Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2016

La Mosquée de Liévin, centre de diffusion de propagande islamiste misogyne, antioccidentale et antisioniste au coeur du Pas-de-Calais

Depuis un peu plus d'une vingtaine d'années, les prédicateurs des réseaux islamistes qui se sont implantés dans le nord de la France militent pour la destruction de l'identité française, en imposant progressivement l'application des lois de la Charia islamique (rejet de l'Occident, non mixité sociale homme/femme, adoption de l'abattage rituel halal finançant les Mosquées, menus spéciaux sans viande pour les Musulmans dans les cantines scolaires, tentatives d'interdiction de l'alcool et du porc et de la juridiction islamique, soumission des femmes,...).
L'implantation de l'idéologie islamique antioccidentale favorise l'enracinement local de filiales terroristes et jihadistes, entre la France et la Belgique.
Parmi ces réseaux islamistes, on peut citer :

- l'Union des Associations Musulmanes du Pas-de-Calais (UAM62), organisation déjà analysée par "Islam mine l'Europe" pour son radicalisme religieux diffusé dans plusieurs Mosquées de France (Béthune, Méricourt, Raismes, Lille,...).
- la Ligue islamique du nord dirigée par Amar Lasfar, le président de l'UOIF, longtemps soutenu par Martine Aubry.
- L’UOIF, qui gère maintenant plus de 250 associations islamiques en France, et est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir politique islamiste totalitaire, la Charia. Son ex-président Ahmed Jaballah déclarait sans embage que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »
L'organisation des Frères Musulmans est classée comme terroriste par l'Égypte et l'Arabie Saoudite.


Le président de l’UOIF actuel, Amar Lasfar, organisateur de l’Islam dans le nord de la France avec l’appui de Martine Aubry, manifeste publiquement son soutien aux islamistes en glorifiant dans une conférence donnée au Palais de Lille le 19 août 2012, la conquête du pouvoir en Égypte par les Frères Musulmans.


Dans une conférence à Lille, Amar Lasfar explique son plan en cinq phases pour islamiser la France, et la nécessité des prières de rue islamiques pour conquérir le territoire.

Pierre de Saintignon (à gauche), le maire socialiste de Lille Martine Aubry (à droite) et le représentant de l'organisation terroriste des Frères Musulmans en France, Amar Lasfar (au centre) lors de la fête de l'aïd-el-Kébir en 2007. Après l'avoir aidé à structurer et à enraciner les réseaux de l'Islam radical dans le nord de la France, Martine Aubry a pris ses distances avec Amar Lasfar.

On peut citer l'autre principale organisation islamiste de la région Nord, l'Union des Citoyens Musulmans du Pas-de-Calais (UCM62), dont la Mosquée de Liévin est membre associatif.

La communauté musulmane de Liévin dans le Pas-de-Calais est en pleine croissance, l'organisation islamiste qui gère le lieu de Culte a même obtenu le 11 juillet 2011 du maire socialiste Jean-Pierre Kucheida, un permis de construire une nouvelle grande Mosquée afin d'endoctriner les Musulmans à la "Religion de Paix et Tolérance".

Les responsables de la Mosquée de Liévin appellent les Fidèles à participer financièrement à la construction du nouveau complexe islamique

Le projet du futur complexe islamique de Liévin, dont le permis de construire a été octroyé par le maire socialiste Jean-Pierre Kucheida.

La Mosquée de Liévin en cours de construction en 2014

Fidèles de la Mosquée de Liévin, en attendant la construction du nouveau lieu de Culte flambant neuf

Sur la page Facebook officielle de la Mosquée de Liévin, les responsables de l'association islamique soutiennent l'ex-président déchu égyptien des Frères Musulmans Mohamed Morsi, qui voulait instaurer le califat islamique sous la Charia, avec le hashtag #NousSommesTousMorsi (hard-copy).

Les responsables de la Mosquée de Liévin encouragent les Fidèles à aller écouter le prédicateur antisémite proche des Frères Musulmans Hani Ramadan à la Mosquée de Raismes (hard-copy).
Hani Ramadan, petit-fils du fondateur de l’organisation politique des Frères Musulmans Hassan Al-Bannah (et frère de Tariq Ramadan), est le directeur du centre islamique de Genève en Suisse, un prédicateur qui tient des propos à caractère antisémite, n’hésitant pas à comparer les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles devant des centaines de Musulmans. Dans ses ouvrages et conférences, il explique que tous les Musulmans doivent être gouvernés par un Califat sous les Lois islamiques de la Charia. (conférence à la Grande Mosquée Al-imane de Lille-Sud).
D’après lui, l’Occident décadent est contaminé par l’Antéchrist, le « Dadjhal », un borgne de l’oeil droit, et seul l’Islam et la Charia peuvent le guérir.
Dans une conférence donnée à la Mosquée d’Avignon le 9 octobre 2011, Hani Ramadan interdit aux femmes de voyager seules.

Hani Ramadan développe également auprès des Fidèles une violente propagande antisioniste contre ce qu’il appelle « l’état criminel sioniste d’Israël ».

 

Il est inquiétant de constater qu'il n'y a absolument aucun contrôle sur les instances dirigeantes de la Mosquée de Liévin qui sont en relation directe avec des réseaux islamistes politiques antioccidentaux comme l'UAM62 et l'UCM62.

Le prédicateur misogyne, antisioniste et antioccidental Hassan Iquioussen, invité par les responsables de la Mosquée de Liévin et par l'UAM62 le 13 décembre 2013 pour une conférence intitulée : "Les fondements juridiques de l'engagement politique". Parle-t-on là encore de religion ?
Hassan Iquioussen, a par le passé tenu des propos ouvertement antisémites. Il diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine.
Il refuse la mixité sociale homme/femme, et nie le génocide arménien.

 

L'UCM62 a organisé le 31 mai 2014 à Liévin le 3ème Rassemblement des Musulmans du Pas-de-Calais (RAM62) avec comme principaux invités les islamistes radicaux Hassan Iquioussen, Abdallah Benmansour, Nabil Ennasri ou encore Amar Lasfar.

La 4ème rencontre annuelle des Musulmans du Pas-de-Calais (RAM62) le 13 juin 2015, en partenariat avec la municipalité de Lens, rassemblait les islamistes du CCIF (avec son président Samy Debah), le prédicateur antioccidental Hassan Iquioussen, l'organisation politique BarakaCity (hard-copy), et la communauté musulmane de la Mosquée de Liévin.
BarakaCity est connu des services de renseignements français pour son militantisme politique lié à l'Islam radical sous couvert d'aide humanitaire. Ses comptes bancaires à la Société Générale et au CIC ont été clôturés. BarakaCity milite en faveur de l'organisation politique des Frères Musulmans.

Idriss Sihamedi (à droite), le président de BarakaCity au RAMF de l'UOIF en 2013 au Bourget. Sur la photo, il est en compagnie de l'imam Mehdi Kabir (à gauche), un prédicateur qui arpente les plus grandes mosquées de France, et qui considère que le voile islamique est une obligation pour la femme, qu'une femme qui se parfume est une "fornicatrice", que "les mangeurs de porc se comportent comme des porc", des "gens qui ne se soucient pas de voir leur femme dénudée et embrassée par les autres hommes. Les gens, qui lorsqu'ils sortent des toilettes, ils ne se lavent pas les mains. Les gens qui n'ont pas de pudeur vis à vis d'Allah. Les gens qui embrassent leur femme devant tout le monde sans aucune pudeur et sans aucune honte. Pourquoi ? Car ils consomment de la viande de porc."

"Religion de Paix et Tolérance" vous avez dit ?

Le militant politique Omar Dourmane qui lutte contre la laïcité et le sionisme, et proche des Frères Musulmans, invité le 13 juin 2015 à Lens par l'UCM62 (hard-copy) :

 

Le maire socialiste Laurent Duporge n'a pris aucune mesure contre les prédicateurs misogynes, antioccidentaux et antisionistes de l'Islam radical venant endoctriner des centaines de Musulmans à la Mosquée de Liévin. Il autorise également les réseaux d'extrême-droite islamiques tels que l'UAM62 à organiser des meetings dans la commune, condamnant la cohésion sociale sur le long terme, et provoquant la destruction de la société culturelle, cultuelle et ethnique française, de l'intérieur.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 26 mars 2016

08/06/2014

Amar Lasfar président de l’UOIF, plus grand réseau islamiste du pays, expose à l’institut de la Grande Mosquée Al-imane de Lille sa stratégie en cinq phases pour islamiser la France

L'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) est le principal réseau de diffusion de l'Islam dans le pays. Le groupe se constitue d'un maillage de plusieurs centaines d'associations islamiques administrant des centaines de Mosquées à travers toutes les régions de France.
L’organisation est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia. Son ex-président Ahmed Jaballah déclarait sans embage que : « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. »

Le président de l'UOIF actuel, Amar Lasfar, organisateur de l'Islam dans le nord de la France avec l'appui de Martine Aubry, manifeste publiquement son soutien aux islamistes en glorifiant dans une conférence donnée au Palais de Lille le 19 août 2012, la conquête du pouvoir en Égypte par les Frères Musulmans.

Les principaux leaders des Frères Musulmans manifestent publiquement leur hostilité contre les Juifs, que ce soit Mohamed Badie, président de la Confrérie lors de son procès en Égypte en mai 2014, ou encore Safwat Hijazi, principal meneur de la campagne électorale de Mohamed Morsi, l'ancien président égyptien.


Le président de l'UOIF et de la Ligue Islamique du Nord Amar Lasfar glorifie la conquête de l'Égypte par les Frères Musulmans devant les Fidèles au grand Palais de Lille le 19 août 2012

Amar Lasfar est le recteur de la Grande Mosquée Al-imane de Lille-sud, dans laquelle il invite les islamistes de l'Islam politique antioccidental et antisioniste Tariq Ramadan, Hani Ramadan ou Hassan Iquioussen pour y donner des conférences

Parmi les figures de l'UOIF, on peut citer le prédicateur Moncef Zenati, titulaire d'une maîtrise en sciences islamiques de l'Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) de Château-Chinon, un établissement qui sous ce titre pompeux, dissimule une école coranique formant les prédicateurs de l'UOIF.

-

Moncef Zenati s'affiche dans les rassemblements avec des conférenciers de l'Islam politique antioccidental et antisioniste, comme Tariq Ramadan, Hassan Iquioussen, Marwan Muhammad, Abdelfattah Mourou ou Hani Ramadan, lors de la 11ème Rencontre Annuelle des Musulmans du Sud à Marseille le 19 mai 2013

Le prédicateur antisioniste Moncef Zenati

Moncef Zenati commente, traduit et diffuse les textes du prédicateur fondateur des Frères Musulmans Hassan Al Bannah, et du cheikh antisémite égyptien Youssef Al Qaradawi, le mentor actuel de la confrérie des Frères Musulmans, et principal référent pour les responsables de l'IESH de Château-Chinon, en matière de législation islamique.

Youssef Al Qaradawi appelle dans ses préches retransmis sur les télévisions du monde arabe, à l'extermination des Juifs.

Moncef Zenati encourage la diffusion des textes de Hassan Al-Bannah, fondateur des Frères Musulmans, et de la propagande politique de Youssef Al Qaradawi, le mentor antisémite égyptien de la Confrérie

Moncef Zenati est par ailleurs un militant politique antisioniste et pro-palestinien, les associations islamiques proches de l'UOIF, comme "Havre de Savoir" au Havre, constituent le vecteur parfait pour relayer l'idéologie des Frères Musulmans dans les Mosquées de France.
Sur le site officiel de l'UOIF, on peut lire un article de Moncef Zenati dénonçant la politique d'Israël, "l'entité sioniste qui a volé la terre des palestiniens". Quelques extraits en gras italique ci-dessous (hard-copy 1) (hard-copy 2) :

L'UOIF, principale organisation antisioniste et pro-palestinienne de France

"Les sionistes formèrent des organisations terroristes afin de semer la terreur pour forcer les palestiniens à quitter leurs terres. Ces organisations ; les premières organisations terroristes de l’histoire moderne ; étaient extrêmement organisées et armées contrairement aux arabes qui étaient dispersés, chaque village étant préoccupé par sa propre défense. Les arabes ne possédaient que peu d’armes. La possession d’armes était formellement interdite pour les arabes. Les britanniques avait décrété que tout palestinien en possession d’une seule balle était passible de 15 ans de prison.
Les palestiniens résistèrent avec bravoure. ‘Az ad-Din al-Qassam, le responsable de Frères Musulmans en Palestine, ouvrit la voie de la résistance en 1935. Il tomba martyre le 20/11/1935. Une autre rébellion vit le jour sous la direction de cheikh Amin al-Housayni en 1936. La grande grève de 1936 qui mobilisa tous les palestiniens fut une manifestation éclatante d’une volonté de résistance unitaire. A force de massacre et de terrorisme, Israël réussit à établir son état, en massacrant sauvagement et sans pitié femmes, enfants et vieillards à Deïr Yassin et en dehors de Deir Yassïn. Le massacre de Deïr Yassin fut perpétré le 9 avril 1948 par les combattants terroristes de l’Irgoun et du Lehi.
Lorsque ces terroristes se saisissaient d’une femme palestinienne enceinte, ils pariaient sur ce qu’elle portait dans le ventre : un garçon ou une fille ? Ensuite, ils l’éventraient et sortaient le fœtus, tuant ainsi à la fois la maman et l’enfant. Begin (premier ministre d’Israël de 1977 à 1983) assuma complètement ce massacre en disant : « Sans la victoire de Deïr Yasin, Il n’y aurait pas eu d’état d’Israël ».

Le plus gros mensonge de l’histoire :
Pour justifier la création d’Israël, on se référa au propos de Herzl : « Une terre sans peuple pour un peuple sans terre ». Sauf que la Palestine n’était pas une terre sans peuple. Un peuple y habitait depuis l’antiquité. On inventa alors le plus gros mensonge de l’histoire : le droit historique des juifs à la Palestine. Les sionistes dirent : Cette terre nous appartient historiquement. C’est un mensonge. Mais apparemment, plus le mensonge est gros, plus on y croit facilement."
[...]
"L’histoire nous révèle donc que la Palestine est aux palestiniens. L’entité sioniste a volé la terre des palestiniens. Israël est et restera l’agresseur. Les palestiniens, eux, sont les ayants droit historiques de cette terre. Ils se sont faits volés leur terre et la terre de leurs ancêtres. Ils sont et resterons les victimes ; les agressés. Résister est pour eux un droit ; résister est un devoir. Une riposte est définie comme étant une réponse à une agression. Ce sont donc les palestiniens qui ripostent. On ne peut parler de riposte, de légitime défense ou de représailles pour l’agresseur. Daniel Desbiens, l’écrivain québécois dit : « Qui défonce une barrière viole sa propre liberté et ouvre la porte vers des représailles ».

On constate que dans l'article de Moncef Zenati publié par l'UOIF, que nous ne sommes plus dans la recherche spirituelle, la fraternité, la prière ou l'humilité, il s'agit là de militantisme politique pro-palestinien et antisioniste. Le prédicateur appelle les Musulmans à résister à l'agression de l'entité sioniste, Israël est considéré comme un état illégitime, et Moncef Zenati revendique là encore son soutien au groupe islamique politique des Frères Musulmans, organisation classée aujourd'hui comme terroriste par le gouvernement égyptien.

Par ailleurs, dans une conférence donnée le 12 avril 2014 à Paris, à l'initiative de l'association "Havre de Savoir", Moncef Zenati nous explique ce qu'est la Charia islamique, extraits en gras italique ci-dessous (hard-copy) :


"Au sens terminologique, la Charia correspond à l'ensemble des Lois que Dieu a prescrit à ses serviteurs à travers le Coran et la Sunnah, et à travers ce qui en découle, comme le consensus, le raisonnement par analogie, et les autres sources du droit musulman. Donc, la Charia correspond à la Loi Divine. La Charia correspond à l'ensemble des Lois, toutes les Lois, concernant tous les domaines.
Donc les Lois que Dieu a prescrit à ses serviteurs à travers le Coran et la Sunnah, ce sont des Lois prescrites directement par le Coran ou la Sunnah, ou indirectement, par les autres sources de la législation. Pour bien comprendre la Charia, il serait intéressant plus tard, d'aborder ce sujet des sources législatives de l'Islam. [...]

"Quand au Fiqh, le droit musulman, c'est une science qui a pour objet la déduction des prescriptions juridiques pratiques à partir de leurs sources de référence, le Coran et la Sunnah et les autres sources. Il y a une relation de cause à effet entre la Charia et le Fiqh. La Charia c'est la finalité, le Fiqh, c'est un moyen. L'ensemble des prescriptions extraites, forment la Charia. Le Fiqh, c'est le moyen de parvenir à la Charia."
[11:35]
"Par droit positif, on entend par là les Lois humaines, établies par les hommes en vue d'organiser leur vie et leurs rapports sociaux au niveau individuel, collectif et international. Que ce soit les Lois humaines ou les Lois divines, il y a un point commun, c'est d'organiser la vie des êtres humains dans leurs rapports sociaux au niveau individuel, collectif et international. Mais il y a aussi des points de différence. Premièrement, c'est que le droit positif est une production humaine, alors que la Charia émane d'Allah, à travers les sources du Coran et de la sunnah et des autres.
[...]
Le droit positif reflète l'imperfection de l'être humain et sa faiblesse, à partir de là, ces Lois sont sujettes au changement et à la modification. Le droit positif est imparfait, et ne pourrait atteindre la perfection, dans la mesure où la perfection ne fait pas partie des caractéristiques de son producteur. C'est pour cela qu'il ne sert à rien d'attendre la perfection de n'importe quel parti politique, ce n'est pas possible. Il ne faut pas attendre la perfection qui ne viendra pas de l'être humain, car cela ne fait pas partie de ses caractéristiques.
[...]

Alors que la Charia émane d'Allah, donc elle reflète l'omnipotence, l'omniscience de son Créateur, sa perfection, et l'omniscience d'Allah. Donc, ces Lois n'ont nullement besoin ni de changements, ni de modifications, quel que soit le changement que puisse subir l'espace, le temps, et quel que soit le développement de l'être humain."

[17:45]
"Deuxième différence, le droit positif est un ensemble de lois temporaires que le groupe élabore en vue d'organiser ses affaires pour répondre à ses besoins. [...]
Les Lois humaines sont toujours en retard par rapport au groupe. Si elles sont au niveau aujourd'hui, elles seront en retard demain.
[...]
Quand le groupe va se développer, les Lois vont changer pour s'adapter au groupe.
[...]
Le but étant de stabiliser la société, cette Loi qui était à la base interdite, commence à se répandre, cela créée une instabilité dans la société. Comment gérer cette instabilité ? On va la légaliser, quelle soit bonne ou mauvaise, pour stabiliser la société.
Alors que la grande finalité de la Charia, c'est l'organisation de la Oumma et le maintient de cet ordre. Les Lois de la législation sont éternelles, et ne changent pas en fonction du changement de la société ou du groupe. Cela implique la souplesse, les facteurs d'adaptabilité de les lois de la Charia. Il faut de facteurs pour que la Charia puisse s'adapter à n'importe quelle contexte.
Et aussi que les Lois de la Charia sont d'un tel niveau et de sublimité, qu'elles soient toujours en avance par rapport au groupe, alors que pour les Lois humaines, c'est toujours le groupe qui est en avant."

[22:00]
"Les premiers états à avoir pris cette direction, c'est-à dire le fait de diriger le peuple selon la pensée de ceux qui le dirigent, il faut que le peuple pense comme nous. D'où les slogans : "rendez-nous nos enfants." On veut éduquer les enfants selon un mode de pensée. A la base, la Loi n'entre pas dans ce genre de considérations. Mais les premiers états à avoir pris cette direction, c'était la Russie, la Turquie d'Attatürk, l'Italie fasciste et l'Allemagne nazie.
Mais après, tous les états sont partis dans le même chemin. On a un peuple pour lequel on va non seulement organiser la vie, mais aussi l'orienter vers une pensée que les détenteurs du pouvoir jugent la plus adéquate pour la société.
Alors que la Charia c'est le contraire, c'est la Charia qui va créer le groupe et l'orienter. Elle vise avant tout à la construction d'individus vertueux,pour la construction d'une société vertueuse et l'établissement d'un état exemplaire."
[27:29]
"Le terme Charia, littéralement, c'est la voie, exposer, éclaircir, c'est la voie qui mène vers la félicité, et au niveau terminologique, c'est l'ensemble des prescriptions pratiques que Allah a préscrit à ses serviteurs à travers le Coran et la Sunnah et à travers les autres sources et ainsi que l'Islam, c'est une croyance et une législation, la Charia est l'ensemble des prescriptions dans tous les domaines et non pas uniquement au code pénal."
[30:06]
Conférence du prédicateur de l'UOIF Moncef Zenati le 21 mai 2014 à Paris, dans le cadre des conférences "Havre de Savoir" (hard-copy)

Le prédicateur Moncef Zenati met en concurrence le droit positif c'est à dire les lois humaines, et la Charia (lois divines). Les lois humaines seraient inférieures car elles sont changeantes, selon le bon vouloir des hommes, alors que dans le droit musulman, "les Lois de la législation sont éternelles". Il en découle que les lois humaines seraient inférieures car elles sont en retard sur la société, "imparfaites" puisque issues de la pensée de l'homme et non de Dieu, alors que les Lois de la Charia sont d'un "tel niveau et de sublimité", qu'elles sont toujours en avance sur la société. Les lois humaines sont totalitaires, elles orientent la pensée des hommes comme dans "l'Italie fasciste et l'Allemagne nazie".

Dans la Mosquée du Havre, Moncef Zenati incite par son sermon les Musulmans à se détourner de la société civile française, constituée de lois inférieures, base du fascisme, "réflétant l'imperfection de l'être humain et sa faiblesse", et à s'orienter vers la Charia, la vraie Loi qui "mène vers la félicité", et la "construction d'une société vertueuse et l'établissement d'un état exemplaire".

Il faudrait demander à Moncef Zenati ce qu'il pense des sanctions punissant le vol et l'adultère, et si elles font partie de "la sublimité" de la Charia tant vantée par le prédicateur :
"Le voleur et la voleuse, à tous deux coupez la main, en punition de ce qu'ils se sont acquis, et comme châtiment de la part d'Allah. Allah est Puissant et Sage."
Le Coran 5:38
"La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l'exécution de la loi d'Allah - si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu'un groupe de croyants assiste à leur punition."
Le Coran 24:2

Il est important de noter que la Charia a été déclarée INCOMPATIBLE avec les exigences d'une société démocratique et laïque par un arrêté de la CEDH (Cour Européenne des Droits de l'Homme) du 13 février 2003.

Le système islamique est clairement incompatible avec les démocraties des sociétés occidentales. Y-a-t-il une idéologie de conquête véhiculée par les responsables de l'UOIF, de subversion, d'influence pour imposer les règles et principes de l'Islam ? On peut se faire une opinion par soi-même en écoutant Amar Lasfar devant des Fidèles Musulmans de Lille.


Dans une conférence à l'Institut musulman rattaché à la Grande Mosquée Al Imane de Lille, Amar Lasfar développe l'histoire de la progression de l'Islam en France (hard-copy)

"Nous les Musulmans, en matière de Foi, nous croyons qu'il y a une seule Foi, tout en admettant plusieurs Lois. Moïse était Musulman, et il avait une Loi propre à lui. Jésus était Musulman, en matière de Foi, mais il avait une Loi, parce que toute Loi est fonction de l'environnement, du contexte historique, du contexte géographique, du lieu, du temps, de l'environnement, de la mentalité qui diffèrent d'un lieu à un autre.
Par contre, la Foi ne peut pas différer. Adam qui est à l'origine Musulman et prophète, croyait et avait la même Foi que nous avons aujourd'hui. La Foi d'Adam, d'Abraham, de Noé, de Jésus, de Moïse, c'est la même Foi que nous avons aujourd'hui, c'est quoi ? l'Unicité de Dieu. L'Unicité de son Message, la vie après la mort, le Jugement dernier."
[03:03]
"1989, ça nous rappelle la première affaire du foulard. Le collège de Creil, deux marocaines et deux turques, qui un beau jour, sont allées à l'école avec leur foulard. Elles ont oublié d'enlever le foulard chez elles. Cet oubli, reflète un état d'esprit : "Je n'ai plus besoin de me cacher, je veux être moi-même à la maison et en dehors de la maison". Dehors, c'est ma maison, elles ont en quelque sorte élargi dehors, c'est ma demeure, donc je suis chez moi, même dans la rue. C'est le signe de la réussite de l'intégration.
Or, pour un certain nombre de sociologues, notamment Tribalat (Michelle) et Kepel (Gilles) et les autres, tout de suite ils ont crié : "Au secours ! c'est l'échec de l'intégration !". Du moment que cette fille a accepté d'apparaître au grand jour avec sa spécificité, et ce qui fait sa différence, "je suis chez moi, je peux me permettre des choses !".
[30:41]
"l'intégration ne concerne pas les signes religieux, et c'est très grave, c'est ce que j'appelle l'hypocrisie de la politique française. La France est restée 132 ans en Algérie, la femme algérienne de l'époque, rares sont celles qui ne portaient pas le foulard.
[...]
Les femmes s'enfermaient et ne laissaient apparaître qu'un seul oeil, et on trouvait ça normal, parce qu'on respecte leur spécificité, et pourtant, c'était des françaises, parce que l'Algérie était française.
[...].
La loi de 1905 ne s'appliquait pas en Algérie, et pourtant les savants algériens de l'époque voulaient être régi par la Loi de 1905. C'est quoi la Loi de 1905 ? La France va laisser le côté religieux aux algériens, mais non, non ! L'Islam jusqu'en 1961 était la religion d'état en Algérie, c'est-à-dire que la France appliquait la Charia en Algérie. C'est elle qui nommait les imams, c'est elle qui était responsable administratif de la religion en général. Elle a géré les affaires de la religion pendant presque un siècle et demi."
[37:15]
Pour justifier les revendications islamiques, en particulier le port du voile à l'école, Amar Lasfar explique que pendant la période coloniale en Algérie, les algériens et algériennes suivaient les traditions islamiques, intégrés dans la France laïque et républicaine, et que cela ne posait pas de problèmes.
En Algérie, la France n'a pas cherché à dénaturer et à effacer la culture et les traditions locales issues de l'Islam. Les femmes voilées sont restées voilées, les enfants algériens ont continué de manger de la viande halal dans les cantines scolaires, les hommes continuaient de prier cinq fois par jour, la polygamie était naturelle et autorisée, la juridiction islamique a constitué en partie la base de la législation en Algérie française, comme elle l'était avant que les français ne prennent possession de la Régence d'Alger en 1830 (alors sous domination turque).
La France et l'Algérie constituaient deux modes de vie, issues de deux civilisations radicalement différentes et incompatibles. Le "statut de l’indigénat" faisait une distinction nette entre les citoyens français et les sujets musulmans. Les musulmans algériens ne pouvaient être naturalisés français que s'ils en faisaient explicitement la demande, après une longue procédure administrative, la production de justificatifs, une enquête, le Musulman devait se présenter finalement devant le maire et « déclarer abandonner son statut personnel pour être régi par les lois civiles et politiques françaises ».
Une politique de naturalisation très restrictive, résultat : en cinquante ans (de 1865 à 1915), 2396 musulmans d’Algérie sont naturalisés français. Entre 1919 et 1930, 1204 musulmans sont naturalisés, pour 1547 demandes déposées. En 1962, l'année de l'indépendance, seuls quelques dix mille musulmans sont pleinement français, autant dire, une goutte d'eau.

"Il est difficile d'occuper la rue. Aujourd'hui les Musulmans dépassent de loin ça. Ils prient dans la rue. Il leur est déconseillé de prier dans la rue, mais ils n'ont pas de place dans les Mosquées, notamment en région parisienne. Au lieu de leur dire : "Pourquoi vous priez dans la rue ?", ouvrez-leur des salles de prières. Et ma lecture de ça, c'est que c'est une réussite de l'intégration.
C'est-à-dire que nous avons accepté de prier Dieu dans la rue. On va bénir la rue, on ne va pas la salir, on va bénir la rue. Qui dit prière dans la rue, je vais mettre mon visage. Ce que j'ai de précieux, je vais mettre mon nez, mon front, et je vais dire :"sub'an Allah" sur le bitume. Vous croyez que je le fais par orgueil ? Si on n'était pas des Musulmans, qui accepterait de mettre son visage par terre ? Surtout une fille ?
[...]
Donc ne lisez pas cette lecture que nous occupons la rue, nous bénissons la rue."

[47:50]
"La revendication sociale, culturelle et identitaire. Ce n'est pas la peine de nous donner des leçons dans l'identité et la citoyenneté, nous sommes des citoyens, nous assumons nos devoirs et nos prérogatives, mais comptez sur nous pour revendiquer tous nos droits rien que nos droits bien sûr, on va occuper tout l'espace que nous offre généreusement la laïcité française. La laïcité est généreuse, mais les laïcs ne le sont pas ou le sont moins."
[49:07]

Amar Lasfar explique aux Musulmans de l'institut culturel de la Grande Mosquée Al-Imane de Lille-sud, la stratégie de conquête de la France en cinq phases pour "influencer" la République. Le but non avoué étant d'atteindre le haut de la pyramide, le sommet de l'État.

"Aujourd'hui, on ne parle plus que l'on veut une place. On parle de citoyens, on parle de revendications, on parle d'interpellations, on ne parle plus de nous donner des miettes. Pour conclure et schématiser les cinq phases : la phase de l'acceptation, la phase de l'intégration, la phase de la participation et de la contribution, notamment sociale, économique et politique, la phase du rayonnement et pourquoi pas la cinquième phase, la phase de l'influence.
Nous aussi on peut influencer le déroulement de l'Histoire. Nous réduire uniquement à une masse de consommateurs, c'est une atteinte à ce que nous portons comme civilisation."
[52:28]
"Influencer en matière de civilisation. L'Occident a influencé le monde Musulman pendant des siècles et des siècles, et on n'a pas trouvé ça anormal, la démocratie on l'a prise, les droits de l'homme on a pris, mais l'Islam n'est pas uniquement des personnes ou un nombre de consommateurs. Il peut lui aussi prétendre, non pas être un donneur de leçons, mais apporter sa pierre. Il l'a fait pendant douze siècles, et la période andalouse est là pour en témoigner. Et bien nous, nous pensons que nous pouvons apporter quelque chose sur le plan civilisationnel."
[57:28]

Dans la prédication de Amar Lasfar, il y a les Musulmans et les autres. Les Musulmans doivent influencer la société et les politiques afin de pouvoir revendiquer leurs droits : port du voile islamique dans les écoles et au travail sans aucune restriction, viande halal dans les cantines, application des lois islamiques de la charia : non mixité sociale homme/femme, jours fériés musulmans, demande de salles de prières sur les lieux de travail, restriction spéciales pendant le Ramadan, construction de Mosquées sous la menace de prières de rue (les prières de rue sont une bénédiction et un signe d'intégration d'après Amar Lasfar !).

Cette conférence est à rapprocher de l'idéologie développée par Amar Lasfar dans cet autre texte :
"Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté"
Amar Lasfar cité dans « La cité mode d’emploi », Homme et migration, n° 1218, mars-avril 1999 p.55 "


Les organisateurs de l'UOIF en démonstration lors du Rassemblement Annuel des Musulmans de France (RAMF) au Bourget en avril 2014, développent une propagande politique antisioniste et pro-palestinienne : "nous sommes tous des palestiniens !" (hard-copy)

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 7 juin 2014

30/11/2013

Sur le site de la Grande Mosquée de Villeneuve d’Ascq, Amar Lasfar glorifie la conquête islamique du Monde Arabe par les Frères Musulmans

Villeneuve d'Ascq est une ville du nord de la France (59), de plus de 63 000 habitants, ce qui en fait l'une des principales villes de la région Nord-Pas-de-Calais. Depuis quelques décennies, la Communauté Musulmane de la région Nord est régie principalement par le réseau fondamentaliste islamiste de l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF).
L’UOIF possède une soixante d’associations directement affiliées et plus de cent cinquante associations gérant les lieux de culte en France et est proche idéologiquement des Frères Musulmans, mouvement islamiste international visant à la mise en place d’un Califat Mondial, l’instauration d’un pouvoir Politique Islamiste Totalitaire, la Charia.
La branche de l'UOIF dans le département du Nord est la Ligue Islamique du Nord, présidée par Amar Lasfar, recteur de la Grande Mosquée de Lille-Sud.
L'association est assez influente pour bénéficier d'arrangements et d'appuis politiques importants dans la région, elle a obtenu en particulier l'aide de Martine Aubry, maire socialiste de Lille, de son mari l'avocat Jean-Louis Brochen, pour développer le Culte Musulman dans le Nord. Les grandes Mosquées de l'UOIF fleurissent dans la région, autre que la Mosquée Al-Imane de Lille-Sud, on peut citer par exemple la Mosquée Al Wifaq de Mons-en-Baroeul ou encore la Mosquée de Villeneuve d'Ascq.

Martine Aubry et Amar Lasfar, collaboration entre le socialisme et l'Islam de l'UOIF

L'organisation a ainsi obtenu la permission de construire la Mosquée de Villeneuve d'Ascq, les travaux ont débuté le 11 mars 2007, en présence de Jean-Michel Stievenard ex-maire socialiste de la ville, Mohamed Karrat, président de l'Association d'Animation et d'Échanges Culturels (AAEC) qui s'occupe de l'organisation de la Mosquée, et Amar Lasfar.
Le coût total des travaux a été estimé à 2,7 millions d'euros, entièrement financé par la communauté Musulmane, le complexe islamique a ouvert ses portes le lundi 1er août 2011, à l'occasion du ramadan et après avoir obtenu un avis favorable de la commission de sécurité. La Mosquée peut accueillir 2 200 hommes et femmes, est dotée d'une immense coupole et d'un minaret de 18 mètres.

La Grande Mosquée de Villeneuve d'Ascq et son minaret de 18 mètres (ici la maquette du projet)

L'enseignement islamique de l'UOIF est diffusé dans la Mosquée de Villeneuve d'Ascq. Son imam, Ahmed Miktar, né et formé à la théologie et juridiction islamique au Maroc, est venu parfaire son apprentissage à l'Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) de Château-Chinon. Sous ce nom pompeux, cet établissement privé n'est rien d'autre qu'une immense Madrassah, une école Coranique enseignant la jurisprudence islamique et l'Islam politique, contrôlée par des dirigeants de l'UOIF et des membres des Frères Musulmans.(hard-copy)

Dans sa Mosquée de Villeneuve d'Ascq, Ahmed Miktar diffuse la propagande islamique de l'UOIF, qui consiste à opposer la communauté Musulmane censée détenir seule la Vérité en suivant les règles, principes, et mode de vie Parfait du Prophète Mohamed, au reste de l'Humanité qui vit dans l'erreur et le péché, et finira en Enfer. Un extrait du prèche de Ahmed Miktar du vendredi 14 septembre 2012 (hard-copy) :

Ahmed Miktar, imam de la Grande Mosquée de Villeneuve d'Ascq, devant le lieu de Culte

"Chers Frères et Soeurs, notre Seigneur nous a enseigné dans le noble Coran, que nul ne peut connaître le bonheur sur Terre, que si il vit dans le mode de vie islamique, et pour vivre, et avoir comme manière de vivre l'Islam, il faut le comprendre, et vous savez très bien que quiconque vit l'Islam, il doit vivre dans la souplesse et la largesse, la tranquillité, et quand il vit dans cette souplesse, cette largesse, cette tranquillité, il est productif. Et on est productif, lorsque l'on a un objectif. Et notre objectif ultime, c'est l'agrément de notre Seigneur Allah. Le moyen d'y parvenir, c'est le noble Coran, qui est notre principale constitution." "Tout le bien se trouve dans la compréhension de l'Islam, car Allah a choisi cette religion pour l'Humanité, celui qui prend un mode de vie autre que l'Islam, sera refusé de lui et sera parmi les perdants le jour de la Résurrection. Le meilleur mode de vie choisi par Allah pour l'Humanité, c'est l'Islam."
9:34
[...]
"Chers Frères et Soeurs, le Prophète nous a prévenus : "Quiconque ment à mon sujet, qu'il se prépare une place en Enfer !". Le Mufti numéro un a dit : "Celui qui parle de la religion sans savoir, c'est-à dire sans l'autorisation des gens qui ont le savoir des Savants, celui-là il signe au nom d'Allah pour rentrer en Enfer."

21:45

A noter que Ahmed Miktar considère le Coran comme une constitution, ce qui n'est pas sans rappeler la devise politique des Frères Musulmans : "Dieu est notre but, le prophète notre chef, le Coran est notre constitution"

Amar Lasfar, recteur de la Mosquée de Lille-Sud, invite régulièrement des prédicateurs fondamentalistes dans son lieu de Culte. Ci-dessous, un extrait d'une de ses conférences, donnée au Zénith, le Grand Palais de Lille le 19 août 2012 pour la fin du ramadan, entièrement disponible au format vidéo sur le site de la Grande Mosquée de Villeneuve d'Ascq (hard-copy) :

Amar Lasfar, recteur de la Grande Mosquée de Lille-Sud, en conférence au Grand Palais de Lille le 19 août 2012

"Aujourd'hui, à la tête de l'Égypte, il y a un président normal, encore une fois, un président civil, un président qui parle au peuple, un président qui salue le peuple, un président qui a prié ce matin au milieu de tout le monde. Un président qui ne considère pas le peuple comme son ennemi, un président qui se définit comme salarié. Nous avons besoin de ce genre de président. Un président normal, issu, il faut le dire, d'une confrérie, qui s'appelle la confrérie des Frères Musulmans.
Un siècle presque durant, de persévérance dans la voie de l'éducation, dans la voie du partage, dans la voie de la tolérance, dans la voie du respect, aujourd'hui ils sont couronnés. Les Frères Musulmans en Égypte, les Frères Musulmans en Tunisie ont réussi à montrer le vrai visage de cette culture Musulmane en matière de politique. Cette confrérie pendant longtemps, persécutée et martyrisée. Après la Tunisie et l'Égypte, la Libye a suivi également le chemin, la Syrie, au moment où je vous parle, qui est en train de payer le prix cher pour arracher elle aussi son droit à la liberté et à la dignité.
Et je vous exhorte, mes Frères, mes Soeurs, je vous appelle, au nom de la Syrie, au nom du peuple syrien, au nom des femmes de la Syrie, au nom des enfants de la Syrie, au nom des martyrs de la Syrie, de mettre votre main à la poche à la sortie de la prière, il y a une dizaines de Frères Syriens qui collectent."

[...]

"Ce phénomène de liberté est désormais irréversible, aucun peuple ne fera marche arrière, une nouvelle Histoire est en train de s'écrire dans le Monde arabe, mais cette fois ci, l'Histoire s'écrit par les peuples et non par les responsables."

13:15

[...]
"Les Musulmans ne continueront pas éternellement à fêter leur fête en catimini, regardez combien nous sommes, regardez les personnes qui viennent de partout, or, jusqu'à aujourd'hui, la fête de l'Aïd n'est pas une fête, il y a sept ou huit fêtes et jours fériés dans notre pays, les jours fériés sont tous catholiques ! Or la France n'est pas catholique. La France est catholique, israélite, elle est musulmane aussi. Et nous demandons tous, à qui de droit, de prendre en considération cette population, ces concitoyens de confession musulmane, et de prendre en considération leur particularité."
8:57

Amar Lasfar, devant plusieurs milliers de Fidèles Musulmans annonce clairement la couleur : il exhorte les Fidèles à soutenir massivement l'arrivée au pouvoir des Frères Musulmans dans les pays Arabes. Il est tout à fait préoccupant de se rendre compte que le principal leader de la communauté musulmane du nord de la France soutient ouvertement ce mouvement politique. Amar Lasfar n'est pas sans connaître les positions radicales de cette organisation, qui développe officiellement une politique à caractère fasciste et antisémite.
On peut par exemple se référer aux leaders du mouvement pour comprendre l'idéologie des Frères Musulmans. Un des principaux mentors de l'organisation, le Cheikh Youssuf Al-Qaradawi diffuse dans ses discours et ses ouvrages, le programme totalitaire de ce mouvement politico-religieux : la mise en place de la Charia, la conquête de Jérusalem et de Rome. Dans son ouvrage "Le licite et l’illicte en Islam" , il explique que tous les homosexuels doivent être exterminés (pendus ou jetés du haut d’un mur), il milite également pour un antisémitisme ultra-violent, l'extermination des Juifs.

« Pour conclure mon discours, je voudrais vous dire que la seule chose que je souhaite à l’approche de la fin de ma vie, c’est que Allah me donne l’opportunité pour aller au pays du Jihad et de la résistance, même en fauteuil roulant, et je tuerai tous les ennemis d’Allah, les Juifs! »
Youssouf Al Qaradawi, prédicateur influent des Frères Musulmans sur la télévision Qatari Al-Jazeera, et reçu à l'IESH de Saint-Denis en 2007

"Dans les années 1920, les égyptiens disaient : "La constitution est notre Coran", ils voulaient montrer que la constitution était une grande chose. Mais l'imam Hassan Al Bannah, Allah le bénisse, leur a dit : "Non, le Coran est notre constitution". Le Coran a été et continuera d'être notre constitution.
Le Coran est notre constitution ! Le Prophète Mohamed est notre leader ! Le Jihad est notre Voie, et la mort pour la gloire d'Allah est notre plus belle aspiration.[...] La nation s'élèvera par la prière et renaîtra uniquement par la charia islamique"

Mohamed Morsi, président égyptien, membre des Frères Musulmans, discours pré-électoral du 13 mai 2012 (hard-copy)

"Oh Allah, pardonne nous nos péchés, renforce nous, et garantit nous la victoire contre les Infidèles, Oh Allah occupe toi des Juifs et de leurs alliés, disperse-les et réduis-les en pièces, Oh Allah montre-nous ta puissance et ta grandeur devant eux, montre nous ton Omnipotence, Oh Seigneur."
19 octobre 2012 - sermon télévisé dans une Mosquée égyptienne devant plusieurs centaines de Fidèles et en présence de Mohamed Morsi, président égyptien

ci-dessous, Mohammed Mahdi Akef, ayant dirigé l'organisation pendant six ans, interviewé par le journaliste norvégien d'origine iranienne Walid Al Kubaisi, sans langue de bois.

"Le but des Frères Musulmans est de créer un état islamique mondial. Nous les Musulmans, nous immigrons partout et il y aura encore un long chemin avant de prendre le contrôle de l'Europe."
Mohamed Mahdi Akef, leader des Frères Musulmans de 2004 à 2010

"D'après la Charia islamique que Allah a envoyé à l'Humanité, le statut des Musulmans, comparé à celui des Nations infidèles qui dédaignent leur propre Charia, est déduit à partir d'une sorte d'échelle, sur laquelle un côté est au statut de supériorité, l'autre côté est au statut d'infériorité."
[...]
"Aujourd'hui, les Musulmans ont besoin d'une mentalité d'Honneur et de Puissance pour les prémunir contre le sionisme global. Ce mouvement ne connaît rien d'autre que le langage de la force, donc, les Musulmans doivent lutter fer contre fer, et vent contre tempête. Ils ont véritablement besoin de comprendre que l'amélioration et les changements dont la nation Musulmane a besoin ne peuvent être atteints que par le Jihad et le Sacrifice, et par l'élévation d'une nouvelle génération de Jihadistes qui recherchent la mort autant que leurs ennemis recherchent la vie."
Mohamed Badi, leader des Frères Musulmans depuis 2010, conférence devant les Fidèles

Les sermons et l'idéologie diffusés par la Grande Mosquée de Villeneuve d'Ascq facilitent-t-ils l'intégration de la Communauté Musulmane de la région Nord-pas-de-Calais dans la société civile de type occidental ?

"Pour moi, (une Mosquée sans minaret) c’était inconcevable, comme une église sans son clocher ou un hôtel de ville sans son fronton. C’était une manière de vouloir rendre transparent et invisible l’exercice d’une religion. Ce n’est pas ma conception : quand on construit un bâtiment public, une école, une gare ou une église, on le montre d’une façon symbolique. Le minaret, c’est un signe distinctif, qui peut être joli."
Jean-Michel Stievenard, ex-maire socialiste de Villeneuve d'Ascq, initiateur de la construction de la Grande Mosquée

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 20 septembre 2012

22/11/2013

L’Islamiste Boubaker El Hadj Amor de l’UOIF sera aux commandes de la future Grande Mosquée de Poitiers

La ville de Poitiers dans la Vienne est connue comme un lieu symbolique dans toute la Civilisation Occidentale, puisque c'est là que les Musulmans de Abd-Al Rahman sont mis en déroute en 732 par Charles Martel, roi des Francs, mettant un coup d'arrêt définitif à l'expansion de la conquête Musulmane en Europe.
L'Empire Islamique s'étalait à l'époque du Moyen-Orient à la péninsule Ibérique en passant par le Maghreb. La victoire de Charles Martel marque l'arrêt du Jihad Islamique dans le Royaume des Francs.
Les Musulmans seront ensuite, au fil des années, des batailles, et des victoires successives des Francs, repoussés au delà des Pyrénées.

575758histoirebatailledepoitiers.png

                         Bataille de Poitiers, octobre 732 - Charles de Steuben (1837)

939769CharlesMartel.jpg

Les sarrasins de Abd-Al-Rahman vaincus par Charles Martel et les francs à Poitiers en 732

Dans le milieu des années 1980, les Musulmans immigrés de France disposent d'une salle de prière aménagée à Poitiers. La salle en question située dans l’ancienne maison du jardinier du jardin des Plantes, rue Guillaume-le-Troubadour, est devenue au fil des ans trop petite pour accueillir les Fidèles.
Une Mosquée plus grande devient alors nécessaire.
Le projet est alors porté à bout de bras par un seul homme: Boubaker El-Hadj Amor, le grand mufti de la Communauté Musulmane poitevine, celui que les autorités civiles, religieuses et militaires de la Vienne appellent respectueusement "monsieur l'Imam". A 48 ans, cet ingénieur en robotique, né en Tunisie, est un des piliers de l'UOIF (Union des Organisations Islamiques de France), jusqu'en 2004, il en était secrétaire et trésorier, préside le conseil régional du culte musulman (CRCM) de Poitou-Charentes, pilote l'institut de formation des imams, situé dans la Nièvre, et prétend avoir sous sa responsabilité quelque 400 étudiants en langue arabe à l'Institut Européen de Sciences Humaines, (IESH) une école Coranique de Saint-Denis.

Le 3 octobre 2003, Jacques Santrot, alors maire socialiste de Poitiers, signe le permis de construire de la future Grande Mosquée Cathédrale de Poitiers.
Le futur bâtiment sur quatre niveaux est érigé sur un terrain de 7 000 mètres carrés sur lequel s'étalera une salle de prière assez vaste pour accueillir 700 fidèles, un espace pour les ablutions, une imposante bibliothèque islamique, une salle pour les cours coraniques, et surtout un immense minaret de 22 mètres, doté d'une sonorisation, (pour lancer l'appel au Muezzin, comme à Hambourg ?), visible à plusieurs kilomètres.

859049mosqueepoitiersfrance.jpg

La future Grande Mosquée de Poitiers et son minaret de 22 mètres en cours de construction en 2011

Le financement ne doit provenir que des Fidèles, le Maire faisant valoir la Loi 1905, l'État ne finance aucun Culte.
Boubaker El Hadj Amor va s'organiser, convaincre la Communauté Musulmane Poitevine sur laquelle il compte obtenir 200 000 euros de Dons.
Pour convaincre l'UOIF de mettre également la main au porte-monnaie, Boubaker El Hadj Amor utilise un argument choc: «J'ai fait valoir l'histoire de Poitiers. Un lieu de culte et de paix sur les ruines de la bataille de 732: tout un symbole."
Il obtiendra de l'UOIF les trois quarts des 1,5 millions d'euros nécessaires pour financer la Mosquée.

L'UOIF est une organisation islamiste proche des Frères Musulmans qui contrôle plus de 60 associations en France, et plus de 150 lieux de Culte en sont proches idéologiquement.
Les Frères Musulmans sont un mouvement fondé par Hassan-Al Bannah en 1928 qui lutte à travers le Monde, sous forme pacifique ou guerrière, (responsable entre autres de l'assassinat de Anouar El-Saddath, président égyptien en 1981 au Caire), afin d'imposer un Etat Islamique, un pouvoir sans opposition politique unifiant toute la Communauté Musulmane sur Terre, la Oumma, obéissant ainsi aux Lois Coraniques et à la Sunna du Prophète Mohammed.


QUELQUES MEMBRES DU RESEAU UOIF/ FRERES MUSULMANS / et associés

488671Qaradawijuifs2.jpg

                            Youssuf Al-Qaradawi, prédicateur des Frères Musulmans

743583qaradawiJaballah.jpg

Youssuf Al-Qaradawi et Ahmed Jaballah à l'IESH de Paris (Saint-Denis)

“Pour conclure mon discours, je voudrais vous dire quela seule chose que je souhaite à l'approche de la fin de ma vie, c'est que Allah me donne l'opportunité pour aller au pays du Jihad et de la résistance, même en fauteuil roulant, et je tuerai tous les ennemis d'Allah, les Juifs!”
Cheikh Youssuf Al-Qaradawi - 28 janvier 2009 -Al-jazeera

Aussi incroyable que cela puisse paraître, le Cheikh Youssuf Al-Qaradawi, une sommité du Monde Musulman sunnite, consultant religieux sur Al-Jazeera, chaîne à très forte audience dans le Monde Arabe, dirige le Conseil Européen de la Fatwa et  de la Recherche (CEFR) et est "conseiller scientifique" à l'Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) en France, une école coranique.

826908AhmedJaballahMosqueCrteil.jpg

                                           le président de l'UOIF Ahmed Jaballah

“L'Islam est venu avec le système que l'on appelle le Califat, le sens même de ce mot, veut dire celui qui va être à la place, qui va gouverner au nom du Peuple, c'est le gouverneur et responsable qui est au service du Peuple. […] L'Islam a donné des Valeurs, des fondements, des bases qu'il faut respecter, et tout système Politique qui respecte ces bases, on peut le considérer comme un système islamique.”
Cheikh Ahmed Jaballah - président de l'UOIF,
prèche à la Mosquée Sahaba de Créteil

 

713247TariqRamadan.jpg

                                               Le prédicateur Tariq Ramadan

“Dans le domaine politique, comme c'est le cas
pour la sphère sociale ou économique, il existe aussi un cadre de référence islamique défini par le Coran et la Sunna qui correspond à à peu de choses près au statut de la loi fondamentale, la Constitution, (en ce qu'elle va permettre sa formulation) vis à vis des législations nationales. […] Ce cadre est d'origine Divine et les directives qui y sont liées sont intangible.”
Tariq Ramadan, “Islam, le face à face des civilisations” (page 93)
invité au Congrès annuel de l'UOIF au Bourget jusqu'en 2010

“Il se trouve dans le Coran à peu près 228 versets (sur 6 238) qui traitent de la législation générale (code civil et pénal, droit constitutionnel, relations internationales, ordre économique, etc…)”
Tariq Ramadan, “Islam, le face à face des civilisations”(page 36)

“La Révélation traite en effet de toutes les sphères de l'activité humaine : de l'ordre économique, du projet social, de la représentativité politique.”
Tariq Ramadan, “Islam, le face à face des civilisations”
(page 35)

“De fait, en matière législative, les choses sont claires. Le Droit Islamique, dont on parle tant aujourd'hui, c'est d'abord l'ensemble des règles générales stipulées par le Coran et la Sunna.”
Tariq Ramadan, “Islam, le face à face des civilisations”(page 38)

517046HaniRmadan.jpg

                                                  Le prédicateur Hani Ramadan

"Hassan-al Bannah, disait également que l'Islam est une organisation politique, c'est-à-dire que, il y a un devoir d'engager une réforme pour aboutir à l'État islamique en terre d'Islam et à amener les Musulmans à s'engager ailleurs pour défendre leurs droits au niveau politique. L'Islam ne connaît pas de séparation entre le politique et le religieux.”
Hani Ramadan (frère de Tariq Ramadan) - Prèche à la Grande Mosquée de Lille-Sud le 2 janvier 2011
Invité au Congrès de l'UOIF au Bourget en 2011.

"Le Message du Coran est réellement global, on a dans le Coran des versets qui traitent de tous les domaines de la vie : le remboursement des dettes, le jeûne, le combat qui vous est prescris alors que vous le detestez, mais c'est un élément losque la cause est nécessaire, le talion vous est prescrit lorsque des personnes ont été tuées, la rédaction d'un testament, etc…l'Islam touche tous les domaines de façon évidente.
La vie du Prophète est elle même un exemple, il a établi un État Islamique qui fonctionne à tous les niveaux."
Hani Ramadan (frère de Tariq Ramadan) - Prèche à la Grande Mosquée de Lille-Sud le 2 janvier 2011

"La lapidation est terrible, tout comme le sida. Mais elle est à la mesure d'une faute qui est d'une gravité extrême. (...) En outre, la nature de la peine correspond à la nature du péché : la main coupée pour le vol, la lapidation pour le plaisir illégitime. Elle constitue une punition, mais aussi une forme de purification »
Hani Ramadan (frère de Tariq Ramadan) - Le Monde, septembre 2002

"La Trinité est rejetée, balayée dans l'Islam, je sais que celui qui professe la Trinité, son coeur ne peut pas être pur."
Hani Ramadan
(frère de Tariq Ramadan) - Prèche à la Mosquée AMAL de Mulhouse


"Écoutez les termes utilisés dans l'Évangile :"Serpents, race de vipères", Jésus lui-même craint les juifs, et sait qu'ils cherchent à le tuer, c'est un passage qui nous autres Musulmans nous rappelle certains versets du Coran qui nous disent : "Pourquoi avez-vous tué les Prophètes auparavant, si vous étiez Croyants ?"
Hani Ramadan (accompagné de Tariq Ramadan) - 1 mai 2004 conférence donnée à Bruxelles

On peut noter que Tariq et Hani Ramadan sont les petits-fils de Hassan-Al Bannah, fondateur des Frères Musulmans.

378332AmarLasfar.jpg

                          Amar Lasfar, recteur de la Grande Mosquée de Lille-Sud

“Pensez-vous que quelqu'un puisse venir à bout de l'Islam dans ce pays ? Même s'ils vous expulsent, même s'ils nous expulsent, même si vous quittez ce pays, même si nous quittons ce pays, même s'ils vous achèvent, même s'ils nous achèvent, une chose est sûre, la graine a pris dans la terre.”
Amar Lasfar, membre de l'UOIF - Prèche à la Grande Mosquée de Lille-Sud

 

496290LasfarAubry.jpg

Amar Lasfar - Martine Aubry : collaboration de l'Islam et du socialisme

830427MosqueRaismesIquioussen.jpg

                                                  Le prédicateur Hassan Iquioussen

“S'il y a beaucoup d'orphelins c'est à cause de l'Occident qui exploite les pays du tiers-monde qui les empêche de se développer économiquement en maintenant au pouvoir des dictateurs qui dirigent les pays Musulmans ou il n'y a pas de liberté, pas de démocratie, et si jamais un peuple arrive à voter et mettre au pouvoir des gens qu'on a choisi, on fait un coup d'état, ou on fait un embargo. C'est l'Occident qui est machiavélique, qui exploite et qui vole les richesses pour semer la zizanie en permanence pour vendre des armes.”
Hassan Iquioussen, membre de l'UOIF - prèche à la Mosquée de Pont-à-Mousson, le 12 décembre 2010

“On va tous mourir, alors autant mourir en martyr avec toutes les conséquences positives.”
Hassan Iquioussen, membre de l'UOIF - prèche à la Mosquée Al-Badr de Meaux sur le conflit israélo-palestinien

773014MosqueBordeauxTareqOubrou.png

                                   l'imam de la Mosquée de Bordeaux, Tareq Oubrou

-"Le Califat est une obligation, tant que les Musulmans ne sont pas réunis autour du Califat, ils sont des pécheurs, sauf ceux qui oeuvrent pour instaurer ce Califat"
Tareq Oubrou, membre de l'UOIF, recteur de la future Grande Mosquée de Bordeaux,  prèche devant des Fidèles

 

Comme on l'a vu, Boubaker El Hadj Amor exerce d'importantes responsabilités au sein de l'UOIF, et ne peut que cautionner cette doctrine de l'Islam politique expansionniste.

On peut remarquer que les représentants de l'UOIF présentent deux caractéristiques bien particulières:

1) L'ART DU "DOUBLE DISCOURS" : LA TAQQYIA

Devant les médias, les penseurs de l'UOIF tiennent des discours, un dialogue d'apaisement, le Respect de la République, de la Tolérance, de la laïcité, l'aspect politique de l'Islam est totalement occulté. Il n'est abordé que dans les prèches dans les Mosquées ou les ouvrages spécialisés.
Tariq Ramadan est le plus parfait manipulateur de l'opinion en maniant à merveille ce "double discours", dans ses interventions toujours très médiatisées, il préche la Tolérance, la Spiritualité de l'Islam et milite pour ne pas faire bannir le voile à l'école ou ne pas interdire la Burqa et le Niqab dans les lieux publics. Une stratégie qui a pour but de faire progresser la visibilité de l'Islam afin de lui donner plus tard une assise politique.

Sur l'interdiction du port de la Burqa et du Niqab dans les lieux public, voici la réaction de Boubaker El Hadj Amor, un extrait :

155046aboubakrrr.png

"Nous considérons toujours que c'est une Loi injuste, mais la Loi est là, il faut faire avec, il faudra attendre que la mentalité globale de la communauté française évolue vers l'acceptation du fait de la visibilté de l'Islam plus que ce qu'elle n'est aujourd'hui, mais la Loi étant là, il faudra que on l'intègre dans notre façon d'être et notamment dans notre habit."

Boubaker El Hadj Amor évoque "une Loi injuste", et "qu'il faudra attendre que la mentalité globale de la communauté française évolue vers l'acceptation du fait de la visibilité de l'Islam plus que ce qu'elle n'est aujourd'hui".
Ce n'est donc pas à l'islam de s'adapter, mais à la République Française de "changer de mentalité" pour intégrer la visibilité de l'Islam. Puis ensuite, "mais la Loi étant là, il faudra que on l'intègre dans notre façon d'être et notamment dans notre habit."
Donc, respecter la Loi en attendant des jours meilleurs, accomplir un travail de fond afin de changer les mentalités des français.

 

2) L'ANTISIONISME / ANTISEMITISME

L'antisémitisme est ancré dans les écrits Saints de l'Islam, que ce soit dans le Coran ou les Hadiths (faits et gestes du Prophète Mohammed compilés dans des écrits), voir par exemple le livre "Le Jardin des Vertueux" (Riyad as Salihin), une référence dans le Monde Musulman.
Il est un des dénominateurs communs de la doctrine défendue par la plupart des membres de l'UOIF.
L'antisémitisme s'est évidemment transformé en antisionisme lors de la création de l'Etat d'Israël en 1948.

Les écrits de Tariq Ramadan par exemple, sont souvent orientés contre Israël et le Sionisme.

De ce conflit, une doctrine a pris jour au fil des décennies, qui a également influencé les Eglises Chrétiennes de pays Arabes d'Orient : le palestinisme, doctrine mise en place et diffusée massivement à travers le Monde, en particulier par le théologien chrétien palestinien Naïm Ateek.
Le "palestinisme" explique que l'Islam englobe le Christianisme, et en expulse ses racines judaïques de l'Ancien Testament.
La souffrance du Christ pendant son Chemin de Croix est matérialisée symboliquement par le martyr du peuple palestinien subi par les "oppresseurs Juifs", et la Crucifixion du Christ puis sa résurrection, seraient symboliquement représentés par la destruction de l'État d'Israël, le retour du Prophète Jésus du Coran accompagné du Mahdi (un être aux puissances surnaturelles venu unifier les Musulmans) qui ouvriront les portes de l'Occident, ce qui mènera à la création d'un Etat Islamique d'une Pureté Universelle.

Cette propagande n'est pas sans conséquence en Occident: les manifestations incessantes pour faire d'Israël un Etat terroriste, vident progressivement la doctrine Chrétienne de ses fondements Judaïques de l'Ancien Testament.

Quelques exemples de la doctrine palestiniste : Hassan Iquioussen, (écoutez son prèche à la Mosquée Al-Badr de Meaux avec le retour de l'AntéChrist en Palestine), Hani Ramadan et ses prèches de haine contre les Juifs dans les Mosquées, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad et son ami l'humoriste Dieudonné qui expose parfaitement dans cette interview la doctrine palestiniste, ou encore les exhortations à la haine des "religieux" sur les différentes chaînes de télévisions Arabes.

154891MahmoudAhmadinejad.jpg

                              le président iranien Mahmoud Ahmadinejad (jusqu'en 2013)

812515MahmoudAhmadinejadDieudonn.png

                                           Mahmoud Ahmadinejad et Dieudonné

"Israël n’a qu’un seul choix : se rendre, abdiquer et se résoudre à accepter le fait accompli. Les Sionistes disparaîtront et, avec eux, toutes les oppressions ; les faibles vaincront et le Mahdi tant promis et tant attendu arrivera, avec pour compagnon Jésus-Christ, qui le soutiendra "
le président iranien Mahmoud Ahmadinejad - "l'Orient - Le Jour" 15 octobre 2010


Concernant l'antisionisme, Boubaker El Hadj Amor, futur recteur de la Grande Mosquée de Poitiers, ne fait pas exception à la règle, sur sa page Facebook on trouve un lien incitant au boycott des produits venant d'Israël, ainsi qu'une vidéo visant à démontrer un "complot sioniste" orchestré par l'état et les médias, la présumée persécution des Juifs :

709976boycottIsrael1.png

484131boubakerisrael.png

Pensez-vous que l'Islam de l'UOIF est compatible avec les Valeurs de la République, la Tolérance, la Fraternité, la Laïcité ? Quel Islam sera dispensé aux jeunes Musulmans dans les salles de cours de la future Grande Mosquée de Poitiers ?

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 9 novembre 2011

16/11/2013

Conférence d’Hani Ramadan à la Grande Mosquée de Lille-Sud : « L’Islam ne connaît pas de séparation entre le politique et le religieux. »

Amar Lasfar devient recteur de la Grande Mosquée de Lille-Sud en 1989, il est aujourd'hui également membre de l'UOIF, filiale française des Frères Musulmans, et président de la ligue Islamique du Nord, une association importante de la Communauté Musulmane. Il a su tisser au fil des années, des liens étroits avec des élus locaux et personnalités de la région, en particulier pendant un certaint temps avec l'avocat Jean-Louis Brochen, mari de Martine Aubry (maire de Lille), pour attirer un électorat Musulman. Dans ses prèches, Amar Lasfar alterne un discours tolérant et ouvert auprès des journalistes et occidentaux, et un discours plus radical dans les Mosquées, comme dans la vidéo ci-dessous, lors d'un sermon devant des centaines de fidèles, ou, sur un ton ferme et conquérant, ce n'est plus la Foi, la Spiritualité qui semble l'animer, mais la conquête de l'Islam et son imposition en France :

"Pensez-vous que quelqu'un puisse venir à bout de l'Islam dans ce pays ? Même s'ils vous expulsent, même s'ils nous expulsent, même si vous quittez ce pays, même si nous quittons ce pays, même s'ils vous achèvent, même s'ils nous achèvent, une chose est sûre, la graine a pris dans la terre."


 

734601MosqueLilleLasfarAubry.jpg

Amar Lasfar (UOIF) et Martine Aubry (socialisme) - une collaboration concertée pour islamiser la ville de Lille

Amar Lasfar s'est également exprimé sur l'affaire des Quick Halal, une chaîne de restauration familliale nationale dont certains restaurants, comme celui de Roubaix, ont été transformés du jour au lendemain en restaurants spécialisés Musulmans. (viande halal pour tous et suppression de la viande de porc). Dans cette interview sur Grand Lille TV, il déclare, dans un premier temps que ce n'est pas une affaire religieuse mais purement commerciale, puis dans un deuxième temps, menace clairement le maire de Roubaix s'il intente une action en justice contre Quick de ne plus pouvoir compter sur son électorat Musulman:



La Grande Mosquée Al-Imane de Lille-Sud dispose également d'un site Internet, sur lequel sont rapportés les différents évènements liés à la vie de la Mosquée. On peut y retrouver des conférences de Tariq Ramadan (conférencier ayant eu des positions radicales sur le port du foulard islamique à l'école ou la non mixité hommes/femmes dans les piscines pour les musulmans), ou de l'Imam très controversé Hassan Iquioussen.

Amar Lasfar a invité, le 2 janvier 2011, Hani Ramadan, frère de Tariq Ramadan, un prédicateur médiatique, en tournée dans les Mosquées de la plupart des grandes villes de France. Parlant d'une voix calme, posée, presque avec un ton de bon père de famille, il arrive à faire passer son discours basé sur les prédications du fondateur des Frères Musulmans, Hassan-Al-Bannah, visant à la mise en place d'une organisation politique luttant pour l'instauration d'Etats islamiques dans les pays arabes, pour un discours rassurant et tolérant. Ci-dessous, en gras italique, quelques extraits de la conférence "Pour une saine compréhension de l'Islam", que vous pouvez retrouver en intégralité sur le site de la Grande Mosquée Al Imane de Lille-Sud. ) (hard-copy) :

 

760351MosqueNimesHaniRamadan.png

Le prédicateur Hani Ramadan

"Pour Hassan-Al-Bannah, (fondateur des Frères Musulmans), l’islam est une organisation complète qui englobe tous les aspects de la vie. C’est à la fois un état et une nation, ou encore un gouvernement et une communauté. C’est également une morale et une force, ou encore le pardon et la justice. C’est également une culture et une juridiction, ou encore une science et une magistrature. C’est également une matière et une ressource, ou encore un gain et une richesse. C’est également une lutte dans la voie de Dieu et un appel, ou encore un armée et une pensée. C’est enfin une croyance sincère et une saine adoration. L’islam c’est tout cela de la même façon.

Lorsque l'imam montre le caractère global de l'Islam, l'imam termine par la Croyance sincère et la saine adoration, comme pour nous dire que ce n'est pas que cela, que les Musulmans ont tendance à s'écarter progressivement du Message de l'Islam et à ne conserver que l'aspect strictement cultuel des principes de Foi sans en trouver une autre application au niveau de leur vie communautaire et sociale, ce qui est une erreur puisque l'islam doit se traduire dans la vie active par un engagement politique, économique, culturel. Celui qui apporte dans notre Religion une innovation, on doit rejeter ce qu'il apporte, car on ne peut rien ajouter ou retrancher à la doctrine de l'Islam.

Le Message du Coran est réellement global, on a dans le Coran des versets qui traitent de tous les domaines de la vie : le remboursement des dettes, le jeûne, le combat qui vous est prescris alors que vous le detestez, mais c'est un élément losque la cause est nécessaire, le talion vous est prescrit lorsque des personnes ont été tuées, la rédaction d'un testament, etc...l'Islam touche tous les domaines de façon évidente.
La vie du Prophète est elle même un exemple, il a établi un État Islamique qui fonctionne à tous les niveaux.

L'obligation d'appliquer l'Islam dans sa globalité est essentielle et très importante et les Musulmans doivent prendre conscience de leur responsabilité. Le Prophète a dit :"croyez vous en une partie du Livre et rejetez-vous le reste ? Ceux d'entre vous qui agissent de la sorte ne méritent que l'ignominie dans cette vie et au jour de la résurrection ils seront rendus, refoulés aux plus durs chatiments, et Allah n'est pas inattentif à ce que vous faîtes."Tant que l'Islam n'est pas appliqué dans sa globalité, tant que la loi islamique, la charia n'est pas appliquée au niveau de la Communauté Musulmane, notamment dans les pays à majorité Musulmane, et bien nous sommes tous pareillement responsables d'un déficit au niveau de cette réalisation.

Nous avons observé en réalité, que les Musulmans sont conduits progressivement à suivre la voie que le Christianisme a suivie, qu'il est question de donner et de rendre à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu, alors que nous, nous disons que ce qui appartient à César appartient à Dieu. Dans l'Islam, il n'y a pas de raison de faire cette distinction, l'Islam ne connaît pas ce principe. Les Musulmans peuvent cependant vivre dans un Etat laïc et demander que l'on respecte les principes de leur Foi, tout en respectant la réglementation en vigueur cela est tout à fait possible. La globalité ne signifie pas le rejet de l'autre. On a des priorités, la chaada est prioritaire par rapport à la prière par exemple, il faut commencer par les priorités. Dans l'engagement islamique, une des priorités c'est l'union de la Oumma, de la Communauté qui est une obligation les plus importantes.

Hassan-al Bannah, disait également que l'Islam est une organisation politique, c'est-à-dire que, il y a un devoir d'engager une réforme pour aboutir à l'État islamique en terre d'Islam et à amener les Musulmans à s'engager ailleurs pour défendre leurs droits au niveau politique. L'Islam ne connaît pas de séparation entre le politique et le religieux."

Hani Ramadan défend une description littérale du Coran, en prêchant ouvertement qu'il ne peut y avoir de distinction entre le politique et le religieux.Tout bon Musulman se doit d'appliquer l'Islam dans sa globalité, dans tous les domaines de la vie. Hani Ramadan prétend "respecter la législation en vigueur" dans les pays non-musulmans ou laïcs, mais comment concilier les Lois Divines avec la laïcité, les Lois de la République, puisque la finalité de l'Islam est justement de se débarrasser progressivement des Lois démocratiques écrites par l'Homme ?
Hani Ramadan soutient par exemple dans son discours, la Loi du talion, un meurtrier doit être tué. (oeil pour oeil, dent pour dent). Est-il également pour la polygamie, pour l'interdiction qu'une musulmane épouse un non-musulman, pour les mariages pré-pubères, pour le fait de frapper sa femme si elle est désobéissante, pour la lapidation, qui est d'après lui, "dissuasive", toutes des prescriptions du Coran et de la Sunna ?
Quel impact ce type de discours a-t-il sur de jeunes Musulmans, sur leur intégration dans la société, et dans leur rapport avec les valeurs du Monde Occidental ?

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 5 février 2011 (mise à jour)