
Les propos que l'on entendait chez certains journalistes, chez certains intellectuels connus et engagés, on les entend aujourd'hui dans la bouche du premier ministre.
Qui aurait imaginer qu'un jour un premier ministre de la France, on l'interroge sur cette question : "est-ce que vous parlez de l'Islam de France ou d'Islam en France ? Il a dit : "moi je parlerai d'islamo-fascisme". J'ai écrit une lettre au président il y a une dizaine de jours dans laquelle je lui rappelais cela, que jamais je n'aurais penser entendre un jour traiter les Musulmans de France d'islamo-fascistes.
Alors que les Musulmans de France sont anti-fascistes, ils sont les islamo-libérateurs de la France. C'est grâce à nous, et aux 70 000 soldats Musulmans, qui ont combattu le fascisme, que la Corse est libre, et que la France est libre."
[30:35]
Extrait de la conférence de Noureddine Aoussat à la Mosquée Aïcha de Montpellier le 2 janvier 2016.

La rhétorique est comme toujours chez Noureddine Aoussat, assez bien huilée, les Musulmans seraient injustement persécutés, opprimés par le gouvernement et les institutions françaises, traités de fascistes par le premier ministre Manuel Valls (ce dernier critiquait dans un discours, l'Islam radical), alors qu'ils ont libéré la France et la Corse.
Noureddine Aoussat fait ainsi émerger dans les consciences de la communauté musulmane de Montpellier une terrible injustice et impuissance ayant pour but de créer du ressentiment contre la France, son gouvernement, ses institutions. Est-ce une manière de promouvoir le vivre-ensemble, la fraternité, la solidarité entre les peuples ?

"On dit un mot de plus, et à forte raison, à un Juif, tous les ministres vont rappliquer. Si on touche à la porte ou au mur de la synagogue, c'est peut-être le président lui-même qui va rappliquer ! Les Mosquées en France sont brûlées, les Mosquées en France sont saccagées, il y a des tweets, des tweets ! Les ministres, et le premier ministre réagissent par des tweets, 140 caractères !"
[42:21]
Extrait de la conférence de Noureddine Aoussat à la Mosquée Aïcha de Montpellier le 2 janvier 2016.

Noureddine Aoussat diffuse également des propos aux relents antisémites, basés sur un argumentaire sans fondements, le massacre de Sarah Halimi, le 4 avril 2017, un crime antisémite commis par un Musulman, a par exemple été totalement passé sous silence dans les média pendant plusieurs semaines : où étaient les journalistes, les politiques à la solde des Juifs ?

La ville de Montpellier, base avancée de l'Islam radical en France, sera-t-elle régie sous les lois de la charia dans quelques décennies ?

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 28 juillet 2017

07/05/2017

Le difficile combat du maire LR Didier Gonzales contre l’organisation politique antioccidentale et antisioniste des Frères Musulmans (ACMUV) de la Mosquée de Villeneuve-le-Roi

Le sud-ouest parisien connaît un développement important de l'Islam fondamentaliste, aussi bien sous l'impulsion de la faction de l'organisation politique antioccidentale et antisioniste des Frères Musulmans, que sous celles de diverses mouvances du salafisme. La commune de Villeneuve-le-Roi, environ 20 000 habitants au sud de la région parisienne, dans le département du Val-de-Marne située près de l'aéroport d'Orly, n'est pas épargnée par l'islamisation.
Les tensions entre la municipalité dirigée par le maire LR Didier Gonzales et les associations islamiques locales durent depuis plusieurs années.
En mai 2013, le maire avait dû demander la fermeture des locaux d'une association musulmane, l'Institut de Transmission du Savoir (ITS) pour propagation d'une doctrine islamique radicale.

Depuis, le maire est confronté à la principale association locale représentant la communauté musulmane de la ville, l'Association Culturelle Musulmane Villeneuvoise (ACMUV), liée à l'organisation politique des Frères Musulmans.

Dans une conférence donnée le 5 juin 2011, les responsables de l'ACMUV détaillent leur projet pour la communauté musulmane de la ville.

"On a déjà notre imam, qui est le cheikh Iliès, et inch'Allah, après on veut ouvrir cette salle, ça c'est à court terme, à moyen terme, on veut former, parce qu'on avait dit que après un lieu de prosternation, on veut un lieu d'apprentissage, donc pour ce lieu d'apprentissage, on s'est dit que pourquoi pas, former nos Frères de Villeneuve-le-Roi et nos soeurs de Villeneuve-le-Roi dans une école, dont le Frère, le cheikh Iliès a déjà été, c'est l'IESH.
Et dans cette école à Saint-Denis, ils font un apprentissage, une formation accélérée de trois ans. Et dans cette formation, c'est eux, nos Frères de Villeneuve-le-Roi, nos soeurs de Villeneuve-le-Roi, qui seront les professeurs de notre Mosquée, comme ça, on n'ira pas chercher nos profs ailleurs, on les sortira de ces écoles, pour que inch'Allah, nous, on fait en sorte qu'ils se forment, on fait en sorte, que ce sont nos propres soeurs et frères qui éduquent nos petits enfants, et inch'Allah à moyen terme, on veut des enfants qui étudient de cinq ans jusqu'au adultes, débutants inch'Allah, et aussi ceux qui ont un petit niveau, donc à moyen terme, après cette formation, inch'Allah, on ne veut pas aller voir ailleurs, on ne veut pas demander des professeurs à droite à gauche, et demander recours ailleurs, c'est un peu être égoïste, mais on n'a rien, comme on n'a rien, on voudrait s'entraider mutuellement."
[07:05]
"On a une équipe qui ira voir le maire, pendant qu'on a cette salle là, on va pas dormir, il y a une équipe qui va préparer un dossier solide, et dans ce dossier solide, qu'est-ce qu'on va mettre ? On va mettre qu'on a tel nombre d'adhérents, que avec ces adhérents là, on a des gens qui peuvent voter, qui ont la carte d'électeur, comme ça on pourra y aller, et pas pour passer, excusez-moi des termes, pour des rigolos, ou des gens qui ont peut-être un projet mais c'est un projet comme ça, pensé à la vite fait.
En pensant à mes Frères et Soeurs qui en 2003, faisaient partie de ces gens qui sont partis demander ce carré (musulman), c'est peut-être aussi la masse, ils avaient peu de personnes pour aller vers le maire, Ils sont passés à la légère, nous ce qu'on veut, c'est que en ayant cette salle là, on prépare le dossier et que ces Frères là le montent à la mairie et en parlent."

[13:50]
Conférence sur le projet de construction de la Mosquée de Villeneuve-le-Roi le 5 Juin 2011 à la salle le Riyad de Villeneuve-le-Roi avec comme invité le prédicateur des Frères Musulmans Mohamed Bajrafil. (lien)

Dès 2011, un des dirigeants de l'ACMUV menace le maire de la ville de ne plus pouvoir compter sur le vote musulman s'il refuse d'adhérer au projet d'édification d'une Mosquée à Villeneuve-le-Roi. Le choix doctrinaire de l'association s'est porté sur l'Institut Européen des Sciences Humaines (IESH), qui, sous ce titre pompeux, n’est en fait rien d’autre q’une immense Madrassah, une école coranique enseignant le Droit islamique, la Jurisprudence du Droit (fiqh), des Fatwas, la finance islamique, un système pénal et juridique concurrent de la constitution républicaine lié à la l'organisation politique antioccidentale des Frères Musulmans (UOIF en France).

Ahmed Jaballah, ex-président de l’UOIF (à droite), et le prédicateur antisémite égyptien Youssouf Al-Qaradawi (au centre), mentor des Frères Musulmans à l’IESH de Paris (Saint-Denis) en 2007

On peut remarquer que l’islamiste radical Youssouf Al-Qaradawi fait parti du « Conseil Scientifique » de l’IESH (hard-copy). Ce Cheikh fait autorité dans le Monde Musulman, ilest consultant religieux sur la chaîne Qatari Al-Jazira. Il dirige également en Europe le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (CEFR).

En septembre 2015, la tension atteint son paroxysme pendant les fêtes annuelles d'automne, les militants de l'organisation ACMUV qui réclament une Mosquée, manifestent leur mécontentement, la situation dégénère rapidement, les policiers insultés sont obligés de faire usage de gaz lacrymogènes. Le maire Didier Gonzales "déplore que certains […] cherchant à imposer la construction d'une Mosquée à Villeneuve-le-Roi, aient tenté à plusieurs reprises de troubler notre fête".

L'idéologie développée par les prédicateurs des Frères Musulmans est bien rodée : dénigrement et rabaissement de l'Occident et de la France, politique de victimisation, les Musulmans seraient persécutés et devraient se souder devant l'adversité afin de raffermir leur Foi et imposer le dogme islamique à ce monde pervers et immoral qui leur veut tant de mal. Ci-dessous, un aperçu du profil des prédicateurs venant endoctriner les Musulmans de la Mosquée de Villeneuve-le-Roi.


Parmi les formateurs de l'IESH conférencier à la Mosquée de Villeneuve-le-Roi, le prédicateur politique antioccidental et antisioniste des Frères Musulmans Abdallah BenMansour, invité le 10 août 2012.

Abdallah BenMansour (photo) est un militant islamiste, membre éminent fondateur de l’UOIF, il ne reconnaît pas l’existence de l’État d’Israël, et diffuse une propagande de l’Islam politique antioccidental et antisioniste dans les Mosquées de France, et dans les IESH en particulier, centres de formation des futurs imams des Mosquées de France.

Il milite également pour la mise en place de la Loi islamique, la Charia. Dans une conférence donnée à la Mosquée des Étangs d’Aulnay-sous-Bois, il expliquait à ses Fidèles Musulmans : « heureusement que les Musulmans veulent appliquer la Charia ! Les français sont en retard de quinze siècles sur l’Islam ! ». Lors du congrès de l’UOIF au salon du Bourget en 2013, il déclarait : « Les Musulmans ont construit la France et sont l’avenir de l’humanité »

Le prédicateur des Frères Musulmans Mohamed Bajrafil vient également prêcher régulièrement dans la Mosquée, c'est un proche du prédicateur politique Tariq Ramadan. Ses prédications visent essentiellement à rabaisser l'Occident et la France, qui seraient comparativement inférieurs à la grandeur supposée de la civilisation islamique. Mohamed Bajrafil donne par exemple "des leçons d'humanité à la France" (hard-copy).
Alors qu'il devrait plutôt exprimer sa gratitude envers un pays civilisé dans lequel il a trouvé refuge lui et sa famille, et où l'esclavage est aboli depuis des siècles. Il déclare dans une conférence, que "des Tariq Ramadan, il en faudrait 36 000 !", et participe tous les ans au meeting de l'UOIF au Bourget.

Mohamed Bajrafil invité le 30 mars 2012, ici en juin 2012 à la Mosquée de Villeneuve-le-Roi.

                                         

Mohamed Bajrafil (à gauche) et le prédicateur politique antioccidental et antisioniste Tariq Ramadan (à droite) en conférence le 8 novembre 2014 à l'institut Al Khayria en Belgique.

 

Autour de Mohamed Bajrafil gravitent des prédicateurs politiques antioccidentaux, conspirationnistes et antisionistes de l'UOIF, tels Tariq Ramadan, Hassan Iquioussen et Moncef Zenati, ici lors de la 14ème rencontre annuelle des Musulmans du sud, le 27 mars 2016 au parc Chanot de Marseille.

Ci-dessous, un bref aperçu de l'idéologie de ces prédicateurs.

                                            

Tariq Ramadan (photo) milite dans les Mosquées et dans ses ouvrages, (« le face à face des Civilisations » par exemple), et sous des discours toujours plein de sous entendus, pour la mise en place d’un système totalitaire, un État islamique doté d’une Constitution s’appuyant intégralement sur les Lois Divines, les préceptes du Coran, et dirigé par un dignitaire religieux, un Imam. Un État crée par les Musulmans, pour les Musulmans, sans aucune opposition politique, un Califat. Lors du congrès annuel de l’UOIF au Bourget du 6 au 9 avril 2012, des prédicateurs antisémites, comme Youssouf Al-Qaradawi ou Safwat Hijazi qui expliquent, devant plusieurs dizaines de millions de téléspectateurs sur les chaînes Arabes (Al-Jazeera, Al nas-tv , Tv Al-Aqsa, etc…) vouloir rassembler les Musulmans afin de finir le travail d’Hitler, punir et exterminer les Juifs, ont été interdits de se présenter à ce congrès (sous la pression du FN, il faut le souligner).
Tariq Ramadan a, dans un article, pris la défense de ces prédicateurs antisémites et a condamné Nicolas Sarkozy pour cette mesure, dans un vibrant plaidoyer rendant hommage à ces « savants Musulmans de renommée mondiale » injustement bannis du territoire français (hard-copy). Dans ses conférences, Tariq Ramadan appelle par ailleurs les Musulmans à boycotter Israël.


Hassan Iquioussen, a par le passé tenu des propos ouvertement antisémitesIl diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine. Il refuse la mixité sociale homme/femme, et nie le génocide arménien.

Moncef Zenati encourage la diffusion des textes de Hassan Al-Bannah, fondateur des Frères Musulmans, et de la propagande politique de Youssef Al Qaradawi, le mentor antisémite égyptien de la Confrérie. 
Moncef Zenati est par ailleurs un militant politique antisioniste et pro-palestinien, les associations islamiques proches de l’UOIF, constituent le vecteur parfait pour relayer l’idéologie des Frères Musulmans dans les Mosquées de France.

 

Le prédicateur misogyne Nader Abou Anas, imam de la Mosquée du Bourget, est venu donner une conférence à la Mosquée de Villeneuve-le-Roi le 24 mars 2012.


Pour Nader Abou Anas, imam de la Mosquée du Bourget et invité à la Mosquée de Villeneuve-le-Roi, la femme doit assouvir les besoins sexuels de son mari sur demande sinon, elle sera maudite. Elle doit également lui demander la permission pour sortir de la maison.

Autre prédicatrice de renom invitée à la Mosquée de Villeneuve-le-Roi, Nasssima Prudor, associée à l'organisation politique des Frères Musulmans.

                                   

Nassima Prudor, militante proche des milieux fondamentalistes islamiques, en conférence à la Mosquée de Villeneuve-le-Roi du 2 au 16 avril 2017

-                                        

      

Nassima Prudor, en compagnie de prédicateurs radicaux déjà sus-cités, ainsi que du fondamentaliste misogyne Hassen Bounamcha, endoctrine des milliers de Musulmans au dogme islamique dans les Mosquées de France (lien 1, lien 2, lien 3)

Le principe de victimisation est l'arme favorite des islamistes pour intimider et imposer progressivement la visibilité du système islamique afin de saper les fondements des sociétés occidentales.

Voici comment Nassima Prudor utilise cette propagande de victimisation devant les Musulmanes pour affermir leur Foi et leur empêcher de retirer leur hijab, voile islamique recouvrant tout le corps sauf le visage, sur leur lieu de travail, lors d'une conférence donnée le 14 juin 2015 à Nanterre (hard-copy):

"Vous savez, récemment, on a pris une Croyante, dans un pays où il y a la guerre, vous savez cette soeur là était jeune, des ennemis d'Allah ont pris cette soeur là, on lui a dit : "Tu vas manger du porc, et tu bois de l'alcool", ils avaient allumé un feu à côté, un feu qui se réchauffait la nuit dans la montagne, et ont dit : "Si tu ne manges pas le porc et tu ne bois pas l'alcool, on te brûle, regarde, là tu vas être mise là-dedans. Ils ont passé un long moment à l'inciter à le faire.
Vous savez ce quelle leur a dit ? : "Wouallah, jamais je ne le ferai, et jamais je ne ferai plaisir à l'ennemi d'Allah de se réjouir de voir un Croyant désobéir à Allah". Voyez la Foi, c'est ça être une Croyante, ce n'est pas une autre forme de jeûne ou de prière, alors que le coeur n'est pas avec Allah. Cette fille là est morte brûlée, jamais elle n'aurait donné la joie à l'ennemi d'Allah de devoir lui désobéir, jamais.
Nous, qu'est-ce qu'on fait : pour un travail, j'enlève le hijab, pour un mariage, je fais tout ce qui est haram, mais c'est pas grave ! Je ne fais le mariage qu'une seule fois dans ma vie. Et c'est pour ça que malheureusement, on est dans cette situation qui est complètement loin d'être celle de vrais Croyants." 

[26:25]
Extrait d'une conférence donnée par Nassima Prudor à Nanterre le 14 juin 2015 (lien)

         

Sur la page Facebook officielle de l'ACMUV, les responsables de l'association partagent la sourate Al-Anfal (le butin, prise de guerre), récitée par le prédicateur Ahmed Nufays (hard-copy), cette sourate de guerre coranique est utilisée par tous les jihadistes pour justifier la guerre sainte contre les Infidèles, les non-croyants.


Pour quels motifs les responsables de la Mosquée de Villeneuve-le-Roi mettent-ils en avant pour leurs Fidèles cette sourate appelant à la haine et au meurtre ? Quel est l'objectif ? L'Islam n'est-il pas la religion de "Paix et Tolérance" ?

Le prédicateur idéologique des Frères Musulmans Amine Naït-Daoud, en conférence à la Mosquée de Villeneuve-le-Roi le 11 avril 2015.

Sur sa page Facebook, on constate que Amine Naït-Daoud (photo) est proche de l'organisation politique des Frères Musulmans et des prédicateurs tels que Moncef Zenati ou encore Hani Ramadan, il fait également la promotion de l'organisation islamiste antioccidentale du Collectif Contre l'Islamophobie en France (CCIF) (hard-copy).  

Le maire LR Didier Gonzales de Villeneuve-le-Roi mène une difficile bataille contre l'Islam radical des Frères Musulmans implanté dans sa ville, l'association islamique antioccidentale et antisioniste ACMUV.

 

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 6 mai 2017

26/03/2017

Manifestation des islamistes antioccidentaux devant la municipalité de Clichy-la-Garenne contre la fermeture de la Grande Mosquée

Depuis quelques décennies, la banlieue parisienne est gangrénée progressivement par les idéologues de l'Islam radical.
Les islamistes s'expriment ouvertement dans les plus grands lieux de culte musulman en France, parmi lesquels on compte la Grande Mosquée de Clichy-la-Garenne et son école coranique dirigée par l'Union des Associations Musulmanes de Clichy (UAMC), située rue d'Estienne d'Orves en plein centre-ville.
En activité depuis 2013, l'association de la Mosquée de Clichy-la-Garenne s'est illustrée dernièrement en invitant des prédicateurs politiques antioccidentaux, tel l'imam tunisien des Frères Musulmans Béchir Ben Hassen, qui fait publiquement de l'incitation à la haine et au meurtre, en appelant les Fidèles Musulmans à assassiner les caricaturistes du Prophète Mohamed.

    

  

Le 24 juin 2016, le prédicateur tunisien des Frères Musulmans Béchir Ben Hassen, qui appelle les Musulmans à assassiner les caricaturistes du Prophète Mohamedest invité à la Mosquée de Clichy-la-Garenne pour donner une conférence (hard-copy).

 

Le 29 janvier 2017, c'est l'islamiste radical Larbi Kechat, proche de la mouvance de l'organisation politique des Frères Musulmans (UOIF), qui est invité à la Mosquée de Clichy-la-Garenne.
Larbi Kechat est le recteur de la Mosquée Addawa dans le XIX arrondissement de Paris dans laquelle sont invités des prédicateurs fondamentalistes misogynes et antioccidentaux, connue pour être aussi la Mosquée fréquentée par les frères Kouachi, les terroristes Musulmans qui ont commis les attentats contre les caricaturistes du journal satirique Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.


Le 7 septembre 2015, le maire LR Rémi Muzeau s'engage auprès de la communauté musulmane et devant huissier de justice, à construire une nouvelle Mosquée si il est élu, au mépris de la loi 1905 de séparation du culte et de l'État.
Les Musulmans considèrent comme une trahison la décision unilatérale prise par la municipalité de fermer la Grande Mosquée du centre-ville pour la transformer en médiathèque, et de les orienter désormais vers un nouveau lieu de culte, pris en charge par la Fédération Nationale des Musulmans de France (FNMF), en périphérie de la ville.


Pour protester contre cette décision de fermeture, plusieurs manifestations sont organisées devant la municipalité de la ville, comme ici le 26 novembre 2016, où les Musulmans se disent stigmatisés et victime de racisme.


Le 22 mars 2017, la Mosquée de Clichy-la-Garenne d'Estienne d'Orves est évacuée par les CRS, le lieu de culte est officiellement fermé.

Les organisations islamistes sont également en première ligne pour récupérer cet évènement, afin d'inciter les Musulmans à la haine de l'Occident. Marwan Muhammad, porte-parole du Collectif Contre l'Islamophobie en France (CCIF), officine de l'organisation anti-occidentale et antisioniste des Frères Musulmans, vient personnellement endoctriner les masses musulmanes. Extrait de son intervention lors de la nouvelle manifestation organisée devant la mairie de Clichy-la-Garenne le 24 mars 2017, pour réclamer la réouverture du lieu de culte :

         

 


Prière de rue islamique devant la municipalité de Clichy-la-Garenne pour intimider le maire de la ville le 24 mars 2017 : "ALLAH AKBAR !"


Marwan Muhammad, porte-parole du CCIF, invective les Musulmans de Clichy-la-Garenne : on veut vous forcer à prier devant les poubelles.

"Grandir à Clichy n'a jamais été un problème en étant Musulman. Et je ne pensais pas qu'un jour on se retrouverait comme ça aujourd'hui devant la place du marché à se demander "Où est passée la Mosquée ?" Cet acte là, vous connaissez le travail que l'on fait au quotidien, n'est pas un acte islamophobe comme ceux que l'on a à gérer d'habitude, un cas d'agression, un cas de discrimination, où il suffit d'envoyer des juristes pour résoudre le dossier. Et pourtant c'est un cas qui raconte la condition musulmane.
C'est un cas qui raconte la façon dont des citoyens à part entière, deviennent entièrement à part, tout simplement parce qu'ils sont Musulmans. Et à eux, on peut envoyer des cars de CRS pour les déloger de leur Mosquée. À eux on peut les balader avant et après les élections en leur faisant des promesses bidons.
A eux, on peut dire que ce sont des délinquants quelque part, qui sont nés et qui ont voulu prier dans la rue, comme si quelqu'un d'entre nous c'était levé ce matin en disant : "Tiens, j'ai envie de bloquer la circulation, j'ai envie de prier dans la rue, parce que j'ai rien d'autre à faire de ma vie.". On ne se bat pas ici pour demander une Mosquée à Clichy, on a une Mosquée à Clichy. On ne se bat pas ici pour dire que nous on est des gens indignes, on voudrait conquérir notre dignité. Nous sommes des êtres humains dignes, pleins de dignité.
Et c'est pour ça que vous voyez des gens avec des gilets jaunes ici, vous entendez l'imam, vous entendez les responsables de l'association vous dire que l'on n'est pas content d'être là. On n'est pas content d'être dans un conflit avec la mairie, on n'est pas content de bloquer le passage ou d'être en train de se dire "Tiens, laisser les gens entrer au MacDonald, laissez les gens passer derrière", ce n'est pas quelque chose que les Musulmans et les Musulmanes ont voulu. Mais c'est quelque chose qui est convoqué par une situation où traiter les Musulmans comme ça, ça passe en 2017. Et ça, ça passe plus. Ça ne passe plus !
Donc, encore une fois, la question n'est pas de savoir si oui ou non il va y avoir un lieu de culte musulman à Clichy, il y a un lieu de culte musulman à Clichy, juste ici à 200 mètres, rue d'Estienne d'Orves. La question est comment est-ce qu'on va s'organiser pour que la pratique du culte musulman à Clichy demeure quelque chose de possible, demeure quelque chose qui se fait dans des conditions dignes !
Alors j'entends dire qu'il y a une salle de prière qui est de l'autre côté, je suis désolé, je ne sais pas pour vous, mais moi je n'ai pas envie de prier entre une décharge et une casse. Je ne sais pas pour vous, mais moi je n'ai pas envie d'emmener mes enfants et de dire "voilà ta place. Ta place n'est pas dans le centre-ville avec tes concitoyens, avec tes co-religionnaires, avec les gens avec lesquels tu vis au quotidien, ta place est là où on ne te voit pas. Ta place, elle est à côté de la poubelle." Je ne dirai pas ça ni à mon fils, ni à ma fille, parce qu'il existe un seuil de dignité en dessous duquel l'être humain ne descend pas."

Les Musulmans de France seraient traités comme des être indignes, des délinquants, discriminés et persécutés par les CRS et les institutions de l'État et forcés de prier près des poubelles, (on parle d'une Mosquée toute neuve offerte clé en main par le maire de la ville !).
Marwan Muhammad créé ainsi dans la communauté musulmane, comme il en a l'habitude dans ses prédications, un ressentiment de rejet contre un pays hostile qui n'accueillerait pas les Musulmans à leur juste valeur, ce qui ne peut que générer à long terme, les conditions d'une guerre civile entre Musulmans et non-Musulmans.
À aucun moment Marwan Muhammad ne remet en cause la venue de prédicateurs fondamentalistes à la Mosquée de Clichy-la-Garenne.

   

Marwan Muhammad veut transformer la France en un pays musulman, pour cela, il encourage le communautarisme, et milite pour la construction des écoles musulmanes, afin de forger une société parallèle en conflit avec la société civile française et occidentale.

 

En autorisant l'ouverture d'une Mosquée radicale à Clichy-la-Garenne, le maire LR Rémi Muzeau à mis les doigts dans un engrenage dont il n'arrive plus à se sortir.
Le 27 mai 2016, Rémi Muzeau (2ème en partant de la gauche) inaugurait le nouveau centre islamique de la FNMF en présence de Anouar Kbibech (1er à gauche), l'islamiste radical marocain président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM).

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 26 mars 2017

20/03/2017

La Grande Mosquée de Saint-Ouen, nouveau bastion de l’organisation politique misogyne, antioccidentale et antisémite des Frères Musulmans (UOIF) érigé avec la collaboration du maire UDI William Delannoy

La Seine-Saint-Denis est le département français le plus avancé en terme de processus d'islamisation, les Mosquées s'érigent comme des baïonnettes, transformant progressivement le paysage culturel et cultuel en territoires islamiques. On peut constater la multiplication de femmes voilées, hommes en Qami, de centaines de restaurants islamiques (kebab, pizzeria, boucheries), banissant la viande de porc et tout ce qui est non halal (impur/illicite), avec pour conséquences à terme l'érosion de la population de souche de la banlieue parisienne vers les banlieues lointaines ou la province.

On peut par exemple brièvement noter que Stains accueille par exemple l'assocation de l'Islam radical chatibi, géré par le prédicateur antioccidental et antisioniste Nabil Ennasri. La Courneuve en Seine-Saint-Denis, héberge le siège des Frères Musulmans (UOIF), l'organisation politique antioccidentale la plus influente de l'Islam radical en France.

L'assocation de la Mosquée Saint-Ouen fait partie du réseau islamiste des Frères Musulmans (UOIF). Des prédicateurs formés à l'Institut Européen des Sciences Humaines (IESH), viennent régulièrement endoctriner les Musulmans de la commune. L'IESH sous ce titre pompeux, n’est en fait rien d’autre q’une immense Madrassah, une école Coranique enseignant le Droit islamique, la Jurisprudence du Droit (fiqh), des Fatwas, la finance Islamique, un Système pénal et juridique concurrent de la Constitution Républicaine.
On peut remarquer que l’islamiste radical Youssouf Al-Qaradawi fait parti du « Conseil Scientifique » de l’IESH (hard-copy), on peut par exemple le voir ici lors de l’inauguration de la mise en place du 3ème cycle de l’IESH. Ce Cheikh fait autorité dans le Monde Musulman, il est consultant religieux sur la chaîne Qatari Al-Jazira. Il dirige également en Europe le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (CEFR). Dans ses discours et ses ouvrages, le Cheikh Youssuf Al-Qaradawi diffuse son programme Totalitaire : la mise en place de la Charia, la conquête de Jérusalem et de Rome.
Dans son ouvrage "Le licite et l’illicte en Islam" , il explique que tous les homosexuels doivent être exterminés (pendus ou jetés du haut d’un mur), il milite également pour un antisémitisme ultraviolent (extermination des Juifs, voir vidéo plus bas dans l'article).


L'UOIF a suffisamment d'influence pour attirer et obtenir sur la ville de Saint-Ouen les faveurs de l'électorat de la communauté musulmane en pleine expansion. Le 28 juin 2013, l'ex-maire communiste Jacqueline Rouillon participe à la pose de la première pierre de la future Grande Mosquée de Saint-Ouen, marquant l'implantation de l'Islam radical des Frères Musulmans (UOIF) dans la ville.

L'édifice de 2000 m² est principalement constitué de deux grandes salles,  560 m² pour la salle de prière des hommes et 298 m² pour celle des femmes. L’espace cultuel permettra d’accueillir plus de 1700 fidèles, la Mosquée est doté d'un dôme et d'un minaret. Il sera alors impossible pour les habitants d'ignorer l'emprise de l'Islam sur la ville de Saint-Ouen.         

     

Projet de la Grande Mosquée de Saint-Ouen


salle de prière hommes de la Grande Mosquée de Saint-Ouen en cours de travaux

-                                                                    
La Grande Mosquée de Saint-Ouen en 2017, presque finalisée

                 

Le 24 juin 2016, Ahmed Jaballah, ex-président de l'UOIF, la branche politique antioccidentale et antisioniste des Frères Musulmans en France, donnait une conférence à la Grande Mosquée de Saint-Ouen


Ahmed Jaballah, président de l’UOIF (à droite), et le prédicateur antisémite égyptien Youssef Al-Qaradawi (au centre) à l’IESH de Paris (Saint-Denis) en 2007


Le prédicateur des Frères Musulmans Youssef Al-Qaradawi en démonstration devant des millions de Fidèles Musulmans sur les chaînes télévisées de pays arabes : haine de l'Occident, diatribes antichrétiennes, antiaméricaines et antisémites.

  

Les responsables de la Grande Mosquée de Saint-Ouen font la promotion sur leur page Facebook de l'Association France Plurielle (AFP), organisme de l'Islam radical, vecteur de l'idéologie de fondamentalistes complotistes antisionistes et antioccidentaux tels Nabil Ennasri ou encore Mohamed Bajrafil (hard-copy).

Parmi les intervenants, il est inquiétant de constater que Hassan El Houari, prédicateur diplômé de l'école coranique des Frères Musulmans de Saint-Denis (IESH), vient précher à la Mosquée de Saint-Ouen.

                    

Hassan El Houari, prédicateur à la Mosquée de Goussainville et invité à la Grande Mosquée de Saint-Ouen, fait la promotion de l'État Islamique et défend la constitution coranique, la loi du Talion, les communautarismes, une "nation musulmane" sous laquelle Chrétiens et Juifs seraient censés vivre sous la protection des Musulmans.

Hassan El Houari est un grand défenseur des lois islamiques de la charia, en particulier la loi du Talion, totalement incompatible avec les lois de la république. Il diffuse et demande aux Fidèles Musulmans de suivre les commandements coraniques, et explique comment se faire justice soi-même. Extraits d'une de ses conférences :

"Si vous punissez quelqu'un qui vous a puni, il ne faut pas commettre un excès, punissez selon la punition qu'on vous a fait. Punissez selon le tort qu'on vous a fait. Il vous a insulté, insultez-le, entre parenthèse, il vous a tapé, tapez-le, Punissez selon le tort qu'il vous a fait."
[19:08]
Conférence de Hassan El Houari, "L'Islam condamne le terrorisme" donnée le 9 janvier 2015 (hard-copy)

"Ceux qui ont été averti de la vérité, qui ont l'occasion de connaître cette vérité, qui leur a été exposée, mais ils détournent le dos, ceux là sont parmi les mécréants."
[13:13]
"Allah a dit : "ton Seigneur ne fait pas périr des cités avant d'avoir envoyé dans leur métropole un messager." Ça veut dire que tant que un messager n'a pas été envoyé das les métropoles, ils ne connaissent pas, ils ne sont pas des mécréants."

"Ceux qui mécroient sont ceux qui empêchent de cheminer vers Dieu."
[29:50]
Conférence de Hassan El Houari le 11 novembre 2016, "Dieu n'aime pas les infidèles" à la Mosquée de Goussainville (hard-copy)

Hassan El Houari sous-entend que si on expose l'Islam a une personne, et que cette personne rejette la doctrine coranique, elle est mécréante et il serait autorisé à la faire périr, comme le faisait le Prophète Mohamed.

Hassan El Houari est un promoteur du jihad islamique, qui serait d'après lui non offensif, le guerre sainte ne serait qu'une guerre défensive ! Voici comment, devant ses fidèles musulmans de la Mosquée de Goussainville où il prèche d'habitude, il exprime sa vision du Jihad :

"Allah a dit : "Certes, Allah aime ceux qui combattent dans son chemin en rang, comme un édifice, une construction solide. Allah aime ceux qui ont réalisé cette image." "Chaque mot a un sens dans ce verset. Allah aime ceux qui combattent dans son chemin en rangs solides.
Ceux qui combattent, ce n'est pas ceux qui assassinent, dans la langue arabe j'ai bien fait la différence, comme les arabes et les savants l'ont fait. Assassiner c'est tuer. Ici, Allah n'a pas dit "tuer", il a dit "combattre", ça veut dire quoi ? Combattre quelqu'un, ça veut dire qu'il est bien prêt à combattre, mais pas à assassiner gratuitement. Combattre, ça veut dire défendre. Défendre sa dignité, défendre sa religion, et ainsi de suite. Dans cette image ceux qui combattent leurs ennemis, doivent être comme cela : une construction solide, en rang, droit, qu'on ne peut pas traverser."
[11:58]
Conférence de Hassan El Houari le 11 novembre 2016, "Le rang serré" à la Mosquée de Goussainville (hard-copy)

Hassan El Houari use également de la fibre victimaire, en critiquant les média, les politiques, l'éducation nationale, tous considérés comme ligués contre l'Islam et les Musulmans, et fait la leçon aux Français, afin de souder la communauté musulmane contre les institutions de l'État. Les attentats se produisant sur le territoire ne serviraient qu'à stigmatiser les Musulmans, Hassan El Houari refusant de voir que le terrorisme islamique est à la racine des textes coraniques :

"J'adresse la paroles à ces Français, politiciens et les média, si votre mémoire est courte, lisez l'Histoire qui n'est pas loin de nous. Qui sommes-nous, les Musulmans ? C'est quoi l'origine des Musulmans en France, on est descendu du ciel ? On est sorti de la terre !? Il faut que vous sachiez mes chers Français, mes chers concitoyens, que nous, on est fiers d'être Musulmans, on est fiers d'être là en France parce que nous sommes des petits-fils de milliers de Musulmans qui sont venus dans la grande guerre de 1914-18 pour vous libérer, pour libérer votre grand-père et votre grand-mère, et votre territoire qui est le nôtre aujourd'hui.
Et les tombes, et les cimetières de nos grand-pères dont on est fiers aujourd'hui, elles sont là comme témoin, et la Mosquée construite au milieu de Paris, n'a pas été construite gratuitement, c'est un symbole de reconnaissance de l'effort des Musulmans qui ont libéré la France."
[...]
"Si vous pouvez reprocher quelque chose, vous devez le reprocher à l'éducation nationale, vous devez le reprocher aux média, à ceux qui ne tendent pas la main aux théologiens et aux savants pour dire : "nous voici, en est là pour vous aidez, pour parler du vrai Islam."
[09:51]
Conférence de Hassan El Houari sur "les attentats du 13 novembre" le 20 novembre 2015

"Le Prophète a rédigé la constitution de la nation musulmane, qui signifie l'organisation, la stratégie."
[...]
"Si on ne se soumet pas tous à une constitution liée au livre de Dieu selon la tradition prophétique, chacun invente des stratégies, des théologies par lui même, on ne va jamais survivre. Cette communauté ne sera jamais détruite jusqu'à la fin des temps, seulement, quand elle est faible, quand elle est divisée, dégradée, il faut que les membres de cette communauté reviennent à la lumière du Prophète."
[06:17]
"Le Prophète a rédigé la première constitution, cette première constitution est partagée en deux, elle contient environ 51 chapitres. 25 chapitres permettent de régler les relations entre les Musulmans, en gros c'est la fraternité, et d'autres citoyens qui ne sont pas Musulmans.
Il y a d'autres citoyens qui ne sont pas Musulmans. Le Prophète a considéré, les Juifs et les Chrétiens, il a considéré tous ceux qui vivaient en paix avec cela, des citoyens de cette nouvelle nation, ils devaient tous se réunir, s'aider entre eux. Les juifs ont le droit de pratiquer leur religion librement, les Chrétiens ont le droit de pratiquer leur religion librement, mais tout le monde entre dans la citoyenneté."
"Quand il y a un conflit entre deux Juifs, ils jugent entre eux, selon la Torah, pas selon le Coran, ils ont droit de pratiquer leur religion, parce que ce sont des citoyens tant qu'ils acceptent de vivre au sein de la nation musulmane."
[30:20]
Conférence de Hassan El Houari sur "Les fondements de l'état islamique à Médine" (hard-copy)

Hassan El Houari explique aux Musulmans quelle est la finalité de la communauté des Croyants, la Oumma sur Terre : vivre dans un État Islamique, régi par une législation coranique, qui admet des principes communautaristes, incompatible avec les législations de la communauté nationale française, qui ne peut à terme, que conduire à des dissensions, des conflits.

Hassan El Houari reçoit le prédicateur antichrétien et antisémite Hani Ramadan à la Mosquée de Goussainville le 29 mars 2014 (lien). Un membre éminent lié au réseau islamiste des Frères Musulmans (UOIF).

Hani Ramadan, petit-fils du fondateur de l’organisation politique des Frères Musulmans Hassan Al-Bannah (et frère de Tariq Ramadan), est le directeur du centre islamique de Genève en Suisse, un prédicateur qui tient des propos à caractère antisémite, n’hésitant pas à comparer les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles devant des centaines de Musulmans.

Dans ses ouvrages et conférences, Hani Ramadan explique que tous les Musulmans doivent être gouvernés par un Califat sous les Lois islamiques de la Charia. (conférence à la Grande Mosquée Al-imane de Lille-Sud dont le recteur n’est autre que Amar Lasfar). D’après lui, l’Occident décadent est contaminé par l’Antéchrist, le « Dadjhal », un borgne de l’oeil droit, et seul l’Islam et la Charia peuvent le guérir. Hani Ramadan soutient également le Hamas, la branche armée des Frères Musulmans, qui dans sa charte prévoit l’éradication des Juifs.

Autre invité de marque par l'association de la Grande Mosquée de Saint-Ouen, le prédicateur Ounis Guergah.


Le militant politique Ounis Guergah des Frères Musulmans, directeur d'études à l'IESH de Saint-Denis (UOIF), est également membre du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (CEFR), une institution qui donne des avis juridiques (fatwas) en fonction de la jurisprudence islamique et de la charia, en Europe !

Le CEFR admet donc l'existence d'une autre base de la juridiction que le droit français, ce qui ne peut que générer conflits, et création sur le long terme d'une société parallèle sur le territoire. Rappelons que la charia est un corpus dogmatique islamique incompatible avec une démocratie de type occidental d’après un arrêté de la Cour Européenne des Droit de l’Homme (CEDH) du 13 février 2003.

    
Le prédicateur islamiste Ounis Guergah, invité de la Grande Mosquée de Saint-Ouen, figure sur une affiche de promotion d'une conférence donnée à la Grande Mosquée de Saint-Chamond au côté du prédicateur antisémite Youssef Al-Qaradawi, mentor des Frères Musulmans.

  

"La précédente majorité avait signé la promesse de vente, l'ancienne Mosquée a été détruite et comme il n'est pas question que les musulmans prient dehors, j'ai décidé de leur prêter ce terrain, où étaient entreposés des gravats."
Allocution de William Delannoy, maire UDI de Saint-Ouen, qui a attribué un terrain gratuitement pour la Mosquée provisoire en attendant la finalisation des travaux de l'immense Mosquée cathédrale Essalam, qui enracinera définitivement l'Islam politique radical des Frères Musulmans au coeur de la commune.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 20 mars 2017

12/02/2017

Sermon de Malika Dif à la Grande Mosquée de Toul : « Pour les femmes Musulmanes, interdiction formelle d’épouser un non-Musulman »

Conséquence de l'immigration extra-européenne, les réseaux islamistes se sont fortement implantés depuis quelques années dans l'est de la France, et continuent de s'étendre, en particulier sous l'influence de Amine Nejdi, le président marocain du Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM) de la région Lorraine. La Mosquée de Toul, petite ville de 16 000 habitants près de Nancy, constitue un des maillons de ce réseau islamiste, tout comme les villes de Pont-à-Mousson, Behren-lès-Forbach, Tomblaine-Nancy, Metz, Mulhouse, Strasbourg, Haguenau, entre autres, déjà analysées sur "Islam mine l'Europe".


Fidèles Musulmans de la Mosquée de Toul

Avant de devenir imam de la Mosquée de Tomblaine-Nancy, Amine Nejdi était le prédicateur de la Mosquée de Toul.

Amine Nejdi considère sur son site internet officiel, qu’une femme qui ne porte pas de voile islamique incite à la perversion, une saleté qui attire les mouches. Il explique également que le combat armé contre les mécréants, le Jihad Islamique, est une nécessité contre les personnes hostiles à l’Islam.

Amine Nejdi, imam de la Mosquée de Tomblaine-Nancy, conserve des liens étroits avec les responsables de la Mosquée de Toul. Le 28 janvier 2017, il y donnait une conférence.


"Revenir aux pages de l'Histoire, pour voir ce que l'Islam a donné à la France et à un autre pays que la France. Allez voir au Moyen-âge, l'époque des Lumières, comment l'époque des Lumières a été construite. C'était bel et bien grâce à l'apport de la civilisation andalouse musulmane. Cette civilisation qui reste jusqu'à maintenant, l'une des meilleures civilisations qui a montré ce qu'est la vraie tolérance, ce que c'est que la vraie Fraternité, ce qu'est le respect des croyances religieuses.
L'Islam, le Christianisme, le Judaïsme ont vécu pendant sept siècles durant, dans la paix en Andalousie sous l'égide de la législation musulmane. Chacun trouvait son compte, chacun trouvait sa liberté, aucun lieu de culte n'a été profané des autres religions. Allez demander aux Juifs Arabes, aux Chrétiens Arabes, qui vivent parmi les Musulmans depuis des siècles, est-ce que leurs droits sont bafoués ? Est-ce que leurs temples sont profanés ? Est-ce que leur cimetières sont gammés ? Et ils vous répondront qu'ils se sentent chez eux, qu'ils se sentent en protection avec l'Islam, parce que l'Islam n'est que la continuité des autres religions monothéistes."

[21:15]
Conférence de Amine Nejdi sur "l'islamophobie, une menace pour la république", à la Mosquée de Toul le 21 août 2009.

La prédication de Amine Nejdi est un classique de la propagande islamiste donnée devant les Fidèles. L'Occident persécuterait les Musulmans, alors que les occidentaux leurs seraient redevables d'avoir créé une civilisation universelle tolérante et fraternelle islamique ayant germé en Andalousie sous les califats arabo-musulmans, et imprégné ensuite toute l'Europe Occidentale en léguant généreusement un savoir philosophique et scientifique exceptionnel, favorisant le rayonnement culturel de l'Europe des Lumières. Dans les pays musulmans, les Chrétiens et les Juifs vivraient harmonieusement sous la protection des lois islamiques depuis des siècles.

Amine Nejdi suggère et distille ainsi dans l'inconscient collectif des Musulmans, une forme de frustration, d'injustice. Les Musulmans seraient aujourd'hui opprimés et persécutés par ceux auxquels ils auraient transmis un immense héritage. Cette légende répandue dans les milieux islamistes, ainsi que dans les universités françaises et européennes, est largement démentie par les faits historiques.

Dans son ouvrage "Le mythe du paradis andalou" (livre en anglais), l'universitaire espagnol Darío Fernández-Morera, documents historiques à l'appui, démonte le mythe de l'existence d'une Espagne tolérante, fraternelle dans laquelle Musulmans, Chrétiens et Juifs auraient vécu pacifiquement pendant des siècles sous la bienveillance des lois islamiques.

Extrait de l'ouvrage de Darío Fernández-Morera afin de donner un aperçu de la "tolérance islamique" :
"Dans la jurisprudence malékite, une esclave sexuelle achetée sur une place de marché, ou capturée dans un raid guerrier, ayant des rapports sexuels avec son maître, devient son esclave sexuelle, une "jariya" (ou djariya, une concubine).
Sous la dynastie Omeyyades, Al-Andalous est devenu un centre de commerce et d'échanges d'esclaves : jeunes femmes esclaves sexuelles, même quelquefois âgée de 11 ans, enfants mâles castrés pour devenir des eunuques dans les harems, enfants mâles capturés et entrainés dans des campements pour devenir des esclaves guerriers, enfants utilisés comme jouets sexuels par les puissants (comme le calife Abd-Al-Rahman III qui était "amoureux" d'un enfant Chrétien capturé nommé Pelayo : refusant les avances sexuelles du Calife, Pelayo a alors été torturé, martyrisé et tué), hommes utilisés comme serviteurs ou travailleurs pour tout usage concevable, les êtres humains de tout âge et race étaient achetés et vendus.

Le prix d'un esclave dépendait de son âge, de son sexe, de sa race, et de ses capacités. Les esclaves blanches, en particulier les blondes, souvent capturées dans des raids menés sur les terres chrétiennes, étaient les plus recherchées.
En 912, pendant le règne de l'âge d'or du Califat Omeyyades de Cordoue, le prix d'un esclave mâle noir était de 200 dirhams (pièces) d'argent. Une fille noire de Nubie étaient vendue pour 300 dinars d'or. Une femme blanche sans éducation coûtait 1 000 dinars d'or. Une femme blanche capable de chanter, valait 14 000 dinars.
La cour du Calife Abd-Al-Rahman III comptait 3 750 esclaves, un harem de 6 300 femmes, et son armée incluait 13 750 esclaves guerriers."
Darío Fernández-Morera, "Le mythe du paradis andalou" p158-159

Les conquérants jihadistes Musulmans qui ont envahi l'Espagne de 711 à 1492, ont provoqué pendant des siècles guerres entre factions rivales pour la conquête du pouvoir, conflits ethniques et religieux, destruction de villages, d'Églises et de Synagogues, persécutions et réduction en esclavage des populations locales chrétiennes et juives. A l'image de Al-Andalous, dans les pays musulmans, les Chrétiens et les Juifs subissent une extinction inexorable, par l'interdiction de construction de nouveaux lieux de culte, les brimades et les persécutions.
Au Maroc, les Chrétiens ne représentent plus qu'une population de 8 000 personnes, et il n'y a plus que 4 000 Juifs. 99,9% de la population marocaine est musulmane, autant dire que la présence du Christianisme et du Judaïsme est maintenant anecdotique. Tout comme en Algérie, où la communauté chrétienne est devenue pratiquement inexistante (0,2% de la population algérienne), le simple fait de posséder une Bible peut être passible de poursuites judiciaires.

Nous sommes bien loin de la rhétorique déployée par Amine Nejdi décrivant un monde musulman pacifique et tolérant.


« Les Juifs n’ont pas cru ni à ce qui leur a été révélé, ni au Prophète Mohammed, lorsqu’il ne leur restait plus aucun argument auquel ils puissent se tenir, ils ont voulu ruser et tromper le Prophète. Encore une fois, la méthode des Juifs a toujours été celle-là dans l’Histoire, lorsqu’ils sont au pied du mur, ils emploient la ruse. »
Sermon du prédicateur Farid Al Ansari.

Le prédicateur antisémite marocain Farid Al Ansari (à gauche), invité par Amine Nejdi (à droite) à la Mosquée de Toul en mars 2007 (hard-copy)

Le président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) Anouar Kbibech (en cravate), invité par Amine Nejdi en janvier 2016 à la Mosquée de Tomblaine-Nancy. Deux des figures les plus emblématiques du réseau islamiste misogyne et antioccidental marocain en France.

Le prédicateur misogyne, antioccidental et antisioniste Hassan Iquioussen figure en vedette sur une pleine page du site officiel de la Mosquée de Toul. Il y a donné une conférence le 1er mai 2010 (hard-copy).

Hassan Iquioussen, a par le passé tenu des propos ouvertement antisémites. Il diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine. il refuse la mixité sociale homme/femme, et nie le génocide arménien, Hassan Iquioussen est une référence théologique pour les responsables de la Mosquée de Toul.

Les responsables de la Mosquée de Toul ont également des relations avec Malika Dif, une convertie à l'Islam qui arpente les associations islamiques depuis plus d'une trentaine d'années pour donner des conseils aux femmes Musulmanes afin de bien les éduquer. Ses fréquentations sont proches de la frange de l'Islam radical, de l'organisation politique des Frères Musulmans en particulier.

Malika Dif a donné une conférence à la Mosquée El Kaouthar de l'Union des Musulmans de Rouen (UMR) en 2010 (hard-copy). Ce lieu de culte a déjà reçu le prédicateur antisémite Hani Ramadan, ou encore l'imam Mahmoud Doua, deux pontes de l'organisation politique antioccidentale des Frères Musulmans en France (UOIF).
Hani Ramadan compare par exemple les Juifs à des "serpents, une race de vipères" dans une conférence donnée à Bruxelles le 1er mai 2004.
Malgré cela, le maire socialiste Yvon Robert est pourtant prêt à donner son accord pour l'agrandissement de la Mosquée El Kaouthar de Rouen.

Pour se faire une opinion de l'idéologie véhiculée par Malika Dif, extrait d'une de ses conférences donnée à la Mosquée de Toul le 5 juin 2011.

"L'homme Musulman peut épouser une femme qui n'est pas Musulmane, à condition qu'elle soit croyante, Chrétienne ou Juive."
[...]
"Par contre, une femme Musulmane n'a pas le droit d'épouser un non-Musulman, quel qu'il soit, croyant ou pas croyant. Interdiction formelle, c'est tout. Je n'entrerai pas dans les détails vous comprenez facilement pourquoi. Le mari est le chef de famille, la femme se trouve en état d'infériorité dans cette situation, et le mari va l'empêcher de pratiquer correctement, il va lui ramener à la maison de l'alcool dans son frigidaire, il va lui ramener des amis à lui avec qui il a été voir un match de foot ensuite ils vont boire quelques bières à la maison, et vont raconter des bêtises, ils ne vont pas forcément avoir du respect pour la femme, etc.
Problème de culture et de toute façon l'Islam a dit non, il y a un verset du Coran qui nous dit clairement les choses, et donc pour les femmes Musulmanes, interdiction formelle d'épouser un non-Musulman.
Et donc, les soeurs, faites comme si vous étiez en train de passer dans une avenue où il y a de belles toilettes dans les vitrines, et que vous n'avez pas un sou en poche. Et bien vous passez sans regarder. Je pense que vous avez compris ce que j'ai voulu dire. On ne s'attarde pas à regarder ce à quoi on n'a pas droit."
[01:45:56]
"Quand on marche dans la rue, il y a les kiosques à journaux avec des femmes dénudées, il y a des publicités, il y a des personnes qui sont habillées de telle façon qu'elles en sont gênantes, etc... Baisser votre regard, cela veut dire que quand vous êtes dans un endroit, et que vous avez entrevu quelque chose de gênant, vous détournez le regard, et vous ne retournez pas pour regarder. Parce que le deuxième regard devient un péché, n'est-ce pas ?"
[01:49:56]
Sermon de Malika Dif à la Grande Mosquée de Toul sur "la place de la femme en Islam", le 5 juin 2011.

Malika Dif nous décrit une société islamique archaïque, légiférée par les lois coraniques.
Le Musulman pratiquant peut épouser une femme Chrétienne ou Juive, mais la femme Musulmane ne peut pas épouser un Chrétien, ni un Juif ! En effet, la femme Musulmane est considérée comme plus faible et influençable, elle se doit de baisser les yeux devant les kiosques à journaux, et elle "n'a pas droit" aux belles toilettes.
Il s'agit là typiquement d'une propagande d'embrigadement des femmes Musulmanes qui se doivent de s'isoler dans la communauté musulmane et suivre ses principes, c'est-à-dire se couper du monde non-islamique, alors que le Musulman peut se permettre de fréquenter des femmes Juives ou Chrétiennes.

Dominique Potier, député socialiste de Meurthe-et-Moselle, participe aux journées portes ouvertes de la Mosquée de Toul du 16 et 17 janvier 2016, offrant ainsi officiellement une légitimité aux islamistes fondamentalistes marocains du lieu de culte.

Le maire socialiste Alde Harmand (au centre) en compagnie de l'imam de la Mosquée de Toul Nourddine Amzil (à droite) le 8 janvier 2015 après les attentats perpétrés contre Charlie Hebdo. Les commémorations figurent en bonne place dans la stratégie des islamistes pour endormir les élus de la République et imposer progressivement les lois coraniques aux masses musulmanes.

article publié sur htpp://islamineurope.unblog.fr le 12 février 2017