Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2017

Manifestation des islamistes antioccidentaux devant la municipalité de Clichy-la-Garenne contre la fermeture de la Grande Mosquée

Depuis quelques décennies, la banlieue parisienne est gangrénée progressivement par les idéologues de l'Islam radical.
Les islamistes s'expriment ouvertement dans les plus grands lieux de culte musulman en France, parmi lesquels on compte la Grande Mosquée de Clichy-la-Garenne et son école coranique dirigée par l'Union des Associations Musulmanes de Clichy (UAMC), située rue d'Estienne d'Orves en plein centre-ville.
En activité depuis 2013, l'association de la Mosquée de Clichy-la-Garenne s'est illustrée dernièrement en invitant des prédicateurs politiques antioccidentaux, tel l'imam tunisien des Frères Musulmans Béchir Ben Hassen, qui fait publiquement de l'incitation à la haine et au meurtre, en appelant les Fidèles Musulmans à assassiner les caricaturistes du Prophète Mohamed.

    

  

Le 24 juin 2016, le prédicateur tunisien des Frères Musulmans Béchir Ben Hassen, qui appelle les Musulmans à assassiner les caricaturistes du Prophète Mohamedest invité à la Mosquée de Clichy-la-Garenne pour donner une conférence (hard-copy).

 

Le 29 janvier 2017, c'est l'islamiste radical Larbi Kechat, proche de la mouvance de l'organisation politique des Frères Musulmans (UOIF), qui est invité à la Mosquée de Clichy-la-Garenne.
Larbi Kechat est le recteur de la Mosquée Addawa dans le XIX arrondissement de Paris dans laquelle sont invités des prédicateurs fondamentalistes misogynes et antioccidentaux, connue pour être aussi la Mosquée fréquentée par les frères Kouachi, les terroristes Musulmans qui ont commis les attentats contre les caricaturistes du journal satirique Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.


Le 7 septembre 2015, le maire LR Rémi Muzeau s'engage auprès de la communauté musulmane et devant huissier de justice, à construire une nouvelle Mosquée si il est élu, au mépris de la loi 1905 de séparation du culte et de l'État.
Les Musulmans considèrent comme une trahison la décision unilatérale prise par la municipalité de fermer la Grande Mosquée du centre-ville pour la transformer en médiathèque, et de les orienter désormais vers un nouveau lieu de culte, pris en charge par la Fédération Nationale des Musulmans de France (FNMF), en périphérie de la ville.


Pour protester contre cette décision de fermeture, plusieurs manifestations sont organisées devant la municipalité de la ville, comme ici le 26 novembre 2016, où les Musulmans se disent stigmatisés et victime de racisme.


Le 22 mars 2017, la Mosquée de Clichy-la-Garenne d'Estienne d'Orves est évacuée par les CRS, le lieu de culte est officiellement fermé.

Les organisations islamistes sont également en première ligne pour récupérer cet évènement, afin d'inciter les Musulmans à la haine de l'Occident. Marwan Muhammad, porte-parole du Collectif Contre l'Islamophobie en France (CCIF), officine de l'organisation anti-occidentale et antisioniste des Frères Musulmans, vient personnellement endoctriner les masses musulmanes. Extrait de son intervention lors de la nouvelle manifestation organisée devant la mairie de Clichy-la-Garenne le 24 mars 2017, pour réclamer la réouverture du lieu de culte :

         

 


Prière de rue islamique devant la municipalité de Clichy-la-Garenne pour intimider le maire de la ville le 24 mars 2017 : "ALLAH AKBAR !"


Marwan Muhammad, porte-parole du CCIF, invective les Musulmans de Clichy-la-Garenne : on veut vous forcer à prier devant les poubelles.

"Grandir à Clichy n'a jamais été un problème en étant Musulman. Et je ne pensais pas qu'un jour on se retrouverait comme ça aujourd'hui devant la place du marché à se demander "Où est passée la Mosquée ?" Cet acte là, vous connaissez le travail que l'on fait au quotidien, n'est pas un acte islamophobe comme ceux que l'on a à gérer d'habitude, un cas d'agression, un cas de discrimination, où il suffit d'envoyer des juristes pour résoudre le dossier. Et pourtant c'est un cas qui raconte la condition musulmane.
C'est un cas qui raconte la façon dont des citoyens à part entière, deviennent entièrement à part, tout simplement parce qu'ils sont Musulmans. Et à eux, on peut envoyer des cars de CRS pour les déloger de leur Mosquée. À eux on peut les balader avant et après les élections en leur faisant des promesses bidons.
A eux, on peut dire que ce sont des délinquants quelque part, qui sont nés et qui ont voulu prier dans la rue, comme si quelqu'un d'entre nous c'était levé ce matin en disant : "Tiens, j'ai envie de bloquer la circulation, j'ai envie de prier dans la rue, parce que j'ai rien d'autre à faire de ma vie.". On ne se bat pas ici pour demander une Mosquée à Clichy, on a une Mosquée à Clichy. On ne se bat pas ici pour dire que nous on est des gens indignes, on voudrait conquérir notre dignité. Nous sommes des êtres humains dignes, pleins de dignité.
Et c'est pour ça que vous voyez des gens avec des gilets jaunes ici, vous entendez l'imam, vous entendez les responsables de l'association vous dire que l'on n'est pas content d'être là. On n'est pas content d'être dans un conflit avec la mairie, on n'est pas content de bloquer le passage ou d'être en train de se dire "Tiens, laisser les gens entrer au MacDonald, laissez les gens passer derrière", ce n'est pas quelque chose que les Musulmans et les Musulmanes ont voulu. Mais c'est quelque chose qui est convoqué par une situation où traiter les Musulmans comme ça, ça passe en 2017. Et ça, ça passe plus. Ça ne passe plus !
Donc, encore une fois, la question n'est pas de savoir si oui ou non il va y avoir un lieu de culte musulman à Clichy, il y a un lieu de culte musulman à Clichy, juste ici à 200 mètres, rue d'Estienne d'Orves. La question est comment est-ce qu'on va s'organiser pour que la pratique du culte musulman à Clichy demeure quelque chose de possible, demeure quelque chose qui se fait dans des conditions dignes !
Alors j'entends dire qu'il y a une salle de prière qui est de l'autre côté, je suis désolé, je ne sais pas pour vous, mais moi je n'ai pas envie de prier entre une décharge et une casse. Je ne sais pas pour vous, mais moi je n'ai pas envie d'emmener mes enfants et de dire "voilà ta place. Ta place n'est pas dans le centre-ville avec tes concitoyens, avec tes co-religionnaires, avec les gens avec lesquels tu vis au quotidien, ta place est là où on ne te voit pas. Ta place, elle est à côté de la poubelle." Je ne dirai pas ça ni à mon fils, ni à ma fille, parce qu'il existe un seuil de dignité en dessous duquel l'être humain ne descend pas."

Les Musulmans de France seraient traités comme des être indignes, des délinquants, discriminés et persécutés par les CRS et les institutions de l'État et forcés de prier près des poubelles, (on parle d'une Mosquée toute neuve offerte clé en main par le maire de la ville !).
Marwan Muhammad créé ainsi dans la communauté musulmane, comme il en a l'habitude dans ses prédications, un ressentiment de rejet contre un pays hostile qui n'accueillerait pas les Musulmans à leur juste valeur, ce qui ne peut que générer à long terme, les conditions d'une guerre civile entre Musulmans et non-Musulmans.
À aucun moment Marwan Muhammad ne remet en cause la venue de prédicateurs fondamentalistes à la Mosquée de Clichy-la-Garenne.

   

Marwan Muhammad veut transformer la France en un pays musulman, pour cela, il encourage le communautarisme, et milite pour la construction des écoles musulmanes, afin de forger une société parallèle en conflit avec la société civile française et occidentale.

 

En autorisant l'ouverture d'une Mosquée radicale à Clichy-la-Garenne, le maire LR Rémi Muzeau à mis les doigts dans un engrenage dont il n'arrive plus à se sortir.
Le 27 mai 2016, Rémi Muzeau (2ème en partant de la gauche) inaugurait le nouveau centre islamique de la FNMF en présence de Anouar Kbibech (1er à gauche), l'islamiste radical marocain président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM).

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 26 mars 2017

24/05/2014

Prosélytisme islamique et revendicatif diffusé par les responsables de la future Grande Mosquée de Béthune : « Une grosse claque pour la France ! »

La région Nord et nord-est de la France connaît, depuis plus de deux décennies, une montée en puissance du réseau islamiste de l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF). L’UOIF possède une soixante d’associations directement affiliées et plus de cent cinquante associations gérant les lieux de culte en France et est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia.
Son ex-président Ahmed Jaballah déclarait sans embage que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »

Plusieurs grandes Mosquées comme celles de Lille, Strasbourg, Mulhouse, Villeneuve d'Ascq, Mons-en-Baroeul, Haguenau, sont des structures du réseau vecteur de propagande idéologique de l'UOIF dans le nord de la France.

Pour communiquer leurs avancées sur le développement du prosélytisme islamique, les responsables de l'UOIF organisent des rencontres périodiques, on peut noter par exemple que le 31 mai 2014 aura lieu la 3ème rencontre annuelle des Musulmans du Pas-de-Calais, avec comme animateurs Amar Lasfar, actuel président de l'UOIF et soutien officiel de la confrérie des Frères Musulmans, Nabil Ennasri, président du Collectif des Musulmans de France (CMF), qui appelle les Musulmans à "faire tomber Manuel Valls", "l'ami éternel d'Israël" lors des élections, ou encore les islamistes politiques Hassan Iquioussen et Abdallah Ben Mansour, que l'on va présenter un peu plus loin dans l'article.

L'UOIF étend son réseau dans la ville de Béthune, commune française de près de 210 000 habitants située dans le département du Pas-de-Calais, en y créant l'Association des Musulmans de l'Agglomération Béthunoise (AMAB).

L'AMAB fait la promotion de la 3ème rencontre annuelle des Musulmans du Pas-de-Calais qui aura lieu le 31 mai 2014 à Liévin, un rassemblement d'islamistes de l'UOIF (hard-copy)

Les responsables de l'AMAB achètent en 2009 un terrain de 1270 m² pour un montant total de 150 000 euros, le maire socialiste Stéphane Saint-André délivre le permis de construire d'un centre cultuel et culturel musulman béthunois en 2010. Cet immense complexe islamique prévoit des salles de prière qui pourront accueillir 490 hommes et 202 femmes, deux salles d'ablutions, une école coranique avec trois salles de cours, une salle de conférence et quatre locaux commerciaux. On voit là se profiler la formation d'une future société islamique dans le quartier.

Le projet de la Grande Mosquée de Béthune et son minaret

La grande Mosquée de Béthune en cours de construction en 2013

 

C'est le maire Stéphane Saint-André (à droite sur la photo) qui inaugurera la pose de la première pierre de l'édifice le 25 juin 2011.

Pour diffuser leurs informations, en particulier les évènements et les conférences à venir dans les différentes salles de la ville de Béthune prêtées par la municipalité, les responsables de l'AMAB administrent une page Facebook officielle (hard-copy) (se connecter avec un compte Facebook pour avoir accès au contenu).

L'AMAB utilise tous les moyens de propagande à disposition pour imposer l'idéologie des Frères Musulmans. Un des combats fers de lance des islamistes, est la revendication du port du voile islamique. Le hijab qui couvre tout le corps sauf le visage, doit être porté sans contraintes par les Musulmanes en tous lieux : écoles, universités, ou au travail. Pour lutter contre les lois "discriminatoires" s'opposant au port du voile, les responsables de la future Mosquée de Béthune ont mené une campagne de mobilisation auprès des Musulmans afin qu'ils s'engagent politiquement pendant les élections municipales :

"Un droit ne s'offre pas, il se prend ! La défense de nos intérêts ne passera que par notre engagement." (hard-copy)

Le mépris des Lois et des institutions de la France peut aussi se noter dans une vidéo publiée sur la page Facebook afin de démontrer la supériorité du modèle suédois sur celui de la France. Dans les écoles suédoises, les filles sont en effet libres de porter le hijab sans contraintes.

"Grosse claque pour la France !" slogan repris par les responsables de la Mosquée de Béthune (hard-copy).

Inutile de dire que les conséquences à long terme seront absolument catastrophiques sur la vie en société dans les quartiers suédois, les Musulmans imposant progressivement les préceptes islamiques de la Charia. A Malmoë, où les suédois ont abandonné leur modèle d'intégration, certains quartiers sont totalement islamisés, les suédois de souche ont déserté ces enclaves et les pompiers n'interviennent plus sans une escorte policière.



La Suède, pays longtemps considéré comme le plus tolérant d'Europe en terme d'immigration et de multiculturalisme, paye aujourd'hui les conséquences de ses politiques laxistes.

La France, par ses Lois, ne mérite donc que mépris et déconsidération pour ne pas avoir suivi le modèle suédois, "une grosse claque". Voilà le message diffusé aux Musulmans par l'AMAB.

Pour se faire une opinion plus précise de l'idéologie de l'AMAB, on peut se référer également aux prédicateurs et imams référencés sur le site. Sur sa page Facebook, l'AMAB fait la promotion du mentor des Frères Musulmans, le cheikh antisémite égyptien Youssef Al Qaradawi (hard-copy).

Youssef Al Qaradawi, référence théologique pour les responsables de la Mosquée de Béthune, appelle devant des millions de téléspectateurs sur les chaînes des télévisions Arabes, à l'extermination des Juifs.
Il est très inquiétant de voir qu'un des principaux leaders de l'Islam politique antioccidental et antisémite ait une telle emprise sur les responsables de la Mosquée de Béthune. On est en droit de se poser la question du contenu de cours qui seront enseignés dans l'école coranique de la Mosquée. Seront-ils rédigés par leur modèle Youssef Al Qaradawi ?

On constate que des islamistes comme Hassan Iquioussen ou Abdallah Ben Mansour, membres fondateurs de la structure de l'UOIF en France, sont régulièrement invités par l'AMAB pour donner des conférences dans la ville de Béthune, en attendant de pouvoir précher dans la future Mosquée.

Hassan Iquioussen, a par le passé tenu des propos ouvertement antisémites. Il diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine. Pour lui, les attentats du 11 septembre ne sont qu’un vaste complot orchestré par les américano-sionistes contre les Musulmans.


Le prédicateur antisioniste et antioccidental Hassan Iquioussen régulièrement invité par les responsables de la Mosquée de Béthune (AMAB)

Pour se faire une idée plus précise de ses prédications, on peut écouter un extrait d'une conférence sur "La miséricorde du Prophète Mohamed", donnée le 12 octobre 2012, par Hassan Iquioussen, invité dans la ville de Béthune, en gras italique ci-dessous (hard-copy) :
"On va parler un peu d'Histoire. Il y a eu de la colonisation il fut un temps. Comment expliquer cette colonisation ? Les philosophes du XIX ème siècle, et encore ceux du début du XXème siècle ont classifié les races. La race supérieure, c'est la race blanche, l'homme aryen. Les autres viennent juste en-dessous, et en dernier échelon, ils ont mis le noir. De grands philosophes à l'origine de la civilisation occidentale moderne, des gens comme Montesquieu, comme Voltaire, ont considéré que l'autre était inférieur, parce qu'il était différent."
[06:00]
"Les fameuses guerres de religion, c'est quoi ? C'est des gens qui ont eu la grosse tête, et qui ont cru avoir le monopole de la vérité. Certains étaient bien intentionnés, et voulaient sauver les gens. Certains étaient mal intentionnés, la religion était juste un prétexte pour dominer et exploiter. Parlons de ceux qui étaient bien intentionnés, la bonne intention ne suffit pas. Tu veux mon bien, alors ne me fait pas mal, mais ils disent : "le corps c'est secondaire, je te fais du mal pour sauver ton âme. Je t'élimine, pour ton bien", c'est grave, c'est ce qui s'est passé dans l'Histoire, et c'est encore ce qui se passe aujourd'hui.
La colonisation économique, militaire, politique existe, on l'appelle le néo-colonialisme. Et la dictature intellectuelle existe aussi, c'est le conformisme. Cela s'appelle aussi l'assimilation. Tu dois être comme moi pour avoir les mêmes droits et jouir de toutes les libertés. Si tu es différent, je vais utiliser tous les moyens directs et indirects pour t'imposer ma manière de penser, de croire, et de vivre. Et c'est terrible, bon sang. Notre religion l'Islam nous a enseigné que Dieu a crée l'être humain, la diversité et la pluralité de la créature n'est pas une malédiction mais une bénédiction, c'est un signe et un miracle."
[12:32]

Devant les Musulmans de Béthune, Hassan Iquioussen, qui a la chance de vivre en France dans un pays de droits et de libertés d'expression, développe sa rhétorique habituelle, en expliquant que les Musulmans vivent dans un pays de colonisateurs racistes, chancre du néo-colonialisme. Une critique à sens unique de l'Occident, où tout est amalgamé : racisme, colonisation, assimilation, pour décrédibiliser les sociétés occidentales, et mettre en valeur la supériorité des préceptes islamiques.
La colonisation et le racisme seraient des créations des philosophes européens. Voltaire et Montesquieu sont des racistes. Comment voulez-vous que les jeunes Musulmans se rendant à l'école, puissent avoir un quelconque intérêt pour la culture française après une telle présentation ?

Hassan Iquioussen oublie volontairement d'expliquer que depuis la nuit des temps, toutes les civilisations ont été colonisatrices que ce soient les mésopotamiens, les perses, les grecs, les romains, les égyptiens, les africains, les arabes, les ottomans, les aztèques, etc...
Curieusement, l'imam passe sous silence l'esclavage de masse institué par les arabo-musulmans en Afrique dès le VII siècle lors des conquêtes islamiques meurtrières au Maghreb, en Inde, et en Afrique subsaharienne.
L'historien arabo-musulman Ibn Khaldoun au XIVème siècle écrivait déjà, deux siècles avant le début de la traite négrière transatlantique, que :
« les seuls peuples à accepter l'esclavage sont les nègres, en raison d'un degré inférieur d'humanité, leur place étant plus proche du stade animal ».

La véritable révolution, ce sont bien les occidentaux qui vont l'accomplir en abolissant ce qui était une norme dans l'histoire de toutes les sociétés humaines, l'asservissement de l'homme par l'homme, l'esclavage, grâce à un travail en profondeur sur plusieurs siècles, mené par des politiques, des écrivains, des penseurs, des ecclésastiques, des philosophes occidentaux tant critiqués et méprisés par Hassan Iquioussen.

Par ailleurs, l'assimilation, modèle fondamental issu de la culture romaine, guide de la pensée de la civilisation occidentale depuis près de 2000 ans, est perçue comme une dictature totalitaire par Hassan Iquioussen.

La propagande diffusée par le prédicateur Hassan Iquioussen montrant un Occident synonyme de mal absolu, favorise-t-elle les Musulmans de Béthune à s'intégrer dans la société occidentale ?

L'imam Hassan Iquioussen explique aux Fidèles dans cette conférence, comment il négocie le vote musulman avec les maires pour imposer ses revendications islamiques.

Les responsables de la Mosquée de Béthune publient sur leur page Facebook d'autres conférences politiques de Hassan Iquioussen données lors de son parcours dans différentes Mosquées de France. Extrait de l'une d'entre elles, où l'imam nous explique l'importance du vote musulman, en gras italique ci-dessous (hard-copy):
"Moi par contre, ce qui m'intéresse, c'est que ton nom apparaisse, car l'homme politique, il ne sait pas si tu as voté pour lui ou contre lui, le vote est anonyme. Lui, en fin de journée, il voit qu'il y a 453 musulmans qui ont voté, il ne sait pas si les Musulmans ont voté pour lui ou contre lui. Moi par contre, quand je négocie avec lui, en privé, en catimini, et qu'il s'engage, et qu'il me donne, je lui dis, "le vote musulman ne sera pas contre toi". Maintenant, peut-être que tous les Musulmans de la Mosquée, ce jour là vont voter contre lui, je ne sais pas."
Admettons que j'ai appelé pour voter pour le président actuel, Hollande. Et Hollande fait pire que Sarko. Et alors ? Où est le problème ? Tu sais que Allah me récompense parce que j'ai appelé à voter pour Hollande ? Parce que mon intention était que Hollande serait meilleur que Sarko, et c'était un message envoyé à Sarko : "tu nous as fait du mal, la dernière affaire en date, c'était l'affaire Merah, et bien tu vas le payer." Et c'est vrai. Les statistiques disent que Sarko a perdu à cause des Musulmans qui ont voté en masse contre lui pour se venger de ce qu'il a fait subir à la communauté musulmane à la fin de son mandat."
"A partir d'aujourd'hui, les prochains candidats à l'élection présidentielle n'oseront plus vomir sur les Musulmans, parce que Sarko s'est pris une claque à cause des Musulmans. Ils vont réfléchir. Rien que ça, ça nous suffit. Même si Hollande est pire, ce n'était pas mon objectif. Mon objectif était de prouver aux hommes politiques qu'on existe, et que nous sommes devenus un lobby politique, une communauté politique. Nous sommes devenus un vote communautaire."
[28:24]
"Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la loi infâme, la loi du 15 mars 2004, une loi qui interdit le port du foulard. ça fait dix ans. En dix ans on a fait quoi ? C'est toi le problème qui n'aime pas ta religion ! Si tu l'aimais, tu te bougerais pour pouvoir la pratiquer en toute dignité. Vous ne faites rien, et vous ne voulez rien faire, et quand on vous dit ce qu'il faut faire, vous dîtes non. Ce sont bien les députés qui ont voté la loi du 15 mars 2004, non ? Un député c'est quelqu'un qui représente une cirsconscription, un nombre d'habitants.
Votez ! Faites pression sur vos députés, communiquez avec vos députés, ce sont des êtres humains influençables, influencez-les pour qu'ils l'abolissent !"
"Allez voter, mes Soeurs, si vous ne portez pas le voile mettez-en un ce jour là. Et celles qui en portent un, mettez-en deux. Parce qu'ils notent. 453 femmes voilées ont voté. C'est la réalité."
[44:15]

Hassan Iquioussen nous décrit les pressions et les manipulations exercées sur les municipalités. Le vote musulman est une arme utilisée par le prédicateur pour faire pression sur les maires afin qu'ils cèdent aux revendications islamiques. Il ne précise pas lesquelles, mais on peut imaginer que cela doit concerner la cession de terrains pour construire des Mosquées, la mise en place de repas spéciaux dans les cantines scolaires, etc... Nicolas Sarkozy et François Hollande sont par ailleurs clairement désignés comme ennemis des Musulmans, car ils ne veulent pas abolir la loi "infâme" du 15 mars 2004 interdisant le port du voile islamique à l'école.

Autre invité de marque, membre fondateur de l'UOIF, Abdallah Ben Mansour, véritable militant de l'Islam politique qui explique par exemple aux Musulmans de la Mosquée des Étangs d’Aulnay-sous-Bois : « Heureusement que les Musulmans veulent appliquer la Charia ! Les Français sont en retard de quinze siècles sur l’Islam ! ». Il déclarait dans une conférence au Bourget le 31 mars 2013 que : « Les Musulmans ont construit la France et sont l’avenir de l’Humanité ». Dans cette conférence, Ben Mansour explique que les Musulmans ont tout inventé : hôpitaux, médecine, mathématiques, la SPA, calcul intégral, etc... Ils sont les êtres supérieurs, appelés à prendre le contrôle de l'Humanité dans un proche avenir, un véritable totalitarisme sous la Charia.

Abdallah Ben Mansour est également un activiste politique. Dans les Mosquées de France, il développe une propagande antisioniste pro-palestinienne.

Le 8 novembre 2013, Abdallah Ben Mansour est invité à Béthune par l'AMAB, avec pour principal auditeur venu l'écouter, le député-maire Stéphane Saint-André (hard-copy)

Un court extrait de la conférence d'Abdallah Ben Mansour à Béthune du 8 novembre 2013 :
"On se pose la question de l'identité parce que l'horizon n'est pas tout à fait clair. Si vous entendez le discours d'une partie de la droite et de l'extrême-droite, la France serait en train de perdre son âme. Parce que, ce qui est écrit derrière les lignes et que Marine Le Pen dit clairement, c'est qu'il y a une population un peu basanée, un peu louche, un peu étrangère qui est en train de se sédentariser dans ce pays.
Mais en réalité, on a inventé une France qui n'a jamais existé. On a inventé la France gauloise blonde. Les français n'ont jamais été blonds. Les français ont toujours été bruns, les vrais français, que se soit les germaniques, les vrais francs, ou les trois quarts de la France. Les blonds aux yeux verts ce sont des vikings qui venaient du nord.
Mais on a inventé dans notre Histoire, dans notre patrimoine, que se serait le prototype de la France. Donc Chirac en réalité ne serait pas français, Sarkozy encore moins. Manuel Valls, naturalisé il y a une vingtaine d'années, ne peut pas être français. On a inventé une France virtuelle, et comme on commence à découvrir la visibilité de l'Islam avec les Musulmans, qui ont toujours été présents en France, mais ils sont devenus visibles. Avec la visibilité, on a commencé à voir que ce portrait-robot ne correspond pas au portrait virtuel que nous avons."
[4:48]

La population française, depuis près de 2000 ans, et jusqu'au début des années 1960 était relativement homogène, c'est-à-dire majoritairement de type blanc caucasien avec une culture chrétienne.
Les immigrations de masse extra-européennes (arabes, berbères, asiatiques, indiens, africains sub-saharien, etc...) ayant debuté dans les années 1950 et qui se sont intensifiées suite aux lois de regroupement familial des années 1970, ont accentué la "visibilité" de ces populations, d'autant que la composante musulmane, en voulant imposer son mode de vie (voile islamique, menus spéciaux dans les écoles laïques et républicaines, salles de prières sur le lieu de travail, problème de mixité homme/femme dans les hôpitaux, etc...) a pour résultat que effectivement, "la France est en train de perdre son âme", et c'est justement ce que ne veulent pas les français.
Pour Abdallah Ben Mansour, la France a toujours été un pays multi-ethnique, qui accueille depuis toujours des Musulmans, et doit donc accepter la visibilité de l'Islam, toute formulation de critiques sur les revendications islamiques est considérée comme un discours raciste d'extrême-droite.
Sans plus aucun repère, les français doivent s'orienter vers ce qui semble être le seule salut pour l'Humanité : l'Islam. Ce qui inclus bien évidemment de se conformer à la conception d'un état islamique sous la charia comme le prédicateur le mentionne dans ses sermons (réécoutez sa conférence à la Mosquée des Étangs d'Aulnay-sous-Bois). L'Islam est là pour donner des repères. C'est la Charia, qui en donnant ces repères, doit être imposée en France sur le long terme.

Pensez-vous qu'avec l'arrivée de la future Grande Mosquée dans le paysage béthunois, les Musulmans s'intègreront dans la société civile occidentale ?
Hassan Iquioussen, Youssef Al Qaradawi ou Abdallah Ben Mansour viendront-ils éduquer les jeunes Musulmans dans les salles de cours de l'école coranique du lieu de culte ?

"J'ai entendu là une belle leçon d'optimisme, une belle philosophie de vie, et pas seulement spirituelle, si on vous écoute, ça donne effectivement beaucoup d'espoir pour faire sa vie."
[01:17:17]
"Nous avons participé à une belle cérémonie lorsque nous avons posé la première pierre de la Mosquée."
[01:19:15]
Extraits du discours de remerciement du maire de la ville de Béthune Stéphane Saint-André, à la fin de la conférence d'Abdallah Ben Mansour le 8 novembre 2013

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 24 mai 2014

06/05/2014

Conférence de l’imam de la Mosquée de Cenon Mahmoud Doua, à Nantes :« l’Islam veut réformer le Christianisme et le Judaïsme »

Cenon est une ville de 22 000 habitants dans l'agglomération bordelaise. La région Aquitaine a vu se développer ces dernières décennies une forte présence musulmane, et la création de lieux de Culte islamiques. À Cenon, les Musulmans disposent d'une Mosquée dont l'imam est le prédicateur d'origine mauritanienne Mahmoud Doua. Mahmoud Doua est un membre de l'UOIF, la branche des Frères Musulmans en France, une organisation politique classée comme terroriste par le nouveau gouvernement égyptien depuis décembre 2013.

Mahmoud Doua est membre de la Fédération Musulmane de Gironde (FMG), association de promotion de l'Islam dans la région bordelaise, dont un de ses membres influents est Tareq Oubrou. Tareq Oubrou est également membre fondateur de l'UOIF, il a participé au rassemblement annuel des Musulmans du Bourget de l'UOIF en 2013, en compagnie de prédicateurs antisémites venant du monde musulman.

La FMG est à l'origine, avec l'aide de la participation active du maire UMP Alain Juppé, du projet de construction d'un immense complexe islamique pouvant accueillir sur un terrain de 7000 m², 3500 Fidèles, la Grande Mosquée de Bordeaux.

Le projet de la Grande Mosquée de Bordeaux, à l'initiative de Alain Juppé, pourra accueillir 3500 Fidèles Musulmans

Pour réunir les fonds nécessaires afin de financer le centre culturel Musulman dont le coût est estimé à 20 millions d'euros, Mahmoud Doua compte sur l'appui de puissances étrangères, l'Azerbaïdjan et le Qatar.
Une ingérence qui aura des conséquences sur l'enseignement de l'Islam dispensé dans le lieu de Culte, qui aura peu de chance d'être compatible avec les fondements et les valeurs de la république française, vu les régimes idéologiques islamiques gouvernant ces pays.

La création d'un tel complexe islamique dénaturera l'identité culturelle de la ville, avec la création d'un environnement proche d'une société islamique, avec création de restaurants halal (boucheries, kebabs, pizzeria, etc...), la mort des commerces traditionnels dans les quartiers environnants, la transformation du paysage par les femmes voilées en hijab et l'implantation progressive de l'idéologie totalitaire des Frères Musulmans : la Charia islamique.
Face à cette réalité se profilant, des manifestations sont organisées pour empêcher la construction du lieu de Culte, comme celle du 8 février 2014, à l'initiative du Front National et de collectifs de défense de la laïcité.


Manifestation contre le projet de la Grande Mosquée de Bordeaux le 8 février 2014

De fait, Mahmoud Doua défend les principes islamiques édictés dans le Coran, en particulier le port du voile islamique qui doit êtré porté sans contraintes en tous lieux. Le 7 avril 2010, dans un débat télévisé "face aux français" et contre Marine Le Pen, Mahmoud Doua sous-entend qu'il s'est battu contre la loi qui interdit le port du voile islamique à l'école.

l'imam de la Mosquée de Cenon Mahmoud Doua, opposé à l'interdiction du port du voile islamique dans les écoles, et de la Burqa dans l'espace public.

Il est également opposé à la loi qui interdit la Burqua et le niqab (voile couvrant l'intégralité du corps y compris le visage) dans la rue, dans l'émission "c'est dans l'air" de Yves Calvi avec Caroline Fourest, il explique :
"Sur le plan des libertés individuelles, pas sur les interprétations religieuses, je respecterai et défendrai ces femmes au nom d'un principe essentiel de notre république qui est la liberté individuelle."
[01:25]

Par ailleurs, dans l'émission de France 2 "Face aux français" du 2 mars 2011, Mahmoud Doua nie l’existence de persécutions antichrétiennes en Orient.
"Je ne peux pas laisser passer certaines informations, parce que vraiment, c'est de la désinformation. Parler de la répression de minorités chrétiennes en Orient, c'est de la désinformation. Je vais vous dire une chose : la presse vient de révéler que les manifestants en Égypte demandent le procès du ministre de l'Intérieur, parce que c'est lui qui est l'auteur des attentats à Alexandrie."
"Arrêtez de parler de la répression des minorités chrétiennes en Orient, parce qu'elle a été entretenue par les pouvoirs en place pour semer la division confessionnelle."

Mahmoud Doua dispense ses enseignements dans les Mosquées de France, affiche de promotion où il donne une conférence à Rouen le 21 novembre 2009 pour l'association islamique l'Union des Musulmans de Rouen (UMR), des islamistes fondamentalistes

Mahmoud Doua est par ailleurs régulièrement invité par les associations islamiques de France pour y précher la "Bonne Parole". Dans une conférence donnée à Nantes dans le cadre des "vendredis du savoir", une association affiliée à l'UOIF, l'imam revient sur la persécution des Chrétiens d'Orient :
"Le statut du non-musulman, les détracteurs de l'Islam les appelle le "dhimmi", un citoyen de seconde zone. Alors que ce n'est pas vrai. Il est sous la protection de Dieu et de son Prophète, parce qu'il est minoritaire. Et l'Islam tient à respecter sa culture et sa religion, de la protéger. Le Prophète dit que celui qui ne respecte pas les droits des dhimmis, il serait son avocat le Jour du Jugement dernier. Les Chrétiens et les Juifs opprimés par leur spécificité religieuse ?
On me dit que j'ai nié le massacre des Chrétiens en Orient dans une émission. Ce n'est pas ce que j'ai dit. J'ai dit que c'est de la propagande et de la désinformation le fait de parler de Chrétiens d'Orient opprimés. Je n'ai pas dit qu'ils ne sont pas opprimés, cela n'a jamais été au nom de l'Islam, même si les gens le font au nom de l'Islam, ce sont des gouvernements en place, surtout en Égypte, aujourd'hui, dans le procès du ministre de l'Intérieur l'a reconnu : les attentats d'Alexandrie ont été commis par les services de renseignements égyptiens pour provoquer les tensions intercommunautaires entre les Coptes et les Musulmans.

Relisez l'Histoire, comment les Chrétiens vivaient en paix, protégés dans leurs pratiques religieuses. Les minorités chrétiennes que l'on retrouve aujourd'hui en Orient, on ne les retrouve pas en Occident. Le seul endroit où on parle encore la langue de Jésus, l'araméen, c'est dans le monde Musulman, en Syrie. Qu'on arrête de dire que les Chrétiens sont opprimés dans le monde Musulman !"
[18:30]
Conférence de Mahmoud Doua pour l'association islamique nantaise les "vendredis du savoir" (hard-copy)

Pour Mahmoud Doua, l'Islam a été un havre de paix pour les minorités religieuses tout au cours de l'Histoire et ne pourrait donc pas être à l'origine de l'oppression qu subissent les Chrétiens d'Orient actuellement.
Pour justifier son argumentaire, le prédicateur explique que les seules minorités qui parlent encore la langue de Jésus, l'araméen, vivent dans le monde Musulman et pas dans le monde occidental.
Mahmoud Doua oublie de préciser que ces minorités chrétiennes originaires de Syrie, d'Irak, de Turquie, etc... étaient implémentées dans ces régions bien avant l'arrivée de l'Islam et de ses conquérants, et n'ont jamais vécues en Occident. Elles vivent sur leur terre originelle, il est donc normal qu'on ne les trouve pas en Europe.
Faux argument pour masquer la vérité sur l'Islam, car ce que ne dit pas Mahmoud Doua, c'est que ce qui était majorité s'est transformé en minorité, vaincues par les conquérants Musulmans, les minorités Chrétiennes ont vécu sous la Charia, avec un statut spécialement crée pour eux, le statut de "dhimmi" ayant pour base législative un verset du Coran :
"Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humiliés."
Le Coran 9:29

Les Chrétiens et les Juifs devaient signer un traité de reddition, la "capitation après s'être humiliés". La formulation la plus célèbre de ce traité est le pacte du Calife Ommar, promulgué au VIIIème siècle qui régit législativement le statut de dhimmi, signé de manière unilatérale et sans compromis entre les conquérants Musulmans et les minorités vaincues.

Parmi les mesures humiliantes auxquelles devaient se soumettre les dhimmis en terre d'Islam spécifiées dans le pacte d'Ommar, on peut noter :
- Nous ne construirons plus dans nos villes et dans leurs environs, ni couvents, ni églises, ni cellules de moines, ni ermitages. Nous ne réparerons point, ni de jour ni de nuit, ceux de ces édifices qui tomberaient en ruine, ou qui seraient situés dans les quartiers musulmans.
- Nous tiendrons nos portes grandes ouvertes aux passants et aux voyageurs. Nous donnerons l'hospitalité à tous les Musulmans qui passeront chez nous et les hébergerons durant trois jours.
- Nous serons pleins de respect envers les Musulmans. Nous nous lèverons de nos sièges lorsqu'ils voudront s'asseoir.
- Nous ne chercherons point à leur ressembler, sous le rapport des vêtements, par la calotte, le turban ou les chaussures, ou par la manière de peigner nos cheveux.
- Nous ne ferons point usage de leur parler; nous ne prendrons pas leurs noms.
- Nous ne monterons point sur des selles.
- Nous ne ceindrons pas l'épée. Nous ne détiendrons aucune espèce d'arme et n'en porterons point sur nous.
- Nous ne ferons point graver nos cachets en caractères arabes. - Nous ne vendrons point de boissons fermentées.
- Nous nous tondrons le devant de la tête.
- Nous nous habillerons toujours de la même manière, en quelque endroit que nous soyons; nous nous serrerons la taille avec une ceinture spéciale.
- Nous ne ferons point paraître nos croix et nos livres sur les chemins fréquentés par les Musulmans et dans leurs marchés.
- Nous ne sonnerons la cloche dans nos églises que très doucement.
- Nous n'y élèverons pas la voix en présence des Musulmans.
- Nous ne ferons pas les processions publiques du dimanche des Rameaux et de Pâques.
- Nous n'élèverons pas la voix en accompagnant nos morts.
- Nous ne prierons pas à voix haute sur les chemins fréquentés par les Musulmans et dans leurs marchés.
- Nous n'enterrerons point nos morts dans le voisinage des Musulmans.

etc...

On voit que le prix de la "protection" des minorités religieuses, encensée par Mahmoud Doua, coûte assez cher et restreint sensiblement leurs libertés individuelles. Ces mesures ont généré tout au long de l'Histoire, persécutions, humiliations par la soumission sous plusieurs formes.
La plus répandue, l'esclavage. Ceux qui refusaient de se soumettre ou de se convertir étaient exécutés ou réduits en esclavage. Quantités d'ouvrages d'historiens relatent la traite esclavagiste par les arabo-musulmans et les ottomans. On pourra se référer entre autres, aux ouvrages "Esclaves Chrétiens, maîtres Musulmans" de Robert Davis, "le génocide voilé" de Tidiane N'Diaye, ou encore "Captifs en Barbarie : L'histoire extrordinaire des esclaves européens en terre d'Islam" de Gilles Milton.

Les califats ottomans, tout aussi fanatisés par l'Islam que les dynasties Arabes, ont instauré pendant plusieurs siècles en plus du statut de dhimmi, le "devshirmé" : tous les ans, dans l'empire ottoman, les familles chrétiennes sont rassemblées sur la place des villages, et des enfants chrétiens sont retirés à leur parents pour former le principal corps de troupe de l'armée de fantassins, les Janissaires.
Élevés, fanatisés à l'aide du Coran et rompus aux techniques de combat, ils deviennent de véritables machines de guerre incorporés dans le Jihad islamique, oubliant toutes leurs références chrétiennes.
Pendant le siège de Malte en 1565, les ottomans qui tentèrent durant plusieurs mois de s'emparer de l'île, présentaient en première ligne pour donner l'assaut aux fortifications, des milliers de Janissaires.

Enfants-esclaves Chrétiens enlevés à leur famille puis formés à l'aide du Coran afin d'intégrer le corps d'élite de l'armée ottomane pour le Jihad islamique : les Janissaires (illustration : troupes janissaires du XVIIème siècle)

On peut se référer au livre de Bat Ye'or "Les chrétientés d'Orient : entre Jihad et dhimmitude", qui regroupe quantités de témoignages historiques, de lettres, de documents provenant de voyageurs, de prêtres, de califes, d'historiens Arabes, Chrétiens, Juifs ou Musulmans, ou d'ambassadeurs en terre d'Islam rendant compte de la difficulté de la vie des Juifs et des Chrétiens sous le statut de dhimmi sur des périodes couvrant plusieurs siècles.
Pour simple exemple, parmi des centaines de reproductions de documents reportés en annexe de l'ouvrage de Bat Ye'or, on peut noter un extrait d'une lettre, issue de documents de la diplomatie britannique, du colonel Hugh Rose adressée à l'ambassadeur Stratford Canning à Constantinople, rendant compte d'insurrections survenues à Alep (Syrie) en 1850 :
"La nuit ayant laissé le champ libre aux insurgés, pour commettre toutes sortes d'atrocités dans le quartier chrétien, Karim Pasha, fit le matin, ce qu'il appela une "manifestation militaire", c'est-à-dire qu'il fit défiler ses troupes et ses canons au son de la fanfare autour du quartier, où en plein jour les émeutiers brûlaient et pillaient les Églises, assassinaient les gens du clergé et les laïques, violaient les femmes chrétiennes en présence de leurs parents les plus proches et les plus chers."
Diplomatie britannique - FO 78/836 (n°47)

Les diplomates britanniques - l'officier Hugh Rose (à gauche) correspondant en Syrie, et l'ambassadeur Stratford Canning (à droite) à Constantinople capitale de l'empire ottoman, témoins historiques de l'oppression des minorités chrétiennes en Orient au XIXème Siècle

Mahmoud Doua déploie sa propagande devant son public de fidèles Musulmans en masquant la vérité sur ces persécutions, par la théorie du complot : il accuse le régime égyptien de Moubarak d'avoir fomenté les attentats contre les Coptes d'Égypte dans une église d'Alexandrie ayant fait 21 morts le premier janvier 2011 pour créer des tensions et provoquer la guerre. Même si peut-être, le gouvernement n'est pas entièrement innocent sur cet acte terroriste, cela reste évidemment à prouver, il n'en reste pas moins que Mahmoud Doua utilise ce fait pour masquer la réalité des persécutions des Coptes dans tout le pays.
Les Coptes d'Égypte ont toujours été la proie de discriminations, de persécutions, que se soit sous l'ère Moubarak ou sur des périodes antérieures. Ils sont réduits en esclavage ou au statut de dhimmi pendant des siècles par les Musulmans, jusqu'à l'arrivée de Napoléon qui par sa campagne impérialiste en Égypte de 1798-1801, abolira ce statut infamant de sous-citoyen, et promulguera même un général Copte à la tête des armées égyptiennes, Al-Jawhari, ce qui ne s'était jusqu'alors jamais produit sous domination musulmane.

"J’ai reçu, Citoyen, la lettre que m’a écrite la nation copte. Je me ferai toujours un plaisir de la protéger. Désormais elle ne sera plus avilie, et, lorsque les circonstances le permettront, ce que je prévois ne pas être éloigné, je lui accorderai le droit d’exercer son culte publiquement, comme il est d’usage en Europe, en suivant chacun sa croyance.
Je punirai sévèrement les villages qui, dans les différentes révoltes, ont assassiné des Coptes. Dès aujourd’hui vous pourrez leur annoncer que je leur permets de porter des armes, de monter sur des mules ou des chevaux, de porter des turbans et de s’habiller à la manière qui peut leur convenir."

extrait de la lettre de Napoléon (illustration de droite) adressée au premier Intendant général Copte Mu’allem Jirjis Al-Jawhari (illustration de gauche), le 7 décembre 1798, abolissant le statut de dhimmi en Égypte

Malgré l'abolition de ce satut, les Coptes en tant que minorités n'ont pu conserver une égalité de droits avec les Musulmans, tant que l'Égypte est restée sous l'influence occidentale. Après le départ des français, puis des anglais en 1952, les coptes sont de nouveau régulièrement victimes de brimades et de discriminations. On ne peut, dans cet article, énumérer tous les actes anti-coptes, juste quelques faits.

On peut noter l'interdiction de l'élevage de porcs dans tout le pays depuis mai 2009 sous prétexte de contamination par la grippe porcine (qui n'affecte l'homme que dans des cas très rares), un prétexte fallacieux, la réalité est que les cheptels de porcs, animaux jugés impurs par les instances musulmanes, ne doivent plus être élevés en terre d'Islam.
Les Coptes, véritables natifs d'Égypte et descendants de la civilisation des Pharaons ("copte" veut dire "égyptien") n'ont plus le droit d'élever de porcs dans leur propre pays, soumis aux préceptes de la Charia.

Funérailles de Mary Sameh George, jeune fille Copte de 25 ans poignardée à seize reprise et étranglée à mort le 29 mars 2014 par un Musulman lors d'une manifestation de la confrérie des Frères Musulmans.

Le 18 janvier 2013, le village Copte d'el-Marashda est attaqué par un millier de Musulmans pro-Morsi

Pendant l'été 2013, avec la confrérie des Frères Musulmans au pouvoir, on dénote plus d'une soixantaine d'églises brûlées ou vandalisées par les Musulmans sur le territoire égyptien.

à Alexandrie :
- L’église d’Abouna Maximos | Tentative d’attaque (Jet de pierres)
- L’église de St Georges | Bakos | Tentative d’attaque (Jet de pierres)

à Arish :
- L’église Saint Georges | Brulée

à Assiut :
- Monastère du bon berger | Religieuses attaquées

- L’église de l’Archange Michel | Encerclée
- L’église St Georges | Brûlée
- L’église Al-Eslah | Brûlée
- L’église Adventiste | Le pasteur et sa femme ont été kidnappés, mais ont réussi à s’échapper

- L’église Sainte Thérèse | Brûlée

- L’église des Apôtres | Brûlée

- L’église de la Sainte Renaissance | Brûlée

- L’église de Saint Jean | Brûlée

- Le diocèse Copte Orthodoxe | Abu Tig | Assiégé

- Le diocèse de Saint Jean | Qusiya | Attaqué (pierres)

- Maisons de coptes dans la rue Kolta | Attaquées

- Boutique de ventes de Bibles et de livres liturgiques, rue Al Gomoherya | Brûlée

 

L'église Saint-Moïse à Minya incendiée par les Musulmans pro-Morsi

L'Église Al-Anba Mousa de Minya après son incendie en août 2013

à Beni Suef :
- La basilique Sainte Fatima | Heliopolis | Tentatives d’attaque

- L’église de la Vierge Marie | Hakim Village | Brûlée

à Fayoum :
- L’église Sainte Demiana | Pillée et brûlée
- L’église Evangélique | al-Zorby Village | Pillée et détruite
- L’église Franciscaine | Brûlée
- Deux boutiques de ventes de Bibles | Brûlée

à Gharbiya :
- Le Diocese de St Paul | Brûlée

à Giza :
- L’évechée d’Atfeeh | Pillée

- L’église de l’Archange Michel | Kerdasa | Brûlée

- L’église de la Vierge Marie | Assiégée

à Minya :
- L’église de Delga | Attaquée
- L’église des Pères Jésuites | Abu Hilal

- L’église Saint Marc | Abu Hilal

Les restes calcinés du couvent Saint-Joseph à Minya


L’Église El Amir Tadros (St Theodore) brûlée à Minya

- L’église Evangelique
- L’église Anba Moussa al-Aswad

- L’église Apostolique

- L’église du Salut des Ames | Brûlée

- L’église Saint Jean | Brûlée
- L’école Copte Secondaire pour garçons | Brûlée

- Le refuge des soldats du Christ |

- Le Diocese de Mallawi | Tentatives d’attaques (coups de feu, molotovs, et jets de pierres)

à Qena :
- L’église Saint Marie | Tentative de brûlée l’église

à Sohag :
- Eglise Saint Georges – brûlée

- Eglise Sainte Demiana – attaquée puis brûlée
- Eglise Sainte Vierge Marie – brûlée

- Eglise Saint Marc et le Centre communautaire lui appartenant – brûlés

- Eglise Anba Abraham – détruite puis brûlée

à Suez :
- L’église anglicane des Saints Sauveurs

- L’école fransiscane et l’école fransiscane - brûlées

- L’hôpital et le monastère du Saint Pasteur – brûlés

- L’église du Bon Pasteur – jets de cocktails molotovs
- L’église grecque orthodoxe – brûlée

- Les institutions chrétiennes – toutes incendiées
- Maison du prêtre Abouna Angelos (Prêtre de l’église de la Sainte Vierge et d’Anba Abraham) – incendiée

- Propriétés et maisons de coptes – brûlées

- 18 maisons coptes – brûlées
- Le siège de l’association copte YMCA – brûlée

- Bureau de la fondation évangélique & Oum El Nour – brûlées

à Louxor :
- Boutiques appartenant à des coptes | Brûlées
- Pharmacies appartenant à des coptes | Brûlées

- Hôtels appartenant à des coptes | Attaquées et pillées

Les persécutions ne se résument pas à la seule Égypte évidemment, les minorités chrétiennes (les minorités juives, ont quant à elles, pratiquement disparu) sont victimes de discriminations dans tout le monde Musulman.

En Indonésie, "Jésus est un porc ! L'islam vaincra." Ces graffitis s'étalent sur les murs des maisons, les carcasses calcinées des églises de Ternate. Cette petite île du nord des Moluques, qui abritait il y a quelques mois chrétiens et musulmans, est désormais « blanche », c'est-à-dire musulmane. Le cinéma, les bars, karaokés et discothèques ont été brûlés ou ont fermé. On ne circule plus à l'heure de la prière. Il ne reste pas une église debout.

En Indonésie, mille enfants catholiques de Timor Est, enlevés à leur famille en 1999, sont retenus par la force en Indonésie, convertis à l’islam, instruits dans des collèges islamiques et nationalisés.

À Homs en Syrie le 7 avril 2014, le prêtre jésuite Frans Van Der Lugt abattu dans son monastère, les Chrétiens ont évacué la ville, de 60 000 avant la guerre, ils ne sont plus qu'une trentaine.

persécutions des Chrétiens au Maroc, pays où il est interdit de faire du prosélytisme chrétien, toute tentative de convertir un Musulman au Christianisme est passible de prison. Les Chrétiens sont continuellement discriminés dans la société marocaine.

Le 25 mai 2009 en Algérie, six jeunes algériens convertis au Christianisme sont condamnés à deux ans de prison ferme pour exercice illégal d'un culte non musulman, dont Habiba Kouider, qui "corrompait les âmes musulmanes" en ayant commis le crime de posséder quelques Bibles dans son sac.
La répression de la minorité chrétienne est constante en Algérie.

persécutions des Chrétiens dans la bande de Gaza : Rami Ayyad, Chrétien palestinien torturé et assassiné à Gaza, sa librairie chrétienne dynamitée

persécutions des Chrétiens du Kosovo, aujourd’hui minoritaires et parqués dans des enclaves de la région qui constituait historiquement le berceau de leur culture serbe chrétienne orthodoxe, par les Musulmans Albanais et avec la complicité des instances internationales.

persécutions des Chrétiens en Syrie, édifiant et monstrueux.

en mars 2013, les habitants du village chrétien d'Al-Duvair en Syrie sont entièrement massacrés, dont femmes et enfants, par les rebelles syriens de l'Armée Syrienne Libre (ASL) ayant prêtés allégeance à Al-Qaïda.

Les Chrétiens sont de nouveau soumis à la législation du statut de dhimmi (voir le pacte d'ommar ci-dessus) dans une partie de l'Irak et de la Syrie, dans une région où s'est instaurée un nouveau Califat crée par des factions musulmanes (État Islamique en Iraq et au Levant : ISIS). Les Chrétiens doivent s'acquitter d'un impôt (Jizya) s'ils veulent rester en vie.

chaque année, en moyenne mille jeunes filles chrétiennes et hindoues mariées de force et converties à l'Islam au Pakistan.


en mars 2013, des Musulmans ont incendié plus de cent maisons chrétiennes dans l'est du Pakistan

Ce n'est là qu'un aperçu des persécutions subies par ces minorités dans les différents pays africains, du moyen-orient et asiatiques (Soudan, Nigéria, Mali, Arabie Saoudite, Qatar, Indonésie, etc..).

 

Mahmoud Doua, imam de la Mosquée de Cenon :"J'ai dit que c'est de la propagande et de la désinformation le fait de parler de Chrétiens d'Orient opprimés....Qu'on arrête de dire que les Chrétiens sont opprimés dans le monde Musulman !"

En diffusant dans les média que l'Islam est "Paix et Tolérance", l'objectif de Mahmoud Doua est de ne pas éveiller les consciences et laisser le totalitarisme islamique inoculer lentement la civilisation occidentale pour l'islamiser. Le prédicateur nous montre la vision globalisante de l'Islam dans la suite de sa conférence donnée à Nantes :


"L'Islam veut réformer le Christianisme et le Judaïsme, et quand vous lisez les message antérieurs, il n'y a pas de ruptures d'intégration de ce patrimoine religieux dans le Coran, donc une reconnaissance de la Thorah et de l'Évangile au singulier [Note] l'Islam ne reconnaît pas le Nouveau Testament comme texte religieux, mais uniquement l'Évangile au singulier, un texte qui se serait perdu et intégré de manière déformée dans le Nouveau Testament par des falsificateurs]
[21:09]

"L'Islam est une réforme du Christianisme et du Judaïsme, c'est comme ça qu'il faut le présenter. Comment expliquez-vous le nombre de Chrétiens et de Juifs qui se convertissent à l'Islam ?"
[40:45]

"Le péché originel est un dogme fondamental du Christianisme. La notion de péché originel n'existe pas chez les Musulmans. Il y a la Croyance naturelle, il y a la bonté originelle tout simplement.
Quand on dit ça à une mentalité chrétienne, ils sont subjugués à ce que nous sommes nés Croyants. Une fois, j'ai reçu dans ma permanence une convertie. Pourquoi ? Parce qu'il y avait un prêtre qui a refusé de baptiser son fils qui était en train de mourir. Quand elle a su que dans l'Islam, il n'y a pas de Baptême, et que les portes de la miséricorde sont ouvertes à tous, et que l'homme est naturellement croyant, c'est quand même une approche tout à fait originelle pour les Chrétiens."

[46:34]

"Le récit de Adam et Ève : dans le récit biblique, c'est Ève qui a commis la faute, et qui a poussé Adam après. Mais dans une société qui a combattu pour l'égalité entre l'homme et la femme, c'est une approche misogyne, sexiste du récit d'Adam.
Dans le Coran, on ne dit pas ça. Adam et Ève ont commis une faute tous les deux, tous les deux sont responsables. Parce que quand on dit que c'est Ève, c'est un peu la tentation féminine, la femme tentatrice dans la mentalité occidentale. Malheureusement, nous dans l'Islam, nous gardons encore ce mythe chrétien sans le savoir."
[47:35]
Conférence de Mahmoud Doua pour l'association islamique nantaise les "vendredis du savoir" (hard-copy)

Mahmoud Doua nous décrit le totalitarisme islamique : chaque être humain naît Croyant Musulman, c'est sa nature propre, il n'a pas le choix, il doit donc reconnaître l'Islam comme seule Religion et se soumettre à ses principes. Le Judaïsme et le Christianisme ne sont que des sous-produits falsifiés de l'Islam. Le Prophète Mohamed est venu réformer le Christianisme, doctrine "misogyne et sexiste", qui doit s'effacer devant la grandeur des enseignements de la vraie religion, l'Islam.
L'exégèse de la Bible de Mahmoud Doua pour décrédibiliser le Christianisme devant ses Fidèles est discutable. Ève a été trompée par le serpent pour mordre dans le fruit défendu, elle a ensuite détourné Adam, mais Adam qui connaissait l'interdiction, n'a rien fait pour l'en dissuader, et a commis le péché : il est donc tout aussi responsable. D'ailleurs, Dieu punit à la fois Adam et Ève.
Mahmoud Doua veut faire croire que le Christianisme et la pensée occidentale sont à l'origine du mythe de "la femme tentatrice". Il devrait se plonger dans le Coran et en particulier sur la sourate IV dédiée aux femmes (An-Nisa), où le Prophète Mohamed enseigne aux hommes comment ils doivent traiter leurs femmes, quelques extraits :

« Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs bien. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand ! »
Le Coran – An-Nisa (les femmes) 4:34

« Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou des esclaves que vous possédez. »
Le Coran – An-Nisa (les femmes) 4:3

« Voici ce qu’Allah vous enjoint au sujet de vos enfants : au fils, une part équivalente à celle de deux filles. »
Le Coran – An-Nisa (les femmes) 4:11

« Et quiconque parmi vous n’a pas les moyens pour épouser des femmes libres (non esclaves) croyantes, eh bien (il peut épouser) une femme parmi celles de vos esclaves croyantes. »
Le Coran – An-Nisa (les femmes) 4:25

"Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu'elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu'elles ne montrent leurs atours qu'à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs soeurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu'elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes."
Le Coran – An-Nur (la lumière) 24:31

Dans le Coran, les femmes sont asservies à l'homme.
Elles lui doivent obéissance, sinon, il est permis de les frapper.
Un homme peut épouser jusqu'à quatre femmes, voire également ses esclaves (vous avez bien lu !).
La femme vaut la moitié d'un homme dans le cadre de l'héritage.

Il est intéressant de constater comment Mahmoud Doua applique une technique de renversement de situation : C'est l'Occident Chrétien, où les femmes sont libres de diriger des pays, de vivre leur célibat, de s'habiller légèrement, qui serait sexiste et misogyne, et c'est l'Islam qui cache ses femmes derrière un voile, un hijab ou une burqa, sous tutorat du mari ou de la famille dans la plupart des pays Musulmans, qui serait Terre de liberté féminine !

Pour résumer la pensée de l'imam Mahmoud Doua, l'Occident Chrétien "misogyne et sexiste" doit suivre l'Islam, modèle parfait de libération de la femme.

Les habitants de la ville de Bordeaux suivront-ils cette voie, dans l'édification d'une société islamique, lorsque la Grande Mosquée sera construite ?

 

"Le Califat est une obligation, tant que les Musulmans ne sont pas réunis autour du Califat, ils sont des pécheurs, sauf ceux qui oeuvrent pour instaurer ce Califat"
"La vraie politique du Musulman c’est de pratiquer son Islam, de le manifester, la politique des Musulmans c’est pas la politique des autres, la politique des autres est construite sur le mensonge."
Sermon de Tareq Oubrou devant les Fidèles Musulmans dans les années 1990

L'islamiste proche des Frères Musulmans Tareq Oubrou décoré de la Légion d'Honneur par le maire UMP Alain Juppé le 6 février 2014

"Votre personnalité cher Tareq Oubrou est d'une grande richesse, vos talents sont multiples, imam, théologien, intellectuel, homme de tribune, acteur associatif, tellement impliqué dans la vie de notre cité, à la fois pasteur, docteur, citoyen."
[01:20]
Discours du maire UMP de Bordeaux Alain Juppé, pendant la remise de la Légion d'Honneur à Tareq Oubrou, grand imam de Bordeaux, le 6 février 2014

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 6 mai 2014

09/12/2013

L’imam Mohamed François de la Grande Mosquée de Joué-Lès-Tours interdit aux Musulmans de célébrer les fêtes de fin d’année

La ville de Joué-Lès-Tours, 36 000 habitants en Indre-et-Loire (37) dans la région Centre, située juste au sud de la ville de Tours, accueille une forte communauté Musulmane.

Mohamed François est un français qui a renié la Parole du Christ, la culture et les valeurs de la civilisation occidentale pour se convertir à l'Islam en 1989. Il s'inscrit en 1992 à l'IESH de Château-Chinon, une école coranique de l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), où il apprend l'arabe avec le cheikh algérien Abdelhamid Bouzouina, ainsi que les sciences islamiques.
L’UOIF possède une soixante d’associations directement affiliées et plus de cent cinquante associations gérant les lieux de culte en France et est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia.

Mohamed François est donc un pur produit issu des écoles d'endoctrinement de l'UOIF. Il est aujourd'hui imam de la Grande Mosquée de Joué-Lès-Tours, et tient le site internet http://www.icm37.fr (Information Culte Musulman), une chaîne Youtube de ses vidéoconférences dans la Mosquée, une page Facebook officielle du site information Culte musulman, et une page Facebook de la Mosquée.

La Grande Mosquée de Joué-Lès-Tours


Mohamed François, imam de la Grande Mosquée de Joué-Lès-Tours

Que diffuse l'imam Mohamed François à ses fidèles Musulmans ? Un Islam de Fraternité, de Tolérance et d'Amour ? Ci-dessous, un extrait d'une prédication sur sa chaîne Youtube officielle à l'attention de tous les Musulmans concernant les fêtes de fin d'année, en gras italique ci-dessous :

"Le premier de l'an ne correspond en aucun cas à nos traditions religieuses. Sachez, et nous sommes là pour vous le rappeler, que le conseil de la fatwa dans les pays musulmans avec à sa tête un grand nombres de savants éminents, ont bien évidemment stipulé que la célébration d'une fête qui n'est pas la nôtre, fait de nous des innovateurs et fait de nous des gens qui appartiennent à une autre communauté.
Ce calendrier tel qu'il a été établi ne correspond même pas au calendrier chrétien.
Comment peux-tu oser fêter une fête qui n'est pas la tienne et qui ne correspond en rien à tes références religieuses ? Donc, Mon Frère, Ma Soeur, je te conseille ainsi qu'à moi-même la crainte d'Allah en ce 31 décembre, ne réveillonne pas, ne fas pas partie des gens qui célèbrent cette fête, par laquelle Dieu n'a fait descendre aucun texte, ni aucune preuve.
Donc en ce sens, le réveillon, même s'il n'est pas célébré en tant que tel, certains de nos Frères et certaines de nos Soeurs ont pour l'habitude de dire : "mais ce n'est pas grave, on se fait un repas entre amis, ou entre Soeurs, ou en famille, mais on ne veut pas fêter le premier de l'An."
Il n'empêche que si tu le fais le 31 décembre, cela signifie que chez toi, ce repas a un sens, et rappelez-vous la Parole du Prophète dans un hadith authentique : "Celui qui ajoute un enseignement à ce que nous lui avons transmis, et bien cet enseignement est à rejeter."
Donc, ne soit pas du nombre des innovateurs, et rappelle-toi qu'il y a trois fêtes : aïd-el-fitr, qui marque la fin du Ramadan, l'aïd oul afta, qui marque la fin du pélerinage et l'aïd oul aouzbour, la fête de la semaine. En dehors de ces trois fêtes aucune autre fête n'est légiférée en Islam, ceci est un rappel pour toi mon Frère et toi ma Soeur."
[...]
"Je répète : cette nuit ne nous appartient pas, cette célébration ne nous appartient pas. Les fêtes dans notre communauté elles sont connues, elles sont légiférées par le Coran et la Sunnah." Il convient de rappeler en tout premier lieu, que le Prophète nous a mis en garde de ne pas s'assimiler à des fêtes ou des traditions d'un autre peuple."
Mohamed François, imam de la Mosquée de Joué-Lès-Tours : "Qu'as-tu préparé pour ton réveillon ?" (hard-copy)

L'imam de la Mosquée de Joué-Lès-Tours Mohamed François demande aux Musulmans de ne pas participer aux fêtes autres que les fêtes musulmanes. Il ne s'agit plus d'écrire ensemble une Histoire commune, avec des Valeurs communes, afin de s'intégrer dans le creuset français, mais de se séparer de la communauté nationale, de rejeter les valeurs de l'Autre, le Mécréant.
Mohamed François provoque une dislocation de l'Identité Nationale, car le Musulman doit obéir à ce qui est "légiféré en Islam", des Lois différentes de celles de la République qui interdisent de participer aux fêtes autres que musulmanes, et de se mélanger à "un autre peuple".

Il y a donc le "peuple" français, et le "peuple" Musulman qu ne suivent pas les mêmes règles législatives, ne partagent pas les mêmes cultures et moeurs, pas la même identité. Un Message Fraternel ?

Mohamed François entretient par ailleurs des relations étroites avec des prédicateurs fondamentalistes.

On peut citer l'imam de la Mosquée d'Aubervilliers Hassen Bounamcha, reçu par Mohamed François le 30 mars 2013 à la Mosquée de Joué-Lès-Tours, (hard-copy).

-           

Hassen Bounamcha, imam de la Mosquée d'Aubervilliers, en conférence à la Mosquée de Joué-Lès-Tours le 30 mars 2013

Ce prédicateur dénonce la mixité sociale homme/femme qu'il considère comme une perversion, tient des propos à caractère homophobe, et encourage Le mariage forcé de jeunes filles, qui ne "doivent pas tomber amoureuse".(prèche à la Mosquée de Boulogne-Billancourt).

 

Le 24 mars 2012, le fondamentaliste Mehdi Kabi est accueilli par Mohamed François, à la Mosquée de Joué-Lès-Tours. Pour ce prédicateur radical qui arpente les plus Grandes Mosquées de France, les femmes sont responsables de tous les vices, (alcool, drogue, musique), celles qui se parfument sont des fornicatrices, les mangeurs de porcs sont sales et se comportent comme des porcs en offrant leur femme au plus offrant.

Une courte citation extraite d'une de ses conférences données à Joué-Lès-Tours ci-dessous :

-
"Allah nous dit également dans la sourate at-Tawbah :" Et les Croyants et les Croyantes sont des alliés les un les autres", et Allah nous dit également : "Et que les Croyants ne prennent pas comme alliés des Mécréants en dehors des Croyants".
[0:20:13]
Conférence du prédicateur Mehdi Kabir à la Grande Mosquée de Joué-Lès-Tours le 1er décembre 2012 (hard-copy)

On retrouve la vision et la doctrine bipolaire du Monde de Mehdi Kabir et de l'Islam: il y a les Croyants (Musulmans) et les Mécréants. Les Musulmans ne devant évidemment pas s'allier aux Mécréants. Un message de "Tolérance, d'Amour et de Paix" diffusé aux Musulmans de Joué-Lès-Tours ?

le 1er décembre 2012, Mehdi Kabir revient à Joué-Lès-Tours pour nous expliquer comment le Prophète Mohamed, modèle parfait pour tous les Musulmans, a lutté avec son armée de soldats pour conquérir son butin, et quels sont les risques encourus si les Musulmans refusent d'obéir à ses ordres, extrait en gras italique ci-dessous :

"Le jour de la bataille de qo'houd, et vous connaissez le récit de la bataille de quo'houd qui a été la conséquence de la défaite du Prophète et de ses compagnons. Quelle en a été la cause ?
Ce sont des archers que le Prophète a posé sur une montagne, il leur a dit de rester en place pour assurer l'arrière des armées, et ainsi de ne jamais changer de place, même s'ils voient que des oiseaux se posent sur des compagnons, c'est-à-dire, même s'ils voient que le butin est partagé et qu'ils ont déjà gagné. Ne bougez pas.

La bataille s'est déroulée, et les archers ont vu que les compagnons gagnaient et avaient la victoire et que le butin commençait déjà à être partagé, malheureusement, le chef des archers et les archers eux-mêmes ont décidé de descendre de la montagne.
Lorsqu'ils sont descendus de la montagne, l'ennemi est passé derrière l'armée, et le Prophète a été blessé, et des compagnons sont morts et ils ont perdu la bataille."
[0:57:55]

Conférence de Mehdi Kabir le 1er décembre 2012 à la Mosquée de Joué-Lès-Tours "J'ai mal à la fraternité"

Le Prophète Mohamed est un chef de guerre, un jihadiste qui impose par la force l'idéologie islamique. Comment se présente ce Modèle Parfait dans l'inconscient collectif Musulman ? Un chef de guerre à la tête d'une armée qui s'empare d'un butin, peut-il servir de modèle spirituel et de représentant d'une vraie religion de Tolérance, de Fraternité et de Paix ?

Autre prédicateur influent de la religion de "Paix et Tolérance" reçu à Joué-Lès-Tours le 26 novembre 2011 sur le théme "Sache que seul Allah mérite d'être adoré" (hard-copy), Nader Abou Anas, imam de la Mosquée du Bourget. Dans sa Mosquée, Nader Abou Anas interdit aux Musulmans d'écouter de la musique, de fêter la Saint-Valentin, les femmes doivent se voiler pour ne pas provoquer sexuellement les hommes, et il considère les Musulmans comme les "Supérieurs" qui ne doivent pas suivre les Chrétiens et les Juifs.

-       

L'imam de la Mosquée du Bourget Nader Abou Anas en conférence à la Grande Mosquée de Joué-Lès-Tours

Un discours modèle pour intégrer les Musulmans dans la société occidentale ? Quelle influence la doctrine de Nader Abou Anas a-t-elle sur de jeunes Musulmans voulant adhérer à ces principes ?

L'imam de la Mosquée de Brest, Rachid Houdeyfa est également régulièrement reçu par Mohamed François à la Grande Mosquée de Joué-Lès-Tours. (hard-copy)

-

L'imam de la Mosquée de Brest Rachid Houdeyfa (à droite), en conférence à la Mosquée de Joué-Lès-Tours

Pour ce prédicateur très charismatique, une femme doit obligatoirement porter le voile islamique car "ce qui donne le plus de la valeur à une femme, c'est son hijab". Une femme sans hijab est une femme sans valeur. Mesdames, si vous croisez Rachid Houdeyfa dans la rue et qu'il vous regarde d'un air méprisant, vous saurez pourquoi.

Hani Ramadan, frère de Tariq Ramadan, est également reçu à la Mosquée de Joué-Lès-Tours en 2012.
Hani Ramadan, petit-fils du fondateur de l’organisation politique des Frères Musulmans Hassan Al-Bannah (et frère de Tariq Ramadan), est le directeur du centre islamique de Genève en Suisse, un prédicateur qui tient des propos à caractère antisémite, n’hésitant pas à comparer les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles devant des centaines de Musulmans. Dans ses ouvrages et conférences, il explique que tous les Musulmans doivent être gouvernés par un Califat sous les Lois islamiques de la Charia. (conférence à la Grande Mosquée Al-imane de Lille-Sud). D’après lui, l’Occident décadent est contaminé par l’Antéchrist, le « Dadjhal », un borgne de l’oeil droit, et seul l’Islam et la Charia peuvent le guérir.

Extrait de sa conférence en gras italique ci-dessous donnée à Joué-Lès-Tours (hard-copy) :

Le prédicateur Hani Ramadan en conférence à la Grande Mosquée de Joué-Lès-Tours :

"Pour la Palestine, on sait très bien que le mouvement par excellence qui représente les intérêts du peuple palestinien, de façon honnête, intègre, c'est le Hamas.
On sait par ailleurs que l'autre tendance, et bien on a appris, qu'elle était prête à faire des concessions tout à fait inacceptables sur Jérusalem. Cela révèle bien la réalité dans laquelle nous sommes, aujourd'hui le mouvement islamique en Palestine montre à toutes et à tous, qu'il n'y a qu'une seule réponse, c'est celle du retour aux principes de l'Islam, d'être unis, et de lutter contre l'agression sioniste.

D'ailleurs, le sionisme est intéressant à ce propos, parce que depuis lontemps les sionistes se vantent, en disant que l'état d'Israël est la seule démocratie dans la région. Il n'y a pas d'autres démocraties, tous les autres régimes sont des dictatures, ce qui n'est pas faux, j'espère que l'Histoire va infirmer à présent ces propos, mais il est curieux d'observer que les dirigeants israéliens sont inquiets maintenant que le peuple tunisien a exprimé sa volonté de voir émerger des démocraties, parce qu'elles permettraient à la colère des peuples de s'exprimer contre l'agression sioniste, qui est tout à fait inacceptable.
[...]

Les peuples aujourd'hui comprennent qu'il y a une forme d'agression contre les palestiniens en droit qu'on ne peut pas accepter."
[47:35]

On retrouve la propagande antisioniste diffusée habituellement par Hani Ramadan. Le prédicateur soutient officiellement le Hamas, une organisation terroriste contrôlant la bande de Gaza et incitant au meurtre des Juifs (écoutez par exemple le prédicateur Safwat Hijazi sur la chaîne de télévision TV Al-Aqsa du Hamas). Rappelons que la charte du Hamas appelle les Musulmans à exterminer les Juifs (article 7).

Autre extrait de la conférence :

"Mohamed François - Si notre patron nous demande d'enlever notre hijab, a-t-on le droit de l'enlever, de mettre une perruque, un artifice ?
Hani Ramadan - La règle, c'est que le hijab c'est une obligation pour nos Soeurs, et dans le Coran, et dans la Sunnah de façon tout à fait claire et évidente. Donc la Musulmane qui choisit de pratiquer, ne doit pas, ne peut pas ôter son hijab.
Elle doit respecter la Loi Divine. Cependant, certains sont allés dans le sens d'une fatwa, au niveau des études, au niveau du travail lorsque cela est nécessaire, la femme peut dans ce cadre là, ôter, parce qu'elle est obligée de le faire, son hijab. Et quand elle sort du cadre de son travail elle remet aussitôt son hijab."

[58:00]

Hani Ramadan rappelle aux Musulmanes que le port du voile islamique est une obligation de l'Islam, mais qu'il est possible de faire certaines exceptions dans le cadre du travail et des études et de ne pas le porter. Dans tous les autres cas, une bonne Musulmane doit avoir son hijab. Une seconde peau qui la préserve des souillures du monde occidental.

 

Mohamed François ne se contente pas de précher dans son lieu de Culte, il se déplace dans plusieurs Mosquées de France pour diffuser sa "bonne Parole". On peut le voir par exemple en conférence à la Grande Mosquée de Mérignac en Gironde, entouré de ses comparses, comme le déjà cité Rachid Houdeyfa

-

On reconnaît Mohamed François (à droite), et près de lui Rachid Houdeyfa donnant une conférence à la Grande Mosquée de Mérignac le 27 mai 2012

 

Philippe Le Breton, maire socialiste de Joué-Lès-Tours et vice-Président du Conseil Général d’Indre-et-Loire

"Certains islamistes sont en guerre contre l'Occident et la République".
"Le fait religieux est de plus en plus présent dans le débat public".

"Dans ma ville il y a des burqas, les parents demandent de la nourriture halal dans les cantines, des jeunes suivent des formations financées par des fonds obscurs".

Le maire socialiste Philippe le Breton fait un constat alarmant en déplorant l'islamisation de sa ville de Joué-Lès-Tours.

Pour dénoncer l'intégrisme islamique, sur le fronton de sa mairie, Philippe Le Breton a ajouté le mot "LAÏCITÉ" à la devise LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ.

Cette indignation est somme toute assez paradoxale, puisque Philippe Le Breton a participé à l'inauguration de la pose de la première pierre de la Grande Mosquée de l'Islam politique et fondamentaliste de Tours le 29 novembre 2008, et a permis l'implantation d'une Mosquée radicale sur sa ville en autorisant la venue de prédicateurs fondamentalistes (Mohamed François, Rachid Houdeyfa, Nader Abou Anas, Mehdi Kabir, Hassen Bounamcha, Hani Ramadan...) endoctrinant les Musulmans, les imprégnant de valeurs anti-occidentales et les incitant au repli communautaire.

Dalil Boubakeur recteur de la Mosquée de Paris (à droite), le ministre des affaires religieuses algérien Bouabdelleh Ghlamallah (au milieu) Jean Germain maire de Tours accompagné de Philippe Le Breton, maire de Joué-les-Tours (à gauche) inaugurent la pose de la première pierre de la Grande Mosquée de Tours le 29 novembre 2008.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 9 décembre 2013

30/11/2013

L’Islam Radical des Frères Musulmans sera-t-il enseigné aux fidèles dans le futur complexe islamique de Mâcon ?

Mâcon est une commune du département de Saône-et-Loire dans la région de Bourgogne, forte de plus de 37 000 habitants. Depuis plusieurs années, la communauté Musulmane de la ville s'agrandit, et la municipalité dirigée par Jean-Patrick Courtois a accordé son autorisation pour la construction de deux Mosquées, la Mosquée Al-Fath (la conquête) pour les maghrébins, et une Mosquée pour les turcs, toutes deux situées sur la rue Olivier-de-Serres pour permettre aux Musulmans de pratiquer leur culte sans contraintes.

la Mosquée Al Fath (la conquête) des Maghrébins


la Mosquée des Turcs. Les deux Mosquées sont situées sur la rue Olivier-de-Serres à Mâcon

Les Musulmans se sont par ailleurs organisés en une association de promotion de la culture islamique créé en 2004, l’Association pour la Culture, la Science et l’Éducation de Mâcon (ACSE) présidée par Noureddine Omar.

Sous cet acronyme pompeux se cache en fait rien moins qu'une des nombreuses structures de l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF). L’UOIF possède une soixante d’associations directement affiliées et plus de cent cinquante associations gérant les lieux de culte en France et est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir politique Islamiste Totalitaire, la Charia.

Les responsables de l'association considèrent que les deux Mosquées à disposition sur la ville ne sont pas suffisantes, les locaux actuels de l'ACSE s'avèrent trop exigus, et afin de pallier au manque de place face à l'affluence des Fidèles, l’ACSE a déposé en avril 2011 auprès de la mairie un projet de création d’un nouvel espace culturel islamique sur la commune de Sancé, au nord de Mâcon. Le projet de ce futur complexe, d’un coût de 1,5 million d’euros, dont le financement n’est toujours pas trouvé, et qui serait essentiellement alimenté par des dons, intégrera différents lieux de rencontres dans le bâtiment d’une surface de 1 300 m². L'édifice se découpe en cinq salles, pour dispenser des cours à un public le plus large possible sont ainsi programmées, ainsi que deux salles de prière (une pour les hommes et la deuxième pour les femmes), une bibliothèque avec un espace de travail, une salle d’activités et enfin une salle multiservices. Deux surfaces commerciales de 90 m² chacune sont également intégrées dans le projet. Les responsables de l'association attendent la délivrance du permis de construire sur Sancé.

-

projet du futur complexe islamique de l'ACSE à Mâcon : point d'appui de la structure de l'Islam politique des Frères Musulmans en Bourgogne ?

Qu'enseignent les théologiens des Frères Musulmans aux Fidèles désirant s'enrichir, et entretenir l'identité culturelle et cultuelle de la religion de "Paix et Tolérance", l'Islam ? On peut acquérir l'idéologie fondamentaliste des Frères Musulmans grâce aux ouvrages qui peuvent être achetés à la bibliothèque du lieu de culte islamique. En effet, sur le site officiel internet de l'ACSE, on trouve en particulier le livre du fondateur de la pensée islamiste des Frères Musulmans, Hassan-Al Banna. (hard-copy)

Les textes originaux du prédicateur Hassan Al Banna, fondateur des Frères Musulmans disponibles sur le site de l'ACSE.


La doctrine de Hassan Al Banna : une idéologie de conquête du pouvoir islamique en lutte contre la civilisation occidentale, et favorable à la mise en place de la Charia, la Loi Islamique, un Califat totalitaire contrôlé par des imams, est expliqué succinctement dans ce reportage. Pour un historique plus complet sur les Frères Musulmans, vous pouvez consulter par exemple le livre "Le sabre et le Coran, Tariq Ramadan et les Frères Musulmans à la conquête de l'Europe"

 

On trouve sur le site un article de propagande pour la revendication du port du voile islamique, un combat idéologique fer de lance mené par les Frères Musulmans, pour imposer l'Islam en Europe et miner les sociétés occidentales, un court extrait ci-dessous de l'article (hard-copy) :

"C’est uniquement l’homme blanc qui n’a rien de féministe et qui vient juste libérer la femme bronzée de l’homme bronzé. Pour l’Occidental qui est allé civiliser les colonies, le patriarcat s’exprime à travers le port du voile. Cet argumentaire féministe a été justifié hier à des fins coloniales ; il est utilisé aujourd’hui à fins impérialistes. On l’a vu en Afghanistan, on l’a vu en Irak. Tout cela a rendu le terme « féministe » extrêmement péjoratif pour une grande partie des femmes des sociétés musulmanes."
[...]
"Et Badinter dans tout ça… ? Pour ce qui est d’Élisabeth Badinter, je dirais qu’elle est la représentante du féminisme hégémonique qui n’existe que par la désignation de l’Autre : musulman, arabe, femme voilée et jeune de banlieue… Elle assimile, et donc confond, émancipation avec occidentalisation. Elle considère le modèle occidental de féminisme comme le référent unique et supérieur que devraient suivre toutes les femmes. Pour couronner le tout elle est actionnaire de Publicis, une boîte de publicité, un instrument majeur de l’exploitation du corps des femmes à des fins marchandes. En ce sens elle est une figure de l’antiféminisme."

Les responsables de l'ACSE diffusent un article incitant les jeunes filles à revendiquer le port du voile islamique et le hijab, un vêtement incompatible avec les valeurs de la culture de la civilisation occidentale. Toute manifestation de féminité, de beauté, de charme, de séduction, de sensualité est strictement et formellement interdit par les préceptes islamiques. Le corps de la femme, cheveux, jambes, nuque, décolleté, ses courbes féminines, tailles, hanches, doivent être masqués par un voile, un hijab. Les islamistes introduisent le voile comme une prétendue arme de lutte du "féminisme islamique", la libération de la femme contre "l'impérialisme" de l'Occident, avec pour objectif caché d'islamiser les sociétés occidentales.

Les responsables de l'ACSE font la promotion du port du voile islamique et du hijab, arme de lutte contre l'impérialisme occidental : "une féministe musulmane" ?

 

Le président de l'UOIF Ahmed Jaballah est venu donner une conférence dans le culte islamique de Mâcon en mars 2012. (hard-copy) Il déclarait il y a quelques années que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »

Le président de l'UOIF Ahmed Jaballah en conférence au centre islamique de Mâcon en mars 2012

743583qaradawiJaballah.jpg

Ahmed Jaballah en compagnie du prédicateur antisémite égyptien Youssef Al Qaradawi, membre éminent des Frères Musulmans et président du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (CEFR), à l'IESH de Saint-Denis en 2007

"L’Islam est venu avec le système que l’on appelle le Califat, le sens même de ce mot, veut dire celui qui va être à la place, qui va gouverner au nom du Peuple, c’est le gouverneur et responsable qui est au service du Peuple. [...] L’Islam a donné des Valeurs, des fondements, des bases qu’il faut respecter, et tout système Politique qui respecte ces bases, on peut le considérer comme un système islamique."
Prèche du Cheikh Ahmed Jaballah – président de l’UOIF, à la Mosquée de Créteil

Autre conférencier invité régulier au centre islamique de Mâcon, le cheikh égyptien Ibrahim Amine de l'université Al-Azhar du Caire, prédicateur qui vient diffuser la doctrine des Frères Musulmans. Dans le contenu du dogme de l’Université d’Al-Azhar, on retrouve « la théorie du complot », les Musulmans sont persécutés éternellement par les Juifs et les Chrétiens, qui complotent contre eux sur toute la planète pour les détruire.

le cheikh égyptien Ibrahim Amine prédicateur régulier au centre islamique de Mâcon (ici le 26 février 2012) ne parle pas un mot de français : un modèle d'intégration pour les Musulmans ?

 

Les idéologues se succèdent au centre islamique de Mâcon, comme le prédicateur membre de l'UOIF Hassan Iquioussen, venu donner une conférence sur "le sens de l'épreuve en Islam" (hard-copy), Hassan Iquioussen a par le passé tenu des propos ouvertement antisémites. Il diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine.

 

Autre invité de marque venu donné une conférence au centre islamique de Mâcon, le prédicateur suisse d'origine égyptienne Tariq Ramadan. (hard-copy)

Dans son livre « Islam, le face à face des Civilisations », Tariq Ramadan explique que l'Occident est décadent, et décrit l’Islam comme un système totalitaire, la mise en place d’un État islamique doté d’une Constitution s’appuyant intégralement sur les Lois Divines, les préceptes du Coran, et dirigé par un dignitaire religieux, un Imam. Un État crée par les Musulmans, pour les Musulmans, sans aucune opposition politique, un Califat, seul apte à remplacer les démocraties occidentales actuelles. Tariq Ramadan est parfois accompagné de son frère Hani Ramadan, un prédicateur radical, qu’on peut par exemple écouter ici défendre la mise en place de la charia à la Mosquée de Lille-Sud, la Loi que tous les Musulmans doivent adopter, ou défendre la cause palestinienne, en comparant les Juifs à des : « serpents, une race de vipères »devant plusieurs centaines de Fidèles Musulmans à Bruxelles et ce, en présence de Tariq Ramadan.

le prédicateur Tariq Ramadan au centre islamique de Mâcon


Hassan Iquioussen en démonstration au centre islamique de Mâcon

Un court extrait de la conférence donnée par Tariq Ramadan devant les fidèles Musulmans macônnais en mai 2012, en gras italique ci-dessous :

"Qu'est-ce que vous apportez à la France ? Cette spiritualité de la paix. Est-ce que vous êtes des agents de paix dans ce pays ? c'est quoi un agent de paix dans ce pays ? C'est quelqu'un qui peut dire au gouvernement français : "tant qu'il n'y aura pas de justice dans vos banlieues, vous ne serez pas en paix ici ! Tant qu'il n'y aura pas d'égalité d'accès au travail vous ne serez pas en paix, et nous on est des agents de la paix ! Ça veut dire quoi ? Qu'on est des agents de la justice, des agents de la dignité, la façon dont vous regardez les Arabes, ça ne tient pas, et on ne laissera pas faire ! Parce qu'on est solide, qu'on ne sera pas agressif, mais on sera juste."
[59:00]
conférence de Tariq Ramadan au centre islamique de Mâcon - mai 2012 "La paix du coeur, la voie du bonheur" (hard-copy)

Tariq Ramadan, tout en enrobant ses propos dans un discours basé sur la spiritualité et la paix, invective les Musulmans contre le reste de la société occidentale, en expliquant à ses auditeurs que le gouvernement français est raciste, et qu'il les martyrise. Un cas typique de manipulation de la communauté Musulmane, la victimiser, avec pour but de la souder et de l'isoler du reste de la société pour mieux la piloter à des fins politico-religieuses.


Tariq Ramadan devant les jeunes Musulmans Macônnais en mai 2012, explique que le gouvernement français est raciste envers les Arabes

 

Les prédicateurs de l'UOIF seront-ils invités dans le futur centre islamique pour endoctriner les Musulmans ? Cela va-t-il dans le sens de la Fraternité, l'Amour et la Paix, habituellement observé dans les édifices religieux ? Pensez-vous que par l'UOIF, la communauté Musulmane mâconnaise sera mieux intégrée au reste de la société ?

Le sénateur-maire UMP de Mâcon Jean-Patrick Courtois (deuxième à partir de la droite), avec les responsables de la Mosquée Al Fath, collabore activement à l'islamisation de la ville


article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 4 mai 2013

29/11/2013

Des prédicateurs islamistes fondamentalistes viendront-ils endoctriner les jeunes Musulmans dans la future Grande Mosquée de Reims ?

L'agglomération de Reims, située dans le département de la Marne et la région Champagne-Ardenne, compte plus de 190 000 habitants. C'est une des villes historiques les plus importantes de France. A partir du XI Siècle, presque tous les Rois de France furent sacrés dans la Cathédrale Notre-Dame de Reims. La ville rémoise accueille aujourd'hui une forte population Musulmane, en effet, dans la "cité des sacres", plus de un rémois sur dix est Musulman.

Face à la pression et à l'ampleur de cet effet migratoire sur Reims, des associations se créent pour promouvoir la culture islamique, dont la principale est l'Association de la Mosquée et du Centre Islamique de Reims (AMCIR) créée en 1980. l'AMCIR est membre officiel de l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF). l’UOIF possède une soixante d’associations directement affiliées et plus de cent cinquante associations gérant les lieux de culte en France et est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia. Son président Ahmed Jaballah déclarait sans embage que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. » Pour consolider les relations entre les Frères Musulmans et l'UOIF, Ahmed Jaballah était en visite chez le président islamiste égyptien Mohamed Morsi, le 3 janvier 2013.

Ahmed Jaballah, président de l'UOIF (au centre), reçu par le président égyptien des Frères Musulmans Mohamed Morsi, (à droite) le 3 janvier 2013 en Égypte

La salle de prières mise à disposition par la mairie étant devenue trop exigüe pour accueillir l'afflux croissant de Fidèles, l'AMCIR a pu obtenir il y a quelques années un terrain gracieusement offert par la municipalité, base d'un projet de construction d'une Mosquée et d'un centre Culturel Islamique. La municipalité se pose également comme garant des emprunts effectués par l'association pour financer l'édifice religieux, tout cela bien entendu au mépris de la Loi de 1905 qui prévoit que l'État ne doit financer aucun Culte. L'AMCIR est influencée par des puissances étrangères, en particulier le Koweït. L'état wahhabite qui vient de déposer une proposition de Loi interdisant sur son territoire toute construction de nouvelles Églises, a dépéché sur Reims son ambassadeur Ali Suleiman Al-Saied en février 2009, pour y déposer un chèque de 3 millions d'euros comme participation au financement de la future Grande Mosquée de la ville.
Le Koweït s'offre ainsi un droit d'ingérence sur ce qui sera enseigné par les imams et prédicateurs du centre islamique, en particulier aux enfants musulmans de l'école coranique du futur lieu de Culte, sans aucun contrôle des instances françaises.
Le projet de l'AMCIR est un bâtiment de 3 750 m2 construit sur un terrain de 4 600 m2, avec un parking de 2 500 m2. Sont prévus un lieu de culte, avec un minaret de 12 mètres de hauteur, un espace socio-culturel, (des salles de réunion, de cours et de séminaire) et un espace vert. Au total, l'édifice aura une capacité d'accueil de 2 500 personnes.

Le budget total du projet est de 5 Millions d'euros. Un cinquième de cette somme a été apportée par la communauté Musulmane, des dons sont recueillis sur le site internet officiel de la Mosquée. Ce million a permis de financer le gros œuvre. La Mosquée est en cours de réalisation, et pourrait être inaugurée début 2014.

Le projet de la Grande Mosquée Sainte Anne de Reims

Le minaret de la Grande Mosquée de Reims en cours de construction en avril 2012

Quel Islam est enseigné par les responsables de l'AMCIR ? La pensée des idéologues de l'UOIF est contenue en partie dans cette réplique de Lekbir Kotbi, recteur de la future Mosquée de Reims, interrogé par le grand reporter François Hautier du Figaro :

"Le concept d'intégration est dépassé: les jeunes Musulmans sont aujourd'hui français. Ils disent: 'le problème d'intégration, c'est le vôtre ! C'est vous qui refusez l'autre, une certaine différence. Moi, la France, c'est mon pays !'"
Lekbir Kotbi - recteur de la future Grande Mosquée Sainte Anne de Reims, rapporté par le Figaro

Lekbir Kotbi nous explique que voilà, c'est fait, les Musulmans sont maintenant chez eux en France, et que c'est désormais à la France et aux français qui "refusent l'autre et une certaine différence», de s'adapter et de respecter les traditions, moeurs et coutumes islamiques, et non aux Musulmans de faire l'effort de s'assimiler à la culture et aux valeurs de la nation. Une intégration à l'envers ! Parce que "le concept d'intégration est dépassé», ce problème devient "le vôtre», le problème des français intolérants qui n'acceptent pas les revendications islamiques.

Sur la page Facebook de l'AMCIR, on peut obtenir des indications sur l'idéologie islamique qui peut être diffusée aux Fidèles Musulmans rémois dans la salle de prières actuelle.

Les responsables de l'AMCIR font la promotion de cheikh wahabbite saoudien Mohamed Al-Arifi (hard-copy), un prédicateur prestigieux connu dans tout le Moyen-Orient et le Maghreb, qui explique sur les télévisions des pays islamiques comment bien battre sa femme, ce prédicateur déverse également sa haine contre les Juifs, qu'il considère comme un peuple rusé qui se cache derrière les murs pour se battre contre les Musulmans.

"Les Juifs ont plusieurs caractéristiques. Une d’entre elles est leur incapacité à supporter la confrontation. J’ai étudié l’Histoire des Juifs quand je donnais des cours de Religion. A travers toute l’Histoire des Juifs, je n’ai jamais étudié une bataille dans laquelle ils aient combattu l’ennemi de front."
sermon de Mohamed Al-Arifi devant des Fidèles, une référence théologique pour les responsables de la future Mosquée de Reims

Également sur la page Facebook de l'AMCIR, les responsables invitent les Musulmans à écouter les sermons de l'imam de la Mosquée de Brest Rachid Abou Houdeyfa (hard-copy), intégralement disponibles sur son site Internet officiel http://www.rachidabouhoudeyfa.com. L'imam Rachid Houdeyfa diffuse une idéologie islamique fondamentaliste, il explique par exemple que les femmes Musulmanes doivent se couvrir intégralement le corps et le visage sauf les yeux dans un pays de "fitna" (désordre) comme la France, ou au moins porter le hijab (voile couvrant intégralement le corps sauf le visage) qui est une recommandation obligatoire de l'Islam.

"La chose qui donne le plus de valeur à la femme, c’est le hijab"
Rachid Abou Houdeyfa, imam de la Mosquée de Brest, un maître à penser pour les responsables de la Mosquée de Reims

On peut être également surpris de retrouver un sermon du prédicateur islamiste suisse d'origine égyptienne Tariq Ramadan. Tariq Ramadan se revendique d'un Islam politique, proche des Frères Musulmans, il explique que l’Occident est décadent et que la seule solution pour rétablir la situation consiste en la création d’un État Islamique sous la Charia dirigé par un imam, un système bien évidemment incompatible et concurrent du système démocratique et républicain de type occidental. Un court extrait du sermon sur "l'épreuve de l'amour", intégralement disponible en ligne sur la page Facebook de l'AMCIR, en gras italique ci-dessous : (hard-copy)

Le prédicateur Tariq Ramadan, une référence idéologique pour les responsables de la future Mosquée de Reims

"Youssouf est un Prophète initié à se rapprocher de Dieu et qui porte le Message. Observez un peu ce qu'il lui arrive. C'est une grande méditation que chacun et chacune d'entre nous doit vivre. Youssouf croît en un Dieu unique, il dit "La illaha il Allah", pour nous c'est le message éternel, le seul que tous les Prophètes soient venu dire : "La illaha il Allah". Le Tawhid. Il est avec un père qui dit :"La illaha il Allah", il vit dans un pays où l'on dit "La illaha il Allah", il est entouré d'une famille et d'un contexte où l'on dit "La illaha il Allah". Que fait Allah avec lui ? Il le prend, et il l'arrache à son père, à sa mère, à sa terre et il se retrouve en exil, il met dans le fond d'un puits où il est récupéré par des voyageurs, il le fait voyager jusqu'en Égypte, où il n'y a pas de "La illaha il Allah", ce sont des polythéistes, dans des familles où on ne croit pas en Dieu, et avec une femme qui va tenter de le séduire. ça ne vous dit rien ?
Il y a soixante ans, vos parents, qui n'ont pas compris pourquoi, arrachés à leur terre pour des raisons économiques, là où on faisait cinq fois l'appel à la prière, se disant : "pourquoi on est obligés de partir, pour de l'argent ?" Se retrouvant dans un pays où on n'appelle pas à la prière, entourés de gens qui ne croient plus en Dieu pour la plupart, pour se retrouver en plein milieu de l'Europe, dans un univers plein de séduction. ça ne vous dit rien ? C'est notre histoire. C'est l'histoire de notre exil. Et ce qui est très étonnant, lorsque vous lisez la Sourate, le récit, dans les premiers versets, vous trouvez : "le Pharaon a fait des gens de l'Égypte des sectes, et il va rendre faible une partie d'entre vous."
Réfléchissez à ce verset. Pharaon s'est élevé et enorgueilli sur la Terre, et il a composé son peuple de groupements, et il a affaibli l'un d'entre eux, dont il tuait les enfants et laissait vivre les filles. Ici, des siècles plus tard, Allah parle des descendants de Youssouf comme des gens du pays. ça ne vous dit rien ? C'est nous ! Ce sont les les gens qui à partir de cet exil deviennent des gens du pays ! [...]Ces gens du pays qui vont être persécutés dans cette histoire.
Cela doit nous faire réfléchir."
[33:00]

Tariq Ramadan nous explique que, comme le Prophète Youssouf à l'époque de Pharaon dans les temps anciens, les Musulmans ont été arraché à leur terre, à leur identité islamique, ils descendent de gens en exil, qui se sont retrouvés en "plein milieu de l'Europe", dans un pays "de la séduction" et "sans religion", qui "affaiblit une partie d'entre eux", et qu'ils vont être "persécutés". Pour Tariq Ramadan, Les Musulmans de France sont déracinés, persécutés dans un territoire hostile. Une manière de souder la communauté Musulmane contre la menace extérieure, les non-Musulmans.

Verra-t-on les prédicateurs Mohamed Al-Arifi, régulièrement invité en France comme ici au Bourget, Rachid Abou Houdeyfa et Tariq Ramadan venir donner des conférences dans la Grande Mosquée de Reims ? Pensez-vous que les idéologies développées par ces prédicateurs et diffusées par l'AMCIR encouragent les jeunes Musulmans à s'intégrer dans la société française ?

pose symbolique de la première pierre de la Grande Mosquée Sainte Anne de Reims le 13 septembre 2008, en présence de Adeline Hazan, maire socialiste de la municipalité.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 26 janvier 2013